Translate

jeudi 20 juillet 2017

Construction de maisons en bouteilles pour les réfugiés dans le sud-ouest de l’Algérie : l’histoire d’un diplômé Erasmus Mundus

Building bottled homes for refugees in south-west Algeria: a story from an Erasmus Mundus graduate

Au lieu de jeter les bouteilles dans une décharge, Tateh Lehbib Braicala, diplômé et lauréat d’une bourse d’études Erasmus Mundus, a trouvé un moyen novateur de construire des maisons pour les réfugiés dans le sud-ouest de l’Algérie. 

Avec un prix inférieur à celui d’une cabane de boue, l’ingénieur sahraoui crée des abris avec l’espoir de soulager les souffrances de celles et ceux qui doivent fuir leurs maisons.

En empilant environ 5 500 bouteilles, Tateh peut construire une maison qui résiste aux conditions météorologiques difficiles dans les camps de réfugiés sahraouis et coûte environ 250 euros – un quart du prix de construction d’une maison en briques de boue.

Grâce aux connaissances acquises dans le cadre de sa maîtrise en efficacité énergétique obtenue à l’Université de Las Palmas de Gran Canaria en Espagne et au prix de nombreux efforts personnels, il a réussi à créer des abris hautement résistants fabriqués à partir de bouteilles abandonnées remplies de sable et de paille compressée, recouvertes de ciment et de calcaire.

Selon sa coordonnatrice, Valentina Grasso : « Les résultats de sa maîtrise ont été excellents : il a obtenu la meilleure note pour sa thèse sur l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les camps de réfugiés. »

Sa première maison a été conçue pour sa grand-mère et lui-même, et des semaines plus tard, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a financé 25 autres maisons dans 5 camps voisins : Awserd, Boujdour, Dakhla, Smara et Laayoune.

Tateh a choisi d’utiliser des bouteilles d’eau car il s’agit d’un matériau de base et peu coûteux qui peut résister aux conditions météorologiques impitoyables du sud-ouest de l’Algérie. Il les remplit de sable et de paille compressée pour donner au bloc de construction une plus grande résistance. Les murs sont ensuite recouverts de ciment et de calcaire, et peints en blanc pour refléter les rayons du soleil et garder les températures ambiantes fraîches.

Son projet ne cesse de croître et d’être reconnu à l’échelle internationale – un magazine local lui a récemment décerné un prix pour la personnalité de l’année 2016. Son but est de construire une maison pour chaque famille vivant dans les camps algériens.

Pour en savoir plus

Also available in

Aucun commentaire: