Translate

mercredi 4 avril 2018

L'innovation, facteur clef de la croissance des Tpe et Pme de la région Mena

L'adoption de nouvelles technologies et de nouveaux process autorise l'émergence de produits à haute valeur ajoutée (photo : F.Dubessy)
L'adoption de nouvelles technologies et de nouveaux process autorise l'émergence de
 produits à haute valeur ajoutée (photo : F.Dubessy)
Dans deux études complémentaires - parues respectivement en décembre 2017 (1) et mars 2018 (2)- les chercheurs de l'Euro-Mediterranean network for economic studies (Emnes) suggèrent des pistes pour favoriser le développement de l'emploi dans les Tpe et les Pme de quatre pays : Egypte, Maroc, Jordanie et Tunisie. 

Les rapports publiés considèrent les sociétés innovantes comme les plus aptes à survivre sur le long terme et à croître. « L'adoption de nouvelles technologies et de nouveaux process autorise l'émergence de produits à haute valeur ajoutée et ouvre de nouvelles perspectives de marchés », précisent les auteurs. 

A condition cependant de disposer de systèmes d'innovation efficaces et bien gérés. Ceci implique de bien définir, comme priorité dans la région Mena, une véritable stratégie basée sur des synergies entre les différents acteurs (entreprises, gouvernements, centres de recherche, agences...). « Les gouvernements doivent jouer un rôle plus actif pour faciliter le financement de l'innovation particulièrement pour les Tpe et les Pme », indique Emnes. 

Soulevant la problématique du coût de l'innovation, les études notent la nécessité d'incitations supplémentaires pour permettre d' « orienter les efforts vers plus de recherche appliquée et de projets de développement ». Mais aussi de proposer des « programmes de formation spécifiques pour les managers de Tpe afin de les aider à établir des plans stratégiques, les encourager à dénicher de nouveaux marchés et étendre leur réseau professionnel ».

Multiplication des acteurs et des politiques

L'Emnes met en lumière l'importance de l'implication des organisations professionnelles, des structures gouvernementales et non gouvernementales pour assister ces entreprises. 

Mais s'inquiète que, face à l'absence de stratégie globale nationale dans la région Mena pour apporter un soutien aux Tpe et les Pme, la réponse se situe dans la multiplication des acteurs et des politiques. Le tout sans coordination ni évaluation systématique. 

Les deux rapports insistent également sur les autres freins à la création d'emplois dans ces entreprises. Par exemple, le manque de collaboration entre Pme et Tpe, pourtant indispensable pour assurer leur développement. De même, l'instabilité politique constitue, selon les chefs d'entreprises interrogés, un obstacle majeur (50% le cite en Tunisie et 48% en Egypte) au développement des micro-entreprises. Elles doivent également se débattre avec la corruption (placée en premier par le Maroc), l'importance des taxes (en tête en Jordanie), les difficultés d'accès au crédit, et l'omniprésence du secteur informel (de 45 à 65% des emplois privés selon les pays). 

Par Frédéric Dubessy  - Source de l'article Econostruminfo

1 - « Growth of Micro, Small and Medium enterprises (MSMEs) in MENA countries : constraints and success factors» (« Développement des Tpe et Pme en Egypte, en Jordanie, au Maroc et en Tunisie ») par Rim Ben Ayed Mouelhi et Monia Ghazali 

2 - « Micro, Small and Medium sized enterprises development in Egypt, Jordan, Morocco & Tunisia. Structure, obstacles and policies »(« Croissance des Tpe et des Pme dans les pays de la région Mena : facteurs de contraintes et de succès ») coordonné par Rym Ayadi et Emanuele Sessa avec Hala Helmu El Said et Rana Hosni Ahmed (Egypte), Nooh Alshyab, Serena Sandri et Fuad Al Sheikh (Jordanie), Mohamed Larbi Sidmou et Jad Allah Rami (Maroc), Rim Ben Ayed Mouelhi et Monia Ghazali Ferchichi (Tunisie).





Aucun commentaire: