Translate

dimanche 21 octobre 2012

Au Maghreb, la confiance des entreprises recule dans un contexte économique mondial morose


Regus BCI
Les économies à forte croissance comme celles en développement, et particulièrement les économies maghrébines, seraient particulièrement touchées par la déprime économique mondiale, selon le dernier indice de confiance Regus des entreprises (BCI). L'indice de confiances des entreprises au Maghreb est dangereusement bas et est en train de s'effondrer dans un contexte de volatilité globale, selon Regus-Algérie.


Basée sur les opinions de plus de 24.000 hauts cadres de 92 pays, les résultats de la 7ème édition de l'indice Regus montrent notamment que le net recul de confiance affiché dans de nombreuses économies en croissance rapide fait craindre une volatilité persistante à l'échelle mondiale dans les mois à venir, selon un communiqué de Regus-Algérie transmis à Maghreb Emergent. 
La situation au Maghreb mérite une grande attention: les niveaux de confiance ont considérablement chuté, avec une baisse de 44 points (de 144 à 100) de l'indice Regus de confiance des entreprises depuis le mois d'avril 2012. Et la tendance reste mitigée, avec une douce déclinaison des activités des entreprises.
Dans la région maghrébine, la proportion d'entreprises qui ont annoncé des augmentations de chiffre d'affaires a chuté, passant de 70 % en avril 2012 à 51%, et les bénéfices chutant de manière similaire de 55 % à 42 %. 
Pour autant, 98 % des personnes interrogées se déclarent satisfaites des stratégies de soutien aux entreprises mises en place par leurs gouvernements. Le communiqué de Regus fait par ailleurs observer que ''la confiance des entreprises a significativement chuté ces six derniers mois dans plusieurs des principales économies en développement''. Il ajoute que ''si les niveaux de confiance des entreprises dans les économies en croissance rapide restent bien supérieurs à ceux des économies développées, ce déclin devrait cependant servir de signal d'alarme et indiquer aux entreprises du monde entier de faire preuve de souplesse et de s'attendre à une autre période de volatilité avant un redressement global''.

Indice de confiance en berne
Pour les auteurs de l'enquête, ''la confiance des petites entreprises en particulier stagne dans les économies développées et en développement : compte tenu de l'important rôle joué par les PME en tant que moteurs de croissance et pourvoyeurs d'emplois, ce résultat est particulièrement inquiétant''. 
Parmi les grandes préoccupations citées par les entreprises, il y a notamment ''l'accès à un crédit abordable et la gestion de la trésorerie'', ainsi que la nécessité de mettre à la disposition de ces entreprises des services professionnels flexibles "pay-as-you-go" qui leur permettent de préserver leur flexibilité et leur agilité. 
Dés lors, les niveaux de confiance globaux ont peu évolué en six mois, baissant de 2 points depuis avril 2012 pour s'établir à 111, note le communiqué de Regus. En outre, la majorité des PME et start-up, quelles soient dans les économies développées ou en développement, sont confrontées aux problèmes de trésorerie (42 %), de paiements (39 %), de tâches administratives (34 %) et la recherche de fournisseurs fiables (28 %).

Le SOS des PME et start-up
Les même PME et start-up interrogées dans le cadre de la confection de l'indice Regus estiment que leurs gouvernements doivent agir pour les aider par des exonérations fiscales (77 %), des prêts à faible taux d'intérêt (43 %), et associations et événements de networking spécifiques à chaque industrie (33 %). 
Pour le porte-parole de Regus, Joanne Bushell, ''il est clair que la confiance des entreprises stagne, avec des reculs nets dans plusieurs économies en croissance rapide, depuis notre dernier rapport BCI en avril''. '' 
Cela semble suggérer que le ralentissement des échanges en Europe et dans les économies occidentales, associé à divers facteurs nationaux, a de lourdes conséquences. La seule bonne nouvelle est que, au niveau global, la proportion d'entreprises annonçant une croissance de leur chiffre d'affaires est stable tandis que les bénéfices ont légèrement augmenté'', ajoute t-il.

Source de l’article Maghrebemergent

Aucun commentaire: