Translate

mercredi 13 juin 2012

Relance de l’investissement pour la création d’emploi : ANIMA livre ses recommandations


Conférence OCDE – UpM – PNUD, 7 mai 2012, Le Caire
Constatant la pression que subissent les pays du partenariat de Deauville (Egypte, Jordanie, Libye, Maroc, Tunisie) sur leurs revenus extérieurs, Wafaa Sobhy, Présidente d'ANIMA, a présenté ses recommandations le 7 mai 2012 au Caire, insistant sur la nécessité de développer des stratégies d'after-care pour capitaliser sur les investisseurs déjà présents dans ces pays. 




Elle a également recommandé de mieux cibler la promotion à l'étranger en constituant des réseaux de relais d'opinion et en sollicitant les talents expatriés et les Diasporas. Enfin, elle a insisté pour orienter les politiques incitatives des gouvernements vers les investissements dont les retombées économiques répondent le mieux aux attentes manifestées par les populations en termes de création d'emploi et de développement territorial inclusif.

Lors de la conférence « Relancer l'investissement privé dans les pays du partenariat de Deauville » qui s'est tenue le 7 mai au Caire, organisée conjointement par l'OCDE, le secrétariat de l'UPM (UfMs) et le PNUD, avec le soutien du ministère des affaires étrangères de la République Arabe d'Egypte, Mme. Wafaa Sobhy, Présidente d'ANIMA, a fait part de ses recommandations pour améliorer l'attractivité et relancer la création d'emploi dans les pays du partenariat de Deauville par des politiques d'investissement ciblées et durables.
« Dans ces pays, les IDE ont chuté de 23% à 40% en 2011, le tourisme a été sérieusement affecté et les exportations ont souffert de la crise européenne. Les répercussions sur nos plus grandes sources de revenus extérieurs ont accru la difficulté pour les gouvernements de répondre aux revendications pour une plus grande justice sociale et un développement économique partagé » estime Wafaa Sobhy.
« Tout d'abord, ces pays doivent identifier les investisseurs à cibler en priorité, et porter une attention toute particulière aux entreprises étrangères déjà présentes pour assurer leur présence et favoriser leur développement » a déclaré Wafaa Sobhy ». En Europe occidentale, ANIMA estime que plus de 50% des IDE proviennent d'investisseurs déjà présents, pour seulement 10% dans les pays sud-méditerranéens. « Un potentiel de 15 milliards EUR pourrait donc être généré chaque année, endéveloppant des politiques d'after-care ».
Wafaa Sobhy a appelé à optimiser la promotion à l'étranger et à créer des réseaux de relais d'opinion pour communiquer sur la volonté de ces pays de développer la transparence, la justice, l'égalité des chances, mais surtout la solidité et la pérennité des moteurs de l'investissement : infrastructures, marchés à forte croissance, force de travail qualifiée qui sont autant d'atouts porteurs d'opportunités concrètes. Outre les réseaux d'agences d'investissement et de coopération, les chambres de commerce et fédérations d'entreprises avec lesquelles ANIMA collabore déjà, Mme. Sobhy a appelé à "mobiliser les talents expatriés et les Diasporas en tant que relais d'opinion, ambassadeurs et investisseurs. »

Wafaa Sobhy a rappelé la nécessité de tirer les enseignements des événements politiques récents :«Comment se fait-il que nos IDE aient décuplé entre 2002 et 2006, conduisant néanmoins à des révolutions 5 ans plus tard ? » Une étude réalisée par ANIMA en 2011 évalue l'efficacité des IDE par secteur en termes de création d'emploi (nombre d'emplois créés par million EUR investi) : «Il est frappant de constater que les secteurs totalisant le plus d'IDE dans ces pays - énergie, infrastructures, télécommunications, tourisme - sont ceux qui créent le moins d'emplois par million EUR investi (10 à 20 fois moins que le secteur des services !) Nos pays doivent redéfinir les critères d'évaluation des projets d'investissements, afin de prendre en compte le caractère inclusif des projets d'IDE. » Le contexte ne leur permettant pas d'être sélectifs vis à vis des investisseurs étrangers, les pays méditerranéens devraient ainsi réorienter leurs mesures incitatives en favorisant l'investisseur responsable et en valorisant les meilleures pratiques. Wafaa Sobhy a enfin appelé les banques multilatérales, par leur pouvoir d'influence sur les banques locales, à soutenir les politiques en faveur des investissements socialement responsables. 
Source Animaweb
Cliquer ici pour télécharger le communiqué de presse.

Aucun commentaire: