Translate

vendredi 25 janvier 2013

Tensions en Méditerranée orientale liées aux migrations et demande d'asile : un problème européen



Face à la montée des tensions liées aux demandes d'asile et aux migrations irrégulières en Grèce, en Turquie et dans d'autres pays méditerranéens, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a souligné la nécessité de repenser les responsabilités, afin de traiter ce qui devrait être considéré non pas comme le problème d'un seul ou de quelques Etats européens, mais le problème de tous.

La Grèce - principal point d'entrée dans l'UE des migrants irréguliers - et la Turquie - principal pays de transit, qui a accueilli 150000 réfugiés de Syrie - ne pourront résoudre leurs difficultés « sans la solidarité et l'aide accrue de l'UE et des autres Etats membres du Conseil de l'Europe », ont précisé les parlementaires, lors d'un débat d'urgence qui s'est tenu aujourd'hui à Strasbourg.

Dans ce contexte, l'APCE a appelé les Etats membres à accroître fortement leur aide à la Grèce, à la Turquie et aux autres pays directement exposés, à se prononcer pour une assistance supplémentaire de l'UE à ces pays, et à examiner la question de la relocalisation des réfugiés et des demandeurs d'asile à l'intérieur de l'Europe.

Dans la résolution adoptée sur la base du rapport de Tineke Strik (Pays-Bas, SOC), l'Assemblée a également appelé la Grèce à éviter le recours systématique à la rétention et à veiller à ce que les centres de rétention inadaptés soient fermés le plus rapidement possible, tout en saluant les mesures annoncées récemment par le pays pour améliorer les mécanismes d'asile et les conditions de rétention. Elle encourage aussi la Grèce à mettre un frein à la montée du racisme et de la xénophobie à l'égard des migrants, dans la société et dans le discours politique.

En même temps, l'Assemblée a recommandé au Comité des Ministres d'examiner la question de la réinstallation et de la relocalisation, et de réfléchir à la manière d'aider la Grèce ou d'autres pays à venir à bout de leurs arriérés de demandes d'asile, en tenant compte des compétences spécialisées du Conseil de l'Europe en matière d'administration de la justice.
Source de l'article News Press

Aucun commentaire: