Translate

dimanche 16 février 2014

Maghreb : un potentiel économique, humain et géographique

« Seules les tribus animées d’un fort esprit de corps sont capables de vivre dans le désert »  
Ibn Khaldoun

Aux portes de l'Europe, une main d'oeuvre à bas coût, diaspora en Europe qualifiée, un pont entre l'Afrique, L'Asie et l'Europe, le Maghreb est des atouts que beaucoup de régions du monde lui envient !
C’est une région peu peuplée : 90 millions de personnes (Tunisie, Maroc, Algérie, Libye, Mauritanie) pour un territoire de superficie parmi les 10 plus grandes du monde...
C’est un espace socioculturel à la lumière des événements sociaux, politiques, et nationaux actuels dans la région.
Mais peut-on parler de Maghreb quand les  pays le constituant affrontent la mondialisation économique (interdépendance croissante des économies) et l’expansion des échanges et des interactions humaines en ordre dispersés avec un degré d’intégration des plus faibles de toutes les régions à fort potentiel géographique, humain et économique?
« L'intégration maghrébine est devenue une nécessité incontournable et irréversible pour relever les défis de développement auxquels doivent faire face les pays" de la région » disait la directrice des affaires économiques de l'UMA, Saida Mendili,  lors de la conférence en 2009 sur le thème « L'UMA est un grand potentiel d'intégration économique appelé à être exploité »
Quelle est la situation de ce potentiel et les outils politiques nécessaires ? pour cela, faisons un zoom sur le niveau des investissements étrangers, facteurs de développement et de croissance de la région.
L’investissement direct étranger est un élément essentiel de la stratégie d’intégration. Il peut propulser la croissance et enclencher un cercle vertueux où l’accroissement de laproductivité mène à la diversification de l’économie et à une plus grande résistance aux chocs exogènes.
Il est important donc de faire  un point sur:
  • La situation de l’investissement direct étranger au Maghreb.
  • Comment une plus grande ouverture et transparence de la région pourrait lui permettre d’attirer plus d’investissements étrangers.
1. Point sur la situation de l’investissement au Maghreb
En matière d’investissement, le Maghreb dispose d’un grand potentiel pour attirer les investissements, mais qu’il n’a pas toujours mis à profit.
Il est vrai que les flux d’investissements directs étrangers (IDE) se sont considérablement accrus au cours de la décennie écoulée : ils sont passés de 3 milliards de dollars par an au début des années 2000 à 12,3 milliards de dollars en 2008, à la veille de la crise. Mais, même ce niveau record, de l’ordre de 3 % du PIB, était inférieur à celui des autres régions émergentes en Asie, en Amérique latine et en Europe. Et ce chiffre est passé a 6,5 milliard de dollars en 2011, soit moins de 2% du PIB, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de l’instabilité récente dans la région.
De plus, ces investissements n’étaient pas très diversifiés. La plupart de l’IDE provenait d’Europe, à raison de 80 % dans le cas de la Tusie et de 60 % dans celui du Maroc, par exemple. Et pour une bonne part—environ 30 % —ces investissements étaient destinés au secteur énergétique et aux industries extractives.
Manifestement, il y a moyen de faire mieux. Le Maghreb est riche de ses ressources et riche du potentiel de ses populations. Il suffit de citer quelques-uns des nombreux atouts dont la région dispose pour s’en rendre compte:
  • 451 Milliards de dollars US, tel est le PIB groupé des 5 pays en 2012 (1ère puissance économique africaine devant l'AFS (407) et le Nigeria (267)). (*)
  • Une superficie de 6 Millions de Km2 (dans les 10 plus grands pays de point de vue superficie du Monde devant l'Europe et l'ide et tous les plus grands pays du Sud Est Asiatique, le Mexique et 5 fois l'Afrique du Sud),
  • C'est 90 Millions d'Habitants,
  • Un potentiel entrepreneurial des femmes dans le développement économique très important des deux dernières décennies par l’accès d’un nombre de plus en plus croissant féminin au milieu entrepreneurial. Elle présente l’avantage d’une situation géographique privilégiée. Elle côtoie la plus grande zone commerciale du monde, l’Union européenne, et elle est au seuil du Moyen-Orient en pleine effervescence.
  • Elle présente l’avantage d’une population jeune (La jeunesse représente  (moins de 15 ans) plus que 40%). Contrairement à tant d’autres régions du monde, le Maghreb dispose d’une main-d’œuvre abondante qui ne cessera de s’accroître dans les années à venir,
    • Elle présente l’avantage d’une population éduquée. La région a aussi réalisé d’énormes progrès en matière de scolarisation. La prochaine étape consiste à augmenter davantage l’accès à l’éducation et àaméliorer sa qualité afin d’assurer une formation adéquate avec les besoins du marché d’emplois.
Malgré ces atouts, le Maghreb doit continuer à œuvrer pour rétablir ou maintenir la stabilité économique qui constitue une base solide pour ceux qui prennent des décisions d’investissement. Sans oublier l’importance de poursuivre des politiques monétaire et budgétaire prudentes et d’éviter une surévaluation des taux de change réel.
Le Maghreb devrait déployer encore plus d’efforts importants en vue d’améliorer le climat de l’investissement et l’environnement des affaires. Il reste beaucoup à faire. La région doit encore œuvrer pour supprimer les contraintes qui empêchent toujours le secteur privé de se développer davantage, d’investir beaucoup plus, d’innover et de créer plus d’emplois. Le Maghreb doit faire table rase des vestiges du passé, des privilèges et du favoritisme, de la corruption, du clientélisme pour assurer l’égalité des chances pour tous.
Concrètement, comment la région peut-elle avancer dans ce domaine? En se dotant d’une réglementation impartiale et conforme aux principes de l’économie. En améliorant lesinfrastructures. En assurant une administration fiscale et douanière à la fois juste et prévisible. En veillant à ce que lesystème judiciaire soit solide, indépendant et impartial. En mettant en place un système financier qui soutienne les activités productives et qui assure un large accès au crédit.
En accomplissant des progrès dans ce domaine, non seulement les gouvernements attirent les investissements étrangers, mais ils gagnent aussi la confiance du peuple.
2. Comment plus d’ouverture pourrait générer plus d’investissements
Comment plus d’ouverture des pays du Maghreb peut –elle leur assurer une plus forte attraction d’investissements étrangers. La réponse tient en un mot : ouverture. Ouverture au monde et à tout ce qu’il offre. Ouverture à la région et à l’idée d’une destinée commune. Ouverture à de nouveaux modes de pensée et d’action.
Le Maghreb peut aller plus loin particulièrement dans trois domaines : Plus d’intégration, plus d’internationalisation, et plus de diversification.
  • Plus d’intégration
D’abord, une plus grande intégration : Dans ce domaine, la création de l’Union du Maghreb Arabe en est la pierre angulaire. L’intégration doit commencer par une plus grande ouverture des régimes régissant l’investissement direct étranger, en particulier ceux des industries extractives. Après tout, ces industries ont constamment besoin d’investissements dans des technologies de pointe.
Il est important de consolider ces acquis dans l’avenir : Toute la région serait gagnante si elle s’ouvrait davantage à elle-même, en démantelant les obstacles au commerce et en ouvrant largement la porte aux gains réciproquesUn Maghreb qui assure la libre circulation des citoyens, des biens et des servicesoffre les possibilités infinies d’un marché d’environ 90 millions de personnes. D’ailleurs, aucune des économies du Maghreb n’est suffisamment grande pour assurer à elle seule sa prospérité, ce n’est qu’ensemble qu’elles peuvent devenir prospères.
C’est Ibn Khaldoun qui a dit «seules les tribus animées d’un fort esprit de corps sont capables de vivre dans le désert». Il est temps d’élargir cet esprit de corps à l’ensemble de la région!
Bien sûr, cela doit aller de pair avec l’élaboration d’un ensemble de règles communes en matière de commerce et d’investissement — ce qui permettrait d’instaurer un meilleur climat d’investissement pour ceux qui souhaitent servir le marché maghrébin ainsi que pour ceux qui s’y installent pour servir les marchés extérieurs.
  • Plus d’internationalisation
Puis une plus grande internationalisation. C’est à dire que les petites entreprises doivent élargir leurs horizons, que les entreprises nationales doivent raisonner en termes internationaux, que les entreprises d’un pays doivent se considérer comme faisant partie d’une seule et plus grande région. Il est temps de favoriser et de pousser davantage cette dynamique.
En effet, lorsqu’une entreprise maghrébine réalise une percée sur le marché international, cela peut avoir des effets d’entrainement bénéfiques pour l’investissement dans toute la région. En outre, l’entreprise locale qui connaît bien la région peut partager sa richesse, son savoir et son expérience avec le reste des pays de la région. Naturellement, cela n’est possible que si l’investissement étranger est soumis aux mêmes règles dans toute la région.
Pensez aux avantages pratiques que pourrait procurer ce type d’intégration des entreprises. A titre d’exemple, les pays où lesecteur agroalimentaire est moins avancé — comme l’Algérie, la Libye ou la Mauritanie — tireraient d’énormes avantages des connaissances et du savoir-faire qui accompagnent les investissements des sociétés agroalimentaires marocaines ou tunisiennes.
Ce type d’intégration et d’internationalisation pourrait aider la région à mettre réellement à profit ses atouts géographiques. Il serait plus facile aux entreprises maghrébines de se tourner vers le sud et d’investir en Afrique subsaharienne. La région pourrait même devenir une importante plaque tournante du commerce et de l’investissement permettant de jeter un pont entre l’Afrique subsaharienne et l’Europe.
  • Plus de diversification
Enfin la diversification, à la fois des sources de l’IDE et de sa destination sectorielle.
Tout d’abord, le Maghreb devrait diversifier ses relations avec l’extérieur en réduisant sa dépendance à l’égard de l’Europe. Je trouve vraiment intéressante la possibilité d’établir des liens avec le groupe des pays (BRIC), c’est-à-dire le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, qui sont les nouvelles locomotives de l’économie mondiale.
Pour attirer davantage d’investissements des BRIC, les pays du Maghreb doivent évidemment continuer à améliorer le climat de l’investissement et à relever le niveau des qualifications et d’éducation des populations particulièrement des femmes et des jeunes.
La diversification revêt également un autre aspect : la recherche de créneaux d’investissement dans les secteurs nouveaux et dynamiques. Dépassez le cadre des ressources naturelles. Pensez à l’ingénierie, à la conception de logiciels, à l’informatique. Il revient à la région de saisir cette initiative d’explorer avec détermination ce monde de nouvelles opportunités.
  • Plus de liberté et de respect des droits humains
Le Maghreb est un potentiel économique mais aussi un espace ou les citoyens, pour donner le meilleur d’eux même, ont besoin de garanties de liberté de mouvement, de politiques favorisant le développement durable et  le libre-échange.
C’est un espace culturel ou les minorités culturelles ont encore besoin du respect et de considération.
L’exercice de la liberté d’expression politique, mis à mal depuis des décennies,  est un vecteur important dans la mise à profit du potentiel économique.
Pour ce faire, le Maghreb, est dans l’obligation de mettre l’accent sur la rénovation politique, économique et sociale visant la mise en place d’une société moderne, démocratique et solidaire, de manière définitive et irréversible, et de passer du Stade de pseudo-Etats, l’Etat de droit. (**)
Cela nécessite  l’élargissement du champ des libertés fondamentales, à l’enracinement des pratiques démocratiques et au renforcement des institutions, dans le cadre d’une nouvelle conception de l’autorité (qui vit encore avec des systèmes ancestraux), qui place le citoyen au centre de toute action publique.
L’exemple de la Tunisie devrait inspirer les autres Etats du Maghreb, qui suite à sa révolution, malgré la douleur, a pu réaliser ce qu’aucun  autre pays arabe n’a pu faire à aujourd’hui : des institutions démocratiques et une constitution qui reflète une bonne partie de la volonté du peuple tunisien.
  • Conclusion
Une société nouvelle a besoin d’une économie nouvelle.
Il n’y a aucun meilleur moyen pour y parvenir que par l’investissement, en ouvrant davantage l’économie maghrébine aux nouvelles possibilités et en mettant à profit la sagesse et les ressources des autres pays et des autres régions.
En fin de compte, il s’agit de créer les conditions pour que chaque habitant de la région puisse réaliser la plénitude de son être. C’est encore une fois, Ibn Khaldoun qui l’a bien vu et formulé : «Le bien-être des peuples est le meilleur moyen de renforcer l’empire». Il n’y a plus d’empire, mais la logique est la même!
Comme le soulignent de nombreuses études, le potentiel important d'intégration des pays maghrébins devrait répondre à différents enjeux pour faire de cette région un acteur fort de au confluents de l’Europe, l’Afrique subsaharienne et potentiellement l’Asie.
Dans ce contexte, il est impératif d’œuvrer à l'élaboration "d'une approche d'intégration ouverte et en profondeur", esquissant l’architecture d’un modèle économique à mettre en place.
L’Europe a fait de l'intégration maghrébine "l'un des axes de travail de l'Union européenne" lors de la présidence Espagnole en 2010, liant cette intégration aux avantages que supposent l'intégration maghrébine pour les pays de la région, le pourtour méditerranéen et le continent africain. Que les peuples et les Etats de la région profitent de ces opportunités pour transformer l’essai !
Mais le plus important pour l'intégration maghrébine, est résumé dans le discours de Moncef marzouki, Président Tunisien, dans son allocution d'ouverture du séminaire
“ Dans une allocution adressée à l'ouverture du séminaire, organisé vendredi matin 01 juin 2012 au palais de Carthage, par la présidence de la République, sous le signe "Les cinq libertés dans l'UMA : vision d'intégration". Le président Marzouki a appelé à ce que les cinq libertés soient "les premières étapes sur la voie de l'intégration" et le point de départ pour "le Maghreb des cinq institutions", à savoir le Parlement, la commission, la ligue, la constitution et la cour constitutionnel. "Il ne peut y avoir de place aujourd'hui pour les Etats du Maghreb arabe en l'absence de leur union et de leur solidarité", a-t-il déclaré, soulignant que l'intégration des pays de la région est "une nécessité impérieuse dictée par les sentiments, la logique et les intérêts".”
Source de l'article Blog Mediapart





Aucun commentaire: