Translate

vendredi 11 janvier 2013

Une «Arabe Académie» voit le jour à Liège


Un programme d’apprentissage express de la langue et de la culture arabe est mis sur pied à Liège. Cette «Arabe Académie» s’adresse aux étudiants et au monde économique désireux de développer des relations commerciales avec le monde arabe.

On n’y croisera pas de caméras, ni de chanteurs et de chorégraphes, mais une «Arabe Académie» vient bel et bien d’être créée à Liège. Il s’agit en fait de programme de cours sur la langue, les habitudes et les aspects de la culture arabe au sens large, développé par un partenariat entre l’ULg, la CIWB (Cité internationale Wallonie-Bruxelles), l’Awex (Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers) et WBI (Wallonie-Bruxelles International).

«Nous nous adressons à la fois au monde de l’entreprise qui a envie de renforcer ses relations avec le monde arabe et aux étudiants qui ont au moins un diplôme de baccalauréat», précise Sylvain Haverland, chargé de projet à la CIWB. Les cours à proprement parler débuteront le 4 février pour les étudiants (deux cours de 1h30 par semaine) et le 8 février pour les entreprises (un cours de 2h30 par semaine), le tout pendant une vingtaine de semaines.

«Nous n’avons pas pour objectif de former des philologues», poursuit Sylvain Haverland. «Le but est de donner les bases de la langue arabe, de la culture et de la société en général pour favoriser les contacts.» Parce que la réalité économique actuelle incite forcément à s’intéresser au monde arabe au sens large. «Il y a là un potentiel très important pour nos entreprises et il est sans doute sous-exploité.»

Connaître la langue de son interlocuteur, c’est déjà un bon point

Ce type de formation constitue bel et bien une première pour la CIWB «et il y a de fortes chances pour que cela reste le seul. La culture arabe est un peu décriée dans notre société. Nous trouvions intéressant de permettre aux gens d’en faire connaissance», tout en arrivant à se débrouiller dans un contexte professionnel.

«Montrer à son interlocuteur que l’on maîtrise un peu sa langue, que l’on s’y est intéressé, c’est déjà un bon point. Il est fini le temps où on débarquait avec sa valise de billets et on faisait affaire», explique Sylvain Haverland. Selon ce dernier, de nombreux professionnels et étudiants se sont déjà montrés intéressés par ce programme, percevant les perspectives qu’il pouvait dégager.

Les cours seront donnés à l’ULg, au sein de la Faculté des langues orientales. Des séances d’information à destination des étudiants seront organisées les 23 et 24 janvier.

Les informations sur www.ciwb.be
Source de l’article Lavenir

Aucun commentaire: