Translate

dimanche 22 janvier 2017

Exportation : Les Tunisiens doivent miser sur le marché polonais

Les exportateurs tunisiens ont les moyens d’emboîter le pas à leurs homologues turcs qui sont bien installés sur le marché polonais. Il y a des parts de marché à prendre…


La Pologne est située au centre de l’Europe centrale. Elle partage ses frontières avec sept grands pays qui sont l’Allemagne à l’ouest, la Slovaquie et la République Tchèque au sud, l’Ukraine et la Biélorussie à l’est, et au nord la Lituanie et la Russie. A partir de la Slovaquie on peut joindre la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie, et à partir de la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie.

Un marché au grand potentiel méconnue des Tunisiens

A l’exception de l’Allemagne, qui est un marché traditionnel pour les exportateurs tunisiens, il reste donc à prospecter, en Europe de l’Est, 12 autres marchés très prometteurs, situés aux frontières de la Pologne.

Le nombre total d’habitant de ces 12 pays dépasse les 400 millions d’habitants. Les 12 pays possèdent une très bonne infrastructure routière, ferroviaire, aérienne. Et 9 d’entre eux sont membres de l’Union européenne (UE) et ont, par conséquent, bénéficié et continuent encore à bénéficier de l’aide financière de l’UE, pour construire des autoroutes, des routes et des ports aériens, pour créer des sociétés de transport international terrestre, ferroviaire, maritime et aérien.

A partir de la Pologne, qui est située au cœur de l’Europe de l’Est, les exportateurs tunisiens peuvent donc, confortablement et rapidement, atteindre la douzaine de marchés des pays qui lui sont limitrophes.

La stratégie à adopter à court et moyen terme

Pour gagner la bataille de l’exportation, la Tunisie est appelée à gagner sa place sur le marché polonais et, pour atteindre ce but, elle doit adopter une stratégie à court et moyen terme. En attendant la création, en Tunisie, de sociétés et groupes de sociétés de commerce international, qui auront les moyens financiers pour s’installer en Pologne et seront capables de construire leurs propres centres commerciaux, sociétés de transport, centrales frigorifiques dans les marchés de gros de chaque ville de ce grand pays, à l’image des sociétés commerciales turques, déjà implantées sur tout le territoire polonais.

Certains diront que c’est là un rêve. Mais ce n’est pas le cas. Et j’essayerai de faire part, ici, de mon expérience personnelle de ce marché pour y avoir collaboré avec les sociétés turques, pour lesquelles j’ai beaucoup d’estime, car elles ont réussi à s’y installer durablement, en dépit de toutes les difficultés rencontrées.

La volonté, l’agressivité, la solidarité et la patience ont permis aux Turcs de gagner la bataille. Nous pouvons suivre leur exemple pour gagner notre place sur le marché polonais. Je suis pleinement convaincu qu’il y a des sociétés et groupes de sociétés en Tunisie qui ont les moyens financiers pour s’installer sur ce marché. A ces sociétés, je dis : «Venez sans tarder, un grand travail vous attend.»

Mais en attendant, il faut commencer par promouvoir nos produits, qui brillent par leur absence sur les étalages de 15.000 unités commerciales polonaises, et pour cela, il n’y a pas mieux que la création de Centres d’assistance à l’exportation (CAE), dont j’ai parlé dans un précédent article sur le sujet.

Par Habib Glenza (Conseiller à l’exportation, agréé par le ministère tunisien du Commerce) - Source de l'article Kapitalis

Aucun commentaire: