Translate

mardi 24 octobre 2017

Relance des investissements pour l'énergie et le climat dans la région méditerranéenne

Le Forum, organisé quelques jours avant la Journée mondiale de l'énergie visait à proposer des solutions tangibles pour une coopération régionale améliorée dans les domaines de l'énergie et de l'action pour le climat et à impliquer le secteur privé de manière plus active dans la transition énergétique euro-méditerranéenne.
Les États membres de l'UpM cherchent à stimuler le développement durable régional en garantissant l'accès, pour tous les consommateurs et toutes les industries, à une offre énergétique sûre, durable, abordable et fiable, ainsi qu'à des services énergétiques modernes.
Le Caire, le 19 octobre 2017.Le Forum des entreprises pour l'énergie et le climat, organisé par l'UpM hier au Caire sous l'égide du ministère égyptien de l'Électricité et des Énergies renouvelables et de l'Autorité égyptienne pour les Énergies nouvelles et renouvelables avait pour thème : la création d'opportunités pour les énergies renouvelables en région euro-méditerranéenne, en tant que facteur essentiel du développement socio-économique. Le Forum a été inauguré par le ministre égyptien de l'Électricité et des Énergies renouvelables, M. Mohamed Shaker El-Markabi, le secrétaire d'État portugais à l'Énergie, M. Jorge Seguro Sanches, et le Secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, M. Fathallah Sijilmassi.
Le Forum, tenu à l'ocasion de la Journée mondiale de l'énergie, a réuni plus de 150 hauts fonctionnaires, des représentants de grandes sociétés privées et de start-ups évoluant dans le domaine des énergies renouvelables, ainsi que des institutions financières internationales et des banques de développement venant des différents États membres de l'UpM. Les participants ont convenu de la nécessité de promouvoir, au travers de la fédération des associations d'entreprises liées à l'énergie, la coopération dans la région euro-méditerranéenne, afin d'encourager les initiatives du secteur privé dans le secteur de l'énergie. Ils ont également appelé à la mise en oeuvre d'une plateforme de dialogue afin d'explorer le potentiel des partenariats public-privé de la région, en tant qu'outil essentiel pour stimuler les investissements dans le secteur des énergies renouvelables. En outre, il a été suggéré d'intégrer les réseaux d'entreprises internationaux travaillant sur la transition énergétique, tels que l'Alliance Mondiale pour les Technologies Propres (World Alliance for Efficient Solutions), afin de reproduire et de développer de nouvelles solutions innovantes tant au niveau de la technologie que des modèles d'entreprises.
Le Forum a également été l'occasion de présenter plusieurs exemples d'investissements réussis, tels que le projet labellisé par l'UpM Tafila Wind Farm, qui couvrira 3 % de la demande en électricité en Jordanie, et qui constitue un modèle de bonne pratique pour les partenariats public-privé. Parmi les autres projets labellisés par l'UpM, citons le « Cadre des énergies renouvelables privées dans la région SEMed (SPREF) », promu par la BERD et qui vise à stimuler le développement des marchés privés des énergies renouvelables en Égypte, en Jordanie, au Maroc et en Tunisie. Le SPREF captera le financement et mobilisera davantage d'investissements de tiers, pour un montant pouvant s'élever à 834 millions d'euros, afin d'éviter le rejet de 780 000 tonnes de CO2 par an.
. M Mohamed Shaker El-Markabi, Ministre égyptien de l'Électricité et des Énergies renouvelables, a expliqué aux participants les plans pour « moderniser et renforcer les réseaux de transmission et distribution dans le secteur de l'énergie, ainsi que pour développer une stratégie à long-terme pour permettre aux énergies renouvelables d'atteindre 42% du mix énergétique en 2035, en profitant du potentiel égyptien en matière d'énergie éolienne et solaire. » Il a souligné l'importance du rôle joué par le secteur privé et par la coopération Euro-Méditerranéenne dans les domaines des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique.
« Le Portugal encourage le développement d'un partenariat stratégique entre nos amis et voisins de la région euro-méditerranéenne, contribuant à l'intégration des marchés énergétiques et développant ainsi un authentique pont énergétique entre tous » a déclaré, pour sa part, M. Jorge Seguro Sanches, secrétaire d'État portugais à l'Énergie. Avant d'ajouter : « Ne disposant pas de ressources fossiles, le Portugal a appliqué un programme ambitieux dans le secteur de l'énergie afin de promouvoir les énergies renouvelables. Le succès de ce programme mené par le Portugal ces dernières années a été démontré lors des quatre journées de mai 2016 sur la consommation d'énergie renouvelable. La promotion des énergies renouvelables est une action dont nous sommes fiers et que nous avons l'intention de continuer à renforcer ».

« Mobiliser les investissements privés en faveur des activités liées au climat et à l'énergie est essentiel pour garantir une transition énergétique durable dans la région euro-méditerranéenne » a commenté le Secrétaire général de l'UpM, M. Sijilmassi. « Les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique sont une source importante de création d'emplois et constitue un vecteur essentiel pour l'action climatique, le développement durable et la stabilité régionale ».
Dans la lignée de la nouvelle feuille de route de l'UpM orientée vers l'action pour une coopération régionale renforcée (Barcelone, le 23 janvier 2017) et de la nouvelle Déclaration ministérielle sur l'Énergie de l'UpM (Rome, le 1er décembre 2016), ce Forum constitue une étape décisive dans les activités de la plateforme de l'UpM portant sur l'énergie renouvelable et l'efficacité énergétique, qui vise à mobiliser les investissements du secteur privé dans le secteur des énergies renouvelables. À cet égard, le Secrétariat général de l'UpM doit présenter les résultats d'une étude sur le financement de l'action climatique dans la région méditerranéenne, à l'occasion de la COP23 qui se tiendra à Bonn le 14 novembre prochain.
Le forum a été organisé en collaboration avec « l'Observatoire Méditerranéen de l'Énergie » (OME) et l'Alliance Mondiale pour les Technologies Propres (World Alliance for Efficient Solutions - WAES), avec le soutien financier du gouvernement suédois.
L'Union pour la Méditerranée : une organisation orientée vers l'action et guidée par une ambition commune
L'Union pour la Méditerranée (UpM) est l'organisation euro-méditerranéenne intergouvernementale réunissant les 28 pays de l'Union européenne et les 15 pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. L'UpM vise à renforcer la coopération et le dialogue régionaux à travers la mise en oeuvre d'initiatives et de projets concrets ayant un impact tangible sur les citoyens de ses Etats membres, notamment les jeunes, afin de répondre aux trois objectifs stratégiques de la région : la stabilité, le développement humain et l'intégration.
Le Secrétariat général de l'Union pour la Méditerranée est la plateforme qui permet la mise en oeuvre des décisions prises par les 43 États membres, à travers une méthodologie spécifique basée sur des réseaux multipartenaires promouvant la création de synergies et l'échange de bonnes pratiques, et la mise en place d'initiatives et de projets régionaux dans des secteurs stratégiques. Aujourd'hui, plus de 45 projets régionaux ont été labellisés par les États membres pour une valeur de plus de 5 milliards d'euros, dans les domaines de la croissance inclusive, l'employabilité des jeunes, le renforcement du rôle des femmes, la promotion de la mobilité étudiante, ainsi que le développement urbain durable et l'action pour le climat.
Media Contact
Isabel Pardillos media@ufmsecretariat.org 

Source de l'article Newspress

Aucun commentaire: