Translate

dimanche 19 mai 2013

Méditerranée - « La création d’emplois, ce n’est pas comme le café instantané... »


L’emploi des jeunes est un défi majeur pour les pays de la zone Méditerranée. Mais les solutions peinent à émerger tant les problèmes auxquels font face les gouvernements de ces pays sont intriqués et les moyens d’action souvent insuffisants, nous explique Emmanuel Comolet, économiste spécialiste de la région à l’AFD.
Comment l’AFD peut-elle agir pour améliorer la situation de l’emploi dans la zone Méditerranée ?
Maroc, formation génie mécanique
Deux ans après le début des révolutions arabes, la situation de l’emploi demeure un enjeu fondamental, à la fois symptôme et résultat du contrat économique, social et politique en cours de refondation dans nombre de pays du sud de la Méditerranée.
En effet, les taux de chômage importants, notamment chez les jeunes, ont largement contribué aux demandes de changements politiques et économiques de nombreux pays du pourtour méditerranéen.

L’AFD s’efforce donc, dans son double rôle de banque et d’agence de développement, de répondre à ces enjeux économiques et sociaux, en utilisant l’ensemble des instruments à sa disposition et à celle de ses partenaires, européens notamment
Ainsi, l’AFD finance des projets de soutien à l’emploi (de réinsertion, d’aide à l’emploi, de création d’entreprises) et de formation professionnelle favorisant l’employabilité des jeunes, et elle participe aux réflexions sur les politiques publiques liées aux questions d’emploi (notamment à travers des partenariats, l’organisation de conférences, d’ateliers, etc.).
Elle le fait par des prêts et des subventions aux Etats, à des centres de formation professionnelle, par de l’appui au renforcement des compétences de ses partenaires, par le soutien d’ONG mettant en place des dispositifs d’insertion des jeunes, etc.

Quels sont les principaux projets de l’AFD en termes d’emploi et/ou de formation dans la région ?

Egypte © Didier Gentilhomme
Depuis plusieurs années, la Tunisie et le Maroc ont mis en place un programme de mise à niveau de la formation et de l’emploi qui a bénéficié d’un appui financier et technique de l’AFD et d’autres bailleurs de fonds. Ces programmes s’appuient systématiquement sur un partenariat avec les branches professionnelles et ont contribué à la création ou à la restructuration de nombreux centres de formation professionnelle.

Aussi, dans le cadre du plan national de développement palestinien, l’AFD soutien le secteur privé via une subvention visant à renforcer la compétitivité des entreprises et à développer le marché local.
Par ailleurs, l’AFD anime avec le Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée (CMI), à la demande des autorités des pays concernés et en concertation avec l’ensemble des acteurs compétents du nord et du sud, une série d’ateliers de travail sur les politiques d’emploi et de formation.

Les deux premières rencontres de ce programme ont eu lieu en Tunisie (en 2011) et en Egypte (en 2012) et deux autres sont prévues pour 2013 et 2014 (notamment au Liban).
Ces projets portent-ils leurs fruits ? Quels sont les freins à la réussite de ces projets ?

On ne peut que rester humble face aux résultats. Les pays de la région doivent s’inventer un avenir économique et poursuivre leur transition politique. La création d’emploi, de même que la démocratie, n’étant pas du café instantané, les transitions pourraient durer encore plusieurs années.
Le retour à une croissance forte et créatrice d’emplois, dans un contexte de taux d’activité très faibles (en deçà de 50% des personnes en âge de travailler le font) et de situations économiques dégradées, passe par l’implication  d’acteurs internationaux déjà nombreux, au sein desquels la France et l’AFD ont un rôle à jouer.
Si la recomposition politique semble réussie dans certains pays, dans d’autres, elle reste chaotique, impliquant de l’inertie dans la prise de décision et des atermoiements dans l’affirmation d’une vision économique (sur le rôle de l’Etat et des subventions, les filières à privilégier, l’insertion dans l’économie internationale).
Source de l'article AFD

Aucun commentaire: