Translate

samedi 24 juin 2017

30 ans de séjours Erasmus à l’étranger : la Commission lance une application mobile pour fêter cet anniversaire

Erasmus+

À l’occasion du 30e anniversaire du programme Erasmus, la Commission européenne a lancé aujourd’hui une nouvelle application mobile Erasmus+. Conçue pour les étudiants, les élèves d’établissements professionnels et les participants à des échanges de jeunes, l’application facilitera l’expérience Erasmus+ des jeunes.

« Chaque euro que nous investissons dans le programme Erasmus+ est un investissement dans l’avenir — l’avenir d’un jeune et de notre idée européenne », a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à l’occasion de l’anniversaire.

Pour un programme qui aidera plus de 4 millions de personnes à étudier, se former et faire du bénévolat à l’étranger entre 2014 et 2020, l’application mobile Erasmus+ représente une amélioration importante. Elle accompagnera les étudiants, les élèves d’établissements professionnels et les jeunes tout au long de leur expérience Erasmus+. Elle contribuera à rendre le programme plus inclusif et accessible à tous.

L’application mobile Erasmus+ permettra aux participants :
de facilement suivre l’état d’avancement des différentes démarches administratives avant, pendant et après leur séjour à l’étranger. Grâce à l’application, les étudiants pourront également accepter et signer leurs contrats pédagogiques en ligne, avec l’université d’origine et de destination ;
de partager et de voter pour leurs conseils favoris pour aider les autres à s’intégrer à la population locale ; et
d’améliorer leurs compétences linguistiques grâce à un lien direct vers la plateforme de soutien linguistique en ligne d’Erasmus+, qui propose des cours en ligne et un accompagnement interactif en direct.

La première version de l’application est déjà disponible sur iOS et Android. Grâce à de nouvelles fonctions et à des mises à jour constantes, elle sera bientôt étendue à d’autres groupes de participants à Erasmus+ et couvrira également les besoins futurs de la génération Erasmus+.

Depuis la création du programme Erasmus originel en 1987, 9 millions de personnes ont effectué un séjour à l’étranger, y compris des milliers de jeunes du voisinage de l’UE, qui ont eu la possibilité de participer à des échanges d’étude et de jeunes.

Pour associer la génération Erasmus+ au façonnage de l’avenir du programme, la Commission a lancé le point de rencontre en ligne de la génération Erasmus+ (Erasmus+ Generation Online Meeting Point). Ce site web offre aux jeunes et aux organisations la possibilité de participer à des débats avec des experts de la jeunesse, de l’éducation et de la formation, de proposer des sujets de discussion, de recenser les problèmes et de proposer des solutions. La nouvelle application vient compléter ces actions.

Pour en savoir plus
Télécharger l’application mobile Erasmus+ : Google Play Store et iTunes App Store

Also available in

mardi 20 juin 2017

Enquêtes sur les migrations internationales des ménages méditerranéens : MEDSTAT IV organise un atelier régional

MEDSTAT IV

Fort des résultats de la phase précédente, le projet MEDSTAT IV financé par l’UE continue de soutenir les pays du sud de la Méditerranée dans le renforcement de leur capacité à mener des enquêtes sur les migrations internationales des ménages méditerranées (HIMS), en se concentrant sur la consolidation des modèles de questionnaires et l’analyse des données disponibles en Égypte. 

Un atelier régional sera organisé du 13 au 15 juillet à Marrakech, au Maroc, afin de discuter des adaptations des différents modèles de questionnaires sur la base de l’expérience des premiers pays participants ainsi que des réunions d’experts organisées au cours des mois précédents.

Lors de cette réunion, les participants commenceront à travailler sur l’ébauche d’un modèle de questionnaire plus léger, susceptible de faciliter la conduite de l’enquête, de cibler la compilation d’indicateurs de migration clés et d’accélérer la publication des résultats.

Certains participants à cet atelier resteront ensuite à Marrakech pour contribuer au programme scientifique du 61e congrès mondial de l’institut international de la statistique (ISI) dont une session spéciale sera consacrée à la présentation du projet MED-HIMS et aux discussions autour des résultats des premières enquêtes.

Le projet MEDSTAT IV fournit expertise et soutien technique en vue de promouvoir l’harmonisation des statistiques, conformément aux normes européennes et internationales dans 6 domaines : les registres du commerce, les échanges et la balance des paiements, l’énergie, le marché du travail, les migrations et le transport. Il fait suite à une phase précédente mise en œuvre au cours de la période 2010-2013.

Pour en savoir plus
Site Internet de MEDSTAT IV

Also available in

Related project
Le projet MEDSTAT IV fournit une expertise et un support technique dans le but de promouvoir l’harmonisation des statistiques en conformité avec les normes européennes et internationales dans 6…

Création d'un forum parlementaire maroco-italien


Le Maroc et l’Italie ont convenu de la création d’un forum parlementaire qui sera un espace privilégié de dialogue et de réflexion sur le renforcement des relations bilatérales. 

Cette annonce a été faite, vendredi à Rabat, lors d'un entretien entre le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et une importante délégation du Groupe interparlementaire d'amitié Italie- Maroc au Parlement italien, conduite par le député Nicola Ciracì, et composée de députés et sénateurs représentant tous les partis politiques, indiquent les deux parties dans un communiqué conjoint. 
Le Maroc et l’Italie qui ont convenu de renforcer la coopération parlementaire entre les deux institutions législatives des deux pays, se sont mises d’accord sur la tenue au cours de l’année 2018 du premier forum parlementaire Maroc-Italie sous le thème « Le rôle de la diplomatie parlementaire dans la consolidation de la paix, de la sécurité et du développement dans l’espace méditerranéen», précise le communiqué. 
Au cours de cette rencontre, qui s'est déroulée en présence de l’ambassadeur de l’Italie au Maroc, Roberto Natali, les deux parties se sont réjouies de l’excellence des relations historiques maroco-italiennes, tout en soulignant leur volonté partagée de les développer davantage dans différents domaines d’intérêt commun. 
Les deux pays qui partagent le bassin méditerranéen sont confrontés aux mêmes problématiques d’immigration illégale, a souligné Habib El Malki, saluant par la même occasion les efforts exemplaires de l’Italie dans la lutte contre le trafic d'êtres humains et l'immigration clandestine, ajoute la même source. 
Le président de la Chambre des représentants a appelé, en outre, à la révision de la politique de voisinage lancée depuis plus de 10 ans, qu’il convient de revoir à la lumière des évolutions récentes, dans le but de mettre en place un partenariat solidaire maroco-européen. 
De leur côté, les membres de la délégation du groupe interparlementaire d'amitié Italie-Maroc au Parlement italien ont salué les efforts du Maroc en matière de prévention de l'extrémisme et de lutte contre le terrorisme, souligne le communiqué, ajoutant qu'ils considèrent le Royaume comme un partenaire privilégié de l’Italie et saluent le rôle de la communauté marocaine établie en Italie dans le développement du pays et dans le renforcement des liens socioculturels entre les deux peuples. 
La délégation parlementaire italienne a été, par ailleurs, reçue le même jour par le président de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l'étranger, à la Chambre des représentants, Youssef Gharbi. 
Lors de cette entrevue, ce dernier a souligné la nécessité de traiter la problématique d'immigration dans le cadre d'une approche qui accorde la priorité au développement et à l'intégration. 
De leur côté, les deux membres de la commission, Aziza Kechaf et Ibtissam El Azaoui, ont appelé à la consolidation des relations entre les institutions législatives des deux pays, à travers l'échange de visites et des expériences et la défense des intérêts communs, saluant la décision de création d'un forum parlementaire maroco-italien. 
Pour sa part, Nicola Ciraci s'est félicité du niveau de la coopération institutionnelle entre l'Italie et le Maroc et de la sécurité et la stabilité dont jouit le Royaume dans la région, précisant que l'engagement du Maroc en faveur de l'instauration de la sécurité dans la Méditerranée a donné ses fruits, ce qui encourage l'Italie à renforcer la coopération avec ce pays. 
De même, le président de la délégation parlementaire a mis en relief l'importance de consolider la coopération économique, rappelant que plus de 100 conventions de coopération ont été signées entre le Maroc et l'Italie dans les différents domaines. 

Source de l'article Libération Maroc

Les ministres méditerranéens du logement adoptent un agenda urbain commun

Les ministres méditerranéens du logement et du développement urbain veulent renforcer la coopération régionale (photo : UpM)
Les ministres méditerranéens du logement et du développement urbain veulent
 renforcer la coopération régionale (photo : UpM)
La deuxième conférence ministérielle de l'Union pour la Méditerranée (UpM) a débouché sur l'adoption d'un agenda urbain pour renforcer la coopération régionale pour le développement urbain durable. 

Réunis au Caire lundi 22 mai 2017, les ministres méditerranéens du Logement, des Affaires municipales et du Développement urbain ont voulu "apporter des réponses collectives aux défis urgents rencontrés dans les zones urbaines, ces dernières étant les moteurs essentiels de la stabilité et de la prospérité dans la région méditerranéenne", souligne le communiqué publié par l'UpM, mardi 23 mai 2017.

" Tout comme l’UE, l’Union pour la Méditerranée a adopté une feuille de route urbaine concrète et je salue vivement cette démarche. J’espère que vous prendrez pour exemple l’expérience et les meilleures pratiques de l’agenda urbain de l’UE et que vous arriverez à établir des partenariats entre les villes. Ces dernières disposent d’une connaissance unique et font preuve d’un engagement politique dans les questions urbaines essentielles ; avec le soutien des acteurs locaux de la société civile et des entreprises, elles bénéficieront à des millions de personnes vivant dans la région méditerranéenne", commente Corina Creţu, commissaire européenne à la politique régionale, qui co-présidait la conférence avec Walid al-Masri, ministre jordanien des Affaires municipales. 

A l'occasion de cette réunion a été lancé le projet de rénovation urbaine d'Imbaba (quartier du Caire). Labellisé par l'UpM, il va permettre à deux millions d'habitants d'Imbaba et d'al-Warraq de bénéficier de meilleures conditions de vie. Ce projet, d'un montant de 100 M€ (abondés par la Commission européenne et l'Agence française de développement), est prévu en deux phases de 2017 à 2022. 

Lire la suite de l'article ici

Par Frédéric Dubessy - Source de l'article Econostruminfo

Le prix Méditerranée 2017 décerné à Metin Arditi

Metin Arditi
Ersi Sotiropoulos, André Tubeuf et Henri Droguet ont également été honorés.

Le romancier suisse Metin Arditi a reçu, le 7 juin, le prix Méditerranée pour L’enfant qui mesurait le monde (Grasset, 2016 et réédité en poche chez Points le 1er juin 2017).

Dans L’enfant qui mesurait le monde, Metin Arditi interroge sur notre rapport au monde à travers l’amitié entre Eliot, un homme vieillissant, et Yannis, un enfant autiste qui passe son temps à faire des calculs. Sur une petite île grecque dévastée par la crise où un projet d’hôtel met la population en émoi, le vieil homme raconte à l’enfant la vie des dieux de la mythologie, leurs passions et leurs forfaits.

L’ouvrage figurait dans la première sélection du Goncourt 2016. Dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo n°1091 du 24 juin 2016, Jean-Claude Perrier qualifiait L’enfant qui mesurait le monde de "superbe roman sensible", rédigé par un auteur qui, "de roman en roman, […] confirme la richesse de son inspiration, la singularité de son talent".

La poétesse et romancière grecque Ersi Sotiropoulos a, quant à elle, reçu le prix Méditerranée étranger pour Ce qui reste de la nuit (Stock), un récit de trois jours de la vie du poète Constantin Cavafy dans le Paris de la fin du XIXe siècle.

"Ersi Sotiropoulos aime les âmes en peine. Celles qui se cherchent dans la nuit de leur vie, comme Eva, l’héroïne de son précédent roman. Cette fois, elle scrute un homme confus qui se confie sur les affres et la passion de la création", écrivait Kerenn Elkaim dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo n°1093 du 19 août 2016. Ce qui reste de la nuit figurait dans la deuxième sélection du Femina 2016, catégorie "romans étrangers".

Dans la catégorie essai, le prix a été attribué à André Tubeuf pour L’Orient derrière soi (Actes Sud), un récit d’apprentissage porté par le motif de l’exil, du départ permanent et de l’absence d’attaches.

"L’Orient derrière soi, titre parfait, est un livre enchanteur, mais grave aussi. Non seulement l’Orient d’André Tubeuf n’existait déjà plus vraiment, "naturellement" pourrait-on dire, mais la folie des hommes est en train de le détruire définitivement", affirmait Jean-Claude Perrier, dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo n°1100 du 7 octobre 2016.

Enfin, Henri Droguet a été primé dans la catégorie poésie pour Désordre du jour (Gallimard).

Fondé en 1985 à Perpignan et organisé par le Centre Méditerranéen de Littérature et ses partenaires (Ville de Perpignan, Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Région Occitanie et la Caisse d'épargne Languedoc-Roussillon), le prix Méditerranée a pour vocation "de valoriser l'espace culturel entre les différents pays dont la Méditerranée est le creuset, et de reconstruire le récit épique de diversités fondatrices de son identité".

L'année dernière, le prix avait couronné Teresa Cremisi pour La triomphante (Equateurs) tandis que l'écrivain catalan Lluis Llach avait décroché le prix Méditerranée étranger pour Les yeux fardés (Actes Sud).

Source de l'article LivresHebdo

Le HCP élu coprésident du Forum UE-MED

Le HCP copréside une instance euro-méditerranéenne

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) a été élu coprésident du Forum des statisticiens euro-méditerranéens (Forum UE-MED) avec la Commission européenne, succédant ainsi à l’Institut national de statistique du Liban.

Cette élection a eu lieu, par acclamation, lors de la sixième réunion du Forum UE-MED tenue les 16 et 17 mai 2017 à Malte et à laquelle ont pris part des représentants de la Commission Européenne (Eurostat et DG Near), les directeurs généraux des Instituts nationaux de statistique (INS) relevant de 9 pays du sud de la Méditerranée ainsi que des représentants des INS de pays européens, indique le HCP. Ce dernier rappelle qu’il assure, depuis 2014, la présidence de trois groupes de travail sectoriels sur sept dans le cadre de la coopération statistique euro-méditerranéenne.

À noter que, selon la même source, que le Forum UE-MED constitue, depuis sa création en 2013, une instance décisionnelle de haut niveau en charge de l’orientation, de l’évaluation et de la validation des programmes d’activité des sept groupes de travail régionaux couvrant les secteurs : Emploi, migration, Transport, Énergie, Répertoire statistique des entreprises, Commerce extérieur et Qualité en plus des activités transversales. 

Source de l'article Le Matin

Les premières familles de réfugiés profitent du plus grand programme d’éducation en situations d’urgence de l’UE en Turquie

Refugee Children

Le plus important programme humanitaire mis en œuvre par l’UE en matière d’éducation en situations d’urgence, qui vise à encourager environ 230 000 enfants réfugiés à retrouver le chemin de l’école en Turquie d’ici la fin de l’année 2017, a versé ses premières aides aux familles de réfugiés. 

Le projet intitulé « Transferts conditionnels en espèces pour les dépenses d’éducation » (TCEE), est doté d’un financement de l’UE dans le cadre de la facilité de l’UE en faveur des réfugiés en Turquie, qui s’élève à 34 millions d’euros. Il effectue des transferts en espèces bimensuels pour les familles de réfugiés dont les enfants fréquentent régulièrement l’école.

Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, qui a assisté à la cérémonie d’inauguration du projet organisée aujourd’hui à Ankara, a déclaré : « Les enfants réfugiés ont survécu à des événements inimaginables pour la plupart d’entre nous. C’est pourquoi l’investissement dans l’éducation est essentiel et prioritaire pour l’Union européenne. Nous voulons aider ces enfants à retrouver un sentiment de normalité et leur offrir une chance pour l’avenir. Je suis fier d’annoncer que le programme est désormais pleinement opérationnel et qu’il a déjà bénéficié aux familles de 56 000 enfants réfugiés. Je remercie l’UNICEF, notre partenaire, ainsi que le Croissant Rouge turc et le gouvernement turc pour leur engagement à nos côtés à faire de l’éducation un droit pour tous. »

Le projet est mis en œuvre en partenariat avec l’UNICEF et son partenaire local, le Croissant Rouge turc, en appui du programme CCTE national du gouvernement turc en place depuis 2003, afin d’atteindre un nombre plus important d’enfants réfugiés.

Le CCTE utilise la même carte de paiement qu’un autre programme d’aide humanitaire financé par l’UE en Turquie, intitulé le filet de sécurité sociale d’urgence (ESSN), qui procède à des transferts d’argent mensuels grâce à une carte de paiement en faveur des réfugiés les plus vulnérables en Turquie. Plus de 600 000 réfugiés reçoivent déjà des versements mensuels dans le cadre du programme ESSN et l’UE espère atteindre 1,3 million de réfugiés d’ici la fin de l’année.

Pour en savoir plus
Facilité de l’UE pour les réfugiés en Turquie : fiche d’information et site Web

Also available in

Promouvoir le développement des énergies durables dans les villes méditerranéennes : un projet de l’UE organise une journée d’information CES-MED à Ghardaïa, en Algérie

Cleaner and Energy Saving Mediterranean Cities: EU project to hold Information Day in Ghardaia, Algeria

Dans le cadre de la poursuite des journées d’information destinées aux communes algériennes et organisées durant le dernier trimestre de l’année 2016 à Alger pour la région centre, à Oran pour l’ouest et à Annaba pour la région est, le projet CES-MED, financé par l’UE, organise le 7 juin à Ghardaïa une journée d’information sur la Convention des Maires (CdM) et les nouveaux outils de planification énergétique offerts aux communes (plans d’action en matière de climat et d’énergie durable – PACED) au profit des collectivités locales du sud algérien.

Cette journée, qui regroupera plusieurs collectivités locales des wilayas (gouvernorats) de Ghardaïa, Laghouat et Ouargla, a pour objectif de présenter les derniers résultats du projet CES-MED en Algérie et au niveau régional, de promouvoir la CdM au niveau de ces trois wilayas et de favoriser les ralliements des communes à la Convention. Cette initiative fait suite aux trois actions pilotes menées par le projet avec les communes de Batna, Sidi-Bel-Abbès et Boumerdès (préparation de leurs techniques de l’IRE – inventaire de référence des émissions – et plan d’action en faveur de l’énergie durable – PAED) et vise à engager la préparation de PAEDC en vue d’étudier la faisabilité de l’action de planification énergétique intercommunale en Algérie.

Le projet « Promouvoir le développement des énergies durables dans les villes méditerranéennes » (CES-MED) est une initiative financée par l'UE dont le but est d'assurer la formation et l'assistance technique aux autorités locales et nationales de la région Sud de la Méditerranée, afin de les aider à répondre plus activement aux défis des politiques durables.

Le projet CES-MED apporte son soutien pour s'assurer que les actions proposées concordent avec les objectifs de la Convention des maires : atteindre, voire dépasser, l’objectif européen de réduire de 20 % les émissions de CO2 grâce à l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’augmentation de l’utilisation des sources d’énergie renouvelable.

Pour en savoir plus
CES-MED – site internet

Also available in

Related project
Soutient les efforts des autorités locales des pays partenaires de l'IEVP-Sud pour répondre plus activement aux défis de la politique durable.Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc,…

En Méditerranée, le thon rouge a repeuplé les pâturages marins

Résultat de recherche d'images pour "thon rouge Méditerranéen"

Après avoir failli disparaître, le thon rouge de Méditerranée a repeuplé la mer à force de quotas et contrôles draconiens, redonnant espoir pour la préservation de cette "vache des mers", menacée dans le monde entier.

Il mange presque tout ce qui passe devant ses mâchoires, peut peser jusqu'à 650 kilos, mesurer plus de 4 mètres de long et pondre des centaines de millions d'oeufs: pourtant, cette force de la nature a failli périr de la surpêche.

"En 2001, nous avons connu une grave crise, le thon rouge (de Méditerranée) était sur le point de disparaître", rappelle à l'AFP Alessandro Buzzi, expert de l'ONG, WWF.

Le stock de reproducteurs était tombé à 150.000 tonnes en 2008. Lors de la dernière évaluation menée en 2013, il était remonté à 585.000 tonnes, et on s'attend à encore mieux cette année.

Alors que l'objectif de rétablissement du stock était fixé à 2022, "les analyses scientifiques montrent qu'on l'aura atteint dès 2018", se félicite auprès de l'AFP Bertrand Wendling, directeur général de Sa.Tho.An, coopérative du port de Sète, alors que la campagne de pêche démarre vendredi (jusqu'au 24 juin).

Ce qu'on appelle thon de la Méditerranée est en réalité une partie du "Thunnus thynnus" ou thon de l'Atlantique, dont la Méditerranée est l'un des principaux bassins de reproduction et donc de pêche.

Une nouvelle évaluation du stock sera menée cet été pour être présentée à l'automne devant la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (ICCAT).

"Si l'évaluation est positive, ce sera la fin du plan de reconstitution, en gros des mesures d'urgence. Cela ouvrira la voie à un plan de gestion sur le long terme qui fera l'objet de discussions, avant sa mise en place", déclare Alessandro Buzzi.

Mais ce qui pourrait sonner comme une bonne nouvelle réveille aussi de vieilles craintes.

Car la demande mondiale ne faiblit pas. Si le thon des sushis vendus en Europe est généralement de l'albacore, une variété tropicale qui n'est pas du thon rouge, 80 à 90% des thons pris par les gros thoniers senneurs en Méditerranée partent au Japon, où sa chair est très prisée, après avoir été engraissés dans des fermes en Méditerranée.

"Tout le monde saisit l'opportunité de la reconstitution du stock pour demander une hausse du quota", que ce soit l'Espagne, l'Italie ou l'Algérie, selon M. Buzzi.

- Un produit d'exception -

Mais les pêcheurs français ne sont pas sur la même ligne.

"Les pêcheurs demandent à ce que les quotas et les contrôles perdurent", clame M. Wendling, expliquant avoir "extrêmement peur que le dispositif s'assouplisse trop et qu'on retombe dans les excès rencontrés il y a quelques années".

De plus, "nous avons réduit le nombre de navires autorisés à pêcher", souligne-t-il.

Outre les dangers que cela ferait courir à la ressource, il craint une chute des cours, aujourd'hui autour de 10 euros le kilo, contre un à deux euros il y a quelques années.

"Il y a des parties contractantes qui vont dire +le stock va bien, on veut plus de parts de gateau+", explique à l'AFP Tristan Rouyer, chercheur à l'Ifremer, pour qui la pêche méditerranéenne au thon rouge est actuellement "la plus verrouillée au monde", donc la moins sujette à la pêche illégale.

"Il faut s'assurer que d'éventuelles augmentations de quotas bénéficient à ceux qui exploitent cette ressource de manière durable", estime Alessandro Buzzi, pour qui les méthodes d'engraissement du thon dans les fermes, notamment espagnoles, "ne sont pas durables d'un point de vue environnemental".

A l'inverse des Espagnols qui ont moins de bateaux et vivent surtout de l'aquaculture ou des Algériens qui ont des quotas nettement plus petits, les pêcheurs français traitent le thon comme un produit d'exception.

Ils espèrent d'ailleurs obtenir bientôt le label de "première pêcherie de Méditerranée éco-certifiée", qui mettrait en valeur la pêche à l'hameçon. Car, souligne M. Wendling, "on veut pêcher moins, mais vendre mieux".

Source de l'article Sciences et Avenir

Les mutations des villes méditerranéennes avec Photomed

Résultat de recherche d'images pour "http://www.journalzibeline.fr/critique/approches-sensibles-des-villes/"

Égrené sur plusieurs mois et en plusieurs lieux, Photomed a confié le commissariat de sa 7ème édition à l’écrivain, photographe et vidéaste Guillaume de Sardes pour évoquer les mutations des villes méditerranéennes. 

Plongées urbaines, scènes quotidiennes, portraits, paysages, intérieurs, panoramiques ou petits formats… quelque soit le point de vue de l’artiste, photographier Tanger, Alger, Beyrouth, Eboli ou Marseille revient aussi à parler de soi.

À la Villa Méditerranée, deux traversées impactent notre mémoire : Sur la route d’Alger de Franck Déglise et Jardin d’essai de Maude Grübel invités par Soraya Amrane, fondatrice de l’Atelier de Visu à Marseille. Deux autobiographies photographiques dévoilées avec pudeur dans des styles opposés. Franck Déglise emprunte des chemins pénétrés d’un sentiment fugace de nostalgie, comme s’il effectuait un retour sur un monde en passe de disparaitre. Celui de ses origines. Les zones de non retour révèlent les âmes envolées tandis que d’autres, habitées, évoquent la solitude des êtres : une densité émotionnelle fuite à travers le mouvement, l’équilibre précaire entre le net et le flou, le noir et la couleur intenses. Alger, toujours, aux façades décrépies, aux êtres solitaires, au temps arrêté dans un entre-deux indéfinissable, Maude Grübel en offre un portrait plus distancié. D’origine allemande, la jeune photographe marseillaise interroge les espaces architecturés ou naturels, les éléments de décor, les visages dissimulés, pour dire son propre rapport à la cité. Objectif et sensible. Un fil invisible relie ces deux artistes, sans doute leur manière d’être au plus près du monde des humains.

Bernard Plossu a tiré 135 photographies de son carnet de route pour composer L’heure immobile à l’Hôtel des arts. En voyageant à ses côtés dans ces trains de lumière, l’évidence du titre apparaît en une fraction de seconde, dans la blancheur éclatante de ses photographies tirées au cordeau. Ponctuée de citations d’écrivains qu’il admire tels Tabucchi, Malaparte et Camilleri, sa sélection questionne la manière de photographier la ville. Sa réponse fuse, simple, évidente : « Quand tout est blanc il y a une lourdeur et une transparence, une cruauté ». Pas de flou, ni retouche ni recadrage, des contrastes aiguisés. Bernard Plossu saisit des villes immuables sous un soleil de plomb.

Marie Godfrin Guidicelli
Juin 2017

Photomed
jusqu’au 14 août
Villa Méditerranée, MuCEM, Friche la Belle de Mai, Frac, Marseille

jusqu’au 11 juin
Sanary-sur-Mer, Ile de Bendor, Toulon (Hôtel des arts & Le Liberté)

Source de l'article Journalzibeline

L’Alliance Mondiale pour les Technologies Propres et l’UpM s’allient pour promouvoir le développement durable dans la région

L’Alliance Mondiale pour les Technologies Propres et l’UpM s’allient pour promouvoir le développement durable dans la région

L’Alliance Mondiale pour les Technologies Propres, lancée par la fondation Solar Impulse lors de la COP22 organisée à Marrakech, et le Secrétariat général de l’Union pour la Méditerranée (UpM) viennent de signer à Barcelone un protocole d’accord visant à promouvoir le développement durable dans la région.

Signé par Bertrand Piccard, président de la fondation Solar Impulse, et le secrétaire général de l’UpM, Fathallah Sijilmassi, l’accord vise à promouvoir la collaboration entre les deux organisations sur des activités conjointes visant à faciliter la transition de la région euro-méditerranéenne vers un développement durable et à faible émission de carbone. 

Selon un communiqué de l’UpM parvenu lundi à la MAP, la coopération entre l'Union et l’Alliance permettra d’enrichir le dialogue politique sur l’énergie et le changement climatique dans la région euro-méditerranéenne. 

Elle contribuera en particulier aux trois plateformes énergétiques de l’UpM, notamment à celle portant sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (plateforme EREE de l’UpM), dont l’objectif est de promouvoir le déploiement de mesures en faveur de ces énergies et l'accès à des services énergétiques sûrs, abordables et fiables tout en soutenant la lutte contre le changement climatique et l’adaptation à celui-ci dans la région. 

Cette coopération offre également l’opportunité de mobiliser le secteur privé, notamment les entreprises proposant des solutions innovantes pour la transition énergétique, afin de soutenir un agenda ambitieux pour le développement durable dans la région euro-méditerranéenne. 

"Nous savons que les habitants, les entreprises et les autorités nationales et locales de la région méditerranéenne ont de nombreuses solutions à proposer pour une nouvelle économie plus propre. Nous souhaitons les aider à promouvoir leurs actions en établissant des connexions entre ceux qui cherchent et ceux qui offrent ces solutions", a déclaré M. Piccard à cette occasion. 

Et d’ajouter que "l’Alliance souhaite présenter 1.000 solutions efficaces et bénéfiques pour l’environnement lors de la COP24 programmée à la fin de l’année 2018 afin de guider le monde sur le chemin de la durabilité", se disant "persuadé que la région méditerranéenne a de nombreuses idées à offrir, susceptibles d’aider d’autres personnes à travers le monde à œuvrer pour cet objectif commun". 

De son côté, M. Sijilmassi a relevé que "l’action pour le climat représente une chance extraordinaire de mettre en œuvre des modèles de développement durable et inclusif dans la région méditerranéenne". 

Il a fait observer qu’il est "essentiel de saisir cette chance afin de rentabiliser les investissements, de stimuler le transfert de technologie, de créer des opportunités d’emploi pour nos jeunes, de promouvoir le rôle des femmes et de développer des modèles de production et de consommation à faibles émissions de carbone qui contribuent à favoriser l’intégration, le développement durable et la stabilité dans notre région". 

M. Sijilmassi a souligné encore que le Secrétariat général de l’UpM œuvre pour favoriser la participation active de la société civile, des autorités locales et régionales, du secteur privé, des institutions financières ainsi que d’autres acteurs clés du processus de coopération régionale pour le développement durable et l’intégration régionale. 

L’Alliance Mondiale pour les Technologies Propres (World Alliance for Efficient Solutions -WAES), créée par la fondation Solar Impulse (SIF), vise à promouvoir la cause des technologies propres et à offrir des solutions durables pour répondre aux défis de la société afin d’atteindre les objectifs de l’agenda de l’action pour le climat, tels que définis lors de la COP21 à Paris. 

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) ont été multipliées par 4 dans la région méditerranéenne au cours des 50 dernières années. La région a été identifiée comme étant l’une des principales zones sensibles au changement climatique, notamment en raison de la pénurie d’eau, de la concentration des activités économiques dans les zones côtières et de la dépendance d'une agriculture sensible aux changements climatiques. En outre, la température moyenne de la région a déjà augmenté de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle, une limite définie par l’Accord de Paris. 

Source de l'article Atlasinfo

Les jeunes voix de la Méditerranée aux journées européennes du développement 2017

Young Mediterranean Voices at European Development Days 2017

De jeunes intervenants de premier plan de la région arabe et d’Europe ont été invités à présenter leur travail lors des journées européennes du développement (JED) de cette année, premier forum européen de coopération et de développement international, organisé par la Commission européenne depuis 2006 à Bruxelles.

Un débat spécial aura lieu le 8 juin, à 13 h 30, dans le cadre du programme officiel des JED, pour partager la pratique pionnière en matière de coopération régionale et l’expérience de base de jeunes intervenants originaires d’Algérie, d’Égypte, de Jordanie, d’Allemagne et du Royaume-Uni.

Le débat (Lab Debate) est organisé en association avec « Young Mediterranean Voices », le programme-phare de débat de la région dont la Commission européenne et la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, ont récemment annoncé l’expansion. Young Mediterranean Voices s’appuie sur le succès de son projet précurseur, Young Arab Voices, co-créé en 2011 par la Fondation Anna Lindh et le British Council, et vise à concrétiser la politique de la jeunesse du débat en action avec le soutien de l’UE et un nouveau consortium de partenaires, dont la World Leadership Alliance-Club de Madrid, le Centre d’intégration méditerranéenne (CMI), le Groupe de la Banque mondiale, le gouvernement de la Finlande, MEDAC, Facebook et Friends of Europe.

Pour en savoir plus
Fondation Anna Lindh – site internet
Fondation Anna Lindh sur Twitter, Facebook, YouTube, Flickr

Also available in

Related project
The Anna Lindh Foundation is an inter-governmental institution bringing together civil society and citizens across the Mediterranean to build trust and improve mutual understandingAlbanie, Algérie,…

Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse 2017 : trois journalistes de Syrie, d’Égypte et d’Irak primés

Sammir Kassir Award Ceremony

La délégation de l’Union européenne au Liban a organisé le 2 juin la cérémonie annuelle du Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse, à l’occasion du 12e anniversaire de l’assassinat de Samir Kassir. 

La cérémonie s’est déroulée en collaboration avec la Fondation Samir Kassir. Trois journalistes de Syrie, d’Égypte et d’Irak ont été primés lors de la cérémonie.

Les lauréats de l’édition 2017 sont :

- Catégorie « article d’opinion » : Issa Ali Khodr, originaire de Syrie, né en 1993, qui est souvent présents dans les journaux Hentah, Al-Modon et Al-Joumhouria. Son article intitulé « When do you wish to slaughter me? » (Quand voulez-vous me massacrer ?) a été publié dans Al-Joumhouria le 14 juillet 2016 et décrit les dernières semaines d’un prisonnier dans les couloirs de la mort d’une prison de Daech à Al-Bab, au nord de la Syrie.

- Catégorie « article d’investigation » : Ghada El-Sharif, originaire d’Égypte, née en 1981, éditrice et journaliste d’investigation pour le quotidien Al-Masry Al-Youm. Elle supervise les pages consacrées à l’islam politique et aux affaires féminines. Son rapport intitulé « The secret world of sex trafficking in Egypt » (Le monde secret du trafic sexuel en Égypte) a été publié dans Al-Masry Al-Youm le 18 décembre 2016. Il s’agit d’une immersion sous couverture dans le monde des mariages d’argent qui prévaut encore dans plusieurs villages égyptiens.

- Catégorie « reportage d’information audiovisuel » : Asaad Zalzali, originaire d’Irak, né en 1984, directeur général de l’agence de presse Maraya Media. Son reportage d’information de sept minutes intitulé « Project No1 » (Projet nº 1) a été diffusé sur Deutsche Welle Arabic le 11 janvier 2017. Il dévoile un scandale majeur de corruption en Irak qui a privé le pays de projets de construction scolaires indispensables en raison du népotisme, de banquiers voyous et de politiciens irresponsables.

Le Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse est financé par l’Union européenne et récompense les journalistes qui se sont distingués par la qualité de leur travail et leur engagement envers les droits de l’homme et la démocratie. Organisé chaque année depuis 2006, le prix Samir Kassir rend hommage au journaliste libanais Samir Kassir qui a été assassiné le 2 juin 2005 à Beyrouth. Le concours est ouvert aux journalistes des pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et du Golfe. Cette année, les 191 candidatures reçues portent le total des participants depuis la création du prix à plus de 1 900. Le prix décerné dans chacune des trois catégories est de 10 000 euros.

Pour en savoir plus
Prix Samir Kassir – site internet et page Facebook
Délégation de l’UE au Liban – site internet et Page Facebook

Also available in

Olivier Weber reçoit le Prix du Livre Européen et Méditerranéen

Les Journées du Livre Européen et méditerranéen en partenariat avec la Commission Européenne ont fondé le Prix du Livre Européen et Méditerranéen. Ce prix récompense les livres qui font le lien entre la culture européenne et méditerranéenne. 

Il est attribué cette année à Olivier Weber pour son roman L'Enchantement du monde (Ed. Flammarion). Ecrivain-voyageur et grand reporter, Prix Albert Londres, Prix de l’Aventure, Prix des Romancières et Prix Joseph Kessel, Olivier Weber est notamment l’auteur du Faucon afghan (Robert Laffont), du Barbaresque et de L’Enchantement du monde (Flammarion). 

Longtemps reporter de guerre pour la presse française et britannique puis ambassadeur de France pendant cinq ans et désormais romancier, il a couvert une vingtaine de conflits, de l’Erythrée à l’Afghanistan, du Sahara à l’Irak.  Il a été berger en haute-montagne durant son adolescence puis marin, plongeur sous-marin et capitaine au Secours en Mer de Méditerranée. Ses romans et récits de voyage ont été traduits dans une dizaine de langues.
 

[Extraits] L'enchantement du monde d'Olivier Weber


En 1479, Gentile Bellini, peintre vénitien, est invité par le sultan Mehmet II à se rendre à Constantinople pour peindre son portrait, alors que jusqu'alors la représentation de l'homme à son image était interdite en terre d'islam. Au milieu de réformes religieuses, de révoltes militaires et d'intrigues amoureuses, la vie du peintre est profondément bouleversée.

Etaient également en course
• La colombe et le moineau - Khaled Osman (Ed. Vents d’ailleurs). 
• Effacer sa trace - Malika Wagner (Ed. Albin Michel). 
• Mektouba - Karima Berger (Ed. Albin Michel).
• L'opticien de Lampedusa - Emma-Jane Kirby (Ed. des Equateurs). 

La remise du prix se fera le 19 juin, à la Commission européenne de Paris. 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones. 

L'enchantement du monde - Olivier Weber - Editions Flammarion - 9782081324060 - 22€

Par Victor de Supausy - Source de l'article Actualitté

dimanche 18 juin 2017

Deuxième congrès des chercheurs sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans

Résultat de recherche d'images pour "http://majlis-remomm.fr/le-congres-du-gis"

Créé en 2013, le groupement d’intérêt scientifique (GIS) Moyen-Orient et mondes musulmans du CNRS organise son deuxième congrès à Paris du 5 au 8 juillet 2017, à l’Inalco. 

Le GIS a vocation à fédérer l’ensemble des équipes de recherche françaises qui travaillent sur ce champ, dans toutes les disciplines concernées (histoire, géographie, sciences politiques, sociologie, anthropologie, histoire de l’art, littérature, islamologie, philosophie), notamment par son congrès biennal.

Après une conférence inaugurale, près de 80 ateliers thématiques d’une journée ou d’une demi-journée présenteront des recherches en cours, sur des sujets aussi variés que l’histoire des jardins dans le monde proche-oriental, les politiques éducatives en France et dans le monde musulman, l’exégèse coranique du verset du Trône, l’histoire des débuts de l’islam, les frontières du Proche-Orient ou encore la violence et le religieux dans la littérature arabe contemporaine.

Résultat de recherche d'images pour "Deuxième congrès des chercheurs sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans"

Le congrès vise à la fois à favoriser les échanges entre chercheurs et à présenter à un plus large public d’intéressés la vitalité collective de nos travaux.

Des tables rondes autour des collections d’arts islamiques dans les musées, de bibliothécaires orientalistes ou, encore, des concert et spectacle animeront ce Congrès, moment important pour la communauté des chercheurs spécialisés sur les mondes musulmans et le Moyen-Orient. Toutes les informations sont disponibles sur le site du GIS.

L’Association des amis du GIS (AGIS) - tiendra son assemblée générale à cette occasion. Fondée en 2014, elle a pour but de représenter tous les chercheurs travaillant en France sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Elle contribue à organiser le Congrès et apporte aussi son concours aux prix de thèse décernés par l’IISMM-EHESS, et le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans.

Pour rejoindre l’association et plus d’informations, visitez le site de l’AGIS.

Agenda
Du 5 au 8 juillet

Le GIS a vocation à fédérer l’ensemble des équipes de recherche françaises qui travaillent sur ce champ, dans toutes les disciplines concernées.

Inalco - 65, rue des Grands Moulins - 75013 Paris

Par Mohammad Bakri - Source de l'article Langue Arabe

Le projet UE SMED WiA lance ses premières activités

Résultat de recherche d'images pour "COPEAM"

SMED WiA - Vers une majeure égalité des genres : promouvoir le rôle et l’image des femmes dans le secteur audiovisuel du sud de la Méditerranée, un projet cofinancé par l’EU dans le cadre du Programme MEDFILM, vient d’entrer dans sa phase de démarrage.

Parmi les activités préliminaires planifiées, un nombre de bonnes pratiques sur les programmes, initiatives et organisations dédiés à l’égalité des genres dans des domaines pertinents seront collectées à travers une enquête en ligne. Ce questionnaire a été tout récemment diffusé dans la région Euromed dans l’optique d’aider les bénéficiaires du premier appel à projets qui sera disséminé dans les pays du sud à développer des actions, par le biais de sous-subventions, dans les secteurs de la recherche, de la formation, et de la sensibilisation et du plaidoyer.
La prochaine phase prévoit des activités d’échange et de capacity bulding en Tunisie en faveur des sujets gagnants, à l’occasion des Journées Cinématographiques de Carthage.

L’initiative dans son ensemble vise à accroitre la participation des femmes dans les secteurs cinématographique et audiovisuel et à promouvoir une majeure égalité entre les genres dans les sociétés sud-méditerranéennes.


Programme de soutien: MEDFILM – Europeaid/ Commission européenne

Partenaires du consortium: Interarts (Chef de file, Espagne), COPEAM (Italie), CUMEDIAE-Culture & Media Agency Europe aisbl (Belgique), ESAC-École Supérieure de l'Audiovisuel et du Cinéma de Gammarth (Tunisie), SIB- Screen Institute Beirut Association (Liban) et l’EWA, Réseau européen de l’audiovisuel des femmes (partenaire associé).

Source de l'article COPEAM