Translate

mardi 9 octobre 2018

L'Union pour la Méditerranée à la recherche d'un second souffle

Le secrétariat de l'UpM à Barcelone organise le IIIe Forum régional de l'UpM (photo : F.Dubessy)
Le secrétariat de l'UpM à Barcelone organise le IIIe Forum régional de l'UpM (photo : F.Dubessy
Dans un tribune parue dans plusieurs journaux lundi 8 octobre 2018, Federica Mogherini, Ayman Safadi et Nasser Kamel, lancent un appel à "une nouvelle ère dans la coopération euro-méditerranéenne." 

La Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, le ministre jordanien des Affaires étrangères et des expatriés et le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), interviennent alors que l'Union pour la Méditerranée fête ses dix ans lors de son IIIe Forum régional à Barcelone. Sous la co-présidence de l'UE et de la Jordanie, la conférence du lundi 8 octobre 2018 réunit les ministres des Affaires étrangères de l'Upm qui vont définir l'agenda futur de la structure. 

"Au-delà des divisions ethniques, culturelles et religieuses, ce qui nous réunit a bien plus de poids que ce qui nous divise. Nous voulons tous lutter contre la menace du terrorisme et de l’extrémisme. Nous voulons tous parvenir à des solutions politiques aux crises en Syrie, au Yémen, en Libye, ainsi que remédier aux autres foyers de crise de la région. Nous sommes déterminés à résoudre le conflit israélo-palestinien sur la base de la solution à deux Etats, voie unique vers la paix et la sécurité mondiales. Nous souhaitons tous une gestion durable et humaine de la crise migratoire, à la fois pour les migrants et les communautés d’accueil. Nous aspirons à investir dans notre jeunesse à travers l’éducation et la création d’emplois décents pour tous", précise la tribune.

A la recherche d'une coopération plus efficace

"Notre région traverse une phase de transition longue et difficile. La concurrence entre les puissances mondiales et régionales et l’absence de mécanismes efficaces de dialogue et de coopération ne peuvent qu’aggraver les conflits actuels, et risquent d’en créer de nouveaux. Une dynamique plus coopérative représente l’unique moyen de mettre fin aux conflits en cours, de créer des emplois et d’assurer une croissance durable pour nos populations", indiquent les trois signataires dans leur nouveau message. 

Déjà en juillet 2018, son nouveau secrétaire général affirmait : "il est temps de redynamiser l'engagement régional pour renforcer l'impact de l'organisation vers une coopération plus efficace dans la région euro-méditerranéenne."

Frédéric Dubessy - Source de l'article Econostruminfo

Aucun commentaire: