Translate

dimanche 21 avril 2013

Réunion IPEMED-Cercle des ambassadeurs Arabes


A l’invitation de S.E. Mme Dina Kawar, Ambassadeur de Jordanie en France, Jean-Louis Guigou, Délégué général et Radhi Meddeb, Président d’IPEMED ont présenté, mardi 26 mars 2013, IPEMED et les enjeux du rapprochement euro-méditerranéen, devant les membres du Conseil des ambassadeurs arabes à Paris.


Participaient à cette rencontre S.E. Mme Dina Kawar, Ambassadeur de Jordanie, S.E. M. Rachad Farah, Ambassadeur de Djibouti, S.E.M.  Al Shibani Abou Hamoud, Ambassadeur de Libye, S.E.M. Adel Fekih, Ambassadeur de Tunisie, S.E.Cheikh Al Maani, Ambassadeur de Oman, S.E. M. Mohamed Mustafa KAMAL, Ambassadeur d’Egypte, S.E.M. Mohamed Ould Brahim Khlil, Ambassadeur de Mauritanie. 

Messieurs Riad RAMZI, Abdelaziz AL KOSTABAN, Ali Al Qarni, Jasim Bailjeec, Mukhtar Bilal, Bekhadda Mehdi et Mesdames, Jumana Al Yahia, Majida  Karaki Hoda,  Al Khodor, représentaient respectivement les Ambassades du Maroc, du Yémen, d’Arabie Saoudite, de Bahrein, du Soudan, d’Algérie, de Palestine, du Liban et de Koweit.

Une occasion privilégiée pour IPEMED de rappeler l’importance de refonder les relations entre pays du Nord, du Sud et de l’Est de la Méditerranée, notamment dans le contexte les « réveils arabes » et d’insister sur le rôle que peuvent jouer les pays arabes dans la mise en place d’un partenariat renouvelé avec l’Union européenne.

Après une présentation par Jean-Louis Guigou d’IPEMED et des principaux projets, initiés par l’Institut au service de l’intégration régionale (communauté euro-méditerranéenne de l’Energie, banque euro-méditerranéenne de développement, Co-localisation… ), Radhi Meddeb, Président d’IPEMED, insiste sur les trois exigences (exigence de la voix, de meilleures conditions sociales et meilleures opportunités économiques) qui ont porté les réveils arabes et qui sont autant de direction vers lesquelles il faut aller pour rompre avec l’ordre passé.

Dans cette perspective, IPEMED promeut d’une part le renouvellement du partenariat Euromed, avec pour modèle économique, la co-localisation et le co-production qui visent à implanter des activités économiques sur les 2 rives de la Méditerranée dans un esprit de partage de la valeur ajoutée.

IPEMED défend également l’idée qu’une vision partagée de la Méditerranée doit faire l’objet d’une appropriation par les populations et les sociétés civiles pour rompre avec les visions passées qui instauraient une relation asymétrique entre le Nord et le Sud.

Au cours du débat, plusieurs idées ont été  avancées et développées.

Bien que le dessein d’IPEMED vise toute l’Europe et l’ensemble des PSEM, il est néanmoins possible selon les projets d’imaginer des territoires et des déclinaisons variables selon les projets.

La mobilité est une question centrale à inscrire dans le cadre du renouveau de la relation Euromed. Sans mobilité notamment en faveur des chefs d’entreprises et des étudiants, les relations économiques ne peuvent pas évoluer vers davantage d’intégration.

L’Islam politique est une réalité dans le nouveau paysage arabe et doit être davantage pris en compte par les pays du Nord.

La Méditerranée n’est pas aujourd’hui un projet politique prioritaire, ni au Nord, ni au Sud. Mais elle doit redevenir une priorité, faute de quoi, le fossé entre les PSEM et l’Europe se creusera davantage.

Les pays du  Nord doivent accepter d’opérer un transfert de technologie et de savoir vers le Sud qui a besoin de se développer.

Les PSEM devraient prendre également des initiatives et ne pas attendre que l’Europe soit seule porteuse de propositions. A ce titre, les PSEM pourraient s’inspirer de la Turquie et intégrer de manière volontaire une partie de l’acquis communautaire dans leur législation.

IPEMED est un espace de réflexion et de partage au sein duquel peuvent se tisser des liens durables notamment entre les communautés d’affaires.
Par Amal Chevreau et Véronique Stéphan - Source de l’article IPEMED

Aucun commentaire: