Translate

lundi 7 mai 2018

Paris, 23 mai 2018 : Séminaire sur la « Géostratégie alimentaire en Méditerranée : l'enjeu céréalier »


Un exercice de prospective conduit par l’Inra et Pluriagri pour la région ANMO (Afrique du Nord & Moyen-Orient) montre une forte progression de l’insécurité alimentaire dans cette zone à l’horizon 2050 dans un scénario tendanciel prenant en compte les effets du changement climatique

Le taux de dépendance aux importations pourrait s’établir à 65%, contre environ 40% aujourd’hui (Le Mouel et al., 2015) et concerne principalement les grains (céréales, en raison d’une diète alimentaire qui reste basée sur les dérivés des farines et semoules et oléagineux du fait du développement de l’élevage intensif). 
On observe par ailleurs depuis quelques années un affaiblissement des exportations européennes de grains et une progression des positions nord et sud américaines et des Balkans. Cette situation pose à la fois le problème des modèles de consommation et de production et celui des relations économiques et politiques de la région avec ses fournisseurs.

Animée par Jean-Louis RASTOIN, professeur émérite à Montpellier Supagro, membre du Comité Scientifique de l’IPEMED, cette séance publique de l'Académie de l’Agriculture aura lieu le 23 mai prochain, à 14h30. Compte-tenu de ses derniers travaux sur le blé dur en Méditerranée, l’IPEMED est ravi d’apporter son soutien à cette manifestation, d’autant que son objectif est d’analyser le rôle des céréales dans ces géostratégies, avec en perspective 2 scénarios contrastés, celui d’une coopération régionale renforcée, ou au contraire celui d’une globalisation élargie et une approche de leurs impacts nationaux et internationaux.

Programme prévisionnel :

Introduction
Jean-Louis RASTOIN
Sébastien ABIS

Exposé(s)
La stratégie française et des compétiteurs sur le marché méditerranéen des céréales
Rémi HAQUIN, Responsable du Conseil spécialisé céréales de FranceAgriMer

Le point de vue d’un grand opérateur
Gilles KINDELBERGER, DG SENALIA, Rouen

Le point de vue d’un grand pays importateur, l’Algérie
Si Ahmed FERROUKHI, Enseignant-chercheur associé à l’ENSA d’Alger, ancien ministre Algérien de l’Agriculture (à confirmer)

Conclusion
Jean-Paul CHARVET

Plus d’informations sur le site de l’Académie de l’Agriculture.

Source de l'article IPEMED

Aucun commentaire: