Translate

mercredi 20 juin 2018

Rabat abrite la 6ème conférence sur les énergies renouvelable


La 6ème édition de la Conférence internationale sur les énergies renouvelables et durables (IRSEC’18) aura lieu du 5 au 8 décembre à Rabat, avec la participation de plus de 350 chercheurs internationaux.

Organisée par l’Espace méditerranéen de technologie et d’innovation (MSTI), l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), l’Université Mohammed V de Rabat, la coopération allemande (GIZ) et l’Université Abdelmalek Essaadi de Tétouan, en partenariat avec plusieurs organismes de renommée nationale et internationale, l’IRSEC’18 couvre un large éventail de sujets d’actualité, notamment les technologies liées aux énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les énergies vertes, les changements climatiques, les systèmes énergétiques durables et les réseaux intelligents.

Selon un communiqué des organisateurs, cette conférence constitue une occasion pour les universitaires et industriels marocains de présenter leurs travaux de recherche devant des experts et de dénicher les opportunités de collaboration pour monter et financer des projets.

Un programme scientifique riche et varié est prévu pour cette édition 2018, avec plusieurs ateliers et tutoriels animés par des experts internationaux confirmés et un grand espace d’exposition aménagé pour accueillir les industriels nationaux et internationaux, fait-on savoir.

Dans le cadre des préparatifs à cet événement, un appel à projet est ouvert jusqu’au 30 juin pour inviter les chercheurs du monde entier à soumettre leurs travaux de recherche, affirme le communiqué, ajoutant qu’un comité de plus de 120 experts évaluera ces travaux pour sélectionner ceux qui seront invités à l’IRSEC’18.

Devenu un espace d’échange incontournable entre les experts, les chercheurs, les industriels et les décideurs dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, l’IRSEC a le privilège d’être appuyée techniquement par deux organismes internationaux prestigieux, à savoir l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) et l’ISES (International Solar Energy Society).

Source de l'article Le Journal de Conakry

Aucun commentaire: