Translate

mercredi 29 février 2012

La Méditerranée dans les programmes des candidats à la présidentielle en France

Les petits déjeuners de la Méditerranée
La Méditerranée dans les programmes des candidats à la présidentielle en France
Vendredi 30 Mars 2012 de 08:30 à 10:00 à Paris
Autour de :
  • Henri Guaino, Conseiller spécial de Nicolas Sarkozy.
  • Vincent Peillon, Député européen, membre de l'équipe de campagne de François Hollande.
  • Marielle de Sarnez*, Députée européenne, directrice de campagne de François Bayrou.
 
En 2007, le président Nicolas Sarkozy a été à l'initiative du grand projet d'Union pour la Méditerranée, destiné à promouvoir l'intégration économique de la région.
 
Indépendamment des difficultés auxquelles l'UPM a été confrontée dès sa création, les crises économique et financière que traverse le Nord de la région, les bouleversements qui sont intervenus dans les pays arabes en 2011, changent la donne et amènent à repenser les relations internationales et pour la France, ses relations avec ses voisins du Sud.
 
A quelques mois de l'élection présidentielle en France, IPEMED souhaite interroger les principaux candidats sur la politique étrangère qu'ils mettraient en œuvre s'ils étaient élus et notamment sur la place qu'ils accorderont à la Méditerranée dans leurs ambitions européennes et internationales.
 
Quel avenir pour l'Union pour la Méditerranée ? Quels projets doivent être réalisés ? Le partenariat euro-méditerranéen est-il une priorité politique ? Quel destin commun les candidats envisagent-ils pour ce bassin méditerranéen de 400 millions de personnes ? Quelle est leur vision des échanges entre les pays du Nord et du Sud de la Méditerranée ?
 
(* Sous réserve)
Pour toute information, veuillez contacter : communication@ipemed.coop

Tunisie : l'opposition inquiète de la dérive de l'économie

Ahmed Néjib Chebbi est sans concession sur l'état de son pays, la Tunisie. Figure de l'opposition et fondateur du Parti démocrate progressiste (PDP), il considère que « la Tunisie est très mal partie ». Quatre mois après l'arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda, il regrette « un blocage économique, hérité de la révolution ».
« L'investissement ne se fait pas, donc il n'y a pas de création d'emplois, poursuit-il, alors que la croissance du PIB a atteint un faible 0,2 % en 2011 et que les investissements étrangers ont chuté de 25 % en moyenne . Le tourisme est paralysé. Les exportations ont baissé. Or, face à ces attentes énormes, le pays fait du surplace. » Dans cette Tunisie qui « ne s'est pas effondrée mais qui vit au ralenti », il « ne voit pas le bout du tunnel ». L'année 2012 sera « difficile », a prédit la Banque centrale de Tunisie en évoquant la baisse du rythme de création d'emplois et la hausse du taux de chômage.

Les Tunisiens rejetteraient-ils déjà ceux qu'ils ont élus il y a quatre mois ? « Non, rétorque Ahmed Néjib Chebbi. On est loin du rejet qu'on a connu sous l'ancien président Ben Ali. » Il distingue en fait trois catégories de populations. « Ceux d'en bas, les laissés-pour-compte et les chômeurs, sont dans une confrontation directe avec le représentant de l'Etat au niveau local -le sous-préfet ». Quelle que soit sa couleur politique, c'est de lui seul qu'ils attendent une amélioration de leur situation. La bourgeoisie libérale est « beaucoup plus frileuse » et craint pour ses libertés et sa sécurité. Quant aux couches moyennes, « elles ont peur pour leur emploi et leur pouvoir d'achat, car les salaires ne bougent pas tandis que les prix flambent. Ces couches moyennes qui représentent la grande masse des Tunisiens sont dans la déception. »

Après l'échec de l'opposition dite « démocrate » à se rassembler lors de l'élection du 23 octobre, le PDP et d'autres préparent la relève pour la prochaine échéance électorale. Le PDP, Afek et le Parti républicain (PR) doivent fusionner lors d'un prochain congrès fédérateur prévu du 17 au 19 mars. Tous les partis dits démocrates et sociaux n'ont cependant pas réussi à s'unir, Ettajdid, le Parti du travail tunisien (PTT) et le Pôle démocratique moderniste (PDM) tentant eux aussi de se rassembler. Au-delà du rapprochement des partis, il faut avant tout qu'ils « s'implantent dans la population et tiennent compte des préoccupations populaires », insiste-t-il. Car, même si « la vie tourne normalement », à Tunis, « le climat est morose et il y a beaucoup d'inquiétudes ». Nourries par la situation économique mais aussi « par la tentation de mettre au pas les médias » et par un salafisme qui se développe « avec la complaisance du gouvernement et qui peut faire le lit de la violence politique », conclut-il.

Par Nicolas Barré et Marie-Christine Corbier, Les Echos

L’iReMMO organise une Conférence - Femmes et révoltes arabes

L’iReMMO organise une Conférence-Débat le Jeudi 8 mars (18h-20h) - Femmes et révoltes arabes













A l’occasion de la journée internationale des femmes, quatre personnalités aux parcours artistiques et intellectuels reviendront sur le rôle des femmes dans les révoltes arabes. Visibles pendant les évènements, les femmes semblent aujourd’hui souffrir d’une exclusion de l’espace publique et politique.

Nos invitées reviendront sur la situation particulière des pays (Egypte, Tunisie…) et en proposant une perspective plus globale.

Avec :
• Sophie Bessis, directrice de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) de Paris et secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)
• Lamia Safizeddine, chorégraphe libanaise
• Habiba Hassan-Wassef, membre de la coalition des femmes de la révolution égyptienne
• Faouzia Zouari, écrivaine d’origine tunisienne

Participation : 8 € (5€ pour les étudiants et les demandeurs d’emploi)
Pour vous inscrire à une controverse à venir : infos@iremmo.org

Méditerranée - Journée d'information et d'initiation « STRATEAU»

L'Ambassade de l'eau, avec la collaboration du Réseau Méditerranéen des Organismes de Bassin, a organisé le 7 février 2012 à Paris une journée d'information et d'initiation « STRATEAU », outil d’analyse stratégique et de prospective sur les équilibres demande/ressources en eau.

Cet outil d’aide à la décision est d'une conception extrêmement sophistiquée et d'une utilisation très simple. Il permet d’établir des diagnostiques, identifier des tensions sur la ressources et de comparer différents scénarios prospectifs. Il a pour but d’éclairer les choix pour les décideurs dans toute stratégie de politique liée à la gestion de la demande en eau (GDE) ou ayant un impact sur les ressources en eau.

Plus d'information :
L'Ambassade de l'eau: Jeannette Prétôt, Présidente de l'AdE
Phone: +33 (0)164650975
Site Web : http://www.ambassade-eau.com/en/STRATEAU



Union pour la Méditerranée : Paris lâche la coprésidence

La France a fini par « lâcher son bébé », glisse un diplomate à Bruxelles, après la décision, lundi, des ministres européens des Affaires étrangères de prendre le relais de la France pour la coprésidence de l'Union pour la Méditerranée (UPM).
La coprésidence française était temporaire. Lancée en grande pompe par la France en juillet 2008, l'UPM était jusqu'ici dotée d'une coprésidence française et égyptienne et d'un secrétariat général marocain. Les réunions des ministres des Affaires étrangères seront désormais gérées par la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et les réunions ministérielles techniques, par les commissaires européens.

Au Sud, il faudra trouver un remplaçant à l'Egypte, qui a fait savoir qu'elle ne voulait plus assurer son rôle de coprésidente. Selon des sources diplomatiques, la Jordanie pourrait prendre le relais, mais rien n'est fait. On retombe sur les difficultés inhérentes à l'UPM dès sa création, à savoir mettre d'accord Israël et les pays arabes. Sur un remplaçant à l'Egypte. Mais aussi sur toutes les initiatives de ce forum de 43 pays. L'UPM n'a jamais réussi à dépasser les difficultés liées au conflit israélo-palestinien. Dès la fin 2008, ses activités ont été suspendues pendant l'offensive israélienne sur Gaza. Ses membres ont ensuite mis un an et demi avant de la doter d'un secrétaire général et de six adjoints, dont un Palestinien et un Israélien. L'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, qui voulait « se battre » contre l'UPM, n'a pas eu trop d'efforts à faire pour l'empêcher de fonctionner...

Case départ
Les printemps arabes ont relancé le débat. Le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy appelait, il y a un an, à la « refondation » de l'UPM. Tandis que d'autres, comme l'ancien ambassadeur Jean-Christophe Rufin, dénonçaient que, « au nom d'une chimère, l'Union pour la Méditerranée, on [ait] été extrêmement complaisant avec des dictateurs ». En juillet, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, la qualifiait encore d' « initiative prémonitoire » avant les printemps arabes. Codirigée par la France, elle était censée sortir la coopération euroméditerranéenne de l'ornière dans laquelle l'avait placé le processus européen de Barcelone lancé en 1995. Trois ans et demi plus tard, cette coopération revient à la case départ, dans l'escarcelle de Bruxelles.

Par Marie-Christine CORBIER - Les Echos

mardi 28 février 2012

Salon International du Partenariat Industriel et de l'Innovation " Tunis-Medindustrie "

La Chambre de Commerce et d'Industrie de Tunis organise en partenariat avec l'API (Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation) et l'ASCAME (L'Association des Chambres de Commerce et d'Industrie de la Méditerranée) en collaboration avec (La FIPA, Le CEPEX, Le CETIME et l'UTICA) la 2ème édition du Salon International du Partenariat Industriel et de l'Innovation " Tunis-Medindustrie " sous le slogan "Meeting with Innovation ".

Plus de 10.000 visiteurs seront attendus durant les 4 jours du salon tous passionnés par l'industrie et en quête de l'Innovation industrielle et technologique.

