Translate

vendredi 31 mars 2017

France 3 Corse ViaStella télévision de proximité en Méditerranée.

ouv-via-stella-sites-archelogique-1

Comment va la Méditerranée entre conflits, migrations, crise climatique mais aussi résiliences, coopérations et programmes structurants? Pour être bien informé sur ces réalités et perspectives : une seule adresse France 3 Corse ViaStella. 

Chaîne régionale de plein exercice de France Télévisions née en 2007, elle dispose d’une stratégie, d’une identité, d’une programmation plurielle, originale, inclassable encore peu connue des téléspectateurs continentaux. Son coeur de métier ? La télévision de proximité de qualité en Méditerranée. Mare Nostrum est-elle exclusivement cette zone de guerre et de crises politiques qui monopolise les écrans mainstream ? La réalité est plus complexe et plus riche et la responsabilité des médias dominants européens est engagée, concernant les images, les idées, les informations qu’ils véhiculent sur cet espace géotratégique où se joue une part de l’avenir de la planète.

Selon la Conférence Permanente des Audiovisuels Méditerranéens (COPEAM) : « les médias façonnent profondément les attitudes et les opinions publiques. Cette responsabilité est particulièrement délicate, tenant compte de la complexité du contexte social, politique et économique de la région méditerranéenne. » Les déstabilisations en cours impactent les vies des citoyens des 24 pays et îles bordant la Méditerranée. 
A l’évidence, ces territoires présentent des profils contrastés, en restant toutefois reliés par une même capacité de résilience et des valeurs communes héritées de l’histoire. Pour décrypter l’actualité de l’arc méditerranéen, France 3 Corse ViaStella offre ce qui est son coeur de métier, à savoir une vraie télévision de proximité dédiée à la Méditerranée, à l’opposé de clichés et de préjugés souvent démobilisateurs et anxyogènes. 

Soit un bouquet de magazines emblématiques notamment « Mediterranéo », « Carnets de Méditerranéo », « Isulana » et « Vents du Sud » ( certains régulièrement programmés sur la Rai italienne, la télévision publique des Baléares et tous les accès internet). En effet, concernant le Maghreb, le Proche et Moyen-Orient, les agences de presse et les télévisions naviguent à vue. Elle proposent souvent une image globale manichéenne et sans nuance. Une Méditerranée que l’on visualise comme prise en étau entre l’urgence des zones de guerre… ou la carte postale. Soit des images sur les traditionnels hauts lieux touristiques comme Venise ou Barcelone. Soit des reportages sur les opérations en Syrie, en Libye, au Yemen, et sur les flots de réfugiés plus ou moins bien gérés et acceptés par les populations européennes. 

ViaStella nous invite à rencontrer un autre vécu et une autre histoire.Comment se déroule la vie de certaines populations malmenées? Comment se comportent les économies locales dans ce contexte de tensions et d’incertitudes ? Comment ces pays gèrent-ils leurs environnements naturels et leurs ressources agricoles ? Comment réagit politiquement l’U. E. ?

Côté médias dominants on note un important déficit d’information sur la Méditerranée. Un exemple ? Qui se souvient du sommet pourtant crucial du 22 août 2016 réunissant symboliquement A. Merkel, M. Renzi et F. Hollande dans la petite île de Ventotene, dans la mer Thyrénéenne, entre Rome et Naples ? Poser la question c’est y répondre.

Malte, Israël, Espagne, Italie, Sardaigne, Catalogne, Corse, Libye, Turquie, Sicile, Slovenie, Algérie, Liban, Chypre, Croatie, Tunisie, Egypte, Palestine, Maroc, Grèce etc... : les équipes de ViaStella témoignent de toutes les réalités de ces régions et pays continentaux ou insulaires, dans leurs vérités et leurs racines profondes, sans déni, sans censure, avec rigueur et professionnalisme. Ce n’est ni stupéfiant, ni insignifiant, c’est un éclairage plus compatissant sur un quotidien complexe et paradoxal. 

La preuve en images avec le numéro de janvier 2017 de « Les Carnets de Méditerranéo » préparée et présentée par Thierry Pardi. L’invité en plateau est Henry Marty-Gauquié ancien directeur de la Banque Européenne d’Investissement, il réagit et commente les quatre reportages. 

th-pardi-via-stella-a-amatrice-italieTout d’abord un sujet sur les travailleurs espagnols de Gibraltar, inquiets des conséquences du Brexit sur leurs emplois. Ensuite direction la Turquie et le Old Bazar d’Istambul: ses nombreuses boutiques fermées, ses touristes disparus. Puis le telespectateur va à la rencontre de retraités français expatriés au Portugualet ex-fonctionnaires pour certains. Ils sont un peu euphoriques. Pourquoi ? Parce qu’ils sont gavés de cadeaux fiscaux ( des exonérations sur 10 ans) ! 

En Europe l’harmonisation fiscale tant vantée et attendue est remplacée par la real politik, à savoir une féroce concurrence fiscale. En phase le dernier reportage porte sur la spirale infernale et sans fin qui continue d’emporter les classes moyennes en Grèce, elles sont essorées par les contributions publiques.

Thierry Pardi rédacteur en Chef de Méditerranéo et du bouquet d'émissions internationales produites par France3 Corse ViaStella dédiées à la Méditerranée:« le bassin méditerranéen est un espace riche de la diversité de ses cultures et de son patrimoine. C’est aussi une zone géostratégique en perpétuelle évolution, centre de nombreux conflits. Pour saisir toute la complexité de cette zone et les enjeux de son développement, ViaStella propose magazines et documentaires avec en point d’orgue une soirée en prime-time le mardi. Nous développons sur plusieurs thématiques l’économie, le patrimoine culturel, l’environnement, la coopération inter-îles, les incidences du réchauffement climatique en Méditerranée, l’évolution géopolitique au Proche et au Moyen-Orient. ». Certains documentaires et magazines de ViaStella sont réalisés en partenariat avec IB3 Baléares et la RAI et des contacts et des liens d’amitiés sont maintenus avec la Grèce, la Croatie, la télévision espagnole TVE. 

copeam-ajaccio

Concernant les évolutions négatives et positives Thierry Pardi précise: « nous avons traité et nous continuons à décrypter deux thèmatiques : la dégradation au Moyen-Orient et la situation difficile des territoires palestiniens. Ainsi que la persistance d’une crise économique préoccupante en Europe du Sud affectant l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce avec toutefois des améliorations importantes. Nous avons aussi couvert les impacts de la Cop21 et les efforts réalisés par le Proche-Orient pour solutionner des situations très compliquées dans le contexte politique des incidences de V. Poutine et de D. Trump. » Autres thèmes traités en 2016? Thierry Pardi et ses invités Roland Defendini, (expert auprès de l’UNESCO pour le patrimoine méditerranéen) et Philippe Pergola (CNRS-Archéologie) ont évoqué les attaques terroristes de ces dernières années qui ont ravagé des siècles de patrimoine et d'Histoire de la Méditerranée « ces édifices avaient survécu à des siècles de catastrophes naturelles et de spoliations, jusqu’à ce qu’un groupe sans scrupule mette la main dessus. L’organisation terroriste État Islamique, en plus d’attaquer les populations, détruit le patrimoine historique. Installé sur un large territoire en Syrie et en Irak, Daech détruit, exploite et revend tout ce qui lui tombe entre les mains. En quelques mois, des sites comme Palmyre ont été saccagés par le groupe extrémiste. »

Concernant la visibilité des programmes sur la Méditerranée Thierry Pardi : « « les rediffusions via Pluzz et You Tube nous ouvrent des fenêtres sur le national et l’international. Nous avons des retours nombreux sur les réseaux sociaux. Depuis février, FranceInfo diffuse les samedis et dimanches des modules alimentés avec des extraits de nos reportages. » Thierry Pardi participera à Beyrouth ( Liban) à la 24E Conférence annuelle de la COPEAM intitulée « Narration méditerranéenne : complexité, réponses des médias et opinion publique » (11-13 mai). Helen Boaden, ancienne Directrice de BBC Radio supervise ces sessions centrées respectivement sur « La communication à l’ère de la “post-vérité” » et « Journalisme constructif vs discours de haine ». 

Diffusée sur la TNT en Corse, en Région Paca, sur les réseaux Adsl, sur YouTube, Canal Sat, Fransat et TNTSat : Via Stella reste une exception dans le ciel de la télévision publique française avec 97,6 de notoriété, 26263 heures diffusées en 2016 incluant 90 films, 200 documentaires et 12 magazines (dont Cunfronti, Inchiesta, Les Médicales, Insitu, Cuntrasu, Sport in Corsica, Foot è Basta, L’Appel du Bleu ). Laurent Corteel Directeur Territorial France 3 Corse Via Stella : « Bientôt 10 ans, l’âge de raison. France 3 Corse ViaStella aborde le tournant de la maturité. En affirmant son identité de chaîne régionale de plein exercice, elle se distingue comme unique en son genre à France Télévisions. Le bassin méditerranéen, la vie de la Corse, des Corses, sont au coeur de notre offre. En favorisant connaissance, culture, découverte, divertissement et information, nous entendons tisser au quotidien un lien privilégié avec tous nos téléspectateurs. Qu’ils soient ici ou ailleurs, Corses et amis de la Corse sont conviés. »

sapientoni

La Corse et son processus politique d'émancipation et la paix publique reconstruite, plus la Méditerranée, plus le positionnement de ViaStella, le ton et l'atmosphère exceptionnels qui se dégagent de ses émissions… restent sans réelle promotion dans les magazines et JTs de FranceTélévisions. Non plus que dans les médias nationaux. Excepté le marronnier annuel de l’exportation des clémentines sur le 13H un cas d’école. Et exceptées les situations de crises qui remplissent les avions de journalistes qui survolent les sujets corses avec leur prisme jacobin, et sans jamais inclure l’insularité ou la logique d'un territoire dans leurs analyses. Force est de constater que la programmation globale de France Télévisions (FR2, FR3 National, FR4, FR5) reste elle-aussi d’inspiration jacobine et autocentrée sur Paris et le continent, et sans réelle ouverture sur la Méditerranée pour ses JTs , magazines , fictions. Et ce malgré l’investissement considérable que représente ViaStella pour le groupe France Televisions.

Quels sont les projets de France Télévisions pour mieux inclure ViaStella et la Corse dans le continuum de l’information des chaînes publiques, incluant le numérique? Marc Degli-Esposti le Directeur des Antennes de France 3 Corse ViaStella annonce de bonnes nouvelles : « tout d’abord deux contre-exemples concernant notre belle maison. Un module mensuel est fabriqué par les équipes de Franceinfo à partir des reportages de Méditerranéo, diffusé sur avec l’étiquette Mediterranéo. De plus la rédaction fabrique depuis peu, et toujours pour Franceinfo, des modules spécifiques d’actualité. D’autres projets de réexposition sur d’autres antennes de France TV des productions ViaStella sont en cours. Chaque chaine veillant au respect de sa propre identité et ligne éditoriale, il est difficile de leur reprocher de promouvoir leurs propres programmes. Ce sont plutôt, me semble-t-il, les journaux et magazines qui s’occupent de l’actualité des médias et qui sont assez jacobins avec peu de curiosité pour ce qui se passe ici. L’exemple type ? Le documentaire « Permis de rien » diffusé sur ViaStella en 2016, a été ensuite diffusé sur Public Sénat. Télérama et Le Monde ont fait de très beaux papiers mais sans jamais citer ViaStella…de même, il n’y a , à ma connaissance, jamais eu d’articles sur la réussite incontestable que représente ViaStella dans un média national… »

Pourquoi ViaStella « chaîne de plein exercice » ne figure-t-elle pas dans l’offre globale sur les sites chaînes et programmes, aux côtés de FranceÔ « richesse et diversité des Outremers » ? Marc Degli-Esposti précise : « France O est la chaine nationale qui couronne un réseau constitué de 9 chaines de plein exercice (un par territoire). Il n’en est pas de même pour France 3, réseau dans lequel ViaStella est à la fois l’exception, chaine de plein exercice, et la règle, en tant que station régionale. Difficile pour le groupe de communiquer clairement là-dessus. Mais la volonté de la nouvelle direction territoriale est justement de communiquer en externe et en interne sur l’existence et les réussites de la chaîne. On arrive à nos dix ans d’existence, et dix ans, en termes de télévision, c’est l’âge adulte. On assume et on dit qui on est. »

Par Liliale Vittori - Source de l'article Le Blog Mediapart

Aucun commentaire: