Translate

dimanche 8 décembre 2019

Elisabeth Guigou à Marrakech : "Les pays méditerranéens sont appelés à se focaliser plus sur ce qui les réunit dans la diversité"

Elisabeth Guigou à Marrakech : "Les pays méditerranéens sont appelés à se focaliser plus sur ce qui les réunit dans la diversité"


Les pays et peuples de l’espace méditerranéen sont animés d’une forte volonté de bâtir un destin commun, a souligné vendredi soir, à Marrakech, la présidente de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures, Mme Elisabeth Guigou.

Mme Guigou, qui présidait une conférence sous le thème "la Méditerranée : Les défis culturels au 21è siècle" dans le cadre des Journées spirituelles de Marrakech, a estimé que la diversité culturelle caractérisant cet espace géographique est une richesse au service du dialogue et du rapprochement des civilisations.

Les pays méditerranéens sont appelés à se focaliser plus sur ce qui les réunit dans la diversité, a ajouté cette fervente défenseur du dialogue des civilisations, qui a reconnu toutefois que la situation politique actuelle dans l’espace méditerranéenne est "déprimante et ne cesse de se dégrader : repli sur soi et rejet de l’autre, fermeture des frontières, montée du populisme, de l’extrémisme et du terrorisme, une immigration mal-organisée en plus des défis du changement climatique.

Face à tous ces défis, les Etats réagissent par la fermeture des frontières, ce qui contredit l’héritage de liberté et d’hospitalité du pourtour méditerranéen, a-t-elle déploré, estimant que la fermeture des frontières a grandement nui au dialogue des civilisations dans cet espace géographique.

L’ancienne ministre des affaires européennes et ancienne ministre de la Justice et Garde des Sceaux a appelé à promouvoir la traduction d’œuvres arabes en langues européennes et vice-versa étant donné le rôle important de la traduction dans la promotion du dialogue, de la compréhension, du rapprochement des civilisations et le transfert du savoir dans l’espace méditerranéen.

Le Consul général de France à Marrakech, Philippe Casenave, a relevé pour sa part, que "la Méditerranée politique" n’existe pas encore en raison de la situation de tensions et de conflits qui prévaut actuellement, rappelant l’influence qu’a exercée la rive Sud de la Méditerranée sur les civilisations européennes tout au long de l'histoire.

Dans ce cadre, M. Casenave a mis l’accent sur le modèle unique de la cohabitation et du vivre-ensemble qui a caractérisé historiquement la rive sud et qui est passée par la suite à la rive Nord, passant en revue certains défis, dont fait face cet espace dont notamment le défi sécuritaire.

La poétesse, traductrice et chercheur en soufisme, Mme Touria Ikbal, a relevé que "la méditerranée est Notre Mer (Mare Nostrum) mais aussi et avant tout "Notre mer", qui entoure ses enfants du Nord au Sud et d’Est en Ouest, et les réunit quand ils continuent à s’aimer et à savoir vivre ensemble".

Cette valeur nous rappelle Ibn Arabi, une figure éminente de cette Méditerranée qui pratiquait "la religion de l’Amour", a-t-elle ajouté, appelant à suivre les pas de cet ouléma et théologien soufi et expérimenter ce pur Amour capable de résoudre les conflits et de ramener à la Paix profonde.

"Nous avons beaucoup à apprendre de ce philosophe andalou pour regagner la voie de l’hospitalité, de l’ouverture à l’autre et de la sagesse universelle", a-t-elle insisté.

Le professeur, chercheur et spécialiste de l’urbanisme et du patrimoine, Mohamed Metalsi, a pour sa part, apporté un éclairage sur ce que la culture de la rive sud de la Méditerranée et plus largement celle du monde arabo-musulman apporte à l’Europe depuis le Moyen âge ainsi que sur la voie empruntée actuellement dans la construction de l’identité européenne.

Cet ex-doyen de la Faculté Euro-méditerranéenne de Fès et ex-directeur de l’action culturelle à l’Institut du Monde arabe (IMA), a estimé que la pensée occidentale a établi la filiation unique et exclusive de la civilisation européenne avec l’héritage gréco-romain ou judéo-chrétien tout en rejetant les sources orientales et l’apport de la civilisation arabo-musulmane, l’héritage de la Mésopotamie, l’Egypte, l’Inde, la Chine, qui ont irrigué la Grèce et la culture hellénistique.

L’expert international, Richard Veneau, a fait remarquer de son côté, que la Méditerranée est actuellement un espace géopolitique caractérisé par des conflits interminables, des tensions religieuses et trop de lignes de fractures.

L’auteur du "Discours à la nation méditerranéenne" a abordé dans son intervention "la géopoétique", un concept qui consiste à œuvrer à construire un destin commun dans un espace géographique complexe et à rechercher un faire ensemble qui dépasse la tragédie des coexistences réputées impossibles.

Le professeur de sciences politiques et de relations internationales, Joseph Maila, a mis l’accent dans son intervention sur les paradoxes de la Méditerranée, une mer partagée, berceau de civilisations multiples d’une part et le sentiment de distance qui prévaut aujourd’hui entre les pôles de cette mer commune d’autre part.

La jonction des mondes méditerranéens fait d’interaction et d’change a néanmoins façonné une mentalité méditerranéenne toute de communication et d’ouverture, a-t-il ajouté, relevant que dans ce monde, qui semble clos de prime abord avec son aspect de lac, l’ouverture est partout présente avec ses ponts naturels ou advenus que sont ses canaux, ses détroits, ses isthmes et ses passages.

La Méditerranée fut et sera toujours une scène où s’affrontent les grandes puissances depuis les Grecs et les Perses jusqu’aux protagonistes de la Guerre froide, a-t-il tenu à rappeler.

Source de l'article Atlasinfo

Vers une feuille de route pour une action régionale concernant le financement de l'eau et les investissements dans ce domaine : Forum UE-Union pour la Méditerranée sur la gouvernance et la gestion de l'eau

Towards a water financing and investment roadmap for regional action: EU-Union for the Mediterranean Water Governance & Business Forum

Le Forum UE-UpM sur la gouvernance et la gestion de l'eau a rassemblé au Caire plus de 120 acteurs de haut niveau impliqués dans les secteurs de l'eau et du financement aux niveaux national et régional afin d'aborder les questions relatives à l'eau concernant l'UE, la Méditerranée et l'Égypte, y compris la vision, le plan et l'action de l'UpM en faveur du développement durable et du financement durable de l'eau, et plus particulièrement le Plan européen d'investissement extérieur (PIE) ainsi que le Fonds européen pour le développement durable (FEDD). 

Considéré comme un événement phare de la 2e édition de la Semaine de l'Eau au Caire (20-24 octobre 2019), ce forum a été organisé par l'Union pour la Méditerranée et la délégation de l'UE en Égypte.

Le forum a été l'occasion de mettre en exergue le lien entre sécurité de l'eau et croissance économique, faisant ainsi de la quête pour la sécurité de l'eau un objectif collectif qui doit impliquer des acteurs aussi nombreux et divers que possible. Dans le cadre de ce processus, les partenaires du développement ont un rôle crucial à jouer et le Forum UE-UpM sur la gouvernance et la gestion de l'eau a annoncé qu'il avait pour objectif de contribuer à l'élaboration d'une feuille de route pour une action régionale destinée à orienter le financement de l'eau et les investissements réalisés dans ce domaine.

Pour en savoir plus
L’Union pour la Méditerranée (UpM) - Site internet

Également disponible en

L’Union pour la Méditerranée et FotoNostrum stimulent l’interaction culturelle, le dialogue et l’intégration sociale

The Union for the Mediterranean and FotoNostrum to stimulate cultural interaction, dialogue and social integration

Le 17 octobre 2019, Nasser Kamel, le Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, a signé un protocole d’accord avec The WonderPick Limited – FotoNostrum. 

Par ce protocole, l’UpM confirme sa contribution au dialogue interculturel dans la région méditerranéenne et renforce son engagement dans le domaine de la coopération régionale. 

The WonderPick Limited organisera FotoNostrum, congrès méditerranéen de la photographie et événement unique permettant de stimuler l’interaction culturelle, le dialogue et l’intégration sociale entre l’Europe et les pays du sud et de l’est de la Méditerranée. FotoNostrum se tiendra à la Fira Barcelone Montjuïc du 8 au 11 juillet 2021.

Ce congrès sera l’occasion de promouvoir la coopération culturelle entre l’Europe et les pays méditerranéens, tout en encourageant l’appréciation des diverses écoles de pensée et d’expression visuelle dans le domaine de la photographie contemporaine. Il s’agira d’un événement professionnel inclusif promouvant les intérêts mutuels entre photographes, galeristes, éditeurs et conservateurs de la région méditerranéenne et européenne. L’objectif est de faire de FotoNostrum une ressource essentielle pour les photographes des pays méditerranéens et de l’Union européenne qui cherchent à communiquer avec leurs pairs et à présenter leurs œuvres dans un environnement international. 

En diffusant cet événement, en le présentant dans tous les pays membres et en renforçant la culture dans son rôle visant à rapprocher les gens, l’UpM confirme sa capacité à développer une interaction efficace entre les acteurs de la coopération et souligne l’importance de la coopération interculturelle pour la stabilité dans la région, le développement humain et l’intégration.

Pour en savoir plus
L’Union pour la Méditerranée (UpM) - Site internet

Également disponible en

Majalat soutient la réalisation de cinq projets nationaux dans la région

Majalat logo


Sur les 62 propositions de projet reçues suite à l’appel à projet lancé en juillet dernier, Cinq organisations nationales de la société civile du Sud de la Méditerranée ont été retenues, en rapport avec 5 thématiques prioritaires de Majalat pour réaliser au cours de ce mois d’octobre des projets financés par Majalat. 

Ces actions, qui ont pour objectif d’approfondir les problématiques nationales soulevées lors des ateliers thématiques régionaux, vont contribuer au processus de dialogue de Majalat.

En Libye, la Libyan Transparency Association (LTA) réalise un atelier sur le rôle des institutions et de la société civile en rapport à la lutte contre la corruption et le rétrécissement de l’espace pour la société civile. Au Maroc, l’Organisation des Jeunes Africains (OJA) organise une campagne de sensibilisation sur les droits des migrants. Au Liban, le Syrian Centre for Policy Research organise une rencontre de la société civile syrienne autour de l’économie de la post-guerre en Syrie. Au Maroc, le Centre d’ Etudes et Recherches en sciences sociales (CERSC) réalise trois ateliers sur la lutte contre les violences. En Palestine, le Palestinian Hydrologic Group for Water and environnemental Development (PHG) organise un séminaire sur les effets et défis du changement climatique dans l’agriculture et sur l’eau en Palestine et dans la région.

Les résultats de ces initiatives seront présentés lors du Forum Civil de Bruxelles les 2 et 3 décembre.

Majalat est une initiative régionale soutenue et financée par la Commission européenne. Cette initiative unique menée par des organisations de la société civile du nord et du sud de la Méditerranée vise à établir un échange continu entre l’UE et la société civile de dix pays du sud de la Méditerranée, dans le sillage des dialogues structurés qui ont eu lieu précédemment avec l’UE. Chaque année, dans le cadre d’un cycle annuel d’activités, les organisations de la société civile se réuniront pour discuter et échanger sur cinq thèmes fondamentaux pour les relations entre l’UE et les pays de la région (gouvernance et État de droit, sécurité et lutte contre la violence, migrations, dialogue économique et social, justice sociale et climatique). Les résultats de ces discussions s’appuieront sur la situation sur le terrain et donneront lieu à des dialogues (politiques) structurés avec l’Union européenne.

Pour en savoir plus

Également disponible en

Le sommet euro-méditerranéen des conseils économiques et sociaux met l’accent sur la numérisation et les PME dans la région euro-méditerranéenne

Digitalisation and SMEs in the Mediterranean region, main focus of Euromed Summit

Le sommet euro-méditerranéen des conseils économiques et sociaux et institutions similaires se déroule les 22 et 23 Octobre à Barcelone, en Espagne. 

Il vise à encourager une meilleure compréhension des principales questions qui touchent à la société civile organisée dans la région euro-méditerranéenne ainsi qu'à discuter les défis communs auxquels elle fait face. L’édition de cette année mettra tout particulier l'accent sur la numérisation et les PME dans la région euro-méditerranéenne.

Ces rencontres rassemblent plus de 120 participants, issus de conseils économiques et sociaux et institutions similaires et représentant les employeurs, les syndicats et les autres acteurs socio-économiques ou ONG de pays qui font partie de l'Union pour la Méditerranée.

Le sommet se conclura avec l’adoption de recommandations qui seront envoyées aux autorités politiques des pays impliqués dans les sommets ministériels euro-méditerranéens, et qui seront largement diffusées parmi les organisations de la société civile de la région.

Le sommet euro-méditerranéen 2018 est organisé par le Comité économique et social européen (CESE) et le Secrétariat de l'Union pour la Méditerranée (UpM) La rencontre est cofinancée par la Commission européenne.

Pour en savoir plus
Commission européenne – Site internet
L’Union pour la Méditerranée (UpM) - Site internet

Également disponible en

Le Femise offre une tribune aux jeunes méditerranéennes

Les intervenants de l'atelier du Femise, avec Patricia Augier et Constantin Tsakas oeuvrent au renforcement du rôle des femmes dans l'économie des pays de la région Mena (Photo : F.Dubessy)

Les intervenants de l'atelier du Femise, avec Patricia Augier et Constantin Tsakas oeuvrent au renforcement du rôle des femmes dans l'économie des pays de la région Mena (Photo : F.Dubessy)

Seules trois femmes sur dix travaillent ou recherchent un emploi dans le bassin méditerranéen. Un handicap, alors que plusieurs études montrent que le travail rémunéré et à l'extérieur du foyer reste le principal facteur d’émancipation des femmes

"C'est incroyable comme niveau d'exclusion, et c'est même intolérable et insoutenable du point de vue économique. Ces pays se privent d’une force de travail bien formée et d’un capital humain", constate Patricia Augier, insistant sur le lien "fondamental" existant entre l'entrepreneuriat et les femmes. La présidente du comité scientifique du Femise (Forum euroméditerranéen des instituts de sciences économiques), ouvrait, mardi 4 décembre 2019 à The Camp (Aix-en-Provence), un des ateliers, organisé par l’Institut de la Méditerranée et le Femise, de la 3e édition d’Emerging Valley.

Au Liban, bien que 75 % des diplômés soient des femmes, elles participent très peu à l’économie formelle. A cela s’ajoute le chômage des jeunes qui s’élève à 60 %. Karine Moukkadem y voit la justification, en grande partie, du mouvement de contestation sociale actuel. 
Une "révolution des jeunes et des femmes", explique la jeune chercheuse franco-libanaise. Spécialisée dans les questions de développement durable dans la région sud-méditerranéenne, elle étudie l’inclusivité et l’autonomisation des femmes par l’entreprenariat social chez Beyond Reform and Development. Selon Karine Moukkadem, "l’égalité des genres doit être la priorité."

Redonner de l'ambition aux femmes

Hajar Khamlichi veut que les femmes
prennent confiance en elles
(photo : F.Dubessy)
A’Laa Chbaro constate une difficulté culturelle dans les pays de la région pour appréhender l’entrepreneuriat chez les femmes, souvent considéré comme sujettes à l'instabilité professionnelle. "Il faut redonner de l’ambition aux femmes qui possèdent de très bonnes idées mais ont peur de se lancer", insiste la jeune cheffe d’entreprise libanaise. 
"Cela passe par un soutien financier, mais aussi intellectuel à travers le partage de connaissances qui s'effectue grâce à la création de bases de données." 
A vingt-trois ans, elle dirige la branche Mena de l’association internationale Impact the world qui soutient l’entrepreneuriat social.

Hajar Khamlichi partage son constat : "les femmes manquent de confiance en elles et sont ainsi peu crédibles auprès des bailleurs de fonds", avance la présidente du Mediterranean Youth Climate Network (MYCN - Maroc). Le but de l’organisation est de "contourner ces obstacles" grâce aux réseautage et au lobbying pour que "ces femmes et ces jeunes accèdent au financement de leurs projets", souligne-t-elle. Le MYCN apporte un appui aux projets locaux par le biais d’aides techniques, mais aussi en leur donnant plus de visibilité.

C'est aussi le sens de l'action de la franco-tunisienne Samah Ben Dhia. La présidente d'AltaFemina, basée à Marseille, développe son réseau féminin de relations professionnelles et sociales. "Nous voulons permettre aux femmes d'accéder à des postes de direction en prônant des valeurs de mixité et de solidarité", indique-t-elle.

Samah Ben Dhia, qui "donne la parole aux femmes" lors d'évènements et rencontres organisées par son association, ambitionne d'essaimer sur la rive Sud de la Méditerranée.

Par Nohaïia el Aassri - Source de l'article Econostruminfo

Le Forum annuel de MED Confederation explore les perspectives régionales de la IVe révolution industrielle


À droite sur la photo : Jean-Marie Paintendre réprésentant l'Ipemed au conseil d'administration de MED Confederation, à Tunis, le 1er octobre 2019. © DR

Les 1er et 2 octobre 2019, s'est tenu à Tunis le Forum annuel de MED Confederation, à l'invitation de la CDC tunisienne, membre de MED Confederation aux côtés de La CAIXA, de l'IPEMED, de IeMED, de la CDG du Maroc, d’Al Barid Bank, WSBI et TEPAV.

MED Confederation est une initiative créée en 2013 par La CAIXA de Barcelone et son président Isidro Faine.
Elle a vocation à réunir des institutions méditerranéennes d'origine plurielle, publiques et privées, pour mettre en commun leurs expertises, leurs expériences de terrain et débattre de problèmes régionaux.

L'IPEMED assure une vice-présidence , représenté par Jean-Marie Paintendre, Conseiller international de l'Institut.
Ce forum 2019 a traité de La Méditerranée à l'ère de la quatrième révolution industrielle : l'impact de la digitalisation sur le capital humain et la mobilité.

Parmi les thèmes abordés , on retiendra :
  • Comment la technologie peut-elle influer sur les économies méditerranéennes ?
  • Quelles sont les tendances en termes de mobilité humaine et de flux de capitaux dans la région méditerranéenne ?
  • Quels seront les secteurs d'activité les plus impactés par les changements technologiques et comment donner à la jeunesse les compétences pour répondre aux défis ?
Le forum a réuni les représentants des institutions membres – Jean-Louis Guigou et Jean-Marie Paintendre ont représenté l'IPEMED – ainsi que des experts, issus des secteurs public et privé.

Ensemble ils ont analysé le futur de la région méditerranéenne à l'aune de cette révolution industrielle ; ils ont aussi défini les voies et moyens pour relever les défis.

Source de l'article IPEMED

MedForum Anna Lindh 2020 : ouverture de l’appel à participation pour les candidats autofinancés

Anna Lindh MedForum 2020 : call for participation for self-financed applicants launched
La Fondation Anna Lindh lance l’appel à participation pour les candidats autofinancés en vue du MedForum Anna Lindh 2020, qui se tiendra à Šibenik (Croatie) du 2 au 5 avril 2020. 

Forte du succès des trois premiers MedFora (Barcelone 2010, Marseille 2013, La Valette 2016), la quatrième assemblée se concentrera sur la promotion d’une stratégie globale de dialogue interculturel face aux défis régionaux communs qui affectent les sociétés du nord et du sud de la Méditerranée, parmi lesquels la xénophobie croissante, l’extrémisme, les questions liées au développement des jeunes et la crise des migrants.

Parmi les thèmes émergents du MedForum 2020, figurent : l’avenir de la société civile et les tendances interculturelles ; la résilience climatique et les villes interculturelles intelligentes ; la mobilité des jeunes et le dialogue pour l’employabilité.

Le Forum réunira des représentants de 42 États membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM), y compris des organisations de la société civile, des associations de jeunesse, des institutions régionales et internationales, des organes de presse, des organismes donateurs, des instituts et des fondations. Outre la célébration du 75e anniversaire des Nations Unies, ce forum coïncidera avec le 25e anniversaire du Processus de Barcelone. 
Les conclusions et les retombées du Forum auront une incidence sur la programmation de l’UE à partir de 2020, comme l’extension du programme d’échange virtuel Erasmus+ et la mise en œuvre de la nouvelle politique de voisinage dans la région méditerranéenne élargie. 

Pour en savoir plus
Fondation Anna Lindh – site internet

Également disponible en