Des rencontres B to B avec des professionnels du secteur et des donneurs d'ordres seront au rendez-vous pour animer le volet technique et contribuer aux échanges scientifiques et technologiques dans les domaines de la mécanique, de l'industrie électrique et électronique, du plastique technique, du caoutchouc et emballage, de l'ingénierie, de l'automobile, de la formation et de la logistique. aciclovir caracteristicas

Innover, Développer et ouvrir de nouvelles perspectives tels sont les objectifs tracés à l'occasion de ce salon.Tunis-Medindustrie dans sa 2 ème édition vous offre la possibilité de découvrir les dernières innovations dans des divers secteurs de l'industrie (sous-traitance, coopération industrielle, externalisation, conception de nouveaux produits, recherche et développement).

Ne ratez pas l'occasion et marquez votre présence, du 13 au 16 Juin 2012 au Parc des Expositions du Kram.

Eau en Méditerranée - Atelier de lancement de SWIM

L'Atelier de lancement de SWIM a été organisé les 7-8 décembre 2011 à Bruxelles dans le but de s'assurer que les activités prévues dans le cadre des deux Composantes du Programme - Mécanisme de Soutien de SWIM et Projets de Démonstration – contribuent à relever les défis pressants de l'eau en Méditerranée en comblant les lacunes urgentes en matière de politiques, et notamment en période de réformes dans la région.

L'accès limité à l'eau potable - la Méditerranée compte 60% de la population mondiale 'pauvre en eau’ (Disposant de moins de 1000 m3 d'eau par habitant et par an ) et, aujourd'hui, environ 20 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable, particulièrement dans les zones rurales et périurbaines des pays du Sud et de l'Est de la région - l'exploitation intensive des ressources d'eau douce, aussi bien renouvelables que non renouvelables, la pollution accentuée de l'eau et l'épuisement des masses d'eau superficielles et souterraines sont parmi les défis les plus cruciaux liés à l’eau. Les impacts du changement climatique pourraient rendre ces défis encore plus pressants et les ressources en eau plus fragiles.

L'atelier a comporté une série de consultations avec les autorités nationales de l'eau et de l'environnement de six pays du sud de la Méditerranée représentant les pays partenaires de SWIM, les services de la CE, les organisations régionales, les institutions et les programmes pertinents relatifs à l’eau qui sont en cours. Des commentaires importants ont été recueillis et des synergies potentielles ont été explorées avec les initiatives régionales en cours.

Les activités prévues pour la 1ère année de mise en oeuvre du Mécanisme de Soutien de SWIM (jusqu'à septembre 2012) relèvent des quatre piliers thématiques principaux, à savoir:
1 - Les ressources en eau non conventionnelles (y compris le traitement des eaux usées et leur réutilisation et le dessalement) particulièrement en milieu rural;
2 - l'Evaluation économique des coûts pour remédier à la dégradation de l'eau;
3 - Les actions ‘non regret’ pour l'adaptation du secteur de l'eau au changement climatique et, 4 - La gouvernance locale de l'eau, en mettant l'accent sur les expériences des associations d'usagers.
Ces activités portent sur un large ensemble de plus de 30 interventions en Méditerranée, y compris d’assistance technique, de renforcement des capacités, de transfert de savoir-faire, de documentation et de diffusion des bonnes pratiques, de communication et de sensibilisation.

Cinq Projets de Démonstration, approuvés par la CE dans le cadre de la 2ème Composante de SWIM, se pencheront, en adoptant une approche régionale ou sous-régionale, sur les priorités suivantes: Gouvernance de l'eau, Eau et Changement Climatique, Gestion de la Demande en Eau et Efficacité, y compris les ressources en eau non conventionnelles.

Dans son allocution d'ouverture M. Marcus Cornaro, Directeur du Voisinage à la DG Développement et Coopération - Commission Européenne, a insisté sur l'urgence de s'attaquer à la fragmentation des approches dans la gestion de l’eau en Méditerranée, en adoptant une vision intégrée, promouvant l'équité et la transparence et renforçant les capacités des acteurs concernés et le transfert de savoir-faire. Il a également mentionné que le Mécanisme de Soutien et les Projets de Démonstration représentent une opportunité pour renforcer les efforts en cours.

La liste des projets de démonstration :
1. Adaptation to Climate Change of the Mediterranean Agricultural Systems (ACLIMAS),
2.Innovative Means to Protect Water Resources in the Mediterranean Coastal Areas through Re-injection of Treated Water (IMPROWARE),
3.Network of demonstration activities for sustainable integrated wastewater treatment and reuse in the Mediterranean (Sustain Water MED),
4.All Across the Jordan: Trans-boundary Master Planning of the Lower Jordan River Basin, and
5.Water ater harvesting and Agricultural techniques in Dry lands: an Integrated and Sustainable model in MAghreb Regions (WADIS-MAR).

Contact information : Mme. Barbara Tomassini – Expert Principal en Communication et Consultation Publique
Phone: +961 70 612732
Site Internet SWIM - http://www.swim-sm.eu/

La France cède la co-présidence de l'Union pour la Méditerranée à l'Union européenne

La France qui co-préside avec l'Egypte l'Union pour la Méditerranée (UpM) depuis sa fondation en juillet 2008, a décidé de se retirer au profit de l'Union européenne, a annoncé mardi le ministère français des affaires étrangères.






La transmission de la co-présidence nord de l'UpM, qui sera effective le 1er mars, illustre le rô le "central de l'UE dans l'accompagnement des changements " en cours au sud de la Méditerranée, par le biais notamment de la politique européenne de voisinage rénovée, a indiqué le porte-parole du Quai d'Orsay.

Cette entrée de l'UE au plus haut dans la gouvernance de l'Union pour la Méditerranée devra se traduire par "un soutien accru" aux projets concrets de cette enceinte de coopération euro-méditerranéenne, dans le cadre du soutien aux transitions démocratiques en cours dans les pays arabes du Sud de la méditerranée, a-t-on souligné de même source.

L'UpM est basée à Barcelone, où le diplomate marocain Fathallah Sijilmassi assure la fonction de secrétaire général de cet organisme.


MED in scenario worldwide - Concours international du scénario méditerranéen

E Notti Mediterràneu régie par la Diffusion KVA renouvelle le second concours méditerranéen du scénario qui prend une dimension internationale avec le soutien de France Télévisions. Ce concours international du scénario méditerranéen qui donnera normalement suite à un tournage en Corse avec deux autres projets en méditerranée.









Les trois projets seront présentés en avant-première au festival l’année suivante et le lauréat des trois projets retenus bénéficiera d’un pré-achat de France Télévisions et sera diffusé sur ses antennes. L’objectif de ce concours est l’accompagnement du scénario depuis son écriture à sa diffusion.

Deux thèmes imposés sont au choix : « La vie en méditerranée - ou - la langue Corse »
Le scénariste et réalisateur, recevra une attention particulière au scénario s’il traite de la laïcité ou du multiculturalisme. Un seul projet par auteur. Un scénario ne peut être présenté qu'une fois.

Le scénario doit pouvoir être tourné intégralement en région de Corse. Le scénariste s’engage à présenter un scénario original libre de droit qui n’a fait l’objet d’une présentation à quelconques organismes publiques ou privés. La présélection se composera de : 12 scénaristes. Tous les scénaristes devront se rendre disponibles pendant la durée du festival.

Un membre du Pôle court métrage de France Télévisions fera partie du jury. Les Nuits Méditerranéennes tentent d’impliquer un producteur de long métrage en tant que « Parrain » qui ferait le choix d'utiliser son soutien automatique au CNC pour aider au financement du court métrage suite à « MED IN SCENARIO WORLDWIDE, » dont il n'assumerait pas lui-même la production. Le montant du soutien financier du producteur de long métrage serait compris entre 7 600 € et 10 000 €.

Cette somme serait donc majorée de 50% par le CNC. Ce système d'aide, est appelé « bourse des festivals » Deux ou trois projets seraient susceptibles de trouver éventuellement son producteur pour le réaliser en 2013.

Inscription du 29 février au 21 mai 2012


La gouvernance des réseaux d'irrigation en Méditerranée





Une journée technique sur la " gouvernance des réseaux d'irrigation en Méditerranée ", appelée Aigo 2012, aura lieu le 14 mars 2012 au Tholonet (Aix-en-Provence). Labellisé par le 6e Forum Mondial de l'Eau et pleinement intégré à son programme, Aigo 2012 est organisé par les gestionnaires de réseaux d'irrigation de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA).

Les Associations Syndicales de Propriétaires (ASP), la Société du Canal de Provence et d'aménagement de la région provençale (SCP) et la Chambre d'Agriculture, organisateurs de cette journée, souhaitent partager avec le reste du monde l'expérience provençale d'une gestion collective de la ressource en eau, fondée sur la complémentarité entre des ASP et une Société d'Aménagement Régional (SAR).

Bénéficiant du soutien de la Région PACA ainsi que de l'Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée et Corse, le programme d'Aigo 2012 se divise en 2 parties. La matinée sera consacrée aux conférences qui porteront sur les sujets suivants :

- Mise en perspective historique et socio-économique de la gestion de l'eau en Provence ;
- Présentation et témoignages sur la gestion de l'eau agricole et la gouvernance des réseaux
  d'irrigation en Méditerranée :
    • La Provence : " histoire d'une eau partagée " ;
    • La vallée du Jourdain (Jordanie) ;
    • L'aménagement hydraulique du Haouz (Maroc) ;
- Eau et gouvernance dans les sociétés du sud de la Méditerranée.

En après-midi, des visites de terrain seront organisées avec 7 tours optionnels qui sont proposés. Cette journée technique s'adresse à l'ensemble des acteurs de l'eau intéressés par la gestion sociale de l'eau et les questions de gouvernance, qu'il s'agisse de participants étrangers ou français. Une présence forte des acteurs de l'eau de la région provençale et du pourtour méditerranéen est attendue.

Plus d’information : http://www.aigo-fme2012.fr/

lundi 27 février 2012

Clinton défend les peuples du Maghreb


La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a déclaré à Alger que les peuples du Maghreb "méritent de pouvoir décider pour eux-mêmes".

"Je viens de Tunisie et demain je serai au Maroc, mon message est le même: les peuples du Maghreb (...) ont besoin et méritent de pouvoir décider pour eux-mêmes", a-t-elle déclaré lors d'une rencontre avec la société civile algérienne à l'ambassade des Etats-Unis, première étape de sa visite de quelques heures à Alger.

"Nous sommes au 21e siècle et je conçois la société comme un tabouret à trois pieds ou trois piliers", a-t-elle déclaré lors d'une table ronde organisée avec ces organisations civiles et des diplômés algériens. "L'un (des pilliers) doit être gouvernement responsable, efficace qui rend des comptes à son peuple. Un autre doit être le secteur privé vibrant, dynamique, ouvert sur le monde pour créer des emplois et des opportunités économiques pour son peuple et le troisième est la société civile -des gens comme vous qui oeuvrent pour améliorer les vies de vos compatriotes", a souligné Mme Clinton, indiquant qu'elle venait en Algérie pour rencontrer ces trois piliers.

"Pour les 50 prochaines années, l'Algérie a besoin d'assumer sa juste place en tant que nation parmi les nations où la prospérité, la paix et la sécurité existent pour la population", a-t-elle ajouté.


dimanche 26 février 2012

Dixième conférence de la FEMIP : les PME méditerranéennes à la conquête de nouveaux horizons


La Banque européenne d'investissement (BEI) organise, en collaboration avec la République tunisienne et PROMOS, la 10e conférence de la FEMIP. La manifestation aura pour thème « Les PME méditerranéennes à la conquête de nouveaux horizons » et se tiendra le jeudi 8 mars 2012 à Tunis.

Cet événement de haut niveau se déroulera en présence du premier ministre Hammadi Jebali, chef du gouvernement tunisien, de M. Riadh Bettaieb, ministre tunisien de l'investissement et de la coopération internationale, ainsi que de nombreux autres orateurs éminents.

À qui s'adresse cet événement ?
La conférence est destinée aux banques et aux grandes entreprises, aux gestionnaires de fonds, aux patrons et dirigeants de PME, aux universitaires spécialisés dans la formation à la gestion et à la création d’entreprise, aux chercheurs, aux représentants d’associations de PME et aux fonctionnaires. Elle offrira un cadre interactif propice à l'échange de points de vue.

Les thèmes de la conférence
Les principaux sujets abordés lors de la conférence concerneront l'appui au développement du secteur privé et la mission de la BEI en tant qu'investisseur à long terme. Trois thèmes à traiter de toute urgence ont été retenus pour discussion :
  • l’accès à des sources de financement diversifiées et concurrentielles, qui constitue la principale entrave à l'essor du secteur privé ;
  • la promotion de l'esprit d’entreprise et de la formation à la gestion, qui est une condition nécessaire pour garantir la croissance ;
  • le renforcement de la compétitivité internationale des entreprises méditerranéennes, un objectif qui passe par leur repositionnement sur le marché mondial.

Informations générales
Depuis sa création en 2002, la FEMIP associe les pays partenaires méditerranéens aux orientations de sa politique de prêt, par le biais d'échanges constructifs sur des questions économiques, financières et sectorielles. Il s'agit désormais d'un dialogue triangulaire qui s'inscrit dans le cadre des réunions ministérielles de la FEMIP, des réunions du Comité FEMIP et des conférences de la FEMIP, qui se tiennent des deux côtés de la Méditerranée.

La BEI a fait de l'appui au secteur privé et, plus spécifiquement, du soutien aux PME, une de ses grandes priorités dans cette région du monde. Il s'agit également de l'un des six projets prioritaires de l'Union pour la Méditerranée. C'est pourquoi les ministres euro­méditerranéens des finances réunis en mai 2010 à Bruxelles avaient demandé à la BEI de consacrer l’une de ses conférences FEMIP de l’année 2012 au soutien aux PME méditerranéennes.

Déroulement de la conférence
La conférence débutera à 9h00 le jeudi 8 mars et les débats se dérouleront jusqu'à 18h00 environ. Tous les participants inscrits seront ensuite conviés à une réception-cocktail à l'hôtel Ramada Plaza.

La conférence sera interactive. Après la séance inaugurale, où seront présentés dans leurs grandes lignes les différents thèmes, chaque séance fera l'objet d'une introduction par un spécialiste du domaine traité et sera suivie de brefs exposés de divers orateurs qui cèderont ensuite la parole aux autres participants à la conférence.

Les langues utilisées pendant la conférence seront l'anglais, le français et l'arabe ; un service d'interprétation simultanée est prévu pour toute la durée de la conférence.

Lieu de la conférence
Hôtel Ramada Plaza, Tunis
Les Côtes de Carthage
Tunis-Gammarth

Inscription
Si vous souhaitez participer à la conférence de la FEMIP, veuillez compléter ce formulaire.
L'inscription à la conférence et la réception sont gratuites. Toutefois, les frais de déplacement et d'hébergement sont à la charge des participants.

Pour plus de renseignements, prière de contacter le service Protocole de la BEI :

Tél. (+352) 43 79 – 84206
Fax (+352) 43 79 – 64280

Cycle de Conférences - l'apprentissage risqué de la démocratie au sud de la méditerranée

Le cycle de conférences Campus Entreprises est né d’une collaboration entre Sciences Po et le Conseil régional de Champagne-Ardenne. Il est organisé avec le soutien de la Fondation du Crédit Agricole du Nord Est. Ce cycle propose sept conférences destinées aux cadres et dirigeants des entreprises, aux cadres des administrations et aux élus.
Ces conférences s’adressent également aux anciens élèves de Sciences Po aujourd’hui installés en région Champagne-Ardenne.

Organisées un soir par mois sur le campus de Sciences Po à Reims, ces conférences sont des lieux de réflexion, de rencontres et d’échanges sur des questions géoéconomiques et des enjeux de société. Elles sont animées par des chercheurs de Sciences Po, des sociologues et des praticiens de renom en exercice en entreprise.

La prochaine conférence "Campus Entreprises" aura lieu le Jeudi 12 mars 2012 de 18h30 à 20h00
sur le thème " l'apprentissage risqué de la démocratie au sud de la méditerranée "

Cette conférence sera animée par Luis Martinez, directeur de recherche à Sciences Po, professeur à l'Université Internationale de Rabat.

Lieu : Campus Sciences Po - 1, place Museux – 51100 Reims

Entrée libre et gratuite mais inscription préalable obligatoire.



Patrimoine archéologique pour la promotion du tourisme durable au niveau local en Tunisie


Un séminaire sur la valorisation du patrimoine archéologique romain dans la région du Cap Bon a récemment eu lieu à Hammamet dans le cadre du projet CIUDAD «South East Archeritge ». Il entend améliorer le tourisme durable et les stratégies de planification territoriale grâce à la valorisation du patrimoine commun de l'Empire romain.
L’objectif de cet événement était de montrer aux principaux acteurs locaux le potentiel du patrimoine archéologique et culturel ainsi que son rôle dans le développement économique local. Il visait également à mettre à l’honneur le savoir-faire et l’artisanat traditionnel, les créations artistiques ainsi que les institutions touristiques et culturelles dotées de nombreuses compétences.

Selon un communiqué de presse de CIUDAD, l'atelier a été organisé par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Cap Bon en collaboration avec la ville de Nabeul, l'Agence nationale pour le développement de la promotion du patrimoine et de la culture, l'Association de Recherche et Développement en géographie (AREG) et la Faculté des Arts de la Manouba.Le séminaire a été suivi par la Province de Cagliari, l'Association des Etudes et des Recherches géographique et l'Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle (Tunis).

Les intervenants ont insisté sur la nécessité de valoriser les sites archéologiques et se sont engagés à obtenir la participation des opérateurs locaux tels que les artisans dans ce domaine.Les responsables publics, institutionnels, associatifs et les opérateurs privés ont conclu que la mise en valeur d’un patrimoine culturel riche et diversifié pourrait servir de catalyseur à un développement durable du tourisme culturel en Tunisie.

Sud-Est Archeritage entend encourager la coopération entre les autorités locales et régionales d’Italie, de Tunisie, de Roumanie et de la Fédération de Russie et des instituts universitaires et de recherche en vue de promouvoir le tourisme durable et des stratégies d'aménagement du territoire en valorisant des sites archéologiques datant de l'époque romaine.

CIUDAD est un programme mis en œuvre pour la période 2009 à 2012. Il cofinance 21 projets locaux de l’IEVP-Sud et de l’IEVP-Est.Les projets reflètent l’objectif global de CIUDAD et en particulier les thèmes suivants :
• Environnement durable et efficacité énergétique
• Développement économique durable et réduction des disparités sociales
• Bonne gouvernance et aménagement durable du territoire urbain. 
Par ENPI Info Centre

Pour en savoir plus
- CIUDAD - site Internet

MRE : Un programme pour épauler ceux qui investissent au Maroc


L’Agence pour la Coopération Internationale en Méditerranée (ACIM), installée en France, et la Fondation Création d’Entreprises du groupe Banque Populaire au Maroc, en partenariat avec l’ADER Méditerranée, mettent en place un programme d’Accompagnement à la Création d’Entreprises de la Diaspora Marocaine (ACEDIM).





« Ce programme s’inscrit dans une stratégie de développement économique ayant pour vocation de valoriser la contribution des compétences marocaines de l’étranger et de promouvoir l’initiative entrepreneuriale », souligne Véronique Manry, chargée de mission au sein de l’ACEDIM. Ce programme est porté par le Fonds Migration et Développement de la Banque Africaine de Développement.

Nombreux sont les Marocains qui témoignent du calvaire administratif qu'ils rencontrent lorsqu'ils veulent mettre en place un projet. Certains ont même renoncé à leurs investissements, faute d’orientation ou de savoir-faire. Le programme propose donc notamment aux porteurs de projets un accompagnement dans leurs démarches de création d’entreprise et d’investissement au Maroc. « Cet accompagnement, sous la forme d’un atelier en France puis d’un suivi personnalisé au Maroc, vise à favoriser l’accès à des informations portant sur la législation douanière et fiscale, le système bancaire et financements ainsi que sur d’autres procédures administratives », explique la chargée de mission. « De même, il permettra aux créateurs d’entreprise de bénéficier d’un accompagnement dans la réalisation de leurs projets », poursuit-elle.
Projets bienveillants ?
Ce genre d'initiatives peut être mis à l'index par ceux qui y voit la volonté de l’Etat français, dans le cadre de sa politique intérieure, de limiter l'immigration en exhortant les immigrés à travailler dans leurs propres pays. Toutefois, selon Véronique Manry, l’objectif essentiel de ce programme est de « faciliter les démarches des chefs d’entreprises de la diaspora marocaine en France qui s’intéressent à l’investissement dans leur pays d’origine, en favorisant la mise en relation avec les administrations et institutions marocaines » et qu’il s’agit d’identifier « au bénéfice des entrepreneurs, les acteurs et outils financiers, fiscaux, juridiques et institutionnels visant à permettre d’investir en toute sécurité. »
Une réunion d’information et de présentation du programme ACEDIM se tiendra à Marseille en avril 2012 pour répondre aux interrogations des porteurs de projets. A l'avenir, l’ACIM prévoit d'étendre ses projets au niveau d'autres pays magrébins. L’étape suivante concernera la Tunisie.
Par Houda Belabd  - Yabiladi.com

Protection civile : Un Manuel opérationnel fournit des informations sur les systèmes nationaux en Méditerranée


PPRD-Sud, le programme de protection civile financé par l'UE, a publié un Manuel opérationnel de protection civile afin d'aider les États membres et les partenaires du programme à approfondir leurs connaissances des systèmes nationaux de protection civile dans les pays du bassin méditerranéen, en Turquie et dans quatre pays des Balkans
Ce manuel vise également à améliorer leur capacité à déployer une prévention, une préparation et une réponse efficaces aux catastrophes.
 
Un communique de presse explique que le manuel, élaboré en coopération avec les Institutions partenaires du PPRD-Sud, commence par un aperçu de l'exposition de la région méditerranéenne aux différents risques de catastrophe. Il propose ensuite une série complète d'informations sur les systèmes de protection civile, notamment les cadres législatifs et institutionnels, le mandat, les moyens et l'organisation des autorités nationales de protection civile. Il communique également les organismes à contacter pour les urgences accessibles 24 heures sur 24 et fournit des informations sur les accords de coopération internationale existants.
 
Un chapitre entier est consacré au Mécanisme communautaire de protection civile et à ses procédures opérationnelles pour activer et coordonner l'assistance internationale en cas de catastrophe et la coopération dans le domaine de la protection civile. Enfin, une annexe fournit un guide de référence succinct avec un annuaire des contacts "protection civile" dans les pays partenaires du PPRD-Sud  
 
Le manuel est un outil destiné aux professionnels travaillant auprès des autorités nationales de protection civile, dans les agences ou les départements pour la gestion des risques de catastrophe.  Il s'adresse également aux autres membres des plateformes nationales pour la réduction du risque de catastrophe ainsi qu'à la communauté sicentifique et aux organisations de volontaires.
 
Cette publication entend améliorer la connaissance réciproque des différents systèmes et acteurs nationaux de protection civile de la région euro-méditerranéenne et faciliter ainsi la coopération dans le domaine de la préparation et les demandes et la coordination de l'assistance mutuelle en cas de crise.
 
Le programme PPRD-Sud,  doté d’une enveloppe de cinq millions d'euros, sera mis en œuvre pour une durée de trois ans. Il est géré par un consortium ayant pour chef de file le Département italien de protection civile et pour partenaires les Autorités de protection civile française, algérienne et égyptienne ainsi que la Stratégie internationale des Nations unies pour la prévention des catastrophes (UNISDR). Ce programme organise aussi des ateliers de formation traitant des différents risques inhérents à la région, notamment les incendies de forêt, les catastrophes technologiques, les inondations, les tremblements de terre, les épidémies ou la sécheresse.  
Par ENPI Info Centre
 
Pour en savoir plus
- PPRD-Sud – Site internet  

Prospection investisseurs : rejoignez la délégation ANIMA à l'Annual Investment Meeting de Dubaï, du 3 au 5 mai 201


ANIMA vous propose de rejoindre sa délégation pour participer à l'Annual Investment Meeting qui se déroulera à Dubaï, du 30 avril au 3 mai 2012, une occasion unique de rencontrer des investisseurs potentiels ou de nouveaux partenaires sur les marchés émergents.

La première édition de ces rencontres avait déjà réuni plus de 2300 personnes de plus de 90 pays.. La participation à ces rencontres dans le cadre de la délégation Anima est l'occasion de renforcer la visibilité de votre organisation.

L'offre d'ANIMA regroupe un accès libre à l'ensemble des 4 jours de conférences, présentations-pays, ateliers et séances de networking, ainsi qu'à 7 rencontres BtoB à partir de 500 USD.

Téléchargez l’offre ANIMA

samedi 25 février 2012

Partenariats public-privé en Méditerranée


L’Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen (IPEMED) publie une étude consacrée aux Partenariats Public-Privé en Méditerranée et propose une série  de  recommandations  pour  développer  le  financement  des  projets  en Méditerranée. 
 En effet, face à des besoins en investissements de plus en plus importants, estimés par la Banque Européenne d’Investissement à 300 milliards d’euros d’ici 2030, et dans une conjoncture peu favorable où les budgets publics des Pays du Sud et de l’Est  de  la  Méditerranée  (Psem)  sont  contraints  par  la  crise  financière  et économique,  le  recours  par  les  différents  gouvernements  de  la  région  aux partenariats public-privé (PPP) est indispensable.

Les  marchés  publics  ne  permettant  plus de  mener  à  bien  tous  les  projets,  cette alternative semble nécessaire tant les dettes de certains Etats sont importantes.

En théorie, les principaux avantages découlant de l’utilisation des PPP résident dans l’optimisation du rapport coûts/résultats, la  répartition des risques entre l’autorité publique  et  l’opérateur  privé,  la  conservation  par  l’entité  publique  du  contrôle
stratégique du service, et enfin le gain à traiter avec un secteur privé expérimenté.

L’intérêt pour un Etat ou une collectivité locale est "de développer une infrastructure économique  pour  assurer  le  développement  d’un  pays,  tout  en  réduisant  son emprunt et les risques associés." 

Les  Psem  présentent  des  situations  très  contrastées  de  par  leur  histoire,  leur contexte  politique  et  macro-économique.  Ils  ont  par  conséquent  différentes expériences de mise en œuvre de projets sous forme PPP. Si certains pays ont une
longue expérience en termes de PPP (Maroc, Egypte et Turquie), d’autres pays n’ont pour le moment pas accompli d’avancées significatives  en  la  matière  (Liban, Syrie).

Cependant, le  recours croissant à l’usage des PPP ne se fait pas sans obstacles du fait  que  ce  mode  de  financement  et  de  gestion  est  relativement  nouveau  dans  la région méditerranéenne. 

En effet, les cadres financier et juridique des PPP sont différents d’un pays à l’autre et les projets susceptibles de faire l’objet de PPP ne sont pas clairement identifiés. 

Enfin,  le  secteur  privé  local  ne  semble  pas  outillé  pour  accompagner  des  projets d’envergure.

C’est pourquoi le développement de tels mécanismes pourrait être favorisé à travers notamment l’élaboration et l’adoption d’un cadre régional harmonisé de PPP qui aurait comme base les recommandations suivantes :

1. Instaurer  un  cadre  règlementaire  spécifique  aux  PPP  composé  d’une législation  unifiée  adaptée  à  tous  les  types  de  PPP  et  à  tous  les  secteurs  d’activité et d’une unité PPP rassemblant des compétences variées (juristes, financiers, économistes, ingénieurs, …).

2. Présenter  aux  investisseurs  un  régime  juridique  harmonisé de  protection de l’investissement et de garantie de règlement des litiges.

3. Proposer une  offre  de  garanties à  la  carte  couvrant  les  risques  politiques, commerciaux et financiers suivant les projets. La création d’un guichet unique regroupant  les  différents  acteurs  internationaux  et  nationaux  à  même  de garantir le financement de projets labellisés est préconisée.

4. Favoriser  le  financement  des  projets  en  monnaie  locale  en  développant nationalement  un  marché  obligataire  attractif  pour  les  investisseurs  et  les banques locales. La modernisation des marchés financiers et des bourses des pays  concernés et le développement de produits favorisant l’épargne à long terme  permettraient  de  mobiliser  des  financements  locaux.  Par  ailleurs,
l’intégration  régionale  favoriserait  la  liquidité  et  le  marché  de  revente secondaire.

Standardiser  les  process  de  mise en œuvre des PPP afin de créer des modèles reproductibles susceptibles d’attirer et de sécuriser les investisseurs.

Pour  ce  faire,  la  formation  des  acteurs  publics  aux  spécificités  des  PPP  mais également des acteurs privés s’ils ont peu d’expérience dans la mise en œuvre de projets globaux est nécessaire. La réalisation d’une étude de faisabilité du projet destinée à déterminer ses modalités de réalisation, d’apprécier et de partager  les  risques  et  d’estimer  sa  rentabilité  économique  est  également fondamentale. Par ailleurs, proposer un groupement de projets (environ 3 ou 4) de taille adaptée aux sources de financements disponibles permet d’attirer les opérateurs privés en leur présentant différentes opportunités d’investissement.

Tenir  compte  du  rôle  des collectivités  locales dans  le  développement  des PPP.  Développer  une  expérience  nationale  sur  des  petits  et  moyens  PPP permettrait de favoriser des projets plus rapidement mis en œuvre et plus perceptibles pour la population. L’implication des banques locales permettrait en outre d’associer les PME locales et serait donc de nature à favoriser la création d’emplois et le renforcement du tissu industriel. Dans le cadre des collectivités locales, il est important d’informer les élus qui ont souvent une vision erronée des PPP et de faire appel à des conseillers pour préparer les études préalables,
rédiger les appels d’offres et les contrats si nécessaire.

Mutualiser  les  expériences  de  la  Région par l’intermédiaire d’une task force afin  de  développer  les  expériences dans la région par effet d’émulation et d’imitation.

Labelliser des projets afin de sécuriser les investisseurs sur la conformité des projets développés et ainsi de faciliter l’accès aux marchés financiers pour le financement des projets. Cette labellisation permettrait également d’améliorer la perception de l’attractivité de la Région.
Pour plus d'informations