Translate

vendredi 30 octobre 2009

L'Italie à l'assaut de la rive sud de la Méditerranée

La Méditerranée de l'Europe aux pays du Golfe, la route vers de nouveaux horizons. » A quelques jours des 24 es rencontres des jeunes entrepreneurs italiens de la Confindustria à Capri, les 30 et 31 octobre, sur ce thème, « Il Sole 24 Ore » se penche sur les grands travaux entrepris ou en projet sur la rive sud de la Méditerranée.
« 40 milliards d'euros » pour la construction de voies ferrées pour des trains à grande vitesse, des autoroutes, des ports dont l'objectif est de mieux relier les deux rives entre elles. Le journal, contrôlé par le patronat italien, détaille un à un tous ces projets comme le plan de l'Algérie de plus de 11 milliards pour les chemins de fer ou celui du Maroc pour un TGV entre Tanger et Casablanca, d'un coût à peine inférieur.
En construisant la plate-forme portuaire d'Enfidha, la Tunisie lance un défi au Maroc, qui a décidé de faire de « Tanger Med » la grande escale de la Méditerranée. L'Algérie n'est d'ailleurs pas en reste avec le renforcement des capacités de quatre de ses ports avec l'objectif de les spécialiser par marchandises, relève le quotidien, qui cite notamment une étude d'Anima Investment Network .
En 2008, les neuf pays de la rive sud ont exporté en Europe pour près de 53 milliards d'euros de marchandises et en a importé pour un montant équivalent. « Ces échanges commerciaux sont en pleine augmentation, en particulier pour l'Italie, et ils ont besoin d'un véritable réseau logistique dans l'optique de la création d'un système Méditerranée de plus en plus intégré. »
A Capri, affirme le journal, la conférence à laquelle participeront également le président de la Chambre des députés, Gianfranco Fini, des ministres, la présidente de la Confindustria, Emma Marcegaglia, se penchera avant tout sur « la nécessité de mettre au point un plan stratégique ».
Paradoxalement, « Il Sole » ne mentionne pas le projet européen, lancé en grande pompe en juillet 2008 par le président Sarkozy, d'Union pour la Méditerranée.
Les Échos - ‎27 octobre 2009‎

mercredi 28 octobre 2009

Partenariat entre l'Escadrille Féminine Méditerranéenne et l'ESJ Paris et Casablanca ...

L'Ecole Supérieure de Journalisme de Paris et son établissement de Casablanca, l'Ecole Supérieure de Journalisme et de Communication appuient le projet de l'Escadrille Féminine Méditerranéenne (EFM).
L'EFM a été créée par le Cdt Jean-Philippe MICHEL dans le cadre de l'initiative Euroméditerranée (Union Civile pour la Méditerranée), initiative politique lancée par la France.
L'Ecole de journalisme de Casablanca (http://www.esjc.ma) a d'ailleurs aussi été créée grâce à cette initiative.Un groupe d'étudiants de l'ESJ Paris et de l'ESJ Casablanca va suivre le développement de l'EFM et la mise en place de son programme et leur apporter leur soutien au plan de la communication, des médias, de l'information et faire partager cette initiative de paix et de cohésion internationale avec le public.
L'EFM bénéficie de l'appui du Conseil Régional de la Corse pour son implantation à Figari et du lancement du nouvel appareil français de voltige LH 10 Ellipse.
L'ESJ Paris a reçu les deux aspirantes palestiniennes sélectionnées le 20 octobre à l'école, Fadwa Abushanab et Lina Darwish. La candidature d'une première candidate marocaine, Adraa N., est appuyée par l'ESJ pour la présélection.
Retrouvez le blog de l'EFM en cliquant sur ce lien : EFM

mardi 27 octobre 2009

Dossier Architecture et Tourisme: Repenser le Tourisme

Dans ce deuxième numéro, la revue Archi-Mag se penche sur le thème du Tourisme. En effet, les pratiques touristiques, les motivations qui y sont concrétisées, les acteurs qui y sont impliqués, ainsi que les lieux qui les supportent, sont autant de paramètres qui méritent une exploration rigoureuse et méthodique.
Le tourisme se dote de plusieurs connotations, qui sont autant de moteurs pour son développement : balnéaire, intérieur, d’affaires, vert, culturel, saharien, thermal, etc.
L’impact social du tourisme, et les différentes réponses architecturales à des programmes bien définis, méritent qu’on y approfondisse notre connaissance. Faudrait-il questionner le tourisme, non seulement en tant que secteur d’activité porteur de commandes, mais aussi en tant que secteur ayant un impact sur le paysage architectural et urbain. Son interaction avec les autres entités de la ville et de la société aidera à penser et à concevoir des territoires cohérents.
Ce dossier thématique « Repenser le Tourisme » aura à concilier entre des approches différentes et complémentaires.
Ce qui nous intéresse dans cette réflexion réside non dans une définition précise et adéquate en soi du tourisme ou des attentes d’un type de touriste (sujet non moins intéressant pour un pays qui accueille au moins six millions de touristes par an), mais dans l’évaluation et la critique du rapport qui lie (ou délie) le touriste, le lieu dans lequel il va mener une expérience (un séjour), et le concepteur qui réfléchit et conçoit ces lieux. Quelles théories et modèles explicatifs novateurs permettent d’appréhender avec plus de pertinence le tourisme en Tunisie et au Maghreb ?
Mohamed Sadok CHAIEB, Architecte
ARCHI-MAG, Magazine d’Architecture en Ligne


dimanche 25 octobre 2009

EUROMED - 6ème Forum Nord-Africain des Affaires, 2 Novembre 2009

La 6ème édition du Forum de Développement Économique de l’Afrique du Nord 2009 se tiendra cette année dans un contexte particulier caractérisé par une crise mondiale sans précédent dans l’histoire contemporaine, qui laisse augurer une baisse significative de l’activité économique mondiale. Plus que jamais, la situation demande une coopération plus étroite entre les deux rives de la Méditerranée, afin de faire face aux défis des temps de la globalisation ou « dé-globalisation ».
Les derniers événements nous ont confirmé que nous vivons dans une société complexe caractérisée par une grande interdépendance entre ses différents acteurs. Par conséquent, la solution à ces nouveaux défis peut uniquement venir d’une réponse globale, rassemblant tous les différents acteurs qui composent notre société.

Il est donc nécessaire d’impliquer dans ce processus de recherche de solutions la société civile ainsi que les agents économiques. C’est le moment de l’union. C´est le moment de travailler sérieusement pour l’Union pour la Méditerranée.
D'autre part, l’organisation de rencontres B2B, dans le cadre de la 6ème édition du Forum de Développement Économique de l’Afrique du Nord 2009, cherche à renforcer la coopération économique régionale dans des secteurs clé pour le développement économique de la région Med : industrie automobile, textile, banque, santé et TIC, afin de favoriser les liens commerciaux et les accords de partenariat entre les deux régions. Une réponse globale de la région Méditerranéenne assurera les meilleures conditions pour le développement des affaires.

Séminaire International sur la gestion des bassins et la coopération dans la région Euro - Méditérranéenne

Le « Séminaire International sur la gestion des bassins et la coopération dans la région Euro – Méditérranéenne » se tiendra dans le cadre de la prochaine Assemblée Générale du Réseau Méditerranéen des Organismes de Bassin (REMOB), à l’invitation du Ministère Libanais de l'Energie et de l'Eau, de la Direction Générale des Ressources Hydrauliques et Electriques et de l’Office National du Litani: Du 06 au 09 Octobre 2009 à l'Hotel Safir Heliopolitan, à Beyrouth (LIBAN).
Une réunion du groupe de travail « Joint Process Med/SEMIDE » sur le monitoring, se tiendra également à cette occasion. Une traduction simultanée sera assurée en anglais, espagnol et en français. L’inscription à la conférence est gratuite.Réunion du Groupe de Travail sur les réseaux de mesure, Beyrouth 2009-10-06 (14.30-17.30)
L’objectif du RIOB et du REMOB est de permettre aux Organismes de Bassin européens et Méditerranéens et leurs partenaires de se rencontrer régulièrement, de manière informelle, pour échanger leurs expériences pratiques.En particulier, pour les Pays Membres de l’Union Européenne, l’application de la Directive-Cadre sur l’Eau est maintenant entrée dans une phase active et concrète, impliquant directement les Organismes de Bassin ou les « Autorités de District», dont il est intéressant de confronter les approches.
Plusieurs des outils développés dans ce cadre pourraient être d’une grande utilité pour d’autres Pays du bassin de la Méditerranée, tels que déjà testé dans plusieurs projets du « processus conjoint » ou de l’Initiative Européenne pour l’Eau (Med-EUWI). Il est de plus en plus probable que le bassin méditerranéen sera une des régions du Monde ou l’effet du changement climatique sur les ressources en eau serait le plus significatif.
Les questions spécifiques de gestion de l’eau dans le bassin de la Méditerranée seront au centre de nos travaux et notre réunion s’organisera autour de trois grands thèmes d’actualité :
1. Eau et agriculture dans les plans de Gestion des Bassins Méditerranéens, en liaison avec EIC, co-organisateur,
2. Adaptation au changement climatique et économies d’eau, 3. Utilité des outils de la Directive Cadre européenne sur l’Eau dans les Pays Méditerranéens non membres de l’UE (Monitoring, Plans de Gestion, Programme de Mesures, Financement…) .
Vous êtes invités à présenter une communication sur vos expériences : Le titre et le résumé devront me parvenir avant le 15 Septembre 2009, à l’adresse : riob2@wanadoo.fr et remoc1@remoc.org.
Le séminaire sera aussi l'occasion de faire le point de la préparation de la Stratégie Méditerranéenne de l’Eau, suite à la conférence ministérielle de la Mer Morte en décembre 2008 et de la réunion des experts nationaux en septembre à Athènes, dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée.
Les participants seront reçu en audience exceptionnelle par son Excellence le Président de la République du Liban.
Une visite technique sera organisée par l’Office National du Litani dans la plaine de la Bekaa le vendredi 09 Octobre toute la journée. Il est prévu une visite du siège de l’Office National du Litani, du nouveau Centre de Recherche de Khirbet Kanafar, d’un projet d’irrigation, du barrage de Quaraoun, de la Centrale Hydroélectrique d'Ibrahim Abdel Aal – Markaba et au retour des fameuses ruines romaines du temple de Baalbek (Attention : départ tôt le matin et retour tard le soir). Merci de vous y inscrire à l’avance.
L’ensemble des travaux et de la visite technique est ouvert à tous les organismes-membres et observateurs du RIOB, ainsi qu’aux administrations de l’eau et organisations de tout le bassin de la Méditerranée, intéressées par la gestion de bassin et l’application de la Directive-Cadre, ainsi que des pays-membres et candidats de l’Union Européenne, des pays des Balkans, de l’Europe Orientale, du Caucase et d’Asie Centrale, etc…
Toutes les informations utiles, les programmes et les communications proposées seront disponibles en continu sur les sites Internet: www.riob.org et www.remoc.org .

31e CINEMED - Festival international du cinéma méditerranéen

Montpellier, du 23 octobre au 1er novembre 2009
Avant d’entrer dans les détails, quelques chiffres qui parlent d’eux- mêmes : la programmation comprendra 46 films en compétition dans la sélection officielle (12 longs métrages, 24 courts métrages, 10 documentaires) et 60 films en panorama (19 longs métrages, 16 courts, 25 documentaires et expérimentaux -films et vidéos-). Soit 239 films en 10 jours, provenant des rives de l’Atlantique à celles de la Mer Noire !
Le jury sera présidé par la comédienne Ariane Ascaride. Il aura la lourde et passionnante responsabilité de distribuer les « Antigones ». Première mise en bouche avec le rendez-vous du premier jour, le vendredi 23 à 20h30 à l’Opéra Berlioz, première de Agora de Alejandro Amenabar, maître incontesté du cinéma fantastique espagnol. César du meilleur film étranger en 2005 pour Mar adentro, interprété par Javier Bardem.
Le samedi à 11h, le réalisateur donnera une conférence à l’Espace Joffre. Et c’est parti ! Le samedi 24 à 10h, salle Einstein, ouverture de la rétrospective Elio Piétri, en présence de sa veuve Paola Piétri et du critique Jean A Gili.
A ne pas manquer le dimanche 25 à 19h : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (1970) avec Gian-Maria Volonté et Florinda Bolkan. Copie neuve, restaurée par la Cinémathèque de Rome.
Le dimanche 25, le réalisateur algérien Merzak Allouache, entouré de ses interprètes présentera Harragas, histoire d’immigrés clandestins, filmée à Mostaganem, à Sète et à Frontignan. Ainsi, la preuve n’est plus à faire que la région Languedoc-Roussillon favorise et inspire le cinéma. Une section spéciale en fournit des exemples plus ou moins connus. Jean-Paul Rappeneau présentera son Cyrano de Bergerac, tourné à Uzès et François Dupeyron C’est quoi la vie ? qu’il a terminé en Lozère et dans l’Aveyron, après le décès de Claude Berri.
Bien sûr nous avons surtout évoqué les événements cinématographiques d’intérêt historique, patrimonial ou cinéphilique, il vous reste à aller, comme au fil d’une croisière en Méditerranée, à la découverte des œuvres, des auteurs, des acteurs qui marqueront le millésime de ce festival.
Peut-être choisir selon l’humeur des escales insolites : Un zéro film Egyptien de Kamela Abu Zekri, La nuit longue film syrien de Hatem Ali. Et pour finir dans l’exception, mettons en exergue la séquence spéciale consacrée au réalisateur grec Théo Angélopoulos qui sera accompagné de son interprète de The dust of time ( Trésor) , Irène Jacob. Dernière minute : nous sommes en mesure de vous communiquer un aperçu complémentaire des films présentés en avant-première. - L’étranger de Luchino Visconti - Italie - Les chats persans de Bahman Ghobadi - Iran - Les contes de l’âge d’or de C. Mungiu, I Uricaru, H Hôfer, R Marculescu, C Popescu - Roumanie - La pivellina de Tizza Covi et RainerFrimmel – Italie, Autriche - Vincere de Marco Bellochio - Italie - A l’origine de Xavier Giannoli- France, en présence d’Emmanuelle Devos. - C’est ici que je vis de Marc Récha - Espagne - La Sainte Victoire de François Favrat – France, en présence de Clovis Cornillac - Tetro de Francis Ford Coppola - Argentine, Espagne, Italie. André Videau [dimanche 1 novembre 2009]
Repères
31e CINEMED - Festival international du cinéma méditerranéen Montpellier, du 23 octobre au 1 novembre 2009 Informations pratiques sur le site Internet du festival:
Site web
Par Histoire-immigration - le 25 octobre 2009

samedi 24 octobre 2009

APM - La consolidation de la paix et de la coopération en Méditerranée

Le renforcement de la paix, la consolidation de la coopération et la mise en relief des multiples opportunités de partenariats dans le pourtour méditerranéen, sont les principales questions au menu de la 4ème session plénière de l'Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM) qui a ouvert ses travaux du 23 au 24 octobre 2009 à Istanbul.
La session qui sera suivie d'une réunion, dimanche, des Secrétaires généraux des Assemblées membres de l'APM, réunit une centaine de présidents de parlements nationaux et parlementaires du bassin méditerranéen, ainsi que des représentants d'organisations internationales et de la société civile.
Le Maroc y est représenté par M. Chaoui Belassal, député et président du groupe Union constitutionnelle à la chambre des représentants, et Mme Asma Chraïbi, conseillère au cabinet du ministre chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger et expert gouvernemental auprès de l'APM, en plus de M. Mohammed Benabdeljalil, consul général du Royaume à Istanbul, qui a pris part à la séance d'ouverture de la session.
Intervenant à l'ouverture des travaux de la session, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a souligné qu'"en dépit des énormes opportunités de coopération offertes par la Méditerranée, la région souffre d'une multitude de problèmes et conflits qui l'éloignent du projet visant à en faire un havre de paix".
La solution de ces problèmes passe inévitablement par l'implication et la mobilisation de l'ensemble des pays de la région sur la voie de la coopération, du dialogue et de la tolérance, a-t-il dit, rappelant que le principal problème de la région est lié au conflit israélo-palestinien.
A cet effet, le Premier ministre turc a dénoncé, une nouvelle fois, le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza et appelé la communauté internationale à intervenir et s'acquitter de ses obligations vis-à-vis de la "tragédie humaine" qui sévit dans ce territoire palestinien.
La situation à Gaza est "cruciale aussi bien pour la sécurité d'Israël que de la Palestine", a-t-il dit affirmant que "la paix et la stabilité au Proche-Orient passent par une solution équitable de la question palestinienne".M. Erdogan a, en outre, insisté sur l'importance de le raffermissement du dialogue entre les cultures et civilisations, soulignant que l'initiative de l'Alliance des civilisations lancée par la Turquie et l'Espagne, sous l'égide de l'ONU, s'inscrit dans le cadre des efforts entrepris en vue de "rapprocher les cultures et de déjouer les campagnes de dénigrement et les amalgames affectant la paix et la sérénité dans le monde".
Dans son intervention, le président de l'APM, Rudy Salles, a rappelé les objectifs de l'Assemblée parlementaire de la Méditerranée qui ambitionne de "consolider les canaux de dialogue, renforcer les structures de paix et instaurer et généraliser une meilleure qualité de vie dans le pourtour méditerranéen".
Le président de la Grande assemblée nationale (parlement) turque, Mehmet Ali Sahin, a mis en relief les dimensions socio-économiques de la région de la Méditerranée qui, a-t-il dit, "abrite 7 pc de la population mondiale, connaît 30 pc du trafic maritime international, concentre 11 pc du PIB mondial et accueille 320 millions de touristes".
"Notre mission au sein de l'APM est d'Âœuvrer pour la consolidation de la stabilité et de la paix et la résolution des conflits et différends qui entravent les voies de la coopération dans la région", a-t-il affirmé.
L'ordre du jour de la 4ème session de l'APM prévoit notamment la présentation et examen des activités des trois commissions permanentes de l'APM, chargées respectivement de "la coopération politique en matière de sécurité", de "la coopération économique, sociale et environnementale" et du "dialogue entre les civilisations et droits de l'Homme".
L'APM qui regroupe les institutions législatives de 25 Etats du pourtour méditerranéen, a pour objectifs notamment de favoriser un climat de confiance entre pays de la région, assurer la sécurité et la stabilité régionales, de mettre au point et soumettre des recommandations aux parlements et aux gouvernements nationaux en vue de renforcer les liens de coopération entre les pays membres.
MAP - Hassan Aourach - le 24 octobre 2009

jeudi 22 octobre 2009

Un séminaire international sur " Sécurité et Défense en Méditerranée", le 26 octobre à Barcelone

Le VIIIème séminaire international sur "Sécurité et Défense en Méditerranée" se tiendra le 26 octobre à Barcelone dans le Nord est de l'Espagne, pour discuter et identifier de "nouveaux scénarios de coopération" en matière de sécurité et de défense dans le pourtour Méditerranéen, apprend-on jeudi auprès des organisateurs.
Organisé conjointement par le Centre d'information et de Documentation internationales de Barcelone (CIDOB), et le ministère espagnol de la Défense, le séminaire devra réunir "les principaux experts du domaine académique et gouvernemental, civils et militaires, engagés dans l'étude et la pratique de la sécurité et la défense dans la Méditerranée ", souligne-t-on du côté des organisateurs.
L'actuelle édition sera appelée à "mettre en exergue de nouveaux scénarios de coopération dans le dialogue transatlantique, la sécurité maritime, la protection civile et les missions de gestion de crises", relève la Fondation CIDOB dans un communiqué.
Les experts participants à cette rencontre internationale, s'attelleront, dans le cadre de groupes de travail, à procéder à "une évaluation des progrès réalisés en matière de sécurité et de défense en Méditerranée et à analyser les grands défis du future", en abordant "le rôle du dialogue transatlantique en Méditerranée et les opportunités de collaboration en matière de protection civile, sécurité maritime et gestion de crises".
La rencontre, d'une journée, articulée autour de deux importants axes à savoir "Sécurité et développement : la sécurité humaine dans le monde arabe" et "la Méditerranée et le Moyen Orient dans le dialogue transatlantique", se fixe comme objectifs de "renforcer la transparence et la connaissance en relation avec le développement et la mise en œuvre des différentes initiatives dans le domaine de sécurité" et de contribuer "au débat politique et académique sur la sécurité et la défense dans la Méditerranée".
Parmi les personnalités attendues à ce VIIIème séminaire international sur "Sécurité et Défense en Méditerranée", les organisateurs ont relevé la présence notamment du Secrétaire d'Etat, secrétaire général de Politique de Défense de Suède, Hakan Jevrell, du secrétaire général de l'Union du Maghreb Arabe, Habib Ben Yahia ainsi que d'autres personnalités civiles et militaires du pourtour Méditerranéen.
Par Toma - Biladi.fr - le 22 ocotbre 2009

Forum de Femmes Entrepreneurs de la Méditerranée

L'ASCAME propose ce premier forum destiné aux femmes entrepreneurs en partant d'un constat : bien que la participation des femmes dans les affaires soit une réalité récente qui monte en puissance dans la région Méditerranée, les opportunités pour les relations commerciales font souvent défaut, particulièrement dans un contexte international.
C’est pour cette raison que ce Forum a été créé, afin de réunir les femmes d’affaires de tous les pays méditerranéens, qui partagent une longue tradition de coopération et de relations culturelles et commerciales.
Ce Forum aura lieu à Barcelone, une ville à la fois internationale et méditerranéenne, qui a toujours été au centre des échanges commerciaux de la Méditerranée, tant pour les hommes que pour les femmes d’affaires, et qui a rejoint cette initiative avec enthousiasme.
Ce Forum offre un espace de dialogue et de “networking” entre le secteur privé et public, ainsi que les organisations internationales impliquées dans la région. Les participants pourront partager leurs expériences de réussite et débattre sur des sujets tels que la faible participation des femmes dans l’économie, la vision féminine des affaires, la femme dans le secteur de la technologie et de l’éducation, et le rôle des organisations internationales dans la promotion de la femme dans l’économie.

Forum Économique de la Ville Méditerranéenne (MEDA CITY FORUM)

La création du 1er MEDA CITY, forum économique de la ville méditerranéenne, a pour objectif d’améliorer le dialogue et la collaboration entre les pouvoirs publics et le secteur privé, encore insuffisants dans la région Méditerranéenne.
Nous croyons que la collaboration entre les chambres de commerce (les entreprises) et les pouvoirs locaux permettra d’apporter des solutions à la majorité des problèmes économiques des villes méditerranéennes.
Les chambres de commerce, en tant que représentantes du secteur entrepreneurial, surtout de la petite et moyenne entreprise, et les pouvoirs locaux, en tant que représentants des citoyens, jouent un rôle crucial dans le développement économique des villes.
Il est nécessaire que les pouvoirs publics et le secteur privé collaborent dans le cadre de projets stratégiques (par exemple dans le domaine de la planification stratégique, la promotion internationale, la gestion des infrastructures, l’appui aux PME, etc.), projets qui faciliteront l’internationalisation et la croissance économique des villes méditerranéennes.

Pour cette raison, nous avons invité les représentants de différents secteurs économiques clés, comme notamment la santé, l'environnement, le transport et la formation, afin de débattre les thèmes les plus actuels et impulser les affaires dans la région.
Ce Forum offre donc un espace de rencontre entre les organisations de chambres de commerce et les villes de la Méditerranée, permettant à celles-ci de se présenter comme des interlocuteurs indispensables face aux organismes internationaux (OI) intéressés par cette région stratégique.

mardi 20 octobre 2009

EuroMed Transport : une pépinière de projets pour faire face aux défis de la compétition internationale

Le développement du transport à l’échelle méditerranéenne constitue la pierre angulaire pour l’intégration économique régionale. Il permettra l’augmentation des échanges commerciaux et du mouvement des passagers entre les deux rives Nord et Sud, prévoit la Directrice Adjointe et Coordinatrice Evènementielle du Projet EuroMed Transport à Tunis, Dalila Achour Limam.
Afin d’atteindre cet objectif ultime, les efforts se concentrent sur l’harmonisation des différentes mesures réglementaires et institutionnelles des pays partenaires. « Le Plan d’Action Régional de Transport (PART) encourage les partenaires méditerranéens à mettre en œuvre les mesures conçues pour améliorer l’efficacité des opérations de transport à travers le développement d’un réseau d’infrastructure de transport efficace», explique Mme Achour Limam, en rappelant que le plan d’action engagé met en exergue le besoin d’appliquer les nouvelles mesures au niveau régional.
Dans son bureau dans la ville du Lac, la nouvelle cité d’affaires à Tunis, et jetant un regard vers le port de la ville, la Vice Directrice du Projet EuroMed Transport estime que «dans le contexte de mondialisation et l’évolution rapide des modèles commerciaux, le développement d’un système de transport intégré à l’échelle méditerranéenne permettra aux pays signataires du processus de Barcelone de faire face aux défis posés par la compétition internationale. Il favorisera le développement du commerce entre les pays de la région et la mise en place de la future zone de libre échange Euro-méditerranéenne».
Les échanges entre les pays d’Afrique du Nord ne dépassent pas 5 à 7% du total de commerce extérieur de chacun des pays concernés. Le même taux n’est pas meilleur entre les pays de la rive Est de la Méditerranée. Par contre la part de l’Union Européenne dans le commerce extérieur des pays de la région avoisine 50%. Ce taux peut dépasser 70% dans le cas du Maroc ou de la Tunisie.
Dans la région méditerranéenne, un dialogue politique a été établi entre les partenaires Méditerranéens et les Etats membres de l’Union Européenne à travers le Forum Euroméditerranéen des Transports et les Groupes de Travail thématiques du Forum dans le cadre du suivi du processus de Barcelone. La stratégie du Forum pour le développement d’un système de transport Euro-méditerranéen intégré est décrite dans le Livre Bleu (2005). De plus, les pays Méditerranéens ont participé au Groupe de Haut Niveau (GHN) sur l’extension des principaux corridors de transport Transeuropéens aux régions et pays voisins de la Méditerranée (2005). Les recommandations du Livre Bleu ont été adoptées par la conférence ministérielle Euro-méditerranéenne sur les transports de Marrakech, en décembre 2005.
Approuvé par les membres siégeant au Forum et adopté en 2007 à l’occasion de la Conférence à Haut Niveau sur «L’Extension des axes de Transport majeurs Trans-européens à la Région Méditerranéenne» de Lisbonne, le 3 décembre 2007, le Plan d’Action Régional de Transport pour la Région Méditerranéenne (PART) 2007-2013 souligne qu’un système de transport intégré, sécurisé et efficace dans la région méditerranéenne représente une condition sine qua none pour le développement des échanges commerciaux interrégionaux dans la région et d’une manière générale l’intégration économique dans le bassin méditerranéen.
Le PART consiste à identifier et à classer par ordre de priorité les actions à court et à moyen termes dans le domaine de la réforme institutionnelle (réglementation) et des réseaux de transport. Doté d’un budget de 9,8 millions d’euros, le Projet EuroMed Transport – Contrat Principal, «fournit de l’assistance aux pays bénéficiaires du programme pour harmoniser leurs cadres et procédures institutionnels et réglementaires dans les différents modes de transport. Certes, la réforme de la réglementation telle que suggérée par le PART est parfois confrontée à des problèmes d’implémentation au niveau de certains pays partenaires, mais la résolution et l’implication de tous ne font que favoriser la marche vers leur mise en œuvre», explique Mme Achour Limam.
En termes concrets, le PART «fournit par exemple une aide technique en faveur de l’un ou l’autre pays de la région qui aurait des difficultés à mettre en œuvre les normes de sûreté et de sécurité au niveau de tous les maillons de divers modes de transport». Il fournit également de l’assistance technique aux pays concernés afin «d’écourter le temps d’escale des navires au niveau des ports, choisir une option viable grâce au guichet unique et standardiser les documents douaniers échangés». Ce dernier permet aux opérateurs maritimes de gagner du temps et de l’argent. Par ailleurs, le temps d’immobilisation des conteneurs est en moyenne de trois jours en Europe et de plus qu’une semaine voir deux dans certains pays de la rive Sud.
Dans le domaine des infrastructures de transport, de la modernisation des infrastructures existantes, des études de faisabilité et également la concrétisation de nouveaux projets d’infrastructure d’envergure régionale, en particulier ceux retenus dans la liste restreintes des projets prioritaires mise à jour en 2009, la Commission européenne continuera à fournir son support technique aux pays partenaires, voir même les assister dans la recherche d’instruments financiers adéquats auprès des institutions financières internationales, constate Mme Achour Limam.
Durant la période de sa mise en œuvre 2007-2013, le PART se concentre sur le développement des infrastructures, en particulier à l’échelle régionale, explique la Directrice Adjointe du projet. Parmi les projets prioritaires, les efforts se concentrent sur la mise en œuvre d’actions qui touchent tous les maillons du transport dans ses divers modes : maritime, aérien, terrestre, ferroviaire, multimodal… L’intégration régionale est l’objectif commun des différents projets du Programme EuroMed Transport.
Le PART renferme 34 actions prioritaires qui doivent être implémentées dans les différents pays partenaires (à niveaux différents selon le pays) pour évoluer vers une harmonisation des législations, un renforcement de la coopération entre le secteur public et privé, une amélioration des mesures de sécurité et de sûreté, une simplification des procédures douanières, une réduction du temps d’immobilisation dans les terminaux des conteneurs, la mise en œuvre des conventions internationales, une vigilance plus accrue pour un système de transport durable …
Grâce aux effets des différents projets de développement à l’intérieur de chacun des pays méditerranéens et au niveau régional, le volume du fret maritime, du mouvement des passagers devrait évoluer continuellement. La crise économique n’aurait alors que des effets provisoires. D’ailleurs, le premier sommet de l’Union pour la Méditerranée (UpM) ne s’y est pas trompé, consolidant les aboutissements du Programme EuroMed Transport, qu’il considère comme une ‘pépinière’ à valeur intrinsèque pour identifier des projets de transport à envergure régionale.

EuroInfocentre - octobre 2009

L’Institut méditerranéen pour la formation aux métiers de la mer à Rades

A l’issue d’un accord tuniso-français de coopération dans le domaine du transport maritime signé le 30 avril 2008 et en consolidation du dispositif tunisien de la formation professionnelle, le Chef de l’Etat a donné ses instructions, lors d’un conseil ministériel en janvier 2009, pour la création de l’Institut Méditerranéen des métiers de la mer.
Après avoir tenu son assemblée générale constitutive, mardi 6 octobre 2009 dans un siège provisoire au sein de l’Office de marine marchande et des ports de Radès, le démarrage des cours de l’Institut a eu lieu aujourd’hui.
Il sera question, durant cette première étape de former 12 formateurs tunisiens spécialisés dans les métiers de la mer afin de les rendre aptes à donner des cours à l’Institut méditerranéen des métiers de la mer. Cet acquis, vient combler, comme le souligne M. Karem Mansour, son directeur général dans une interview à « infotunisie.com », un manque enregistré dans le domaine maritime. Cet établissement, ajoute-t-il, aura la capacité de répondre pleinement aux besoins en personnel qualifié compte tenu d’une formation modulaire, qui sera dispensée à trois niveaux d’apprentissage: CAP, BTP et BTS.
A noter que le début de l’année 2010 sera marqué, par la réception de 30 étudiants, répartis en deux groupes de 15 personnes, qui se formeront dans deux spécialités à savoir mécanique de navires et matelot …Visant l’insertion de nouveaux diplômés dans la vie professionnelle ainsi que la satisfaction des besoins nationaux dans le bassin méditerranéen en personnel qualifié, cet établissement public devrait être derrière l’implantation d’un pôle de ressources pour l’ensemble du secteur maritime mais aussi la promotion de la qualité de la formation, notamment le transport, la logistique, le transport multimodal et l’administration des ports.
A préciser, à ce propos, que l’institut méditerranéen des métiers de la mer, qui a suscité un financement de l’ordre de 2 millions de dinars, accueillera durant cette première étape, des jeunes issus du Golfe, de l’Europe ainsi que des Tunisiens.
D’où toute l’importance et l’intérêt à une telle formation qui vient à point nommé conforter les efforts déployés par la Tunisie quant à la formation essentiellement en matière de sciences et métiers de la mer, énormément demandés à l’échelle mondiale.
Infotunisie.com - le 19 octobre 2009

Les Rencontres Q@LI-MEDiterranée le 6 novembre 2009

L’objectif des Rencontres Q@LI-MEDiterranée est de créer un moment de discussion et d’échange entre les entreprises, industriels, laboratoires de recherche, centres techniques pour développer ensemble des projets collaboratifs d’innovation sur le thème : "Innover pour diminuer l’impact des intrants en viticulture, arboriculture et maraîchage".
Cette journée renforcera l’ancrage territorial du pôle, par la valorisation des compétences de ses membres actifs, entreprises et laboratoires de recherche, tout en contribuant à son rayonnement par des synergies au niveau national, européen et euroméditerranéen. La journée est organisée le vendredi 6 novembre 2009 au campus Montpellier SupAgro-Inra. Elle se déroulera sous forme de conférences et tables rondes qui permettront de consolider vos connaissances sur le sujet et échanger sur la thématique, d’ateliers qui permettront de réfléchir en groupe et de proposer des solutions sur des verrous techniques. En parallèle de la journée auront lieu les rendez-vous technologiques et d’affaires pour des rencontres individualisées avec des entreprises, laboratoires de recherche et centres techniques.
Plus d’informations et inscription sur : www.rencontres-qalimediterranee.fr

lundi 19 octobre 2009

EUROMED - Forum des pôles de compétitivité - 05 Novembre 2009

La Fondation Sophia Antipolis organise pour la cinquième année consécutive le Forum des pôles de compétitivité, les 5 et 6 novembre 2009, en présence de Mme Christine LAGARDE, Ministre de l'Economie de l'Industrie et de l'Emploi. Le Forum aura lieu à Sophia Antipolis au Centre International de Communication Avancée (CICA - 2229 route des Crêtes)
Programme :
- Le 5 novembre : "World Class clusters : une stratégie d’innovation internationale"
Sur la base de témoignages, de débats et d’échanges de bonnes pratiques, l'un des objectifs de cette session sera de mener une réflexion sur les réussites européennes et mondiales et sur les freins qui en réduisent l’allure (Coopérer : Comment ? - Coopérer : les Objectifs - Quel avenir pour la coopération internationale ?).
- Le 6 novembre : "Initiatives européennes pour l’internationalisation des clusters : rôles de l’Alliance Européenne des Clusters (ECA) et de l’Observatoire Européen des Clusters (ECO)"
Il s’agit de deux initiatives (ECA et ECO) soutenues par la DG entreprises de la Commission Européenne dans le cadre des Initiatives PROINNO et EUROPE INNOVA du programme-cadre pour l'innovation et la compétitivité (CIP) 2007-2013, l’Alliance Européenne des Clusters coordonnée par Oséo innovation et l’Observatoire Européen des clusters dirigé par laStockholm School of Economics.
Plus d’informations sur :
www.sophia-antipolis.org
Info Contact :
Nadège Bouget- bouget@sophia-antipolis.org
Par Animaweb.org

Colloque : Religions en Méditerranée dans les manuels scolaires

Un colloque Echanges humains et culturels en Méditerranée dans les manuels scolaires aura lieu les 12-13-14 novembre 2009 à l’Université Paul Valéry-Montpellier III.
L’un des axes de ce colloque, “La présentation-représentation de l’unité et de la diversité des rapports sociaux”, prendra en compte les religions.
Au programme sont annoncées notamment les contributions de :
F. Lorcerie F. (MSH-Aix), L’Islam dans les programmes scolaires français,
D. El Mestari (Oran), Le discours religieux à l’école algérienne à travers les manuels de l’éducation islamique du secondaire;
L. Guidoum (Algérie), Représentation de l’Islam dans les manuels algériens;
M. Amrane (Algérie), Pour une analyse des représentations identitaires France/Algérie dans les manuels scolaires algériens au début des années 2000;
M. Serrat (France), Arabes et Musulmans dans les manuels scolaires.
Par A.-L. Zwilling, Sociorel.wordpress.com - le 18 octobre 2009

dimanche 18 octobre 2009

Le webmarketing au service du business en Méditerranée - 27 Octobre 2009

Comment mettre le web marketing au service des investissements privés et du développement économique ?
ANIMA coordonne dans le cadre du programme Invest In Med un nouveau séminaire de formation visant à sensibiliser et former les professionnels web des réseaux de la MedAlliance sur les nouveaux enjeux de la communication numérique.
17 participants et 4 intervenants ressortissants de 11 pays méditerranéens (Algérie, Chypre, Egypte, Espagne, France, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine, Syrie et Tunisie) se retrouveront à Nicosie (Chypre) du 27 au 29 octobre, pour présenter la stratégie de webmarketing adoptée par leurs institutions (Chambres de Commerces, Agences de promotion des Investissements, etc.), ainsi que pour partager leur expérience avec les autres participants.
Ce sera également l’opportunité pour eux de se familiariser aux nouveaux outils du webmarketing (SIG et cartographie économique en ligne au service des investisseurs, référencement, marketing viral, etc.).
Les interventions de 4 experts, possédant une forte expertise en matière de développement et de mise en ligne d’outils marketing (outils fidélisation, SIG, production de sites web) contribueront à la formation des participants.
Un haut cadre d’Invest in Spain viendra ainsi présenter la stratégie adoptée par l’API espagnole en matière de gestion des bases de données et d’outils de fidélisation.
Un responsable de l’agence web Ebiz Production viendra également exposer les différentes solutions à disposition des agences de développement économique en matière de référencement stratégique et de mise en place d’outils de fidélisation performants.
Ces 3 jours d’échanges et de formation déboucheront sur la constitution d’un réseau des webmasters de la Méditerranée, prélude indispensable à la dissémination et au transfert des bonnes pratiques du web entre les spécialistes des systèmes d’informations de la MedAlliance.
Organisation et animation :
Lydie CORNAND / +33 4 96 11 67 66 / lydie.cornand@anima.coop
Samir ABDELKRIM / +33 4 96 11 67 64 / samir.abdelkrim@anima.coop



Vers un cadre réglementaire harmonisé pour le marché euro-méditerranéen de l'énergie

Les régulateurs de l’énergie se rencontreront à Chypre le 13 novembre 2009 pour définir leur plan d’action 2010-1012, qui a pour but d’élaborer le cadre réglementaire nécessaire à la création d’un marché énergétique intégré euro-méditerranéen stable et harmonisé, lequel offrira un maximum d’avantages aux consommateurs d’énergie, et ce dans les deux régions.
Un communiqué de presse indique que les régulateurs de l’énergie se réuniront à l’occasion de la huitième Assemblée générale de l’Association des régulateurs méditerranéens dans le domaine de l'électricité et du gaz (MED-REG), cofinancée par l’UE.
Le président de MED-REG, M. Alessandro Ortis, qui est également président de l’autorité italienne de réglementation pour l’électricité et le gaz, a déclaré que l’Assemblée générale est « l’occasion, non seulement d’examiner et d’approuver le travail mené par les quatre groupes ad hoc de MED-REG, mais aussi d’échanger les points de vue et de convenir des objectifs et taches à accomplir au cours des prochaines années en validant le nouveau plan d’action 2010-2012. » Les quatre groupes ad hoc traitent de questions institutionnelles, de questions relatives à l’électricité et au gaz, et enfin de questions relatives à l’environnement, aux sources d’énergie renouvelable et à l’efficience énergétique.
MED-REG a pour objectif de développer un cadre réglementaire moderne et efficace, une des conditions nécessaires pour la mise en place d’un marché énergétique intégré euro-méditerranéen et le développement de ses infrastructures.
Communiqué de presse
Par ENPI-InfoCentre - le 15 octobre 2009

Les travaux constitutifs de l'Union des ordres des avocats de la Méditerranée (UOAM)

Rabat -. Les travaux de la réunion préparatoire du congrès constitutif de l'Union des ordres des avocats de la Méditerranée (UOAM) se sont ouverts vendredi à Rabat.
La réunion de deux jours, organisée par l'ordre des avocats de Rabat en partenariat avec l'ordre des avocats de Naples, sera l'occasion d'examiner le protocole d'accord de cette union et son projet de statut, dans la perspective de se mettre d'accord sur une version finale qui sera présentée lors du congrès constitutif à Naples, le 9 décembre prochain.A l'ouverture de cette réunion, les intervenants ont souligné que l'UOAM sera le cadre idoine pour unifier les efforts des avocats des deux rives de la Méditerranée en vue de relever les défis et surpasser les obstacles qui se dressent devant la profession. Ce nouveau cadre permettra, selon les intervenants, la promotion des droits de l'Homme et de la coopération entre les différents organes de l'Union.
Il permettra également un échange de points de vues et d'expériences dans le domaine judiciaire. Les intervenants ont, à ce titre, fait part de leur disposition à travailler en commun, notamment à travers des jumelages pour atteindre les objectifs escomptés.
L'Union des ordres des avocats de la Méditerranée a pour objectifs, selon le projet de statut, de promouvoir le respect des principes de démocratie, et de faciliter, au moyen des ordres respectifs, la coopération entre les avocats des deux rives de la Méditerranée. Elle ambitionne également d'encourager les études et les recherches en matière de formation pour l'accès et la mise à jour professionnelle des avocats et de promouvoir des initiatives de formation, de mise à jour, d'orientation, de perfectionnement et de spécialisation professionnelle.
Elle vise, entre autres, à collaborer avec des organismes analogues des Etats membres de l'Union européenne et d'autres pays méditerranéens ainsi qu'avec d'autres organismes internationaux pour l'étude, l'échange d'expériences et pour des initiatives communes, notamment en matière de formation des avocats.
La séance d'ouverture a été marquée par la présence de représentants du syndicat général des avocats de la Grande Jamahiriya libyenne, de l'ordre des avocats de Tunis et de Naples, du coordinateur de l'Union des avocats du Maghreb arabe et de nombre d'avocats et juges marocains.
Par MAP - le 17 Octobre 2009

vendredi 16 octobre 2009

Comment la société civile peut-elle contribuer à l’Union pour la Méditerranée

La participation active des organisations de la société civile à l'Union pour la Méditerranée sera au coeur des débats du prochain Sommet euro-méditerranéen des conseils économiques et sociaux et institutions similaires qui se déroulera à Alexandrie les 18 et 19 octobre 2009. Ce sommet est organisé par le Comité économique et social européen (CESE).
Un communiqué de presse indique que le sommet réunira des représentants de la société civile organisée des 27 États membres de l’UE et des 16 pays partenaires de l’Union pour la Méditerranée. Un grand nombre d’organisations de la société civile égyptienne y seront représentées ainsi que les institutions européennes et des organisations internationales.
Ces deux journées permettront de débattre de l’Union pour la Méditerranée. Le comité de suivi euro-méditerranéen du CESE proposera la création, par les partenaires, d’une association de conseils économiques et sociaux et institutions similaires, appelée à devenir un organisme consultatif de l’Union pour la Méditerranée. L’impact économique et social de la crise financière mais aussi du changement climatique dans la région euro-méditerranéenne sera également évoqué.
Communiqué de presse
Sommet euro-méditerranéen des Conseils économiques et sociaux et institutions similires –programme et documents
Site Internet du CESE
ENPI Info Centre –
Rôle des Conseils économiques et sociaux dans les objectifs de l’UpM à l’ordre du jour du Sommet d’Alexandrie

jeudi 15 octobre 2009

Forum des entreprises et Sommet des Femmes Entrepreneurs du Programme d’investissement MENA-OCDE

Le Forum des entreprises MENA-OCDE 2009
Faisant partie intégrante de la
Conférence ministérielle MENA-OCDE 2009, le Forum des entreprises 2009 du programme d’investissement MENA-OCDE rassemble les représentants du secteur privé et du secteur public afin de :
Renforcer le dialogue public-privé au travers de débats de haut niveau entre les dirigeants du monde des affaires et les dirigeants politiques
Générer de nouvelles opportunités d’affaires et des contacts dans leurs secteurs,
Echanger et apprendre dans des domaines tels que le développement de la technologie dans les entreprises, les pôles de compétitivité ou le comportement responsable des entreprises
Le Forum des entreprises MENA-OCDE a pour but de faire coïncider un soutien fort au secteur privé avec une réforme des politiques d’investissements dans la région MENA et de maximiser l’impact des messages du monde des affaires sur les dirigeants politiques des zones MENA et OCDE présents à la Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009.Les principales conclusions des intervenants et des participants seront résumées dans la déclaration du Forum des Entreprises qui sera publiée en parallèle de la Déclaration ministérielle finale.
Téléchargez le projet d'ordre du jour du Forum des entreprises MENA-OCDE 2009 et du Sommet des femmes entrepreneurs (dernière mise à jour le 15 octobre 2009)

Le Sommet des femmes entrepreneurs
Comme il a été souligné dans la
Déclaration sur la promotion du rôle des femmes dans le monde des affaires dans la région MENA (en anglais), les femmes restent une réserve sous-exploitée pour la création d’emplois et la croissance économique dans la région
Le Deuxième Sommet des Femmes Entrepreneurs poursuit l’engagement des membres provenant du secteur public et du secteur privé de travailler ensemble pour soutenir le rôle des femmes dans le monde des affaires en :
Mettant en évidence auprès des femmes les avantages de l’entrepreneuriat
Poursuivant des réformes politiques afin de lever tous les obstacles sexo-spécifiques à l’entrepreneuriat
Facilitant les retours et les échanges d’expériences entre les pays des zones MENA et OCDE sur la promotion du rôle des femmes dans le monde des affaires

MENA 100 : Cérémonie de remise des prix des lauréats du concours MENA 100
Les gagnants du
Concours MENA 100 seront dévoilés durant une cérémonie de remise des prix.
Le réseau MENA-OCDE pour le financement des entreprises EFN© en coopération avec la Banque Islamique de Développement et le centre MENA pour l’investissement a lancé MENA 100, une compétition de business plan destinée à récompenser les projets innovants venant des 18 pays arabes membres du programme MENA-OCDE pour l’investissement.
L’objectif principal du concours MENA 100 est d’encourager les entrepreneurs en activité et inspirer les entrepreneurs potentiels, et mettre en relation les cent meilleurs d’entre eux au Moyen-Orient et en Afrique du Nord avec des sources potentielles de financement afin de générer des transactions commerciales.

Lancement du Conseil des entreprises MENA-OCDE
A la suite de la
réunion de préparation du 1er octobre 2009 à Paris (en anglais), le Conseil des entreprises MENA-OCDE sera officiellement lancé durant le Forum des entreprises MENA-OCDE 2009. L’objectif du Conseil des entreprises MENA-OCDE est de créer une instance d’influence politique de haut niveau pour les dirigeants d’entreprises des régions MENA et OCDE. Le Conseil des entreprises sera une caisse de résonance concertée et puissante dans le dialogue politique de la région.

Rencontre à haut niveau du Réseau MENA-OCDE des entreprises responsables
Afin d’inciter activement le secteur privé et le secteur public à adopter un comportement social responsable, le
comité de coordination du Réseau MENA-OCDE des entreprises responsables (en anglais) rassemble autour d’une même table des partenaires locaux, régionaux et internationaux.
Le réseau organisera une réunion au plus haut niveau lors du Forum des entreprises MENA-OCDE afin d’évaluer et d’échanger sur les pratiques commerciales responsables dans la région MENA.
Contacts :
Pour plus d’informations sur le Forum économique : mena.investment@oecd.org
Pour des informations supplémentaires sur le Sommet des Femmes entrepreneurs : korin.kane@oecd.org

mercredi 14 octobre 2009

L'Union pour la Méditerranée insuffle un « nouvel élan » aux relations avec les voisins du Sud

L'Union pour la Méditerranée « insuffle un nouvel élan aux relations de l'Europe avec ses voisins du Sud », a déclaré Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne en charge des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage (PEV), en réunion plénière de la Chambre de commerce américaine à Bruxelles.
Dans un discours intitulé « Une Europe plus vaste – les cinq dernières années », la commissaire a décrit le développement de la PEV comme « la reconnaissance fort tardive du fait que les intérêts de l'UE sont étroitement liés à l'évolution de la situation à ses frontières orientales et méridionales et que nous avons besoin de mener des relations stables et prévisibles avec nos voisins.En résumé, si nous n'« exportons » pas de la stabilité, nous risquons d'« importer » de l'instabilité. »
Mme Ferrero-Waldner a souligné que des projets concrets formaient le noyau de l'Union pour la Méditerranée, « des projets qui cherchent à produire des effets tangibles sur la vie quotidienne en stimulant la croissance, l'emploi, la cohésion sociale et l'intégration socio-économique ».
La Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat apporte au secteur privé des capitaux à des conditions qui ne sont pas accessibles au niveau local, a-t-elle ajouté. « Nous travaillons sur des initiatives de promotion des énergies propres, comme le plan solaire méditerranéen. De plus, nous soutenons le développement d'un réseau de transport euro-méditerranéen efficient et intégré. »
Pour la commissaire, l'établissement d'une zone euro-méditerranéenne de libre-échange reste un objectif important. Elle a évoqué le premier accord relatif à une évaluation de conformité, signé en juillet avec Israël, et déclaré avoir hâte de voir l'heureuse conclusion des négociations sur la libéralisation du commerce des services et le droit d'établissement, à mener l'an prochain avec l'Égypte, le Maroc, la Tunisie et Israël.
Mme Ferrero-Waldner est toutefois consciente du poids des obstacles politiques : « L'Union pour la Méditerranée a naturellement été affectée par les mêmes difficultés politiques que le processus de Barcelone. Nous espérons voir bientôt la reprise des négociations entre l'Autorité palestinienne et Israël. »
Discours de Benita Ferrero Waldner
Par InfoCentre - le 13 octobre 2009

mardi 13 octobre 2009

Des pistes pour stabiliser les monnaies de la Méditerranée

Face à la propagation de la crise aux pays du sud de la Méditerranée, Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercles des économistes, et Jean-Louis Reiffers, président de l’Institut de la Méditerranée, proposent de créer une zone monétaire permettant d’ancrer les pays méditerranéens à l’euro et une Banque méditerranéenne du développement.
Pour les deux économistes organisateurs des 5e Rendez-vous de la Méditerranée samedi à Marseille, la crise n’est pas finie, la situation risque même de se détériorer en 2010 et 2011. Ils craignent «l’impact majeur que ce choc pourrait avoir sur les pays méditerranéens».
Certes, la croissance perdure dans un certain nombre de pays du sud de la Méditerranée, mais à un niveau très inférieur à celui des années précédentes (+ 3 à 4 % en 2009 selon la Banque mondiale).
«Cette détérioration peut mettre en danger, à terme, la solvabilité de certains États souverains, les marchés de l’emploi et les politiques de lutte contre la pauvreté». Lorenzi et Reiffers soulignent donc la nécessité de protéger cet espace en mettant en œuvre des politiques méditerranéennes régionales.
Avec pour priorité, la constitution d’un vaste marché. Selon eux, il faut franchir une étape décisive dans l’intégration monétaire en fixant «des taux de change stabilisés entre les principales monnaies de la région, principalement autour de l’euro, ce qui passe par la mise en place d’un dispositif institutionnalisé qui permette de faire jouer la solidarité entre banques centrales de la région».
Ils ont aussi appelé de leurs vœux la création d’une Banque méditerranéenne du développement pour «apporter une vraie réponse aux problèmes de financement des économies, en particulier des PME, point de passage incontournable pour les créations d’emploi».
Par le Figaro.fr - le 12 octobre 2009

L’environnement au cœur de la coopération UE-Tunisie

Le sixième numéro du bulletin d’information de la Délégation de la CE en Tunisie s’intéresse à la coopération entre l’UE et le pays dans le domaine de l’environnement.
Cette publication en français de 12 pages propose un dossier consacré aux activités et aux objectifs du Programme Environnement-Énergie, qui vise à faciliter le développement et la consolidation d’une stratégie nationale durable dans le domaine de l'environnement et de l'énergie et à renforcer la compétitivité de l'économie tunisienne en termes d'efficience énergétique et d'impact sur le climat et l'environnement.
Ce numéro propose également un entretien avec le chef de la section politique et économique de la Délégation, qui évoque, entre autres, la mise en œuvre de la politique européenne de voisinage en Tunisie et la question des migrations. Un autre article présente la présidence suédoise de l’UE tandis qu’un dernier explique les résultats des élections européennes. On peut également y lire des brèves et un agenda.
Bulletin d’information de la délégation de la CE en Tunisie –
Numéro 6
Délégation de la CE en Tunisie – Site Internet
Délégation de la CE en Tunisie – Programme Environnement et Energie

La Méditerranée à l'honneur aux 4e Rencontres cinématographiques de Carros

Du 17 au 25 octobre 2009, la salle Juliette-Gréco lèvera son rideau sur les rencontres cinématographiques de Carros avec la 4e édition du Festival Cinéalma avec 23 films dont 4 avant-premières, 4 inédits, 2 exclusivités, 16 invités annoncés dont 2 marraines.
Une programmation exceptionnelle pour deux week-ends dédiés au cinéma… Du 17 au 25 octobre 2009, la salle Juliette-Gréco lèvera son rideau sur les rencontres cinématographiques de Carros avec la 4e édition du Festival Cinéalma, l’âme de la Méditerranée.
D’année en année, Cinéalma a su se faire une place au coeur du Septième Art azuréen. Un public de plus en plus nombreux attend avec grande impatience, à chaque rentrée, cette semaine riche en découvertes, émotions et partage.
Cette édition 2009, organisée par la mairie de Carros, Les Coteaux d’Azur, et les associations Festival TransMéditerranée et CinéActions, est très fière d’avoir pour marraines deux femmes, actrices talentueuses, figures charismatiques de notre Méditerranée : Ronit Elkabetz, l’Israélienne et Maria Grazia Cucinotta, la Sicilienne. Fanny Ardant, qui vient de confirmer avec Cendres et Sang, qu’elle était aussi une grande dans la réalisation, nous fera l’honneur de sa présence.
La programmation 2009, exigeante et diversifiée, offre au public l’opportunité de découvrir des films nouveaux et de qualité qui, faute d’écrans, passent hélas souvent aux oubliettes : plus d’une vingtaine de films des pays du Sud et du Nord de Méditerranée et de leurs immigrations (Algérie, Espagne, France, Israël, Italie, Maroc, Palestine, Portugal, Tunisie).
De nombreux invités, cinéastes, comédien(ne)s, spécialistes, viendront à la rencontre du public, véritable temps fort de ce festival. Le coup de projecteur sera donné sur les cinémas du Maghreb et du Proche-Orient, alors que plusieurs séances seront consacrées à l’Italie et en particulier, la Sicile.
Les films seront diffusés essentiellement au cours de deux longs week-ends consécutifs (samedi 17 et dimanche 18 / du jeudi 22 au dimanche 25 octobre), nouveauté venue s’inscrire dans cet événement où petits et grands pourront retrouver cette atmosphère typique « made in Cinéalma » avec ses décors (dont une exposition de toiles grand format signées André Marzuk), son barbecue, ses séances scolaires, collégiens et séniors et le palmarès des coups de coeur du public en clôture !
Toujours solidaire, Cinéalma reversera la participation symbolique d’1 euro par entrée au Farah Group Center, réseau de crèches et de jardins d’enfants de Cisjordanie.
Par Haïkel Regaieg - Nice-premium.com

Le Fond Averroès Finance II

Le fonds Averroès Finance II, sponsorisé par CDC Entreprises et Proparco est une initiative unique en Méditerranée. Il a pour objectif d’investir dans une sélection de fonds de capital investissement du Maghreb et du Machrek.
Aujourd’hui fort de 30 millions d’euros engagés, le fonds prévoit de réunir 50 à 80 millions d’euros auprès d’institutions du Nord et du Sud de la Méditerranée. Il investira dans une dizaine de fonds de capital investissement pour soutenir près d’une centaine de PME.
Les fonds Averroès Finance I et II sont deux fonds de fonds régionaux de capital investissement pour la zone Méditerranée. Ils ont pour objectif d’investir dans les PME de la région.Averroès Finance I est détenu par CDC Entreprises (Groupe Caisse des Dépôts), Proparco (groupe AFD), la Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Corse, la Banque Européenne d’Investissement et la Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc. Doté de plus de 230 M€, il soutient une cinquantaine de PME représentant un chiffre d’affaires d’1Md€ et employant 16 000 personnes. Averroès Finance II a pour objectif de prendre des participations minoritaires significatives dans une dizaine de fonds, soit indirectement dans une centaine de sociétés. Il devrait mobiliser 80 M€.
Focus sur la Caisse des Dépôts à l’international
Parce que les enjeux économiques transcendent les frontières, le groupe Caisse des Dépôts a crée des synergies avec d’autres investisseurs de long terme au niveau international, et créé le Club des Investisseurs de Long Terme, forum d'échange de bonnes pratiques, d’expression d'une identité commune et de coopération internationale qui réunit des institutions financières du monde entier.
Dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée, le groupe a lancé aux côtés de ses partenaires le fonds InfraMed afin de promouvoir l’investissement dans des projets exemplaires d’infrastructures urbaines, énergétiques et de transport. InfraMed est un fonds d’investissement de long terme dans les nouvelles infrastructures urbaines, d’énergie et de transport au Maghreb et au Mashrek.Lancé le 30 avril 2009 par la Caisse des Dépôts, la Cassa depositi e prestiti (Italie), EFG Hermes (Egypte) et la Caisse de Dépôt et de Gestion (Maroc), InfraMed investira dans des projets d’infrastructures conformes aux critères de responsabilité sociale et environnementale (Principes pour l’investissement responsable soutenus par les Nations Unies) et aux principes développés dans la Charte du Club des Investisseurs de Long Terme.
Ses promoteurs ont approuvé le principe d’un engagement collectif pouvant atteindre 400 M€ en fonds propres, avec d’autres investisseurs de long terme, dans la perspective de réunir plus de 1 Md€ au cours des mois à venir. Des discussions sont par ailleurs engagées avec des prêteurs à long terme afin de renforcer encore sa capacité financière.Dans le contexte actuel de diminution des financements, InfraMed apportera une contribution significative aux investissements dans les projets d’infrastructure en Méditerranée.
Focus sur CDC ENTREPRISES
CDC Entreprises, société de gestion agréée par l’AMF, filiale de la Caisse des Dépôts, est en charge des activités de capital investissement du groupe. Elle est financée par la Caisse des Dépôts et désormais également par le FSI sur le segment des PME françaises. CDC Entreprises a pour principale mission de développer les différents segments du marché du capital investissement en France afin de favoriser le financement en fonds propres des PME de croissance, technologiques et de l’industrie traditionnelle.
Elle réalise aussi, pour le compte de la Caisse des Dépôts, des investissements ciblés au-delà des frontières françaises en développant le capital investissement dans les pays émergents proches de la France, notamment dans les pays des rives sud de la Méditerranée.
Focus sur PROPARCO
Créée en 1977, PROPARCO est une Institution Financière de Développement, conjointement détenue par l’Agence Française de Développement et par des actionnaires privés du Nord et du Sud. La mission de la société est de favoriser les investissements privés dans les pays émergents et en développement en faveur de la croissance, du développement durable et de l’atteinte des Objectifs du Millénaire [1] .
Trente ans après sa création, avec des impacts développementaux et des résultats en progression constante, PROPARCO incarne la possibilité de financer dans les pays émergents et en développement des opérations économiquement viables, socialement équitables, soutenables sur le plan environnemental et financièrement rentables.
[1]Réduire l’extrême pauvreté et la faim – Assurer l’éducation primaire pour tous – Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomie des femmes – Réduire la mortalité infantile – Améliorer la santé maternelle – Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies – Préserver l’environnement – Mettre en place un partenariat mondial pour le développement
Par Financesmediterranee.com - le 10 octobre 2009

dimanche 11 octobre 2009

Maroc - Interconnexion des réseaux électriques et gaziers du Sud et du Nord de la Méditerranée

Le Maroc s'est fixé pour objectif de porter la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité à 18 % à l'horizon 2012 en vue d'atteindre 15% d'économie d'énergie d'ici à 2030, a indiqué, vendredi à Bruxelles, le secrétaire général du ministère de l'Energie et des mines, Mohamed Yahya Zniber.
S'exprimant à l'ouverture d'une conférence sur les énergies renouvelables, réunissant les pays de l'Union européenne, de la Méditerranée et du Golfe, M. Zniber a fait savoir que la production d'électricité actuelle du Royaume se situe à 5% à partir de ces énergies, ajoutant qu'elle devrait être portée à 25% en 2030.
Tenant compte de son potentiel en énergies éolienne, solaire et hydroélectrique, le Maroc a entrepris d'importantes initiatives sur les plans institutionnel, législatif et organisationnel, et ce dans le cadre de la mise en œuvre d'une politique résolue d'efficacité énergétique et de recours volontariste aux énergies renouvelables, a-t-il indiqué.
Cette démarche repose sur l'adoption de plusieurs projets de loi visant le développement de la production de l'énergie électrique à partir de sources d'énergies renouvelables et l'extension des missions du Centre de développement des énergies renouvelables à travers le renforcement de ses structures et la modernisation de ses méthodes de gestion, a-t-il dit.M. Zniber a, dans ce sens, souligné la mise en place en cours de mécanismes de financement novateurs à travers le Fonds de développement énergétique doté de 1 milliard de dollars.
Ce fonds, a-t-il expliqué, a pour objectifs de renforcer et de préserver les capacités de production à partir des sources énergétiques locales, d'apporter un appui financier aux projets d'efficacité énergétique et de soutenir les entreprises en services énergétiques.
Il a, dans ce cadre, souligné que l'action du Maroc devrait bénéficier du nouveau contexte favorable après l'octroi par l'Union européenne du statut avancé au Royaume, à même de permettre une pleine intégration du marché marocain de l'énergie au marché de l'UE et une plus grande ouverture du marché de l'électricité verte des pays européens.
Il s'agit aussi, a-t-il ajouté, de la consolidation et du renforcement des infrastructures existantes à travers le territoire marocain pour l'interconnexion des réseaux électriques et gaziers du Sud et du Nord de la Méditerranée permettant au Maroc de renforcer son rôle en tant que pays de transit pour les produits énergétiques.De par sa position géographique, le Maroc dispose des atouts nécessaires pour devenir une véritable plaque tournante dans les échanges énergétiques entre les trois grands ensembles régionaux à savoir l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Europe, a-t-il affirmé.
Le responsable marocain a, en outre, proposé de nouvelles pistes de partenariat notamment la mise en place d'un marché euro-méditerranéen de l'électricité et du gaz naturel intégré et interconnecté, la création d'un fonds méditerranéen de développement des énergies propres et d'un réseau de technopôles de formation, de recherche, de développement et de conseil, en plus du soutien du groupe de régulation de l'électricité et du gaz (Medreg).
Et de souligner que le Maroc, qui a opté pour l'ouverture, la libéralisation, l'intégration et la promotion de l'initiative privée et de l'innovation dans plusieurs domaines, ne manque pas d'atouts pour jouer un rôle important dans la coopération énergétique régionale.M. Zniber a, par la même occasion, plaidé pour la mise en place d'un partenariat énergétique basé sur de nouveaux rapports en vue de mettre en place les conditions d'émergence d'un ensemble économique à croissance soutenue et durable, mettant en avant le projet de Plan solaire méditerranéen qui constitue une initiative-clé allant vers le développement énergétique durable de la région.
Cette rencontre, organisée par la Commission européenne, a connu la participation des représentants de plusieurs organisations arabes et internationales et d'une quarantaine de pays européens, du pourtour de la Méditerranée et du Golfe.Ils ont débattu de plusieurs thèmes ayant trait aux énergies renouvelables et aux moyens de développer la coopération en matière de production des énergies propres.
Par Lematin.ma - le 10 octobre 2009

Énergies renouvelables - l’Union Européenne sollicite la coopération des pays de la rive sud

Notre coopération a un sens à plusieurs niveaux. L’Union européenne a une grande expérience et un savoir-faire dans les énergies renouvelables, alors que le potentiel des énergies renouvelables chez ses partenaires du Sud est énorme.” C’est ce qu’a déclaré Mme Waldner, commissaire européen en charge des relations extérieures, à l’occasion d’une conférence ministérielle sur la coopération trilatérale dans le domaine des énergies renouvelables, organisée vendredi à Bruxelles.
Aux côtés d’Andris Piebalgs, commissaire européen en charge de l'Énergie, Mme Waldner indique qu’“un marché de l'énergie verte nous permettra d'assainir les sources d'énergie, de satisfaire la demande en croissance rapide de l'énergie dans toute la région et d’améliorer l’accès aux services énergétiques”. L'UE veut, en effet, convaincre ses partenaires de la Méditerranée et des pays du Golfe de développer la coopération dans le domaine des énergies renouvelables.
La commissaire notera à cet égard que “ce marché apportera également des avantages économiques”. “Nous avons également soutenu les politiques d'efficacité énergétique grâce à des projets de démonstration réussie et créé un centre régional d'énergie renouvelable au Caire.
Et l'un des projets phares de l'Union pour la Méditerranée est le plan solaire méditerranéen”, a-t-elle indiqué, avant d’estimer qu’“il est temps de s'engager dans des mesures qui rendront la vision d'un marché de l'énergie verte Europe-Méditerranée-Golfe une réalité”. Trois domaines principaux dans lesquels les efforts doivent être concentrés, dit-elle : un cadre de politique, lois et règlements nécessaires pour permettre à un marché d'énergie verte de fonctionner efficacement, des infrastructures physiques nécessaires qui doivent être mises en place pour rendre le marché une réalité et la recherche et développement pour rendre les énergies renouvelables de plus en plus économiquement viables.
De son côté, le commissaire Piebalgs soutient que “le vaste potentiel d'énergie solaire de l'Afrique du Nord et le savoir-faire européen en matière de technologies renouvelables ouvrent des perspectives de coopération accrue dans la région méditerranéenne”.
Pour rappel, le 13 juillet dernier, douze entreprises ont signé, à Munich, en Allemagne, un protocole d’accord en vue de créer un bureau d’études : Desertec Industrial Initiative (DII).
“Cette initiative a pour objet l’analyse et la mise en place d’un cadre technique, économique, politique, social et écologique en faveur d’une production d’énergie sans émission de CO2 dans les déserts d’Afrique du Nord. Le concept Desertec, conçu et réalisé par l’initiative Trec du Club de Rome, décrit les perspectives d’un approvisionnement électrique durable pour toutes les régions du monde avec accès au potentiel énergétique des déserts”, est-il expliqué dans le protocole paraphé à l’occasion.
Parmi les sociétés fondatrices de DII, principalement concentrées en Europe, au Proche-Orient et en Afrique du Nord (Mena), figurent ABB, Abengoa Solar, Cevital, Deutsche Bank, E.On, HSH Nordbank, MAN Solar, Millénium, Münchener Rück, M+W Zander, RWE, Schott Solar, Siemens. Aussi, et à l’exception de Cevital (Algérie), ABB (Suisse) et Abengoa (Espagne), les autres sociétés sont allemandes.
Par Nadia Mellal B - Liberte-algerie.com - le 11 octobre 2009