Translate

jeudi 21 avril 2016

Tunisie - L’ALECA pourrait être conclu dans les trois ans

Le premier round des négociations sur le projet de l’Accord de libre-échange complet et approfondi ( ALECA ) a été lancé le 18 courant, visant à discuter les différentes composantes de cet accord et à mettre en place les principes et les objectifs assignés entre la Tunisie et l’Union Européenne ( UE ).

Aleca Ignacio Garcia Bercero L'Economiste MaghrébinA cet égard, Ignacio Garcia Bercero, directeur général du commerce à la Commission européenne et négociateur en chef de l’ALECA pour la partie européenne, a annoncé, lors d’une rencontre organisée hier avec la presse nationale, que dans ce round il ne s’agit pas vraiment des négociations, mais plutôt de dresser, en toute transparence, des éclaircissements et des explications autour des principes de l’ALECA, et ce, dans le cadre d’un dialogue approfondi avec les représentants de toutes les parties prenantes, à savoir la société civile, les syndicats, le patronat, etc.

Ces principes sont, selon ses dires, fondés sur un choix stratégique de la Tunisie mais aussi de l’UE, celui de se focaliser sur l’accord de libre échange entre les deux parties portant principalement sur la suppression de droits de douane dans le secteur industriel et certains produits agricoles, et le renforcement des relations commerciales et économiques entre les deux parties.

Dans ce sens, Ignacio Garcia Bercero a affirmé que l’ALECA permettra à la Tunisie de stimuler la compétitivité de ses produits et services pour une meilleure pénétration des marchés européens. Il favorisera la croissance et la création d’emplois, notamment chez les jeunes.

Sachant, bien entendu, que les deux parties sont conscientes de l’importance du principe de l’asymétrie, eu égard à la différence de niveau de développement des secteurs objet des négociations et leur niveau de compétitivité.

Le négociateur a fait savoir, en outre, que l’économie tunisienne se développe d’une manière saine, vers une relance de la croissance et un climat des affaires de plus en plus favorable. Et même si la Tunisie représente un petit marché pour l’Europe, ces négociations représentent une priorité politique importante pour l’UE. Il s’agit, donc, d’un accord gagnant-gagnant entre les deux parties.

Pour cette raison, et vu que l’ALECA se situe dans un contexte et des perspectives plus larges, ayant pour objectif de renforcer les relations bilatérales, M. Garcia Bercero a estimé qu’il importe de prendre tout le temps nécessaire pour conclure ces négociations. D’ailleurs, les délais varieront entre deux et trois ans, et ce, selon l’avancement des travaux et des engagements du côté tunisien.

Revenant sur l’Accord d’association daté de 1995, le responsable européen a précisé qu’avant la fin de l’année en cours, une évaluation de cet accord sera présentée aux autorités tunisiennes, dans le but de préserver cette expérience avec objectivité et d’avancer les travaux du nouvel accord, tout en respectant les sensibilités du côté tunisien.

En ce qui concerne les facilités supplémentaires pour la mobilité des Tunisiens dans l’UE, il a indiqué que cette question sera négociée prochainement, mais dans un autre cadre de négociations que celles de l’ALECA; sachant que l’UE et la Tunisie s’engagent à approfondir leur partenariat privilégié, reflet de l’exception que représente la transition tunisienne et de l’ambition partagée d’intensifier les relations dans tous les domaines, de permettre d’augmenter les montants et l’efficacité de l’assistance financière et technique.

Et pour preuve, Ignacio Garcia Bercero est revenu sur le nouveau règlement 2016/580 du Parlement européen mis en application depuis hier. En vertu de cette mesure, l’UE offre unilatéralement, jusqu’à la fin de l’année 2017, un contingent tarifaire à droit nul de 35 mille tonnes d’huile d’olive par an pendant deux ans, pour les exportations de la Tunisie vers l’UE, en complément du contingent annuel de 56 700 tonnes déjà prévu dans l’Accord d’association.

Cette mesure améliore, d’après lui, l’accès des exportations d’huile d’olive tunisienne vers l’UE et offre à la Tunisie un avantage économique plus que nécessaire à court terme.

A noter que les documents préliminaires portant sur le premier round des négociations de l’ALECA, rédigés par la partie européenne, seront publiés dans les jours qui viennent sur un site web spécialement dédié.
Par Imen Zine - Source de l'article l'Economiste maghrébin

Aucun commentaire: