Translate

jeudi 11 février 2016

Regard interdisciplinaire sur les musulmans d’Europe

« Dans un contexte européen marqué par une crise à la fois économique et identitaire, les musulmans d’Europe se voient devenir des épouvantails, voire des têtes de Turcs. » 

151216_muslims.jpgC’est en ces termes que Bichara Khader, fondateur du Centre d’Études et de Recherches sur le Monde Arabe Contemporain (Université catholique de Louvain) exprimait son inquiétude à propos de la stigmatisation dont pâtissent, à ses yeux, les musulmans européens. 

Il est très significatif – déclarait-il – que l’estimation que font les citoyens européens du nombre de musulmans existant dans leurs pays soit bien supérieure à la réalité. Dans une enquête de 2014, les Français croyaient que les musulmans constituaient 30 % de la population française alors que leur nombre n’atteint pas les 9 % ; les Allemands, quant à eux, situaient le même chiffre à 20 % de la population quand le taux réel n’atteint pas les 5 %.

À l’ouverture du séminaire international « Musulmans d’Europe », Khader a voulu dissocier islam et violence. Il a déclaré que la violence fondée sur des motifs religieux existe dans toutes les religions et il a demandé à ce que l’on se concentre davantage sur les causes socio-économiques pour expliquer la radicalisation des jeunes Européens comme les responsables des attentats du 13 novembre à Paris.

Les questions signalées par B. Khader et bien d’autres, comme la participation à la vie publique des musulmans d’Europe, les cadres juridiques, les rapports à la religion et à la communauté ou l’islamophobie, ont été débattues par plus de 30 experts, issus de diverses universités ou établissements de France, Suisse, Espagne, Belgique, Italie, Royaume-Uni, Danemark et Allemagne, au cours du séminaire organisé par l’IEMed à Barcelone, les 15 et 16 décembre 2015. 

C’est dans ce cadre que des analyses et des débats ont été menés sur les thèmes suivants (entre autres) : comment désamorcer l’usage que l’État Islamique fait du Coran et de la religion pour radicaliser les jeunes Européens ; comment les attentats de Paris ont-ils modifié l’approche des gouvernements envers la pratique religieuse de l’islam et envers les communautés musulmanes ; que distingue/en quoi se différencient les jeunes musulmans de France, Grande-Bretagne, Italie et Espagne ; quel est le degré de reconnaissance de la diversité religieuse en Europe, sur le papier (les constitutions) mais aussi dans la pratique ; racines et état actuel de l’islamophobie en Europe ; comment combattre la radicalisation des jeunes en France et au Royaume Uni.


Interventions au séminaire

 

Source de l'article IEMed

Aucun commentaire: