Translate

samedi 25 mars 2017

#EmpowerHer : Mettre la technologie et la créativité des jeunes au service de l’autonomisation économique des femmes au Maghreb


Comme beaucoup de pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), le Maroc et la Tunisie disposent d’un immense réservoir de talents. 

Les mauvaises performances des marchés du travail au fil des ans ont fait naître un sentiment d’exclusion chez nombre de personnes, en particulier les jeunes. Au Maghreb, les femmes ne peuvent toujours pas rivaliser avec les hommes à armes égales, car ce sont généralement ces derniers qui profitent des rares opportunités économiques existantes. La stratégie du Groupe de la Banque mondiale en matière d’égalité des sexes vise à contribuer à la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les femmes et à lever les obstacles qui empêchent celles-ci d’accéder au financement, à la technologie, à la terre et à d’autres biens productifs. Pour relever ces défis, il faut des idées nouvelles et des expérimentations qui ouvrent la voie au changement et donnent naissance à des opportunités, en particulier pour les femmes des régions rurales, qui sont les plus touchées.

Le Groupe de la Banque mondiale a lancé l’initiative « EmpowerHer : Maghreb » afin de tirer parti de la technologie et de l’intelligence des jeunes de la région et de les mettre au service de l’autonomisation économique des femmes. Cet effort audacieux consiste en une série de hackathons qui se tiendront au Maroc et en Tunisie et qui réuniront des technologues bénévoles et des associations qui travaillent aux côtés de femmes dans les zones rurales.

Les hackathons seront l’occasion pour les jeunes de travailler ensemble pendant plusieurs heures afin d’imaginer des solutions aux problèmes complexes et anciens que connaissent les femmes des régions les moins développées. Cette initiative s’appuie sur des mesures concrètes pour modifier les perceptions et trouver des solutions. Alors que « le problème des jeunes » est souvent mis en avant, ici, les participants inventeront des solutions pour aider des femmes, qui, à l’instar des filles et des jeunes diplômées du secondaire ou du supérieur, sont laissées pour compte.
Au Maghreb, les femmes peinent toujours à accéder à un emploi rémunéré. Près d’un quart (26 %) des femmes travaillent, c’est-à-dire moitié moins que dans les pays à revenu intermédiaire comparables. Ce taux stagne depuis plus de deux décennies. L’entrepreneuriat féminin est rare, si l’on excepte les microentreprises. Au Maroc, 4,3 % des entreprises seulement sont dirigées par une femme, contre 7,1 % en Égypte et 19 % au Brésil. 

Le fort taux de chômage des jeunes au Maghreb ne fait qu’aggraver la situation. La pression sociale impose aux femmes d’occuper certains emplois, en général dans la fonction publique. C’est pourquoi beaucoup de jeunes femmes ne travaillent pas pendant de longues périodes. En Tunisie, la transition entre les études et la vie active dure en moyenne 3,6 ans pour les hommes, mais il n’est pas possible de calculer cette durée pour les femmes, qui, même à 29 ans, ne sont qu’un tiers à travailler.

Les femmes des zones rurales et des régions les plus pauvres sont les plus touchées. La plupart des femmes qui travaillent sur une exploitation agricole sont des travailleuses familiales non rémunérées : en Tunisie, c’est le cas de plus des trois quarts des personnes qui déclarent que le travail familial non rémunéré constitue leur activité principale. Le travail rémunéré permanent dans l’agriculture est presque exclusivement réservé aux hommes. L’écart de salaire considérable ne fait qu’aggraver les choses. Au Maroc, les femmes gagnent entre 30 et 50 % de moins que les hommes. De tous les secteurs, c’est dans l’agriculture que les disparités sont les plus criantes. Les hackathons s’intéresseront particulièrement à la situation des femmes dans les régions rurales et sous-développées, ou « à la traîne ».

En prévision de ces hackathons, la Banque mondiale a mené des consultations dans tout le Maroc et la Tunisie afin d’identifier les obstacles qui empêchent les femmes des régions en retard d’accéder aux opportunités économiques. Ce qu’il en est ressorti, c’est une aspiration profonde à communiquer avec les zones urbaines grâce à de meilleures infrastructures et à bénéficier de possibilités d’éducation et de formations dans les secteurs de la technologie et de la gestion d’entreprise.

Les technologues en herbe qui se réuniront en Tunisie et au Maroc essaieront de développer des applications qui apporteront des solutions à un grand nombre des problèmes mis en évidence. De plus, tout en s’efforçant d’améliorer le sens des affaires de la population féminine locale, ils pourront renforcer leurs propres compétences, acquérir eux-mêmes de l’expérience et nouer des contacts.

« EmpowerHer : Maghreb » n’a pas manqué de susciter l’attention du secteur privé. De grandes entreprises technologiques parraineront les hackathons en Tunisie et au Maroc. Ces entreprises seront à l’affût des jeunes les plus talentueux et des applications qu’ils auront développées. Parmi les prix qui seront décernés à cette occasion figureront des stages qui permettront aux jeunes de la région de se faire connaître et de démontrer leurs capacités. Ces possibilités, ainsi que l’entraînement et la formation que recevront les jeunes dans le cadre des hackathons, sont inestimables.

Cette nouvelle initiative du Groupe de la Banque mondiale témoigne de son engagement à aider les pays en développement du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à s’orienter sur la voie de l’autonomisation économique des femmes. Sa stratégie pour l’égalité des sexes (a), définie à la fin de 2015, se concentre sur la réduction de la pauvreté et sur la croissance inclusive. Quant à la manière dont la Région MENA abordera ces questions, cela sera précisé dans son prochain Plan d’action régional sur l’égalité hommes-femmes. Nous ne pouvons plus nous permettre d’ignorer celles qui sont les plus laissées pour compte

Par Marie-Françoise Marie Nelly - Source de l'article Blog Banque Mondiale

Aucun commentaire: