Translate

mardi 19 décembre 2017

L’Égypte envisage d’investir dans une agriculture efficace et durable

EBRD

Le secteur agricole égyptien est confronté à un certain nombre de défis, tels que les effets du changement climatique, la pénurie d’eau et de terres, les niveaux élevés d’urbanisation et la demande croissante d’aliments sains et nutritifs.

Ces questions ont été au centre de la promotion de l’investissement durable dans la sécurité alimentaire en Égypte – un forum de haut niveau qui s’est tenu aujourd’hui au Caire pour discuter des possibilités d’investissement dans le secteur agricole égyptien, et en particulier des moyens de rendre le secteur plus efficace et durable.

Plus de 200 acteurs clés des secteurs public et privé se sont réunis à l’occasion du forum, organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque mondiale. Il s’agissait d’une collaboration avec le ministère égyptien de l’agriculture et de la mise en valeur des terres, le ministère de l’investissement et de la coopération internationale et le ministère de l’approvisionnement et du commerce intérieur.

Malgré l’amélioration de la productivité agricole, l’Égypte est encore confrontée à des contraintes importantes en matière d’utilisation de l’eau et des terres, qui limitent sa production alimentaire domestique. L’ONU estime que la population de l’Égypte augmentera de 60 % pour atteindre plus de 150 millions d’habitants d’ici 2050. En conséquence, la consommation de produits alimentaires de base, y compris les céréales et le sucre, devrait passer de 2 à 16 % au cours de la prochaine décennie.

Les participants à l’événement, y compris les associations de producteurs, les décideurs politiques et les investisseurs, ont axé leurs discussions sur deux thèmes clés : rendre l’agriculture égyptienne plus durable et soutenir les systèmes alimentaires du pays pour qu’ils deviennent plus efficaces, notamment en termes de chaînes d’approvisionnement des importations et de sous-secteurs à fort potentiel d’exportation.

« Le gouvernement égyptien tient à créer un environnement propice à l’investissement pour attirer davantage d’investissements locaux et étrangers des secteurs public et privé, à promouvoir le développement du pays et à offrir davantage de possibilités d’emploi aux jeunes », a déclaré le Dr Abdel Moneim El-Banna, ministre de l’agriculture et de la mise en valeur des terres.

Pour en savoir plus

Également disponible en

Aucun commentaire: