Translate

dimanche 16 septembre 2018

L'évènement RH N°1 en Méditerranée et en Afrique

L'évènement RH N°1 en Méditerranée et en Afrique 

MEDRH “ Les Rencontres Méditerranéennes des Ressources Humaines ” est une manifestation qui rassemble un grand nombre de décideurs dont des ministres, des conférenciers et des dirigeants, à l’échelle méditerranéenne et Africaine. 

Avec un double objectif, MEDRH présente, aux décideurs, des solutions pratiques et des réponses concrètes aux problématiques de la fonction RH.

Organisé par la société Innovation Business Network "IBN" les 09 et 10 Novembre 2018 à Hammamet en collaboration avec un comité de professionnels en ressources humaines et en partenariat avec des associations d’acteurs RH dont l’APRH Tunisie et l’AGEF Maroc, l’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES), le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE),
Toujours sous l’angle de la Prospective Stratégique, pour tirer vers le haut et préparer l’avenir, tout en gardant un pied sur terre avec des sujets opérationnels et pratiques, notre équipe de praticiens travaille depuis quelques mois sur un programme diversifié, riche en contenu et couronné par l’expertise des conférenciers et panélistes de renommée internationale et qui sera dévoilé comme chaque année lors d’une conférence de presse en Septembre !

Les conférences plénières de MEDRH se tiendront sous le thème : « Impacts des technologies émergentes sur les organisations et le management de demain » MEDRH permet également aux parties prenantes de s’informer et d’échanger grâce à son programme de rencontres, qui comprend une panoplie de conférences et d’ateliers de réflexion stratégiques.

Au-delà des objectifs liés aux attentes des participants, MEDRH se veut être un levier pour instaurer une nouvelle stratégie d’emploi dans les pays de la méditerranée et de démocratiser le secteur du Management des Ressources Humaines au sein des institutions étatiques en particulier, et privées en général.

Deux jours d’échanges intenses sur les problématiques de chaque entreprise, et une multitude de solutions proposés, c’est un véritable ressourcement.

Au programme de la 3ème édition du MEDRH 
  • Nous consacrerons la première journée à des thèmes pratiques avec des échanges d’expériences et des témoignages de qualité, plusieurs Guest speakers internationaux sont au programme.
  • Nous étendrons le débat aux dirigeants lors de la deuxième journée pour créer le lien et contribuer à améliorer la position de la fonction RH au sein des entreprises.
  • Quatre ateliers stratégiques seront animés par des prospectivistes de l’ITES avec des thématiques avant-gardistes sur les questions à se poser sur les 20 prochaines années.
  • Le Dîner Gala à la fin de la première journée, un moment convivial attendu par tous pour une cohésion d’équipe et des liens personnels forts.
Toutes les informations, bulletin de participation ainsi que les photos et les vidéos des éditions précédentes sont disponibles sur www.medrh.com

Source de l'article Espace Manager

L’Union pour la Méditerranée co-organisera le Forum de la jeunesse

©EU

L’UpM se joint à la célébration de la Journée internationale de la jeunesse, sur le thème « Espaces sécurisés pour les jeunes », afin de mettre en exergue la nécessité urgente de créer des espaces leur permettant d’échanger des idées sur leurs projets et de prendre part à la prise de décisions. 

Parallèlement à la 4ème édition de la conférence de haut niveau de l'UpM consacrée aux femmes à Lisbonne en octobre, l’UpM organise en coopération avec la fondation Konrad Adenauer un Forum euro-méditerranéen de la jeunesse au cours duquel les représentants d’organisations des jeunes évoqueront et développeront des solutions innovantes et des recommandations pour l’émancipation des femmes.

La jeunesse, qui représente près de 60% de la population totale de la région euro-méditerranéenne, est au cœur de la stratégie régionale de l’UpM. Sous la direction de la coprésidence et avec l’engagement de ses 43 États membres envers un agenda régional pour l’intégration, l’emploi, le dialogue et la jeunesse, l’UpM associe toujours les jeunes au dialogue régional.

Des résultats concrets et tangibles ont été obtenus par l’UpM et ses partenaires de la région : plateformes de politique régionale, projets de coopération régionale, soutien à des réseaux et initiatives de jeunesse structurés et tournés vers l’action. 

Pour en savoir plus

Également disponible en

L’Union pour la Méditerranée participera à l’Assemblée générale de l’Union des universités de la Méditerranée

©EU

Une délégation du Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée (UpM), présidée par le Secrétaire général désigné Nasser Kamel, participera à l’Assemblée générale de l’Union des universités de la Méditerranée – UNIMED, organisée les 25 et 26 octobre 2018 par l’Université Ca’ Foscari de Venise à l’occasion de son 150e anniversaire.

L’Assemblée générale de l’UNIMED est un événement important au cours duquel les recteurs et leurs représentants se réunissent pour échanger, déterminer la politique de l’UNIMED et baliser le calendrier académique en matière d’initiatives, d’activités et de conférences. C’est aussi l’occasion d’accueillir et de nouer des contacts avec des représentants d’organisations internationales, hauts fonctionnaires, étudiants, intervenants influents dans les sphères culturelle et politique, et représentants d’ONG.

Fondée en 1991 par le professeur Franco Rizzi, l’UNIMED est une association rassemblant 112 universités de 23 pays sur les deux rives de la Méditerranée.

Pour en savoir plus

Également disponible en

ALECA: Encore des divergences dans le secteur agricole



Un troisième round de négociations sur un accord de libre échange approfondi et complet (ALECA) entre la Tunisie et l’Union européenne(UE) sur l’agriculture devrait avoir lieu en automne 2018 et sa date exacte sera communiquée par le gouvernement tunisien, a affirmé, jeudi, à Tunis, Mme Catherine Combette responsable à la direction générale de l’Agriculture de la Commission européenne.

Les deux premiers rounds qui ont eu lieu en 2016 et 2018 ont permis notamment, d’avancer sur le volet relatif à l’indication géographique des produits, a-t-elle ajouté, lors du séminaire organisé par le SYNAGRI (Syndicat national des agriculteurs de Tunisie), les 13 et 14 septembre sur “l’Agriculture et l’ALECA. L’indication géographique, rappelle-t-on, est un signe utilisé sur des produits qui ont une origine géographique précise et possèdent des qualités, une notoriété ou des caractères essentiellement dus à ce lieu d’origine, selon l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

Deux principaux points de différends entre les deux parties ont surgi au cours de ces rounds, à savoir la période d’adaptation pour l’agriculture tunisienne a indiqué la responsable, précisant a cet égard, que la partie européenne propose 10 ans alors que la Tunisie réclame une période plus longue.

Quant au deuxième point de différend, il s’agit du traitement qui sera réservé aux produits sensibles, particulièrement, la définition, le volume et les degrés de la protection douanière de ces produits. Mme Combette a rappelé les objectifs de l’ALECA, précisant qu’il s’agit de renforcer les liens existant entre les deux pays dans ce domaine, de moderniser l’accord et d’améliorer l’accès aux marchés de leurs produits respectifs.

Pour le président du SYNAGRI, Karim Daoud, l’agriculture tunisienne aura besoin au moins d’une période d’adaptation de 15 ans en prévision de l’ALECA. Les 10 ans proposés par l’UE ne seront pas suffisants compte tenu de plusieurs facteurs dont les échéances politiques de la Tunisie (élections de 2019).

Le développement de l’agriculture tunisienne est confrontée à plusieurs défis, a noté Daoud, citant les limites du modèle agronomique tunisien, la forte pression sur les ressources naturelles et les changements climatiques, la dégradation de la sécurité alimentaire, le déficit de la compétitivité des prix et la diminution des investissements publics dans ce secteur sans que cette diminution ne soit remplacée par une hausse des investissements privés.

Il s’agit également de la faible organisation des filières agricoles, l’augmentation de la demande nationale et internationale sur les produits de qualité, la faible action collective dans ce domaine et la quasi disparition des services d’appui et de conseil agricole, a-t-il dit. 

D’après les données présentées par la responsable européenne, la Tunisie est la 46ème destination pour les produits agricoles de l’UE et le 45ème fournisseur de ce groupement régional. Entre 2010 et 2017, la balance commerciale entre les deux parties a été défavorable à la Tunisie à l’exception de 2015, année faste pour l’huile d’olive tunisienne. En outre plus de 70% des exportations agricoles de la Tunisie vers l’espace européen, sont composées d’huile d’olives et des dattes alors que 40% de ses importations sont composées de céréales, de produits animaliers et d’huiles végétales.

Source de l'article Huffpostmaghreb

L’UE soutient la conférence Women4Mediterranean 2018

 Women4Mediterranean Conference 2018

L’édition 2018 de Women4Mediterranean coïncide avec l’adoption par les 43 pays de l’Union pour la Méditerranée (UpM) d’une importante Déclaration ministérielle, assortie d’un plan d’action ambitieux, par laquelle les ministres de l’UpM se sont engagés à prendre les mesures nécessaires et pertinentes afin de promouvoir l’égalité entre femmes et hommes, dans les droits et les opportunités, dans toutes les sphères de la société : politique, économique et civile, ainsi qu’à instaurer des politiques en la matière.

Women4Mediterranean 2018 a lieu au Centre pour l’Inconnu de la Fondation Champalimaud, un joyau architectural implanté le long du Tage à Lisbonne, au Portugal.

La conférence devrait rassembler plus de 300 acteurs de haut niveau issus de tous les secteurs œuvrant à l’égalité des genres et l’habilitation des femmes dans la région euro-méditerranéenne, tels que représentants nationaux, ministres, autorités et institutions locales, parlementaires, organisations internationales, plateformes de la société civile, chercheurs, acteurs du secteur privé, promoteurs de projets, personnalités à l’engagement remarquable envers l’égalité des genres, représentants des médias et jeunes.

Pour en savoir plus
L’Union pour la Méditerranée (UpM) - Site internet

Également disponible en

Une photo pour les droits humains : la Délégation de l’UE au Liban organise un concours de photos

Snap for human rights

Afin de marquer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’Union européenne au Liban lance un concours de photos sur quatre thèmes relevant des droits de l’homme : la liberté d’expression, l’égalité des genres, les droits des réfugiés et la lutte contre la torture.

La date limite de réception des photos est le 13 octobre 2018.

Pour participer, il suffit de prendre une photo et de la publier sur Instagram. Les participants doivent veiller à ce que leur profil soit public, taguer @EUinLebanon et utiliser un des hashtags suivants : #SNAP4HR1 pour la liberté d’expression, #SNAP4HR2 pour l’égalité des genres, #SNAP4HR3 pour les droits des réfugiés, #SNAP4HR4 pour la lutte contre la torture.

Le concours est ouvert à toute personne de la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et basée au Liban.

Un jury de photographes et d’activistes des droits humains se penchera sur les propositions, présélectionnera trois photos par thème et votera pour désigner le gagnant.

Si vous faites partie des douze présélectionnés, votre œuvre sera exposée à l’occasion de la Journée des droits de l’homme, dans le cadre d’une exposition qui durera du 10 décembre jusqu’au 31 décembre 2018.

Saisissez donc votre appareil photo – ou votre téléphone – et prenez une photo pour les droits humains !

Pour en savoir plus
Délégation de l’UE au Liban - Site internet

Également disponible en

Méditerranée : mobilisation énergie et climat - Bilan 2017 du GERES Bilan 2017

Méditerranée : mobilisation énergie et climat -  Bilan 2017 du GERESL’assemblée générale du GERES s’est réunie à Marseille en juillet dernier, elle a approuvé le rapport d’activités 2017 de l'association. En Méditerranée, l’année 2017 a été marquée par la mobilisation des acteurs locaux vis-à-vis des enjeux climatiques et la nécessité du passage à l’action sur les territoires. 

Chefs de file, la Région SUD / Provence-Alpes-Côte d’Azur en France et la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima au Maroc, avec, respectivement, la tenue du Forum Méditerranée du Futur à Marseille, auquel le GERES a été associé, et la création de la Maison Méditerranéenne du Climat à Tanger. Créé à Marseille en 1976, le GERES a poursuivi en 2017 ses actions en région SUD, à la fois pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et contre la précarité énergétique. 

Quelques exemples d'actions conduites par le GERES en région SUD et présentées dans ce rapport d'activités 2017 :
  • collaboration avec les organismes d’action sociale de Marseille et ses environs pour améliorer le confort thermique et réduire les dépenses des ménages modestes, en particulier une étude de la mesure d’impact social du dispositif de visites à domicile
  • lancement national de SoliDiag® avec le CLER (logiciel de suivi et d’animation de dispositifs territoriaux de réduction de la précarité énergétique)
  • premières constructions de serres solaires passives avec les maraîchers bio
  • démarrage du projet Agr’AIR pour la réduction de la pollution atmosphérique liée aux particules fines issues de l’activité agricole et viticole, en partenariat avec l’IRAEE (Inter Réseau Agriculture Energie Environnement).
Au total, en 2017, le GERES a conduit 64 projets dans 17 pays, en Méditerranée (France, Maroc) mais aussi en Afrique de l’ouest, en Asie centrale et en Asie du sud-est. 164 609 personnes ont directement bénéficié de ces actions, dont 4776 entreprises, et 860 000 personnes, dont les clients des entreprises, en ont bénéficié indirectement.

Pour atteindre ces résultats, 200 collaborateurs et collaboratrices, dont 148 sous contrat local des pays d’Asie et d’Afrique, ont mis en œuvre, avec 110 partenaires techniques, un budget de 7,3 M€ dont le tiers provient de fonds privés.

Ce rapport annuel est également l’occasion pour le GERES de remercier l’ensemble de ses partenaires financiers publics et privés pour leur soutien fidèle, notamment les 14 fondations et 17 entreprises qui lui ont fait confiance.

Retrouvez les actions du GERES dans son rapport 2017.
Et agissez pour le climat en cliquant ICI

Mathieu Grapeloup pour Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités - Source de l'article Carenews

La Fondation européenne pour la formation (ETF) soutient l’esprit d’entreprise au Proche-Orient

10-11 juillet 2018 à Tunis

Qu’ont en commun huit pays d’Afrique du Nord et du Proche-Orient ? Tous se sont engagés à développer les compétences entrepreneuriales des jeunes, le potentiel entrepreneurial des femmes et la base de compétences des petites et moyennes entreprises.

C’est l’une des conclusions qui ressort de l’évaluation de la mise en œuvre du Small Business Act présentée lors d’une réunion du Groupe de travail sur la politique des PME et de l’esprit d’entreprise qui s’est tenue les 10 et 11 juillet 2018 à Tunis. La réunion a clôturé un exercice d’évaluation réalisé par l’ETF, l’OCDE et la Commission européenne avec la participation de groupes de réflexion des pays de la région dans le cadre du dialogue euro-méditerranéen sur la politique industrielle.

Les principales recommandations résultant de l’évaluation sont un appel à tous les pays à accorder une attention particulière à l’esprit d’entreprise en tant que compétence clé, considérée comme vitale pour améliorer l’employabilité et la flexibilité des jeunes sur le marché du travail. L’évaluation a porté sur l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie.

Pour en savoir plus

Également disponible en

10 millions d’euros de l’UE pour les salaires et les pensions des fonctionnaires palestiniens

©UE

L’Union européenne et les Pays-Bas ont versé une contribution de 10 millions d’euros et de 0,62 million d’euros, respectivement, à l’Autorité palestinienne pour le paiement de près de 55 000 fonctionnaires et retraités palestiniens en Cisjordanie.

« Les fonctionnaires jouent un rôle important dans la vie palestinienne en veillant à l’exécution des politiques et des services publics. Ils assurent le fonctionnement du système, la stabilité et la sécurité. Les fonctionnaires et les retraités dépendent de leur salaire pour mener leur vie quotidienne. Nos contributions aux salaires et aux pensions des fonctionnaires démontrent une fois de plus le soutien durable de l’Union européenne aux efforts de construction de l’État palestinien. L’UE et ses États membres restent les donateurs et partenaires les plus fiables et les plus engagés auprès du peuple palestinien », a déclaré le représentant de l’UE, Ralph Tarraf.

Pour en savoir plus

Également disponible en

Théâtre: la troupe "El Bahia" d’Oran honorée au festival méditerranéen de Tunisie



Résultat de recherche d'images pour "Théâtre festival méditerranéen de Mahdia Tunisie"

La troupe de la coopérative atelier "El Bahia" du théâtre et arts d’Oran a été honorée au festival méditerranéen du théâtre, organisé dernièrement à Tunis, pour son œuvre distinguée "Bidoun Ounwan", a-t-on appris samedi de son réalisateur, Said Bouabdellah.

Cette pièce théâtrale "a été présentée les 29 et 30 août dernier à Mahdia et Sousse (Tunisie) subjuguant le public tunisien et les participants" à la première édition du festival organisé du 25 au 31 août, a-t-il indiqué.

Cette manifestation a permis au réalisateur et metteur en scène Said Bouabdellah d’exposer l'expérience de la coopérative atelier "El Bahia" et sa contribution à l'enrichissement du 4ème art en Algérie, dans le cadre du programme élaboré au titre de cette manifestation.

Les faits de l'œuvre "Bidoun Ounwan" (Sans adresse), présentée en janvier dernier à Oran, tournent autour de trois personnages (deux hommes et une femme) dans un seul endroit en dehors de la ville. Chacun à ses raisons, ses intentions et ses valeurs. La fin se termine par un suicide.

Les rôles dans cette pièce, écrite par Ali Abdoun et adaptée du texte émirati "Une balle au revolver", sont interprétées par les comédiens Benabdellah Djellab, Laouni Ahmed, Zamaaleche Fatima Zohra. La pièce, présentée 30 fois à travers les wilayas du pays, est coproduite par le Fonds de soutien du ministère de la Culture.

La coopérative atelier "El Bahia" du théâtre et arts d’Oran a, à son actif, plusieurs œuvres dont "Ana wal Maréchal" qui a obtenu des prix dans plusieurs manifestations nationales et maghrébines.

Source de l'article APS

L’UE soutient le festival de jazz au Chellah

#JazzAuChellah

Les dates de la 23ème édition du « Jazz au Chellah » ont été annoncées !
Le festival, qui est une initiative de l’UE, aura lieu du 12 au 16 septembre 2018. Cette édition se définit par son ouverture à un public marocain plus large tout en restant dans la continuité de son concept de base et fidèle à celui-ci.

Restez à l’écoute pour plus d’informations.

Pour en savoir plus

Également disponible en

Tanger. Festival du court métrage méditerranéen: les films marocains sélectionnés

Résultat de recherche d'images pour "TANGER. FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE MÉDITERRANÉEN: LES FILMS MAROCAINS SÉLECTIONNÉS"

Quatre films représentent le Maroc à la compétition officielle de la 16ème édition du festival du court métrage méditerranéen de Tanger prévu du 1 au 6 octobre.

Le festival du court métrage méditerranéen de Tanger aura lieu cette année du 1 au 6 octobre prochain. La commission de sélection des films du Centre cinématographique marocain a choisi quatre films qui représenteront le Maroc à la compétition officielle.

Après avoir visionné 40 films de courts métrages inscrits pour participer à cette édition, la commission présidée par Hassan Dahani a décidé, à l’issue des délibérations, de sélectionner les films suivants.
  • Jour d'Automne Imad Badi 17 min
  • Les Corbeaux Madane El Ghazouani 26 min
  • Roujoula Ilias Al Faris 22 min
  • Yara Zed Hamza Atifi 17 min
Par Qods Chabaa - Source de l'article Le360ma

33 projets structurés seront présentés lors du forum international sur les PPP


33 projets structurés, d’une valeur de 13 milliards de dinars, seront présentés mardi 18 septembre courant, aux investisseurs internationaux, lors du forum international sur les partenariats public privé (PPP), auquel participeront 1.000 personnes.

Lors d’une conférence de presse, jeudi 13 courant à La Kasbah, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Ladhari, a souligné que ces projets sont fin prêts et sont dotés de fiches techniques détaillées.

Ils sont répartis sur quatre secteurs prioritaires relatifs aux domaines de l’énergie, de l’eau, de l’environnement, du transport, des services logistiques, de l’infrastructure et du développement urbain, ainsi qu’aux pôles universitaires et technologiques.

Le forum vise à accélérer la croissance et à ouvrir des perspectives à l’investissement privé national et étranger, aux fins de participer, en partenariat avec l’Etat et les entreprises publiques, à la réalisation des mégaprojets, d’alléger les charges financières publiques, de développer l’infrastructure et d’améliorer la qualité des services rendus au citoyen.

“Ce forum est un pas important vers la mise en place du processus de PPP, étant donné qu’il permettra de réaliser des projets importants et rentables qui utilisent les hautes technologies au plan mondial, ainsi que de créer un terrain favorable au transfert de la connaissance et des technologies au profit du secteur public”, selon le ministre.

“Il constituera une occasion pour la Tunisie de présenter sa stratégie dans le domaine du PPP. Le pays a achevé l’élaboration du cadre légal et législatif en promulguant, en 2015, la loi relative aux contrats de partenariat public-privé, et en 2016, les décrets réglementaires, rappelant également, la création de l’instance générale de PPP (IGPPP), qui est l’interlocuteur officiel dans le domaine du développement de PPP”, a-t-il poursuivi.

Plus de 1000 participants se sont inscrits au forum, dont 250 sont des représentants de groupes internationaux. Des experts internationaux dans les secteurs concernés par les projets, des hauts responsables des institutions financières internationales et régionales, des banques d’affaires, des fonds d’investissement, des grands investisseurs nationaux et internationaux ainsi que des représentants de l’administration tunisienne et des organisations nationales et de la société civile, prendront part à ce forum.

A une question relative au nombre d’emplois pouvant être générés par ces projets, Ladhari a précisé que les projets présentés contribueront à fournir des dizaines de milliers d’emplois indirects et directs.

Concernant la polémique à propos de l’appel lancé par l’UGTT, à ne pas privatiser les entreprises publiques, le ministre a précisé qu’il faut éviter la confusion entre la privatisation et le partenariat public-privé.

“Les privés ne peuvent s’approprier les projets présentés, mais ont la possibilité de les financer dans le cadre de concessions ou de contrats de partenariat. L’objectif est d’améliorer les prestations de services et de générer le plus grand nombre d’emplois”.

Source de l'article Maghrebemergent

L’EUNAVFOR MED accueille le nouveau vaisseau amiral de l’opération Sophia

The new Sophia Task Force flagship

Aujourd’hui, le navire italien San Marco a remplacé le San Giusto en tant que vaisseau amiral de l’EUNAVFOR MED opération Sophia.

L’ITS San Marco a remplacé l’ITS San Giusto et devient le nouveau vaisseau amiral de l’opération Sophia, pleinement associé au regain d’attention porté à l’échange d’informations avec les agences de maintien de l’ordre, ainsi qu’à la tâche supplémentaire consistant à recueillir des informations à l’appui des résolutions de l’ONU contre la contrebande illégale de pétrole depuis les côtes libyennes.

L’EUNAVFOR MED opération Sophia (ENFM) est une opération de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) qui a pour but de démanteler le modèle économique des passeurs et des trafiquants d’êtres humains, et de contribuer aux efforts de l’UE visant à assurer le retour de la stabilité et de la sécurité en Libye et dans la région de la Méditerranée centrale. L’ENFM est la première force maritime de l’UE à assurer la sécurité maritime en Méditerranée centrale. Elle travaille en étroite collaboration avec différentes organisations nationales, internationales, gouvernementales et non gouvernementales, civiles et militaires. Initialement lancée en 2015, l’ENFM s’inscrit dans le cadre de l’approche globale de l’UE en matière de migration.

Pour en savoir plus

Également disponible en

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) finance la réhabilitation de la ligne 1 du métro du Caire

Cairo Metro Line 1

Des millions de navetteurs tireront profit d’un prêt de 205 millions d’euros accordé par la BERD pour soutenir l’Autorité nationale égyptienne des tunnels (National Authority for Tunnels – NAT) dans la réhabilitation partielle du métro du Caire, principal moyen de transport public de la capitale égyptienne.

Les fonds serviront à financer des travaux urgents sur la ligne 1 – la plus ancienne des lignes de métro du Caire – qui demeure l’épine dorsale du réseau et est utilisée par 500 millions d’usagers chaque année. Les investissements permettront d’augmenter la capacité de la ligne de 40 % en réduisant l’intervalle entre les trains de 3,5 minutes à 2,5 minutes, améliorant ainsi les niveaux de sécurité, de confort et de fiabilité du service. Le projet offrira également des possibilités de formation en cours d’emploi pour les jeunes.

Le prêt de la BERD sera complété par un prêt de 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement et un prêt de 50 millions d’euros de l’Agence française de développement.

Pour en savoir plus

Également disponible en

La Nuit Européenne des Chercheurs à la Cité de la culture à Tunis


La Cité de la Culture à Tunis abritera le 28 septembre, la Nuit Européenne des Chercheurs.

Cet événement scientifique, considéré comme une première en Tunisie, est proposé dans le cadre d’Association de la Tunisie au Programme Européen de Recherche et Innovation Horizon 2020, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS)-l’Unité de Gestion des Programmes Européens (UGPE ), avec le concours du Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI ), en partenariat avec l’Agence Nationale de la Promotion de la Recherche scientifique (ANPR) et un ensemble de représentants de la société civile tunisienne (Association la Recherche en Action , la Fondation Youth for Science , l’Association Jeunes Sciences , et l’Association Recherche Scientifique et Innovation en Informatique).

Plusieurs activités seront proposées comme des ateliers scientifiques, des jeux d’éducation aux sciences, des dialogues et débats avec des chercheurs ainsi que différentes animations alliant science, art et culture.

EU Corner, l’espace dédié à la promotion des projets européens, permettra en outre de découvrir les équipes de recherche tunisienne impliquées dans des projets de recherche financés par l’Union Européenne, dans le cadre du programme Horizon 2020.

Source de l'article Tekiano

De l'eau pour Gaza: l'UE lance l'installation du plus grand champ d'énergie solaire jamais aménagé dans la bande de Gaza

EU-Palestine flags

L'UE a permis de mener à bien l'installation du plus grand champ d'énergie photovoltaïque jamais érigé à Gaza, qui produira 0,5 mégawatts d'électricité par jour pour alimenter l'usine de dessalement du sud de la bande de Gaza.

L'usine de dessalement du sud de la bande de Gaza, financée par l'UE, fournit actuellement de l'eau potable à 75 000 habitants dans les gouvernorats de Rafah et de Khan Younis; grâce au nouveau champ solaire et aux nouveaux investissements prévus, ce sont au final 250 000 personnes qui devraient avoir accès à l'eau potable d'ici 2020.

L'UE investit dans des infrastructures d'approvisionnement en eau à long terme dans l'ensemble de la Palestine, en mettant plus particulièrement l'accent sur la bande de Gaza. À Gaza, 97 % de l'eau est impropre à la consommation humaine. La très forte densité de la population à Gaza met à rude épreuve les infrastructures fragilisées, qui s'effondrent en raison des conflits répétés, du bouclage du territoire par Israël ces dix dernières années et des divisions entre Palestiniens. Cette détérioration des infrastructures a débouché sur une insécurité hydrique critique dans la bande de Gaza.

Entre 2006 et 2017, le budget mobilisé par l'UE a été de 128 millions d'euros; 21 millions d'euros ont été alloués en 2018. L'objectif est de garantir que chacun bénéficie d'un accès autonome, équitable, abordable et durable à l'énergie, à l'eau potable et aux services d'assainissement.

Le 20 mars 2018, l'UE a organisé à Bruxelles une conférence des donateurs portant sur le projet d'usine centrale de dessalement de Gaza et de travaux connexes. La conférence, coprésidée par l'Union européenne et l'Autorité palestinienne, a permis de mobiliser 456 millions d'euros au soutien du plus grand projet d'infrastructure jamais lancé dans la bande de Gaza, qui permettra de générer chaque année au moins 55 millions de m³ d'eau propre et potable. L'UE s'est engagée à financer l'usine de dessalement à hauteur de 70 millions d'euros et à verser 7,1 millions d'euros supplémentaires pour les frais de gestion.

Pour en savoir plus

Également disponible en

L’UpM lance un appel à contributions pour le rapport sur l’enseignement supérieur dans le monde

UfM logo

Le Secrétariat de l’UpM a lancé un appel à contributions pour identifier et sélectionner les auteurs souhaitant collaborer à la publication du rapport « L’enseignement supérieur dans le monde » (Higher Education in the World – HEIW) nº 7 intitulé « Humanities and Higher Education ; Generating Synergies between Science, Technology and Humanities » (Sciences humaines et enseignement supérieur – Créer des synergies entre la science, la technologie et les sciences humaines). 

L’UpM coordonnera en particulier un chapitre spécifique du rapport contenant les contributions de plusieurs auteurs des États membres de l’UpM. 

La date limite de soumission des résumés est fixée au 30 septembre 2018.

Dans le sillage de la collaboration initiée à l’occasion de la Conférence internationale GUNi sur les objectifs du développement durable : Acteurs et mise en œuvre, tenue en septembre 2017, le Réseau universitaire mondial pour l’innovation (réseau GUNi) et l’Union pour la Méditerranée (UpM) ont établi, le 23 mai 2018, un cadre de coopération pour les trois années à venir par la signature d’un protocole d’accord couvrant tous les domaines d’activité de l’UpM et visant à poursuivre la collaboration conformément à la mission et aux objectifs des deux institutions. La publication de ce rapport est l’une des premières activités dans le cadre desquelles le réseau GUNi et le Secrétariat de l’UpM collaboreront.

Le rapport HEIW est un ouvrage collectif publié dans la série GUNi sur l’engagement social des universités (GUNi Series on the Social Commitment of Universities). Il est le résultat d’une analyse globale et régionale de l’enseignement supérieur dans le monde. Avec un sujet spécifique défini pour chaque édition, le rapport examine les principaux problèmes et défis auxquels sont confrontés l’enseignement supérieur et ses institutions au XXIe siècle. GUNi travaille actuellement à la septième édition du rapport sur l’enseignement supérieur dans le monde, qui sera publiée en 2019. Ce rapport sera consacré à l’avenir des sciences humaines et à la relation entre la science et les sciences humaines au XXIe siècle.

Pour en savoir plus
L’Union pour la Méditerranée (UpM) - Site internet

Également disponible en

Relations Maroc-UE: priorité au développement social et à la compétitivité du secteur privé


Deux accords prioritaires ont été paraphés par Johannes Hahn, Commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d’élargissement, et le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboune, lors d’une rencontre ce vendredi à Rabat. 

Après des discussions autour de la voie à suivre pour les relations bilatérales Maroc-Union européenne, priorité a été donnée au développement social et à la compétitivité du secteur privé au Maroc afin de renforcer les programmes “Compétitivité et croissance verte” et “d’appui à la réforme de la protection sociale au Maroc”.
Portant sur un investissement de plus de 1,15 milliards de dirhams, “Compétitivité et croissance verte” appuie au Maroc le statut d’auto-entrepreneur, les primo-exportateurs, le climat des affaires et l’émergence des filières de recyclage. 

“Le développement des start-up et de l’innovation est l’un des maillons essentiels à la prospérité d’une économie”, a souligné, à cette occasion Johannes Hahn, ajoutant qu’en mobilisant plus de 231 millions de dirhams sur l’appui à la nouvelle Stratégie Nationale d’Inclusion Financière et en particulier au programme Innov’Invest mis en œuvre par la Caisse Centrale de Garantie (CCG), l’UE souhaite contribuer au développement d’un secteur privé marocain compétitif, productif et créateur d’emplois décents. 

Il appelle ainsi à miser sur les jeunes entreprises et leur fournir un meilleur accès au financement de leur projets pour permettre de “dynamiser l’économie pour le bénéfice de la population”. 

Vers une protection sociale plus juste au Maroc

Par ailleurs, M. Hahn, cité par la délégation de l’UE au Maroc dans un communiqué, a fait savoir que l’appui à la réforme de la protection sociale au Maroc “est un nouveau chapitre de notre partenariat renforcé qui va permettre d’avancer ensemble vers un système de société plus juste et plus égalitaire”.

Ce programme, d’un montant de plus de 1,19 MMDH, vise à soutenir les efforts du gouvernement et contribuer à la réduction des inégalités et à améliorer la cohésion sociale et du développement humain de la société marocaine à travers la promotion de l’accès équitable aux services sociaux de base selon une approche de droit.

De son côté, le nouveau ministre de l’Economie et des finances, M. Benchaâboun, a indiqué, dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature de ces accords, que la visite du commissaire européen a été “une occasion d’examiner les différents volets de la coopération entre le Maroc et l’UE” et d’établir le bilan des réalisations pour la période 2014-2017. 

“C’était également l’occasion de préparer les dossiers sur lesquels nous allons travailler sur la période prochaine qui va s’étendre jusqu’à 2020, ainsi que de développer le volet économique des relations Maroc-UE”, a-t-il ajouté. Dans ce sens, les discussions ont porté sur des outils innovants visant à faire évoluer la PME marocaine qui sont en cours d’examen, a noté Benchaâboun, faisant remarquer que “des équipes de travail, du côté marocain et européen se pencheront les semaines à venir, sur cette question pour essayer d’insérer ces mécanismes innovants dans les programmes 2019 et 2020”.

“Les échanges productifs avec le chef du gouvernement marocain Saad-Eddine El Othmani ont prouvé que nous avons de nombreux buts similaires et une vision commune! L’Europe et le Maroc peuvent faire tellement de choses dans leurs intérêts communs pour l’Afrique entière”, a tweeté Hahn à la suite de sa visite avec le premier ministre.

Le Maroc un partenaire stratégique pour l’Union Européenne

Le commissaire européen s’est également entretenu avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita au sujet du maintien de la paix et du développement de la région, auquel le Maroc contribue de manière significative, selon le diplomate européen.
Il a mis en avant les avancées enregistrées suite à l’adoption des Accords agricole et de pêche Maroc-UE, relevant que ces accords constituent une base solide pour dynamiser à nouveau le partenariat entre le royaume et l’UE.

“Notre visite a pour objectif de donner une nouvelle impulsion aux relations maroco-européennes, et ne pas se contenter d’un partenariat normal”, a-t-il précisé, saluant les propositions du Maroc pour une approche progressive. 

De son côté, Nasser Bourita souligne que “cette visite intervient dans un contexte très particulier, un contexte où le partenariat a été attaqué de l’extérieur par des parties bien connues”, relevant que le Maroc et l’UE se sont mobilisés pour préserver ce partenariat.

“Cette visite est un signal fort et positif que non seulement nous travaillons pour immuniser notre relation, mais, aussi, nous réfléchissons aux moyens de les développer davantage à l’avenir (...) Le Maroc et l’UE qui partagent des relations très anciennes, sont amenés aujourd’hui à adapter ces relations au nouveau contexte et aux attentes des deux parties”, a souligné M. Bourita à l’issue d’une conférence où les questions de sécurité, d’immigration, de commerce et d’éducation étaient à l’ordre du jour. 

Source de l'article Huffpostmaghreb