samedi 12 novembre 2011

Quelle transition au lendemain du Printemps arabe ? Un rapport du FEMISE examine l’impact économique du changement

L’impact économique du Printemps arabe et les difficultés à garantir une transition économique durable sont au cœur du rapport 2011 du Forum euro-méditerranéen des instituts économiques (FEMISE), financé par l'UE.

Le rapport, intitulé « Les pays méditerranéensau seuil d’une transition fondamentale », souligne que « le Printemps arabe a surpris tous les économistes qui pensaient que les efforts pour libéraliser le commerce, accroître l'attrait des investissements directs étrangers et développer la coopération internationale avaient enfin placé les pays méditerranéens sur la voie de la convergence avec leurs principaux voisins européens ».

Le FEMISE met en avant quatre facteurs à l’origine des soulèvements et doivent désormais être pris en compte pour mener les transitions à bon terme :
- un modèle de développement qui favorisait une élite composée d'hommes politiques et d'hommes d'affaires étroitement liés ;
- une instabilité naturelle causée par une intégration plus profonde dans l’économie mondiale ;
- l’exclusion des jeunes du processus décisionnel et le chômage ;
- les disparités territoriales énormes dans tous les pays en question.

Dans les pays les plus touchés par la transformation, le problème du manque de fondations pour l’avenir doit donc être abordé, affirment les auteurs du rapport.
D'après ceux-ci, l'échec des précédentes politiques « montre clairement que nous devons urgemment répondre aux trois questions suivantes » :
- Quel modèle de développement les pays concernés devraient-ils suivre, au lendemain de la révolution ?
- Que faut-il faire à court terme pour faire face au ralentissement économique, tout en veillant à ce que les mesures adoptées ne mettent pas à mal les futurs efforts de réforme économique.
- Finalement, une fois que la situation se stabilisera et qu'un nouveau système politique verra le jour, que faudra-t-il faire pour accélérer la croissance économique et veiller à ce qu’elle profite à tous les citoyens ?

La première partie du rapport répond à ces questions dans quatre grands chapitres :
1) Un panorama général de la situation macroéconomique, qui cherche notamment à caractériser la situation actuelle et à évaluer les coûts à court terme liés aux différents évènements internes aux pays de la région, aux conséquences des incertitudes sur les anticipations, aux effets de la dépression de la demande externe en Europe et aux États-Unis.
2) Un bilan détaillé de l’effondrement de « l’authoritarian bargain model » qui prévalait avant la crise (et qui prévaut encore aujourd’hui dans certains pays méditerranéens) pour examiner comment le faire évoluer vers un modèle démocratique.
3) Un examen des raisons permettant de considérer la jeunesse comme la principale richesse à faire fructifier. Il s’agit de montrer ici le poids déterminant de la jeunesse dans les pays méditerranéens pendant encore une vingtaine d’années.Àl’issue de cette période, les pays méditerranéens seront eux-aussi confrontés au vieillissement démographique et auront des problèmes de financement des retraites.Il est donc décisif pour l’équilibre à long terme de répondre le plus vite possible aux attentes de la jeunesse dans les pays méditerranéens, explique le rapport.
4) Le quatrième chapitre traite du potentiel d’échanges supplémentaire qui pourrait être mobilisé entre l’UE et ses partenaires méditerranéens.

La seconde partie du rapport présente la situation actuelle des économies du Sud méditerranéen concernées, pays par pays.

Le FEMISE est un projet financé par l’UE qui entend contribuer au renforcement du dialogue sur les questions économiques et financières du partenariat euro-méditerranéen, dans le cadre de la politique européenne de voisinage et de l’Union pour la Méditerranée.Plus spécifiquement, le projet cherche à améliorer la connaissance des enjeux prioritaires dans les domaines économiques et sociaux et de leurs répercussions sur leurs partenaires méditerranéens dans le cadre de la mise en œuvre des accords d'associationet des plans d'action avec l'UE.
Par ENPI Info Centre.

Pour en savoir plus
- Communiqué de presse
http://www.femise.org/2011/11/a-ne-pas-rater/rapport-du-femise-sur-le-partenariat-euromediterraneen-2011/

- FEMISE – Site internet
http://www.femise.org/fr/

Aucun commentaire: