Translate

dimanche 15 septembre 2013

L'appui de l'AUF à la construction d'un espace maghrébin d'enseignement supérieur

La quatrième rencontre des recteurs et présidents des universités et des directeurs de grandes écoles et autres institutions de l’enseignement supérieur, membres de l’AUF s'est tenue à l’université Contantine 1 le 2 septembre 2013, en collaboration avec l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).
im115Cette rencontre visait à institutionnaliser la coopération entre les universités maghrébines par la création et le vote des statuts de la CONFREM, Conférence des Responsables des Établissements maghrébins avec pour objectif de dépasser la coopération universitaire bilatérale traditionnelle et de construire un véritable espace régional maghrébin de concertation et de partenariats académiques.
Cette conférence des recteurs, emprunte la voie ouverte par la Déclaration de Carthage au nom des Universités membres (11 décembre 2012) et par le Pacte d'Oran au nom des Ecoles adhérentes (18 mars 2013) en fusionnant les deux entités. Issue d'une décision concertée de la vingtaine de hautes personnalités académiques présentes venues du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, la CONFREM vise à donner corps à un espace maghrébin d'Enseignement supérieur, permettant de progresser dans l'harmonisation des systèmes, des objectifs et des méthodes, en conformité avec les grandes options nationales.
Cette rencontre régionale souhaite créer et mettre en place les structures et les mécanismes permettant aux universités maghrébines d’affronter les nouveaux défis de l’enseignement supérieur, de contribuer de façon décisive au développement économique et au progrès social, tout en assumant leur fonction culturelle et ancestrale au service de valeurs communes qui unissent les pays membres de la Francophonie.
M. Abdellatif Miraoui, président de l’AUF et président de l’université Cadi-Ayad Marrakech, a annoncé lors d’un point de presse que «l’évolution des universités du monde impose une réponse commune des pays maghrébins aux questions d’actualité. Pour cela, la création de cet espace qui va nous réunir est indispensable».
«Il faut absolument qu’on aide nos pays à s’ouvrir sur de nouveaux espaces. L’Agence universitaire de la francophonie me paraît la plus à même de nous accompagner dans cette démarche».
Le recteur de l’université Chouaib Doukkali El Jadida ( Maroc), Boumédiene Tanouti, souligne pour sa part "l’importance de mettre de l’homogénéité dans les programmes d’enseignement maghrébin par la mise en place de formations communes autour des problèmes que connaît la région à travers, par exemple, des doctorats de tutelle".
Source de l'article l'AUF

Aucun commentaire: