Translate

mercredi 1 avril 2009

Plaidoyer à Paris en faveur d'une UPM prenant en charge les préoccupations des peuples

Les participants à la 5ème session du Forum de Paris, qui s'est tenue ce weekend dans la capitale française, ont plaidé en faveur d'une Union pour la Méditerranée (UPM) qui prenne en charge les préoccupations des peuples de cette partie du monde tout en réitérant leur conviction quant à la pertinence de la démarche qui avait présidé à la création de cette union.
Dans une déclaration ayant sanctionné les travaux de cette édition, qui s’est tenue sous le thème: "Sauver la Méditerranée", les participants ont interpellé les Etats membres, les acteurs de la société civile et ceux de la sphère économique et politique afin qu’une action volontariste soit entreprise sans plus tarder pour répondre aux aspirations des peuples de la Méditerranée.
De par sa symbolique et sa dimension éthique, l’UPM "peut utilement contribuer à créer l’environnement favorable à la mise en œuvre d’un accord de paix israélo-palestinien et de solutions durables au règlement des différents conflits en Méditerranée", fait observer la Déclaration, d’où la nécessité, soulignent les participants, de l’achèvement de la construction institutionnelle de l’UPM, "qui doit être réalisée dans les plus brefs délais".
Pour eux, cette construction doit être l’occasion d’une clarification des compétences et d’une simplification des modes de fonctionnement de cette instance.
Ils ont, par ailleurs, souligné que la crise financière actuelle, loin de constituer un obstacle, doit être une opportunité, expliquant que les investissements dont la Méditerranée a besoin constituent un des moyens privilégiés pour retrouver le chemin de la croissance et de l’emploi durables.
C’est dans ce contexte que les participants à ce Forum ont proposé la tenue d’un sommet des grandes villes riveraines afin de traiter les questions liées à la population urbaine qui augmente chaque année d’un million de personnes en Méditerranée, mettant en garde qu’une urbanisation non maîtrisée serait la plus grande menace du bassin.
Ce sommet aura pour vocation de décider des grandes infrastructures qui rendent les villes vivables et durables en tenant compte de l’accès à l’eau potable, de l’assainissement, des transports publics, de l’énergie et de l’urbanisme.
Les participants ont aussi plaidé pour la création d’une structure scientifique permanente, dans la mesure où un "collegium mediterraneum" ferait fonction de banque centralisée de données socio-économiques et synthétiserait les travaux de prospective effectués en Méditerranée par une pléthore d’organismes officiels, officieux ou privés, ainsi que d’une plate-forme commune au service de la connaissance mutuelle et de l’harmonisation des politiques.
La création d’une haute autorité de l’eau en Méditerranée figure également parmi les propositions formulées par les participants à cette rencontre, pour qui les prévisions, à long terme, de mesure de l’effet du réchauffement climatique sur les ressources hydriques du Bassin imposent des politiques communes de gestion des ressources et une mutualisation de la recherche et du financement des investissements.
La déclaration finale insiste, à ce propos, que seule une institution unique est à même de coordonner les efforts nécessaires dans ce domaine.
Dans le domaine maritime, ils ont proposé la mise en place d’un organisme avec une convention à la clé pour sanctionner les délinquants coupables de pollution en Méditerranée et de délits à la durabilité de cet espace maritime commun.
Un tel mécanisme pourrait utilement s’inspirer du modèle de l’organe de règlement des différends de l’OMC, précise la Déclaration, qui imagine un financement qui proviendrait en partie d’une taxe de passage en Méditerranée acquittée par les usagers et les amendes imposées aux fraudeurs.
Ce Forum a, d’autre part, proposé la création d’une autorité sanitaire solidaire et durable en Méditerranée, d’un mécanisme de concertation sur le réchauffement climatique en Méditerranée et ses conséquences et d’un autre de concertation en matière de politique agricole concertée.
Lors de cette 5ème édition, les sujets qui ont fait l’objet de débats dans le cadre de plusieurs ateliers ont tous traité des préoccupations des populations de la Méditerranée liées notamment au cadre de vie, à l’habitat, aux richesses communes, à la préservation et à l’amélioration de l’environnement.
Les différents thèmes traités concernaient aussi l’agriculture et la pêche, les autoroutes maritimes, l’urbanisation sauvage et la démographie galopante, la problématique de l’eau, la santé, les catastrophes naturelles et les solidarités humaines.
Par MAP . WaBayn.com - le 1 avril 2009

Aucun commentaire: