Translate

samedi 29 juillet 2017

Appel à participation pour un atelier de dialogue

Résultat de recherche d'images pour "euromesco Méditerranée"

Le réseau de recherche EuroMeSCo, financé par l’UE, a lancé un appel à participation pour son atelier de dialogue autour du thème « Nouvelle dynamique euro-méditerranéenne dans la Méditerranée orientale » (New Euro-Mediterranean Dynamics in the Eastern Mediterranean) qui aura lieu à Athènes le 10 novembre. 

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 4 septembre.

Cet atelier de dialogue fait partie des activités mises en œuvre dans le cadre du projet « Recherche et dialogue politiques euro-méditerranéens pour des processus d’élaboration de politiques et une diffusion inclusifs par l’intermédiaire de la participation en réseaux » (« Euro-Mediterranean Political Research and Dialogue for Inclusive Policymaking Processes and Dissemination through Network Participation »), cofinancé par l’Union européenne et l’Institut européen de la Méditerranée (IEMed).

Les objectifs de cet atelier de dialogue sont de présenter et de discuter des résultats de recherche initiaux de l’étude conjointe « Nouvelle dynamique euro-méditerranéenne en Méditerranée orientale », menée par MITVIM – l’Institut israélien pour les politiques étrangères régionales – et d’assurer l’interaction entre la recherche politique et l’élaboration de politiques afin de contribuer à des processus d’élaboration de politiques plus inclusifs.

Les frais de voyage et d’hébergement engagés par les chercheurs sélectionnés au cours de l’atelier de dialogue seront couverts par l’IEMed.

Les 7 chercheurs sélectionnés seront informés avant le 12 septembre et recevront des informations détaillées sur les aspects logistiques et opérationnels de l’atelier.

Pour en savoir plus
EuroMeSCo - site internet
IeMed - site internet

Also available in

Avis de concours 2 : OpenMyMedPrize à la Maison méditerranéenne des métiers de la mode

[Mode] #Openmymed : Marseille métropole de la mode
Depuis 2010, OpenMyMed Prize, concours organisé par la Maison méditerranéenne des métiers de la mode (MMMM) qui siège à Marseille, est ouvert à 19 pays méditerranéens. 
Chaque année, les 20 lauréats, sélectionnés par un jury de professionnels et un vote grand public, sont invités au Fashion Booster Campus à Marseille. 
Résultat de recherche d'images pour "Open MyMed Prize"Ciblé sur les trois besoins fondamentaux des jeunes marques - marketing, commerce et communication -, le Fashion Booster Campus se déroule pendant cinq jours et est dispensé par des experts internationaux. Il a pour objectif de les accompagner dans leur développement international en assurant la cohérence de leur image de marque à 360° avec la réalisation de leur plateforme de marque et guidelines physiques et digitales de leur identité. Un accompagnement évalué sur le marché à 30 ooo euros par lauréat.
OpenMyMed Prize a acquis une notoriété internationale et fédère aujourd’hui une communauté de 91 créateurs dont le fil rouge est la Méditerranée, grâce à l’appui de ses partenaires publics et privés, Maisons de luxe, industriels, prescripteurs et médias. 
Pour participer, il faut :
- Avoir au moins deux collections commercialisées
- Anglais obligatoire : lu, écrit et parlé (comme un CV !)
- Résider en Albanie, Algérie, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Liban, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, Portugal, Slovénie, Tunisie, Turquie ou Marseille. 
Calendrier du concours :
> jusqu’au 31 Octobre 2017 : dépôt des dossiers de candidature des créateurs ICI> Novembre 2017 : vote du grand public et du e-jury
> 4 décembre 2017 : annonce des lauréats vainqueurs du concours 2018
> de janvier-mai 2018 : travail préparatoire du Fashion Booster Campus
> mi-mai 2018 : Fashion Booster Campus à Marseille
Pour plus d’infos : createurs@m-mmm.fr
Source de l'article Go-Met 

La BERD accorde un prêt de 120 millions d’euros au projet marocain de conservation des eaux de la plaine du Saïss

EBRD provides €120 million loan for Morocco Saïss Water Conservation Project

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) accorde un prêt de 120 millions d’euros au projet de conservation des eaux de la plaine du Saïss au Maroc. Ce projet contribuera à protéger le secteur agricole marocain des impacts du changement climatique.

Le financement attribué par la BERD à ce projet servira à la construction d’infrastructures d’irrigation. Il bénéficie d’une subvention, dans le cadre d’un cofinancement, de 32 millions d’euros provenant du Fonds vert pour le climat (FVC).

Au Maroc le déficit hydrique, qui est considérable, est exacerbé par les impacts du changement climatique, et l’utilisation non viable des eaux souterraines entraîne une diminution des réserves correspondantes, ce qui remet gravement en cause la production agricole et les moyens de subsistance dans les régions rurales.

L’investissement de la Banque consacré au projet de conservation des eaux de la plaine du Saïss au Maroc permettra d’améliorer la résilience face au changement climatique en soutenant la construction d’un adducteur primaire pour le transport de l’eau, qui acheminera chaque année plus de 100 millions de mètres cubes d’eau pour irriguer la plaine du Saïss.

Il permettra de cesser la surexploitation des eaux souterraines en faveur d’une utilisation durable des ressources en eaux de surface, tout en favorisant l’accès à des techniques d’irrigation efficaces conformes aux meilleures pratiques.

Le FVC est une initiative internationale unique qui répond au changement climatique par des investissements en faveur d’un développement à faible émission de carbone et résilient face aux évolutions climatiques. Créé par 194 gouvernements, il a pour objet de limiter les émissions de gaz à effet de serre ou d’en atténuer les effets dans les pays en développement, et d’aider les communautés vulnérables à s’adapter aux impacts du changement climatique.

Le Maroc, un membre fondateur de la BERD, est devenu un pays d’opérations en 2012. À ce jour, la Banque a investi environ 1,2 milliard d’euros dans 30 projets dans ce pays.

Pour en savoir plus

Also available in

Coopération transfrontalière : des réunions d’information sont organisées en vue de l’appel à projets

ENPI CBC Med Logo

En vue du lancement du premier appel à projets, le programme IEVP CTMed organise une série de réunions d’information dans les pays méditerranéens partenaires, à savoir la Jordanie, le Liban, la Palestine, Israël, l’Egypte et la Tunisie.

L’appel sera lancé dans les 10 premiers jours de Juillet, avec un budget disponible de 86,4 millions d’euros. Les points suivants seront abordés :

- Développement des affaires et des PME ;
- Innovation et transfert technologique ;
- Inclusion sociale et lutte contre la pauvreté ;
- Durabilité environnementale.

Ces événements donneront la possibilité aux participants de poser des questions aux représentants des structures de gestion du Programme et des autorités nationales.

Les événements se dérouleront selon le calendrier suivant :
Amman, le 11 juillet
Beyrouth, le 13 juillet
Le Caire, le 18 Juillet
Tunis, le 20 Juillet
Jérusalem, le 25 Juillet
Ramallah, le 27 Juillet

Pour se préparer à l’événement, il est conseillé aux participants de lire les documents suivants :
Le Programme IEV CTF « Bassin Maritime Méditerranée » 2014-2020 offre des opportunités de coopération entre des partenaires de la région méditerranéenne dans des domaines d’intervention comme le développement économique, l’éducation et la recherche, l’inclusion sociale et la protection environnementale.

Pour en savoir plus
CTF Med - Site internet

Also available in

lundi 24 juillet 2017

L'Union pour la Méditerranée encourage les stages internationaux pour étudiants de la région

STUDENTS

Des représentants de sociétés privées, d’universités, de la société civile, ainsi que des étudiants se sont réunis cette semaine au siège de l’Union pour la Méditerranée (UPM) à Barcelone afin de prendre des mesures visant à encourager les stages dans la région méditerranéenne.

Cet atelier a rassemblé les différents acteurs concernés par cette question afin de discuter des opportunités et des défis liés au développement des stages dans la région méditerranéenne ainsi que du rôle spécifique que peut jouer le secteur privé à cet égard, indique un communiqué de l’UPM.

Organisée sous le thème "Stimuler l’employabilité dans la région : quel rôle pour les stages ? Enseignements tirés et perspectives futures du projet HOMERe labellisé par l’UPM", cette rencontre a permis aux étudiants, aux entreprises, aux organisations de la société civile et aux établissements d’enseignement supérieur d’élaborer des recommandations opérationnelles pour le développement de programmes de formation internationale dans la région.

Trois séances de travail ont permis de faire le bilan des premières réalisations du projet HOMERe et d’envisager des perspectives d’accroissement. Les participants ont souligné les liens entre les stages et l’emploi dans la région méditerranéenne et ont partagé les enseignements tirés des difficultés rencontrées lors de leur mise en œuvre. L’atelier a également facilité les synergies entre les programmes de stage déjà existants dans la région.

Les stages représentent des opportunités "gagnant-gagnant" pour le développement des entreprises et l’employabilité des jeunes. Une des principales causes du taux élevé de chômage parmi les jeunes diplômés dans la région méditerranéenne est le décalage persistant entre les compétences acquises à l’université et les exigences des employeurs.


Le projet HOMERe sera donc élargi à de nouveaux pays et à de nouvelles disciplines. De nouvelles sociétés telles que l’Entreprise Publique Économique des Tracteurs Agricoles (ETRAG), CEGEDIM Maroc et Orange Applications for Business ont officiellement exprimé leur volonté de rejoindre le programme, fait savoir l'UpM dans son communiquer.

Dans le but d’aider les entreprises à trouver les meilleurs jeunes talents et de stimuler la mobilité universitaire et professionnelle dans la région, les 43 pays de l’Union pour la Méditerranée (UpM) avaient labellisé le projet HOMERe.

"Ce programme contribue réellement à changer l’attitude des jeunes envers le travail et à les orienter vers une approche plus proactive tout en aidant les entreprises à trouver des candidats de grande qualité. Il a aussi grandement facilité les premières étapes de ma carrière", a déclaré l’ancien stagiaire et bénéficiaire du projet HOMERe, Youssef Berdoul.

Delphine Borione, première secrétaire générale adjointe de l’UpM a affirmé à cette occasion que "les stages internationaux constituent un investissement avantageux à la fois pour les entreprises qui entrent en contact avec des étudiants talentueux, pouvant les informer sur la culture et les marchés locaux, et pour les jeunes qui voient s’ouvrir de nouvelles perspectives et acquièrent de nouvelles compétences".

Ce programme a pour objectif d’augmenter, grâce à des stages internationaux, l’employabilité d’étudiants issus de plus de 100 universités prestigieuses et appartenant au Réseau Méditerranéen des Écoles d’Ingénieurs. Jusqu’à présent, 125 jeunes des rives nord et sud de la Méditerranée ont bénéficié du programme HOMERe.

Selon un rapport émis par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), plus de 32% des entreprises dans certains pays méditerranéens ont identifié les niveaux de qualification professionnelle comme étant le principal obstacle à l’embauche. Dans le même temps, selon l’étude d’impact Erasmus, les étudiants ayant bénéficié d’expériences à l’étranger (telles qu’Erasmus+) voient leurs risques de chômage diminuer de 23%.

Source de l'article Huffpostmaghreb

Tunisie – Principauté de Monaco : signature de deux accords de coopération

accords Tunisie - Monaco 1

A l’occasion de la visite de Gilles Tonelli, ministre des Relations extérieures et de la Coopération de la Principauté de Monaco, l’UTICA a accueilli, vendredi 7 Juillet 2017, un forum économique tuniso-monégasque. En marge de ce forum, deux accords de coopération ont été signés.

Le premier accord concerne la coopération entre l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) et la Chambre de l’Industrie et du Commerce et Monaco.

Le deuxième est un accord d’amitié et d’échange conclu entre la Chambre nationale des femmes chefs d’entreprise de Tunisie et l’Association des femmes entrepreneures de Monaco.

Les relations entre la Tunisie et Monaco datent de plusieurs années. 20 entreprises monégasques sont installées en Tunisie et évolueront après les nouveaux accords. Bon nombre d’entre elles opèrent dans les secteurs les plus prometteurs en Tunisie, comme le transport, l’informatique et les technologies de la communication, les énergies renouvelables, le plastique.

Organisé conjointement par l’UTICA et l’Economic Board de Monaco, ce forum a vu la participation de nombreux chefs d’entreprise tunisiens et monégasques appartenant à différents secteurs d’activité, notamment l’environnement et les énergies renouvelables, le bâtiment et le BTP, les TIC et le numérique, l’agroalimentaire, la papeterie, la plasturgie, la santé et le bien-être, les services bancaires et financiers, le transport et la logistique, la céramique et les activités de loisirs et de plaisance.

Source de l'article l’Économiste maghrébin

Aperçus des systèmes d'enseignement supérieur dans les pays du sud de la Méditerranée

Aperçus des systèmes d'enseignement supérieur dans les pays du sud de la Méditerranée
L'Agence exécutive « Education, audiovisuel et culture » (EACEA) de l'Union européenne a publié une série d'aperçus nationaux des systèmes d'enseignement supérieur grâce à son programme Erasmus +. 
Les publications se concentrent sur les pays partenaires de l'Union européenne, tels que les pays du sud de la Méditerranée.
Les documents décrivent les cadres juridiques existants, les politiques mises en place ainsi que les développements législatifs et fournissent des données statistiques importantes. Ils ont été rédigés par les bureaux Erasmus + nationaux établis dans chaque pays, en coopération avec les autorités nationales compétentes.
Des aperçus sont disponibles pour les pays suivants :
Pour plus d'informations sur les publications, cliquez sur ce lien
Contenu élaboré en collaboration avec Cineuropa
Source de l'article MedCulture

Facilité de l’UE en faveur des réfugiés en Turquie : des progrès sensibles accomplis dans la mise en œuvre

The EU Facility for Refugees in Turkey Factsheet

Des progrès sensibles ont été réalisés dans la mise en œuvre de la facilité en faveur des réfugiés en Turquie : une enveloppe supplémentaire de 714 millions d’euros d’assistance humanitaire a été engagée, tandis que 50 millions d’euros supplémentaires devant servir à des formations professionnelles ont fait l’objet d’un contrat.

Sur une enveloppe totale de 3 milliards d’euros pour 2016-2017, 2,9 milliards d’euros ont d’ores et déjà été alloués, a déclaré la Commission le 28 juin. Des contrats ont été signés pour 48 projets représentant plus de 1,6 milliard d’euros, dont 811 millions d’euros ont déjà été décaissés.

Tout récemment, un contrat de 50 millions d’euros a notamment été signé en vue de fournir un soutien socioéconomique et de renforcer l’employabilité des réfugiés syriens et de leurs communautés d’accueil en Turquie au moyen d’une formation linguistique et professionnelle. En outre, la Commission a publié, le 3 mai dernier, le plan de mise en œuvre humanitaire pour la Turquie 2017. Ce plan fixe les priorités d’une enveloppe supplémentaire de 714 millions d’euros en faveur des réfugiés devant donner lieu à des contrats d’ici à la fin de 2017.

Dans le cadre du volet « Aide humanitaire », la mise en œuvre du programme relatif à un filet de sécurité sociale d’urgence connaît une nette accélération et l’on recense désormais plus de 680 000 réfugiés ayant bénéficié d’une aide au titre de ce programme. L’UE espère pouvoir atteindre 1,3 million de réfugiés d’ici la fin de l’année.

M. Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage, a déclaré à ce propos : « La facilité de l’UE en faveur des réfugiés en Turquie continue d’avoir une réelle incidence sur la vie quotidienne de nombreux réfugiés. La signature récente d’un contrat de 50 millions d’euros donne aux réfugiés syriens et à leurs communautés d’accueil l’occasion de renforcer leurs compétences et, partant, de tirer leur épingle du jeu sur le marché du travail, grâce notamment à des cours de langue turque. »

La facilité en faveur des réfugiés en Turquie a été mise en place en 2015 pour répondre à l’appel lancé par le Conseil européen en faveur de la mobilisation de fonds supplémentaires substantiels pour aider les réfugiés en Turquie. Cette facilité est dotée d’un budget de 3 milliards d’euros pour 2016-2017, dont 1 milliard provient du budget de l’Union et 2 milliards sont débloqués par les États membres.

Pour en savoir plus
La Facilité de l’UE pour les Réfugiés en Turquie - Fiche d'information
Turquie: Crise des Réfugiés - Fiche d'information

Also available in

Environnement : Un projet de coopération transfrontalière remporte le prix « Emirates Energy Award »

ENPI CBC Med Logo

La centrale solaire thermodynamique à concentration réalisée au Collège Universitaire Al-Huson en Jordanie a permis au projet STS-Med de remporter le « Emirates Energy Award » (EEA), un prix régional décerné tous les deux ans dans le but d’encourager une utilisation rationnelle de l'énergie et des ressources.

Financé dans le cadre du Programme IEV CTF Med 2007-2013, STS-Med se concentre sur le développement des technologies solaires concentrées pour améliorer l'efficacité énergétique dans les bâtiments publics. Le projet a mis en place 4 centrales démonstratives à Chypre, en Égypte, en Italie et en Jordanie pour une puissance totale de 400 kW.

En Jordanie, la centrale pilote est installée sur le toit d'un bâtiment éducatif du Collège universitaire Al-Huson : elle permet de générer de l'énergie électrique, de la climatisation et du chauffage, de l'eau chaude et de l'eau distillée à partir d'une seule source d'énergie, le soleil.

Cette récompense, décernée par le Conseil Suprême de l’Energie de Dubai, vise à distinguer les meilleures pratiques et les travaux pionniers en matière d'efficacité énergétique, d'énergie alternative, de durabilité et de protection de l'environnement.

Le prix sera remis en octobre à Dubaï lors d'une cérémonie officielle.

Pour en savoir plus
Projet STS-Med: Site internet
IEVP-CTMED : Site internet

Also available in

Union pour la Méditerranée - Entretien de Nathalie Loiseau avec Fathallah Sijilmassi


Résultat de recherche d'images pour "Union pour la Méditerranée - Entretien de Nathalie Loiseau avec Fathallah Sijilmassi"

Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, s’est entretenue avec Fathallah Sijilmassi, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, à Paris le 21 juillet.

Nathalie Loiseau a redit notre soutien à l’Union pour la Méditerranée, seule enceinte permettant à la fois un dialogue régional associant tous les partenaires méditerranéens et le développement de projets concrets pour rapprocher les deux rives de la Méditerranée.

Créée en 2008 sous l’impulsion de la France, l’Union pour la Méditerranée compte 43 membres (28 Etats membres de l’Union européenne et les 15 pays riverains de la Méditerranée).

Elle a déjà labellisé 47 projets d’intégration régionale, dans des domaines aussi divers que la dépollution de la Méditerranée, les énergies renouvelables, l’enseignement supérieur et la recherche, la protection civile, les autoroutes de la mer et les autoroutes terrestres et l’appui aux PME.

Source de l'article Diplomatie

Atelier international Eau et Climat

Résultat de recherche d'images pour "le plan bleu"

En perspective de la COP23 et du forum mondial de l’Eau, l’Agence de l’eau Seine-Normandie et l’Agence Française de Développement organisent du 20 au 22 septembre 2017, un atelier international eau et climat sur le thème "Génie écologique et risques climatiques".

Acteurs de l’eau, de l’aménagement des territoires, du développement et de la biodiversité échangeront sur les "solutions fondées sur la nature" pour réduire les risques naturels liés à l’eau (sécheresses, inondations, érosions…).

La raréfaction des ressources en eau, la multiplication des événements extrêmes et la montée du niveau de la mer menacent les écosystèmes et les populations. Favoriser les solutions vertes, "sans regret" et multifonctionnelles pour maximiser les services écosystémiques et renforcer les capacités protectrices des milieux naturels sont des défis essentiels pour faire face aux changements climatiques.

Les échanges issus de cet atelier seront portés à la COP23 et au Forum Mondial de l’Eau et contribueront à enrichir la dynamique lancée dans les bassins français pour s’adapter aux changements climatiques.

Autour de tables rondes, de présentations de projets, de groupes de travail et de visites de terrain, les participants pourront identifier les freins et leviers d’actions au développement des solutions d’ingénierie écologique et partager les expériences et bonnes pratiques de projets français et internationaux.

Céline Dubreuil, Chargée de programme "Eau et changement climatique" au Plan Bleu, présentera un cas d’étude croate du projet Med-ESCWET.
Résumés des études de cas disponibles à : http://www.water-climate-workshop.com/intervenants/porteurs-projets/
Programme et inscriptions sur : water-climate-workshop.com

Source de l'article Le Plan Bleu

Johannes Hahn, commissaire en charge de la politique européenne de voisinage - La «stabilité» comme objectif suprême de l’UE

 
 Johannes Hahn, commissaire chargé de la PEV

Les discussions entre les représentants algériens et le commissaire européen chargé de la Politique européenne de voisinage (PEV) lors de sa visite en Algérie ont porté à la fois sur les dossiers économiques et sécuritaires.

Dans le volet sécuritaire, une rencontre de haut niveau est prévue en octobre prochain à Bruxelles, selon Johannes Hahn. «Je peux vous annoncer que nous allons initier un dialogue de haut niveau sur les questions sécuritaires avec l’Algérie, en octobre prochain à Bruxelles», a-t-il annoncé lors de la conférence de presse à Alger.

Pour le commissaire européen, «le plus grand objectif de l’UE est d’avoir la stabilité dans le voisinage de l’Europe». Une stabilité qui ne peut être assurée, selon le conférencier, sans construire une économie «saine et stable» et sans «affronter en commun des actuels problèmes dans la région méditerranéenne, à l’exemple de la migration, le contre-terrorisme et la radicalisation».

L’Union européenne est engagée à apporter son appui pour la diversification économique en Algérie. Toutefois, des efforts sont à faire sur le plan interne pour l’amélioration du climat des affaires et l’encouragement du secteur privé. A commencer par le recadrage de la règle des 51/49 régissant l’Investissement direct étranger (IDE) en Algérie. Une loi qui constitue, selon le commissaire chargé de la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, une entrave au business et à l’investissement. «La règle des 51/49 n’est pas positive pour le pays. Elle n’est pas productive.

C’est une forme de protectionnisme», a déclaré le commissaire européen. «Avec cette loi, l’espace est limité pour les affaires dans la région. Certes, ce n’est pas forcément une image négative, mais cela porte atteinte à la réputation du pays. Car la décision d’investir est à 50% d’ordre psychologique», précise-t-il. Une manière d’appeler l’Algérie à alléger cette procédure pour rendre l’environnement des affaires plus attractif et encourager les investisseurs étrangers à pénétrer le marché algérien.

Des points développés dans une rencontre avec presse, jeudi dernier à Alger, au terme de sa visite au parc de Sidi Abdellah. Une visite consacrée au lancement d’un nouveau projet de jumelage portant sur le partage d’expertise dans le domaine des technologies de l’information et de la communication par le renforcement de la synergie entre la recherche scientifique et l’industrie.

Il s’agit aussi, pour l’hôte de l’Algérie, de redéfinir le rôle de l’Etat dans l’économie, planifier le rôle des autorités locales et encourager la compétitivité du secteur privé. Et ce, d’autant que le potentiel en termes de projets à réaliser est important dans les Energies renouvelables (ENR) et les TIC avec un système fiscal favorable aux start-up. Deux secteurs qui pourraient jouer un grand rôle dans la diversification économique, au même titre que d’autres (agroalimentaire, pêche, agriculture…) dans les exportations.

A ce sujet, M. Hahn annoncera l’amorce d’un dialogue de haut niveau sur le plan économique pour stimuler les exportations vers l’Europe en aidant les PME-PMI à se conformer aux normes exigées. «L’UE continuera à soutenir l’Algérie dans ses efforts pour la diversification. Les priorités du partenariat entre les deux parties, adoptées plus tôt cette année, ont mis l’accent sur les questions économiques. Il est maintenant temps de traduire ces priorités en actions et réformes concrètes», a résumé M. Hahn.

En application de cet engagement, 18 projets d’une valeur de plus de 200 millions d’euros ont déjà été identifiés par les deux parties. Certains ont été réalisés et ont atteint leur objectif, selon le conférencier qui mettra par ailleurs l’accent sur l’adhésion de l’Algérie prochainement au Partenariat pour la recherche et l’innovation dans la région de la Méditerranée (Prima), suite à la récente conclusion d’un accord international sur ce projet. «Ce qui constitue une étape majeure dans la coopération algéro-européenne dans le domaine de la recherche et l’innovation», notera-t-il. L’Algérie et l’UE devraient signer officiellement cet accord entérinant l’adhésion de l’Algérie au Prima avant fin 2017.

A titre indicatif, le Prima est un programme visant à relever les principaux défis des ressources en eau et des systèmes alimentaires. Le financement atteindra 500 millions d’euros sur 10 ans, dont 220 millions seront fournis par l’UE, tandis que le reste proviendra des Etats participants, dont la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, la Jordanie, le Liban et l’Algérie qui s’est engagée à y contribuer à travers programme d’un montant de 20 millions d’euros.

Par Samira Imadalou - Source de l'article ElWatan

Accord sur le Fonds Européen pour le Développement Durable pour créer des emplois et lutter contre les causes des migrations

EU flags

Les représentants permanents des États membres auprès de l'UE ont approuvé le compromis intervenu entre la présidence et le Parlement européen sur la proposition de règlement instituant le Fonds européen pour le développement durable (FEDD).

Le FEDD est le principal instrument de la mise en œuvre du plan d'investissement extérieur européen destiné à soutenir l'investissement dans les pays d'Afrique et du voisinage européen. Ce plan vise principalement à créer des emplois et à lutter contre les causes profondes des migrations. Il contribuera également à la mise en œuvre de l'accord de Paris sur le changement climatique (COP21).

"Grâce à l'accord conclu aujourd'hui, nous serons en mesure de mettre en œuvre un nouveau fonds de soutien à des projets d'investissements durables dans les pays en développement", a déclaré Mme Marlene Bonnici, représentante permanente de Malte auprès de l'UE et présidente du Comité des représentants permanents. "La mise en place du FEDD contribuera à donner un nouvel élan à la politique de développement de l'UE, tout en luttant à long terme contre les causes profondes des migrations."

Reposant sur un budget initial de 3,35 milliards €, le fonds doit permettre de générer jusqu'à 44 milliards € d'investissements. Ce montant pourrait être multiplié par deux si les États membres et d'autres donateurs apportent des contributions à la hauteur de celle de l'UE.

Le FEDD fera office de "guichet unique" pour recevoir les propositions de financement émanant d'institutions financières et d'investisseurs publics ou privés et fournir de nombreuses formes de soutien financier en faveur d'investissements éligibles. Il offrira des garanties et aura recours à des mécanismes de financement mixte pour encourager le secteur privé à investir dans des contextes plus risqués, tels que des États fragiles ou des régions touchées par un conflit.

Le Parlement et le Conseil seront à présent invités à adopter le règlement de manière formelle, afin que le fonds puisse être mis en place dans les meilleurs délais.

Pour en savoir plus

Also available in

Un projet s’intéresse aux entrepreneurs issus des diasporas marocaine, tunisienne et sénégalaise

Accueil

Un projet financé par l’UE offre un accompagnement gratuit et personnalisé aux entrepreneurs issus des diasporas marocaine, tunisienne et sénégalaise ayant des projets de création d’entreprise dans des domaines comme l’agro-alimentaire, la santé, l’éducation, l’environnement ou les technologies vertes dans l’un de ces trois pays.

Dans le cadre du projet DiafrikInvest, 50 projets de création d’entreprise portés par un membre de la diaspora vont pouvoir bénéficier d’un accompagnement à la fois en Europe et dans le pays de création de la société. La sélection des projets sera effectuée sur dossiers évalués par un comité de sélection international et un entretien.

Les personnes intéressées sont invitées à participer à une réunion d’information à Milan le 1er juillet et à Turin le 2 juillet, où les partenaires DiafrikInvest seront présents pour présenter les services et prestations offertes et répondre à toutes les questions concernant le dispositif d’accompagnement, les modalités de sélection et la réalisation des projets.

DiafrikInvest est un projet cofinancé par l’Union européenne et mené par un consortium de 6 partenaires : ANIMA Investment Network et ACIM en France, Startup Maroc, Am Be Koun et le CJD Sénégal, et la CONECT en Tunisie. Il vise à promouvoir la mobilisation des hauts talents, des entrepreneurs et des investisseurs de la diaspora pour dynamiser les relations d’affaires entre l’Europe, le Maroc, le Sénégal et la Tunisie, et ainsi contribuer au développement économique.

Pour en savoir plus
DiafrikInvest - Site internet

Also available in

Tashbeek : œuvrer en faveur d’une scène culturelle durable en Jordanie

Tashbeek: working for a sustainable cultural scene in Jordan

Un projet financé par l’UE s’emploie à renforcer les capacités des travailleurs et des associations culturels dans différentes parties de la Jordanie, en vue de créer un réseau autonome d’individus, d’associations et d’espaces qui collaboreront et se fourniront mutuellement un soutien, contribuant ainsi à des échanges artistiques et culturels et des dialogues dans différentes villes et régions de Jordanie.

Le projet Tashbeek a reçu une subvention dans le cadre du projet SouthMed CV, financé par l’UE, et est mis en œuvre en Jordanie par des associations jordaniennes et palestiniennes.

Tashbeek a lancé un appel à participation en mai 2017 et a reçu 248 candidatures de personnes travaillant dans le secteur de la culture, dans des associations culturelles, des ONG et les services culturels d’institutions gouvernementales, issues des différents gouvernorats de Jordanie, dont certaines travaillent dans des zones très marginalisées.

Au total, 50 candidats seront sélectionnés pour suivre un programme de renforcement des capacités composé de trois formations (formation technique, artistique et de gestion) qui aura lieu de juillet à novembre 2017 et qui a été planifié en fonction des besoins exprimés par les candidats et des exigences de la scène culturelle en Jordanie.

SouthMed CV est cofinancé par l’UE dans le cadre du programme régional Med Culture.

Pour en savoir plus
SouthMed CV - Site internet
Med Culture - Site internet

Also available in

2ème comité de pilotage du projet MADRE

En tant que chef de file, l'AVITEM anima le deuxième comité de pilotage du projet MADRE, co-financé par le Fonds Européen de Développement Régional, le 4 Juillet .

Résultat de recherche d'images pour "MADRE (Métropole et Agriculture Durable pour des Relations Equitables)"Cette réunion permit aux sept partenaires de dresser un état des lieux des groupes de travail métropolitains qui se sont tenus dans chaque métropole : Barcelone, Montpellier, Marseille, Bologne, Tirana et Thessalonique. Ces groupes ont réunis à chaque fois les acteurs locaux impliqués dans l’agriculture urbaine et périurbaine, comptabilisant ainsi un total de 150 acteurs locaux méditerranéens.

Les partenaires devront programmer la tenue des groupes de travail transnationaux dans chaque métropole au cours de la période de septembre 2017 à février 2018. Ces travaux et retours d’expériences seront mis à profit dans la future plateforme de MADRE qui sera un outil collaboratif sur l’agriculture métropolitaine en Méditerranée.
Résultat de recherche d'images pour "MADRE (Métropole et Agriculture Durable pour des Relations Equitables)"
Information sur MADRE (Métropole et Agriculture Durable pour des Relations Equitables)

Co-financé par le programme INTERREG MED, le projet MADRE vise à renforcer le rôle de l’agriculture urbaine et périurbaine dans la capacité d’innovation et de résilience des six territoires métropolitains méditerranéens.

I. Objectifs et financement du projet MADRE

Le projet MADRE réunit sept partenaires : l’Agence des Villes et Territoires Méditerranéens Durables (AVITEM, France) qui est chef de file, ANIMA Investment Network (France), l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM, France), MedCités (Espagne), la Ville Métropolitaine de Bologne (Italie), l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce), et l’Université d’Agriculture de Tirana (Albanie). 

Doté d’un budget total de 1.2 million (dont 997.198,74€ est financé par le FEDER) et prévu pour une durée 18 mois, du 1er février 2017 au 31 Juillet 2018, MADRE est un projet de de capitalisation sur le rôle de l’agriculture urbaine et périurbaine dans six aires métropolitaines : Marseille, Montpellier, Barcelone, Bologne, Tirana et Thessalonique. 
MADRE vise à renforcer les capacités techniques et politiques des modèles locaux d’approvisionnement de nourriture de six aires métropolitaines méditerranéennes à travers la création d'un cluster transnational d'acteurs de l'agriculture urbaine et périurbaine. 

MADRE s’inscrit ainsi dans l’objectif d’accroissement de l’activité transnationale des clusters et réseaux innovants des secteurs clés de l’espace MED du programme européen transnational INTERREG MED, programme regroupant 13 Etats méditerranéens et financé par l’Union Européenne dans le cadre de sa politique régionale.

II. Contexte et enjeux du projet MADRE

Reconnue comme un levier majeur de l’éco-innovation pour la compétitivité et la durabilité des métropoles, l’agriculture urbaine et péri-urbaine souffre encore d’un manque de reconnaissance et reste largement négligée par les décideurs, la recherche académique et le grand public. 
Selon la FAO, un changement de paradigme dans la formulation des politiques agricoles et la planification urbaine est ainsi requis afin de permettre un développement optimal de cette activité et d’assurer sa pérennité.
Considérée comme un phénomène émergent, l’agriculture métropolitaine permet de relever de nombreux défis urbains, en contribuant à la sécurité alimentaire, à la création d’emplois, à la qualité environnementale ou encore au renforcement du lien social et à la solidarité territoriale entre le milieu urbain et le milieu rural. En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, par exemple, les circuits-courts et les AMAP ont connu un engouement croissant et les initiatives se sont multipliées entre les producteurs et les consommateurs. 

III. Les résultats attendus du projet MADR

1) Consolider les connaissances existantes en termes de bonnes pratiques permettant d’optimiser les impacts économiques, sociaux et environnementaux de l’agriculture urbaine et périurbaine à travers un catalogue transnational de bonnes pratiques partagé et mobilisé comme outil pédagogique pour tous.
2) Renforcer les capacités du réseau des acteurs de l’agriculture urbaine et périurbaine, au niveau local, régional et national au moyen de groupes de travail métropolitains et d’une plateforme digitale.
3) Initier la construction d’un cluster transnational méditerranéen d’acteurs de l’agriculture urbaine et périurbaine qui perdurera au-delà de la durée de vie du projet

Pour plus d’information sur le projet MADRE, veuillez contacter : f.tamini@avitem.org

Source de l'article Avitem