Translate

mercredi 2 mars 2016

Un cri du Liban à l’Union pour la Méditerranée et à l’Union Européenne : Sauvez notre Mer !

Face à la situation désastreuse et inextricable que subit le Liban depuis le 17 juillet 2015 avec la crise des ordures, en tant que citoyens libanais, nous nous adressons à vous afin de dénoncer la catastrophe écologique et sanitaire endurée par la population libanaise entraînant une pollution accrue de l’air, de l’eau, et notamment de la mer Méditerranée.

Décharge au sud de Beyrouth.   Photo prise de FB.

Etant donnée que la dépollution de la Méditerranée ainsi que la protection civile sont parmi les domaines prioritaires contenus dans la déclaration finale du Sommet de Paris, et tenant compte que le Liban fait partie des Etats membres de l’UPM et que cette dernière est coprésidée par l’Union Européenne et actuellement la Jordanie, nous nous adressons à vous afin de demander une intervention directe en vue de mettre une pression sur l’Etat libanais qui fait preuve d’un laxisme inouï et d’une irresponsabilité accrue vis-à-vis de cette crise, et ne semble pas prendre conscience de la catastrophe sanitaire et environnementale que cela représente.

Avec plus de 80,000 tonnes d’ordures entreposées sur les routes, dans les vallées, près des cours d’eaux, et dans des décharges aléatoires pour la plupart non contrôlées, faute d’une gestion des déchets à l’échelle nationale de la part du gouvernement, le Liban a atteint aujourd’hui une situation de non-retour, notamment avec les précipitations qui ont entraîné et entraînent d’avantage de pollution.

Résultat, les déchets entreposés et les fuites de polluant qui en résultent s’acheminent avec les pluies dans les cours d’eaux et aboutissent dans la mer. Il est utile de rappeler que ceci touche également en chemin les eaux superficielles, les eaux de sources, et les eaux souterraines. Cette pollution de la totalité du front de mer vient s’ajouter aux pollutions déjà existantes, à savoir la pollution par les canaux des industries et les égouts des agglomérations résidentielles et industrielles déversés directement dans la mer sans traitement préalable.

Ainsi, en raison de cette situation épouvantable, et devant le gouvernement passif qui n’arrive pas à se décider et à agir dans l’urgence pour mettre fin à ce désastre sanitaire et environnemental, nous nous adressons à vous, afin d’agir à leur place, parce que le Liban est responsable en grande partie de la pollution de la Méditerranée. Cette pollution n’impacte pas uniquement le Liban, mais les pays alentours, via l’Oronte et le Litani, et surtout les pays du bassin méditerranéen ; la problématique n’est plus seulement libanaise mais régionale et internationale. Avec l’ineptie du gouvernement préoccupé par ses intérêts personnels étriqués, cette situation risque de s’aggraver d’avantage avec le temps qui passe. Il faut agir pour le bien de tous et nous devons tous tirer la sonnette d’alarme.
Par  Marie-Josée Rizkallah - Source de l'article Libannews

Aucun commentaire: