Translate

mardi 6 juin 2017

Le Conseil de l'Europe approuve la demande d'adhésion de la Tunisie à la Convention de Lanzarote

CHILD VIOLENCE

Le ministre des Affaires étrangères khemaies Jhinaoui a reçu vendredi le Président du Comité de Lanzarote, Claude Janizzi qui lui a fait part de l’approbation par le Conseil des ministres du Conseil de l’Europe, de la demande d’adhésion de la Tunisie à la Convention de Lanzarote pour la lutte contre l’exploitation et les abus sexuels à l’égard des enfants.

Le Comité de Lanzarote (Comité des Parties à la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels) est l’organe établi pour veiller à l’application effective de la Convention de Lanzarote par les Parties.

Cité dans un communiqué du département des Affaires étrangères, M. Janizzi s’est félicité de la qualité des travaux et des débats de la Conférence organisée dans ce cadre, les 4 et 5 mai 2017 à Tunis, sous l’égide des ministères des Affaires de la Femme, de la famille et de l’Enfance, de la Justice et des Affaires étrangères.

De son côté, Khemaies Jhinaoui a donné un aperçu de l’expérience de la Tunisie en matière de protection de l’enfance et son adhésion aux Conventions internationales des Nations unies en la matière.

Il a rendu hommage à l’engagement du Conseil de l’Europe en faveur de la transition démocratique en Tunisie depuis l’ouverture de son bureau à Tunis en 2011, exprimant le souhait de la Tunisie de continuer à bénéficier de l’expertise des institutions du Conseil de l’Europe telles que la Commission de Venise, le GRECO (Groupe d’Etats contre la Corruption) et la CEPEJ (Commission européenne pour l’efficacité de la justice).

Le but est de renforcer l’Etat de droit et de mettre à niveau l’arsenal juridique national conformément aux normes internationales en matière des droits de l’Homme, de lutte contre la corruption, d’efficacité de la justice, de libertés publiques et de perfectionnement des journalistes via notamment les instances nationales constitutionnelles et autres, telles que l’INLUCC, le Conseil Supérieur de la Magistrature, la HAICA, et les organisations de la société civile, souligne la même source.

Rappelant ses entretiens avec le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Thobjorn Jagland, en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies, en Octobre 2016, Jhinaoui a annoncé sa prochaine visite en Tunisie, au cours du 2ème semestre 2017.

Il a réitéré le souhait de la Tunisie d’accéder au statut d’observateur au sein de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe eu égard à son engagement démocratique, estimant que le statut de partenaire pour la démocratie est en deçà des ambitions du processus démocratique tunisien. L’entretien s’est déroulé en présence du chef du bureau du Conseil de l’Europe à Tunis, William Massolin.

Source de l'article Huffpostmaghreb

Aucun commentaire: