Translate

vendredi 13 janvier 2017

Le Maghreb passe aux e-lab !

L'AUF retient les projets de 5 universités du Maghreb (dont deux en collaboration) dans le cadre de son appel à financement de e-lab. Les 7 établissements sélectionnés bénéficient d'un soutien financier et de l'expertise de l'Agence, en 2017 et 2018, pour créer ou mutualiser un e-lab. Les travaux débuteront à la rentrée 2017.

Les universités d'Algérie, du Maroc et de Tunisie, ont à relever un défi commun : la massification. Le nombre d'étudiants inscrit dépasse leur capacité d'accueil prévue. Cela impacte inexorablement l'enseignement dans toutes les disciplines. Les filières scientifiques et techniques se trouvent fortement affectées. De ce fait, certaines ont renoncé totalement ou en partie aux travaux pratiques : avec parfois 10 étudiants par banc de manipulation, les conditions n'étaient plus réunies pour réaliser des expérimentations.

Pour certaines matières comme l’électronique, l’optique ou encore la mécanique, les laboratoires à distance ou e-lab constituent une solution viable et durable. Les e-lab sont des dispositifs qui permettent, grâce aux technologies de :
  • réaliser des expérimentations soi-même en manipulant à distance les appareils et d’en observer les résultats
  • mener des simulations de scenarios expérimentaux modulaires grâce à des modèles mathématiques représentants des concepts théoriques ou des dispositifs réels.
Les e-labs répondent précisément à la problématique de la massification en offrant un accès élargi au matériel depuis n’importe quel ordinateur connecté à l'université ou en dehors de celle-ci. Les universités du Maghreb ont accueilli favorablement cette innovation pédagogique, diffusée dans la région par le biais de plusieurs projets européens de coopération Tempus (Ide@, E-Sience, EOLES…). D'autant que, sans compter la dimension pratique, la plus-value de ces TP à distance est considérable sur l’enseignement. Les étudiants sont libres de reproduire l’expérience autant de fois que nécessaire. Gagnant en autonomie, ils peuvent accorder plus de temps à l’analyse qu’au montage technique. Pour leur part, les enseignants se voient dégagés de la surveillance en présentiel. Ils peuvent s’appesantir sur le contenu pédagogique de l'expérience visant à consolider les apprentissages. Enfin, le professeur s'assure que l'élève realise son exercice grâce à la multiplicité des scenarios.

Ainsi, de l’enseignement à distance aux télé-laboratoires, les universitaires de la région se sont montrés très réceptifs à ce concept. Et depuis une dizaine d’années, des formations diplômantes en ligne et des licences internationales ont été mises en place. Si quelques e-lab ont déjà été créés la demande reste très forte, et la compétence dans ce domaine encore rare. Dans ce contexte, l’appel de l’AUF pour la création ou la mutualisation de laboratoires à distance (printemps 2016) a été très bien accueillie par les établissements de la région. L’accompagnement proposé se compose d’une participation financière et de conseils d’experts du réseau AUF notamment pour le volet technique et formation.

4 des 7 établissements qui bénéficient de cet appel AUF sont maghrébins, deux sont Sénégalais et le dernier est Burkinabé.
En octobre 2016, une première réunion a rassemblé les porteurs de projets. La phase opérationnelle commencera dès janvier 2017. 

Projets retenus dans la région Maghreb :
  • Université Hassan 1er de Settat (Maroc) -Implémentation d’une plateforme des TP réels en électrocinétique.
  • Université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc) - Création d’un laboratoire de travaux pratiques à distance en physique
  • Université de Sousse (Tunisie) -  Mutualisation d’un télé-laboratoire de physique : accompagner et tutorer les apprenants
  • Université 8 Mai 1945 de Guelma et Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (Algérie) - Fédérer un réseau de laboratoires de travaux pratiques à distance en électronique
Par ailleurs, l'Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (Algérie) apporte son expertise pour accompagner la création du Laboratoire de Travaux Pratiques à Distance (LabTPAD) de l'Université de Thiès au Sénégal.

Source de l'article AUF

Aucun commentaire: