Translate

vendredi 7 avril 2017

L’UE favorise le dialogue sur la recherche et l’innovation avec les pays de la Méditerranée occidentale de l’UE et de l’Afrique du Nord


Le commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation, Carlos Moedas, a assisté vendredi dernier en Tunisie au Forum pour le dialogue en Méditerranée occidentale, appelé « Dialogue 5+5 ». 

En présence des ministres et des représentants ministériels de haut niveau chargés de la recherche et de l’enseignement supérieur des pays participant à ce forum sous-régional (Algérie, France, Italie, Libye, Malte, Mauritanie, Maroc, Portugal, Espagne et Tunisie), ainsi que des Secrétaires généraux de l’Union pour la Méditerranée (UpM) et de l’Union du Maghreb arabe (UMA), ils ont discuté des moyens d’approfondir la coopération en matière de recherche et d’innovation.

« Horizon 2020, notre programme de recherche et d’innovation, est ouvert au monde. Des chercheurs ou des entreprises du monde entier peuvent y participer. Je demande aux pays de la Méditerranée occidentale de poursuivre leurs objectifs communs dans le cadre de notre programme. C’est le meilleur moyen de relever les défis communs auxquels nous sommes confrontés, tels que l’approvisionnement en eau, les systèmes agroalimentaires, les flux migratoires et le changement climatique », a déclaré le commissaire Moedas.

Au cours de sa visite, le commissaire Moedas a également tenu des réunions bilatérales de haut niveau avec Slim Khalbous, ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, et Fatallah Sijilmassi, Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranéen.

La Tunisie est associée à Horizon 2020 depuis le 1er décembre 2015. Depuis, le pays œuvre au renforcement de la gouvernance et de la performance de son système national de recherche et d’innovation. Des chercheurs et des organisations tunisiens ont participé à des projets fructueux financés par l’UE. Par exemple, l’Université de Sfax a participé au projet MedSeA qui a grandement contribué à enrichir nos connaissances au sujet des dangers de l’acidification de la mer Méditerranée. Le projet EAU4Food, qui comprenait l’Institut national tunisien de recherches en génie rural, eaux et forêts (INRGREF), a amené l’innovation agricole directement à la population locale. Par ailleurs, avec l’appui d’une subvention avancée accordée par le Conseil européen de la recherche, la sociologue Alia Gana évalue les résultats variés du printemps arabe dans le cadre du projet Tarica.

Pour en savoir plus

Aucun commentaire: