Translate

dimanche 14 octobre 2018

La robotique tunisienne à l'assaut de l'Europe

La robotique tunisienne à l'assaut de l'Europe

La première startup africaine à fabriquer des robots de façon industrielle, Enova Robotics vient de lever 4,5 millions de dinars tunisiens, soit environ 1,4 million d’euros pour étendre ses activités en Europe. 

Fondée par Anis Sahbani, Enova Robotics fabrique pour l’instant essentiellement des robots de surveillance destinés aux sites industriels.

Il pèse plus de 180 kilos, il est bourré de capteurs, se déplace sur roues et peut surveiller des entrepôts et des sites industriels. Ce robot est l’œuvre d’Anis Sahbani, ingénieur tunisien, professeur en robotique et fondateur en 2014 de la jeune pousse Enova Robotics. Baptisé Pearl Guard, le robot surveillant se vend principalement en Europe.

« Il fait sa ronde, il détecte des intrusions, il lance des alertes à distance à un poste de commande. Il peut même agir pour ralentir des intrusions, à travers des flashs aveuglants des bruits assourdissants. En résumé, il fait de l'interpellation, et c'est ensuite à l'agent au poste de commande qui décide de l'action à mener pour ralentir l'intrusion. »

Enova Robotics est la première entreprise africaine à fabriquer des robots en grande série. Lorsqu’il a quitté l’université de Toulouse pour créer son entreprise, Anis Sahbani a fait le choix de s’implanter en Tunisie pour des raisons économiques. Mais la Tunisie ne disposant pas de filière robotique, il a dû tout inventer.

« Il n'y a pas de formation en robotique dédiée en Tunisie, mais il y a des ingénieurs en mécatronique et en informatique. Pour les former, ce que l'on a fait c'est qu'au lieu de se lancer directement, on a commencé avec un robot plus petit, sur un segment de marché que je connaissais, un robot dédié à l'enseignement et la recherche. On l'a commercialisé très vite à partir du mois de novembre 2014 et du coup, ce robot a permis à l'ensemble des collaborateurs de monter en expertise, pour pouvoir sortir en 2015 notre robot de sécurité. »

L’implantation en terre africaine est aussi un pari sur le développement du marché continental.

« Au départ quand j'ai créé l'entreprise, je visais l'Afrique. Mais je me suis vite rendu compte que l'Afrique ce serait plus tard. Parce qu'aujourd'hui l'Afrique est essentiellement tournée vers les infrastructures et la logistique, etc. Mais avec les taux de croissance que j'observe, je pense que prochainement l'Afrique sera pour nous très intéressante. »

Fabriquer des robots en Afrique est donc possible, mais pour l’heure les clients sont en Europe. Enova Robotics va consacrer une partie des fonds levés récemment auprès d’investisseurs tunisiens à développer de nouveaux produits en France, pour le grand public
Podcast

Par Olivier Rogez - Source de l'article RFI

Aucun commentaire: