Translate

vendredi 29 avril 2016

Congrès Euro-Méditerranéen : La résilience dans le monde du vivant

     Marseille, France, du 19 mai 2016 au 21 mai 2016      


L’étude scientifique de la résilience commence au cours des années 1960 -1970, mais son développement est tout récent, au début du XXIe siècle. Les approches actuelles en sont nombreuses, et parfois divergentes. 

La résilience dans le monde du vivantIl est donc temps de se retrouver, de préciser l’objet de notre étude et ses limites, de préciser la méthodologie transdisciplinaire actuelle, et d’éviter l’isolement des chercheurs. Comment concevoir une anthropologie de la résilience à l’échelle d’un pays ou d’un continent ?

Le terme de résilience s'utilise pour de multiples situations et dans le contexte de multiples échelles. Il peut être associé à un processus de changement, d'adaptation, au risque et à la vulnérabilité, à des résistances, rétablissements ou transformations que subirait un organisme après un stress, une perturbation d'origine physique, psychique, biologique ou génétique, ou même au cours de son évolution, etc.

La polysémie du terme rend-elle le concept de résilience définitivement inutilisable ?

La résilience est un processus biologique, psychoaffectif, social et culturel qui permet un nouveau développement après un traumatisme ou sous l'influence de conditions évolutives adverses.(Résilience, Connaissances de base – Ed. Odile JACOB – Paris, 2012).

Le congrès de Marseille 2016 se propose d'engager les débats autour de cette définition dans une perspective interdisciplinaire et intersectorielle, de manière à confronter les approches de la résilience, conforter par les usages de chacun la définition d'un concept fort, ou au contraire apporter la controverse sur certains de ses fondements. Nous souhaitons que des approches très diverses (écologiques, anthropologiques, artistiques, etc.) puissent être associées afin que les expériences soient les plus larges possibles.

Inscription - ICI

Source de l'article IRD Méditerranée

Aucun commentaire: