Translate

dimanche 16 octobre 2016

L’UE a accordé une aide de plus de 800 millions d’euros au Liban depuis 2011

En marge de l'Assemblée générale de l'Onu, le Premier ministre, Tammam Salam, a rencontré hier matin le Premier ministre d'Australie, Malcolm Turnbull, avec lequel il a passé en revue la question des réfugiés. 

Le Premier ministre Tammam Salam s'est entretenu hier avec le ministre russe 
des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Photo Ani
Il a par la suite eu un entretien avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, « avec lequel il a fait le tour des affaires nationales et régionales », a indiqué à L'Orient-Le Jour Caroline Ziadé, la numéro deux de la mission permanente du Liban à L'Onu.

L'après-midi, le Premier ministre a coprésidé un événement parallèle de haut niveau co-organisé par l'Union européenne (l'Italie et les Pays-Bas), le Moyen-Orient (la Jordanie et le Liban), l'Afrique de l'Est (Éthiopie), l'Afrique de l'Ouest (Nigeria) et la région du Sahel (Niger). Tammam Salam a ensuite rencontré au Palais de Verre le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, avant d'assister en soirée à l'événement sur le « Financement des pays à revenus moyens », organisé par la Banque mondiale. Cette réunion « se penche sur la manière d'aider le Liban qui fait face aux nombreux défis causés par la présence des réfugiés », a noté la diplomate libanaise.

Événement parallèle coprésidé par le Liban

Un important événement parallèle a eu lieu hier après-midi au siège de l'Onu. Co-organisé par le Liban, cet événement avait pour objectif d'explorer la dimension régionale des grands mouvements de populations à travers l'Afrique, la mer Méditerranée, le Moyen-Orient et l'Europe. Un panel d'experts éminents dans le domaine de la mobilité humaine ont dirigé les discussions et proposé des idées sur des questions telles que la protection des réfugiés et des migrants en situation de vulnérabilité, donnant des exemples de solidarité et d'intégration.

Rapport de l'UE sur les réfugiés au Liban

D'autre part, l'Union européenne a publié un rapport, mis à jour le 8 septembre, sur les réfugiés au Liban et en Jordanie. Ce rapport décrit la gestion de la crise des réfugiés et le soutien de l'Union européenne au Liban, les objectifs de la réponse européenne à la crise syrienne, l'aide humanitaire au Liban, la manière de prévenir une génération perdue d'enfants et de jeunes Syriens, et la livraison de l'aide.

Ce rapport indique que l'ensemble des sommes allouées par l'Union européenne aux réfugiés et aux communautés vulnérables au Liban depuis le début de la crise syrienne, en 2011, s'élève à plus de 800 millions d'euros, comprenant notamment 356 millions d'euros d'aide humanitaire, y compris 87 millions d'euros pour 2016, et plus de 250 millions d'euros pour la politique européenne de voisinage, principalement pour soutenir les institutions libanaises et les réfugiés syriens pour l'accès aux services de base. À cela s'ajoutent plus de 42 millions d'euros contribuant à la paix et à la stabilité, près de 1,2 million d'euros alloués à la démocratie et aux droits de l'homme, 142 millions d'euros par le biais du Fonds régional d'affectation spéciale de l'UE en réponse à la crise syrienne.

Dans ce cadre, l'UE rend hommage à l'exceptionnel effort réalisé par le pays du Cèdre depuis le début de la crise des réfugiés syriens. Elle reste profondément attachée à aider le Liban à faire face à la crise. Dans l'ensemble, l'UE est le principal donateur dans la réponse internationale à la crise syrienne, avec plus de 6,6 milliards d'euros de l'UE et les États membres collectivement mobilisés dans l'assistance humanitaire et le développement. Cette aide va aux Syriens dans leur pays, ainsi qu'aux réfugiés et leurs communautés d'accueil au Liban, en Jordanie, en Irak, Turquie et Égypte.

En février 2016, lors de la Conférence de Londres ayant pour thème « Soutenir la Syrie et la région », l'UE a promis 1 milliard d'euros d'aide au Liban et à la Jordanie pour les années 2016 et 2017. Le Liban, qui accueille plus d'un million de réfugiés, devrait recevoir une aide significative supplémentaire dans la lutte contre la crise des réfugiés, soit plus de 219 millions d'euros dans la coopération bilatérale régulière programmée pour le Liban en vertu de la politique européenne de voisinage, ce qui porte un soutien global à plus de 1 milliard d'euros. La partie principale du financement non humanitaire est allouée aux secteurs de l'éducation, de la santé et aux infrastructures locales.

Objectifs de la réponse européenne à la crise syrienne

La réponse européenne à la crise syrienne a pour but de protéger et aider les réfugiés syriens et palestiniens de Syrie ; aider le Liban à atténuer l'impact de la crise en répondant aux besoins à moyen et long termes à la fois des citoyens libanais et des réfugiés en provenance de la Syrie ; renforcer le dialogue politique avec le gouvernement libanais et les capacités des institutions libanaises existantes responsables de la gestion de la crise au niveau national et local ; contribuer à la fourniture de services de base, tels que l'éducation publique primaire et les soins de santé secondaires, la protection des femmes et enfants et le soutien psycho-social ainsi que l'accès à l'eau, l'assainissement et l'hygiène (Wash) ; soutenir les municipalités les plus vulnérables dans l'amélioration de leurs infrastructures et la reprise économique.

Le financement humanitaire de l'Union européenne a contribué à une aide en espèces pour les réfugiés les plus vulnérables, les soins de santé secondaires pour les cas de sauvetage, l'éducation et le logement, y compris l'eau, l'hygiène et l'accès au système sanitaire pour améliorer les conditions de vie des familles vulnérables.

Prévenir une génération perdue d'enfants

Selon le HCR, près de 417 000 enfants réfugiés syriens au Liban sont âgés entre 3 et 14 ans. On estime que près de la moitié des enfants réfugiés syriens n'ont pas accès à toute forme d'éducation, en les exposant à l'intégrité physique et/ou à la violence psychologique, au travail et à l'exploitation des enfants, au mariage précoce et au recrutement par des groupes armés.

Lors de la Conférence de Londres, les participants se sont engagés à ce que, à la fin de l'année scolaire 2016-2017, tous les enfants réfugiés et les enfants vulnérables dans les communautés d'accueil auront accès à une éducation de qualité. Depuis le début de la crise des réfugiés syriens, l'UE a engagé environ 188 millions d'euros à des fins d'éducation et de protection de l'enfance au Liban.

Depuis 2015, une part croissante de l'aide non humanitaire pour les pays voisins de la Syrie pour faire face à la crise des réfugiés est canalisée par le Fonds Madad régional d'affectation spéciale de l'UE en réponse à la crise syrienne. Ce fonds vise à apporter une réponse de l'UE plus cohérente et intégrée à la crise en fusionnant différents instruments financiers de l'UE et les contributions des États membres et d'autres donateurs internationaux en un seul mécanisme souple et rapide. Le Fonds d'affectation spéciale porte principalement sur les besoins à plus long terme des réfugiés syriens dans les pays voisins tels que le Liban, la Jordanie, la Turquie et l'Irak, ainsi que les communautés d'accueil et leurs administrations.

Par Sylviane Zehil - Source de l'article l'Orient le Jour


Aucun commentaire: