Translate

samedi 23 février 2019

Paris, 11 février 2019 : Retour sur la conférence « Eau, Assainissement, en Afrique et Méditerranée »


L’événement intitulé « Eau, Assainissement, en Afrique et Méditerranée », organisé par la CADE (Coordination pour l’Afrique de Demain) et en partenariat avec notamment l’IPEMED, s’est déroulé lundi 11 février entre 15h30 et 18h dans l’amphithéâtre du Conseil Supérieur du Notariat.

Deux tables rondes, animées par Alain FOKA, journaliste pour Radio France Internationale, et producteur-réalisateur des magazines « Le Débat Africain » et « Les Archives d’Afrique » se sont succédées.
  • La première s’est interrogée sur les modèles innovants de partenariats publics-privés et de gouvernance des infrastructures dans les secteurs eau et assainissement,
  • La seconde a abordé les filières d’avenir dans ces secteurs, opportunités économiques pour les entrepreneurs, les innovateurs technologiques et sociaux.
Les intervenants de la première table ronde, soit Diane BINDER, Vice-présidente du développement International Afrique et Océan Indien, Groupe SUEZ, Hachmi KENNOU, Gouverneur Honoraire, Conseil Mondial de l’eau ; directeur exécutif, institut méditerranéen de l’eau, et Arthur MINSAT, Chef de l’Unité Europe-Afrique-Moyen-Orient, Centre de Développement de l'OCDE, ont mis en avant la nécessité d’une coopération de l’ensemble des acteurs (Etats, opérateurs privés et publics, citoyens, industriels, professionnels agricoles…) afin de répondre de manière durable à la demande. Une meilleure gouvernance de toutes les parties prenantes amènerait à travailler ensemble pour le bien commun. Selon Arthur MINSAT et Diane BINDER, les mots clés pour l'accès à l'eau et à l'assainissement en Méditerranée et en Afrique restent l'inclusion, la participation de tous les acteurs y compris du secteur agricole, ainsi que l'identification de solutions de gouvernance locale. Pour financer un accès à l’eau à 100%, l’OCDE estime qu’il faudrait entre 50 et 66 milliards de dollars pour atteindre l’objectif de 2025. Reste alors la question du financement.

Les intervenants de la seconde table ronde, soit Jean Bosco BAZIE, Directeur général, Eau vive internationale, Armaury De ROUJOUX, Directeur Business development Eau et Finances, Danone communities, et Rodrigue Ngonde ELONG, Directeur général, Red-Plast, Coordonnateur Ecocollect, se sont intéressés aux opportunités économiques pour les entrepreneurs, les innovateurs technologiques et sociaux, et ont assuré que la filière de l’eau serait créatrice d’emplois. La question du recyclage des eaux usées a également été abordée. Concernant cette question, n'hésitez pas à relire la publication de l’IPEMED sur la Réutilisation des eaux usées traitées en Méditerranée et impacts sur les territoires, de mars 2018.

Un débat avec la salle a conclu cet événement. Il a été l’occasion de mettre en exergue l’importance de l’information de la population sur ces questions de l’accès à l’eau et à l’assainissement, ainsi que celle de l’attractivité et de l’intérêt des jeunes pour ces questions, et les métiers de l’assainissement.

Un compte rendu détaillé sera disponible sur le site internet de la CADE prochainement.

Source de l'article IPEMED

Aucun commentaire: