Translate

mercredi 14 mars 2018

Respect des engagements : adoption de nouveaux programmes pour venir en aide aux migrants en Libye

An IOM official taking migrants’ names at Janzour port, near Tripoli

L'Union européenne a adopté trois nouveaux programmes, d'une valeur supérieure à 150 millions d'euros, au titre du fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique, faisant suite directement aux engagements pris par le groupe de travail commun Union africaine-Union européenne-Nations unies en vue de remédier à la situation des migrants en Libye.

Les nouveaux programmes viennent s'ajouter aux efforts déployés actuellement par l'Union européenne pour protéger les migrants et leur fournir des options de réintégration durable en Libye, le long de la route de la Méditerranée centrale et en Éthiopie.

M. Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique de voisinage et des négociations d'élargissement, a fait la déclaration suivante: «Les nouveaux programmes adoptés aujourd'hui nous permettent de tenir les engagements que nous avons contractés dans le cadre du groupe de travail commun UA-UE-NU et de renforcer encore le soutien déjà important que nous apportons actuellement aux personnes dans le besoin en Libye. Nous nous employons activement à sauver des vies, à protéger les gens et à leur offrir des solutions plus humaines pour quitter le pays dans lequel ils se trouvent et retourner dans leur pays d'origine. Nous nous employons en outre à élaborer de nouvelles mesures destinées à aider les municipalités libyennes à renforcer la prestation de services sociaux de base et à améliorer la gouvernance locale, à la fois pour la population locale et pour les migrants.»

Ainsi qu'annoncé par la haute représentante/vice-présidente Federica Mogherini lors de la réunion du groupe de travail commun en décembre dernier, une enveloppe supplémentaire de 115 millions d'euros a été débloquée pour venir en aide aux migrants en Libye. Ce programme sera mis en œuvre de concert avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Il s'inscrit en complément d'une mesure existante d'une valeur de 162 millions d'euros. Ce nouveau programme régional vise à protéger et à évacuer de Libye 3 800 réfugiés supplémentaires, ainsi qu'à offrir une protection et une aide au retour humanitaire volontaire à 15 000 migrants bloqués en Libye, tout en leur fournissant une aide à la réintégration dans leurs pays d'origine, comme s'y est engagée l'UE dans le cadre du groupe de travail commun. Il soutiendra aussi la réinstallation de plus de 14 000 personnes ayant besoin d'une protection internationale au Niger, au Tchad, au Cameroun et au Burkina Faso.

Une autre mesure, d'une valeur de 20 millions d'euros, visera à améliorer l'aide fournie aux migrants vulnérables, notamment aux jeunes et aux femmes, dans les pays de transit de la région du Sahel et du bassin du lac Tchad.

Grâce à une action d'une valeur de 15 millions d'euros, l'UE étendra son aide à la réintégration durable aux ressortissants éthiopiens.

Le fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique a été créé en 2015 en vue de remédier aux causes profondes des migrations irrégulières et des déplacements forcés.

Le groupe de travail commun, constitué le 29 novembre 2017 avec l'Union africaine et les Nations unies, s'est engagé à accélérer les efforts actuellement déployés pour venir en aide aux migrants et aux réfugiés en Libye et à faire progresser le programme de l'Organisation internationale pour les migrations en ce qui concerne les retours volontaires assistés depuis la Libye vers les pays d'origine, ainsi que le mécanisme de transit d'urgence du HCR visant à évacuer les personnes ayant besoin d'une protection internationale.

Pour en savoir plus

Également disponible en

Aucun commentaire: