Translate

dimanche 17 avril 2016

Le Liban et la Palestine adhèrent à l'Accord arabo-méditerranéen de libre échange d'Agadir

Le Liban et la Palestine viennent d' adhérer à l'Accord d'Agadir, qui regroupe l'Egypte, le Maroc, la Tunisie et la Jordanie.

The Agadir AgreementLancé à l'initiative du Maroc en mai 2011, cet Accord arabo-méditerranéen de libre échange a été signé le 25 février 2004 et est entré en vigueur le 6 juillet 2006, alors que sa mise en application effective remonte au 27 mars 2007.

L'Accord d'Agadir constitue un premier pas pour la réalisation des objectifs de la Déclaration de Barcelone prévoyant la création d'une zone euro-méditerranéenne de libre échange et répond aux principes et exigences de l'Organisation mondiale du Commerce, et à la Charte de la Ligue arabe qui appelle au renforcement de la coopération arabe commune.

Cet accord ambitionne notamment la libéralisation globale du commerce extérieur entre les pays membres, l'encouragement des investissements internes et étrangers, et la réalisation de la complémentarité économiques entre ces pays, outre le développement du commerce et du partenariat avec les pays européens.

Selon le ministre délégué marocain en charge du commerce, Mohamed Abbou, le volume total des échanges commerciaux entre le Maroc et les Etats membres de l'Accord d'Agadir sur le libre échange a enregistré une augmentation significative depuis son entrée en vigueur en 2007, passant de 690 à plus de 890 millions de dollars en 2015.

Et c' est au Caire (Egypte) que les ministres du Commerce des pays membres de l' Accord d'Agadir ont donné dimanche leur accord à l'adhésion du Liban et de la Palestine à cet Accord. Les pays membres de l'Accord d'Agadir avaient paraphé la version finale d'un projet d'un protocole de résolution des conflits et ces quatre annexes et ce, lors de la 5è réunion des experts sur le projet de protocole de résolution des conflits, tenue en mars dernier à Casablanca, avant de le soumettre à l'actuelle réunion de la commission des ministres du Commerce pour approbation. Ce projet renforce l'arsenal juridique régissant les échanges commerciaux et économiques entre les pays membres de l'Accord et encourage les investissements locaux et étrangers dans la région.

Lors de cette réunion, la première du genre après un arrêt de six ans depuis la réunion de Rabat tenue en 2010, en raison de la situation qui prévalait dans la région, les ministres du Commerce des pays membres du Protocole d'Agadir sur le libre échange ont également procédé à la signature de cinq protocoles d'accords et de deux mémorandums d'entente pour promouvoir la coopération dans divers domaines.

Ces accords portent, entre autres, sur la lutte contre le dumping, le règlement des litiges, la protection de la propriété industrielle, et l'échange d'expertises et la promotion de la coopération. Parmi ces protocoles d'accords figure un portant sur le règlement interne de la commission des ministres du Commerce extérieur, à même de définir les mécanismes d'action de ladite commission en sa qualité d'instance supérieure de prise de décisions. Un autre protocole d'accord concerne le règlement des litiges à vocation économique et commerciale et ce, dans l'optique de fournir aux opérateurs économiques des pays membres, des garanties pour la préservation de leurs droits en cas de différend.

Concernant les deux mémorandums d'entente, le premier concerne le domaine de la concurrence et vise à favoriser la coopération entre les pays membres dans le domaine de la mise en application des politiques en la matière, et la coordination entre les parties en charge de l'application de la loi sur la concurrence pour créer la synergie en matière d'application. Le second mémorandum d'entente est relatif, quant à lui, au développement de la propriété industrielle à travers la mise en place des mécanismes de coopération et de concertation permanente entre les pays membres, afin d'échanger leurs expertises dans ce domaine.

Source de l'article French CRI

Aucun commentaire: