Translate

dimanche 27 août 2017

Cycle « Histoire méditerranéenne de la France »

Europe_Mediterranean_Catalan_Atlas

A partir de la rentrée 2017 l’iReMMO propose un nouveau cycle d’Université Populaire qui pour la première fois place au centre l’Histoire de France et tente d’expliquer la France par la Méditerranée.

La thématique de ce nouveau cycle s’inspire explicitement de l'ouvrage « L'l’Histoire mondiale de la France » (Paris, Le Seuil, 2017), ouvrage polyphonique dirigé par Patrick Boucheron. 

Cette première séance du 23 septembre 2017 aura pour thème « Dès les origines, une humanité métisse et migrante » avec au programme :

Séance 1 - 10h30-12h
Une intervention de Jean-Paul Demoule, professeur de Protohistoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France.
« 5800 avant J.-C. Dans la multitude orientale des champs de blé »

Séance 2 - 13h45-15h15
600 avant J.-C. La #Grèce avec ou sans la #Gaule avec :
Vincent Azoulay, professeur d’Histoire ancienne à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Séance 3 - 15h30-17h
« 52 avant J.-C. Alésia ou le sens de la défaite avec » présentée par :
Yann Potin, historien et archiviste. Maître de conférences associé en Histoire du droit à l’Université Paris 13, il travaille aux Archives nationales au sein du département Education, cultures et affaires sociales.

Inscriptions en ligne et paiement sur place 
- Participation : 20 € pour la journée (12 € pour les étudiants et les demandeurs d’emploi).
- 8 € pour la séance (5 € pour les étudiants et les demandeurs d’emploi)

L’Université populaire sur l’Histoire méditerranéenne de la France tracera, depuis la préhistoire, le récit d’un territoire situé à l’extrémité occidentale de l’Eurasie qui a finit par devenir la France, en lien constant avec les peuples et territoires du Proche-Orient et du sud méditerranéen. 
Une vingtaine de dates issues de l’ouvrage de référence seront l’occasion d’allers et retours entre hier et aujourd’hui, avec la conviction que notre regard sur le temps présent et ses problématiques en sera enrichi.

L’iReMMO reste fidèle à sa raison d’être en creusant l’étude de la relation que nous entretenons avec l’Orient, la Méditerranée, les mondes arabes, mais en déplaçant notre focale sur la France elle-même, nous entendons interroger les raisons de notre tropisme méditerranéen.

Source de l'article IReMMO

Aucun commentaire: