Translate

dimanche 15 octobre 2017

Le rééquilibrage de la balance commerciale en Tunisie dans une perspective d’industrialisation et de coproduction au sein de l’espace euro-méditerranéen


La présente étude est la première d’une longue série qu’IPEMED Tunisie planifie de réaliser. 

IPEMED Tunisie a été fraichement créée pour asseoir l’ancrage de l’Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranée (IPEMED) dans un pays phare de la rive Sud de la Méditerranée ; pays qui a servi, au cours de l’histoire, de locomotive au rapprochement avec les pays du bassin méditerranéen.

Ce premier travail concerne le redressement de la balance commerciale et s’inscrit dans une double perspective :
  • Une perspective d’industrialisation de la rive sud de la Méditerranée. Dans de nombreux travaux et articles, l’IPEMED défend l’idée que les pays d’Afrique du Nord, et notam­ment le Maghreb, peuvent devenir le « Mexique de l’Europe »1. Au même titre que le Canada et les Etats-Unis ont contribué au développement spectaculaire de l’industrie mécanique du Mexique, que la Chine entraine les pays du sud est asiatique dans son développement industriel, et que l’Allemagne a contribué à industrialiser les pays d’Eu­rope Centrale et Oriental (PECO), désormais, ce sont les pays du Sud de la Méditerranée qui ont toutes les chances de s’industrialiser en relation étroite avec leurs partenaires européens et méditerranéens. Dans cette perspective, la Tunisie a une place de choix à prendre et une stratégie à définir dans le cadre de la redistribution de l’appareil de pro­duction dans l’espace euro-méditerranéen.
  • Une perspective de coproduction associant dans un partenariat « gagnant-gagnant » des industriels du Nord (France, Allemagne, Italie et Espagne) et du Sud (Tunisie, Maroc, Turquie, Algérie, Liban, Jordanie) au sein d’une chaine de valeur intégrée, garantissant la qualité, la montée en gamme, les transferts de technologies et le partage de la valeur ajoutée. Le moment est venu pour les industriels tunisiens, européens et méditerranées de passer du commerce « import-export » à l’intégration dans des chaines de production régionalisées compactes et performantes.
Dès lors, le but de cette étude, réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’IPEMED et IPEMED Tunisie, n’est pas le redressement en soi de la balance commerciale, mais bien d’analyser comment, tout en redressant la balance commerciale, l’industrie tunisienne peut trouver une place de choix dans le schéma de coproduction Nord-Sud et dans le vaste mou­vement d’industrialisation qui se dessine au nord de l’Afrique. Elle permet ainsi de répondre aux questions suivantes :
  • Avec quel pays et dans quel secteur organiser la coproduction ?
  • Comment passer du commerce international à l’intégration en profondeur des systèmes productifs en Méditerranée ?
  • Comment imposer aux pays avec lesquels le commerce est déficitaire à venir produire en Tunisie ?
  • Quelle mesure faut-il prendre (écosystèmes ? clusters ? IDE ?) pour accélérer l’interna­tionalisation du tissu industriel tunisien ?
Cette étude conclut donc à des opportunités d’investissement qu’offre singulièrement la Tunisie. La coproduction, concept cher à l’IPEMED, apparait plus que jamais comme le modèle de partenariat privilégié entre les opérateurs tunisiens et les investisseurs européens et non européens dans l’axe économique « Afrique – Méditerranée – Europe ».

Auteurs
Jean-Louis Guigou, Président de l’IPEMED et Mariem Brahim, Chargée d’études au sein de l’IPEMED . Sous la direction de Noureddine Hajji, Président d’IPEMED Tunisie.

Documents

Source de l'article IPEMED

Aucun commentaire: