Translate

vendredi 9 juin 2017

Algérie/UE : 20 millions d’euros pour booster l’économie agricole


L’Observatoire national des filières agricoles et agroalimentaires (ONFAA) vient d’annoncer le lancement prochain, en partenariat avec l’Union européenne (UE), d’un nouveau programme d’appui au secteur agricole en Algérie.

A cet effet, l’organisme via son site internet, a signalé avoir reçu la visite d’Alec Bouchitté, un expert en développement rural de l’Union européenne qui a présenté les grandes lignes de développement du projet PASA (Programme d’appui au secteur de l’agriculture). 
Ce programme a pour objectif, de contribuer à la diversification de l’économie agricole et agro-alimentaire algérienne ainsi qu’à l’accroissement de la compétitivité des acteurs économiques de trois filières agro-alimentaires stratégiques. Les filières concernées par ce projet sont, le maraîchage —une culture potagère incluant la pomme de terre—, les dattes pour la zone Sud, représentée par les wilayas de Biskra et d’El Oued, ainsi que l’huile d’olive, pour la zone de la vallée de la Soummam, selon les termes d’un document établi par l’Office national des filières agricoles et agroalimentaires.
Le programme sera mis en œuvre dans une durée de quatre années. Pour ce qui est de son coût, celui-ci s’élève à 20 millions d’euros supportés à parts égales entre les deux parties. «10 millions d’euros par l’Algérie et 10 millions d’euros par l’Union européenne».
La mise en œuvre du projet est prévue notamment dans les wilayas pilotes d’Aïn Témouchent, Laghouat, Sétif et Tlemcen, avec l’appui des autorités et des collectivités territoriales, selon les termes du partenariat conclu avec l’Union européenne. Le programme a démarré le 4 septembre 2016. Durant les six premiers mois, des diagnostics territoriaux participatifs ont été réalisés dans les quatre wilayas pilotes. Le premier plan de travail annuel, qui décrit les activités pour 2017, a ainsi pu être établi. Notant qu’un autre programme de coopération bilatérale entre l’Algérie et l’Union européenne initié dans le cadre du programme d’action pilote pour le développement rural et de l’agriculture en Algérie (PAP-ENPARD-Algérie), a été lancé le 10 avril dernier à Alger. Selon les responsables de l’organisme, à travers cet appui, l’UE veut faire preuve de bonne volonté et s’engager pleinement dans le développement de sa coopération avec l’Algérie
Il y a lieu de souligner que l’observatoire national pour les filières agricole et agroalimentaire (ONFAA) a été mis en place en 2014, dotant ainsi le secteur agricole d’un outil fournissant des informations sur les prix et les marchés agricoles ainsi que d’aide à la décision.
Cette structure a été instaurée dans le cadre d’un projet de jumelage européen en appui au ministère de l’Agriculture et du développement rural et sous l’égide de l’Unité du programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne.
Installé au sein de l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie (INRAA, sis à El Harrach), l’ONFAA a pour principale mission d’assurer une meilleure connaissance du secteur agricole et agroalimentaire grâce à la collecte et la diffusion de données et d’informations liées aux différentes filières.
Il s’agit aussi de suivre particulièrement l’activité des filières stratégiques comme celles des céréales, de la pomme de terre et du lait. Il s’agit, pour ces filières, d’observer l’ensemble des segments, à savoir : les intrants, la production, la mise en marché, la transformation, la distribution et la consommation. L’observation doit par ailleurs, porter sur l’environnement économique des filières : marché mondial, normes techniques et commerciales, dispositions réglementaires régissant les échanges commerciaux. L’Observatoire a ainsi un rôle spécifique et unique de centre de ressources et de coordination des institutions avec pour perspective, d’appuyer la diffusion d’informations utiles au pilotage économique et à la régulation des marchés auprès des pouvoirs publics et des acteurs des différentes filières.
L’objectif final, est de contribuer à assurer la sécurité alimentaire visée par le ministère de l’agriculture et des du développement rural, dans le cadre de sa politique de renouveau agricole et rural.
Constitué de 14 chercheurs spécialisés en agronomie, l’observatoire est également chargé de la veille en diffusant des informations sur les prix des produits agricoles sur le marché national ainsi que sur les marchés internationaux pour prévoir leurs tendances et anticiper les actions à envisager. Pour le gouvernement, l’ONAFAA permettra aussi une meilleure coordination entre les différents opérateurs et producteurs du secteur agricole et une meilleure régulation du marché.
Pour une meilleure efficacité de ses actions, l’ONFAA a signé des conventions avec l’ensemble des instituts et des offices relevant du ministère de l’Agriculture pour pouvoir accéder à leurs bases de données et les exploiter.
A rappeler que ce projet de jumelage européen, financé par l’UE, s’ajoute à trois autres actuellement en cours dans le secteur agricole.

Par Sarah A. Benali Cherif - Source de l'article Elmoudjahid

Aucun commentaire: