Translate

mercredi 27 janvier 2016

99 000 opérateurs algériens sont établis en Europe

L’Europe compte aujourd’hui plus de 99 000 chefs d’entreprises algériens, dont la majorité est établie en France, selon une étude récente publiée par l’Institut national de la statistique et des études économique français (Insee).

25.000 médecins exerçant en France sont des Algériens.
En effet, l’Algérie a connu depuis les années 90 une véritable saignée de ses plus valeureux cadres et opérateurs. Ce qui a causé ralentissement de son développement économique. Aujourd’hui, le phénomène est quantitatif. En avril 2015, les experts et sociologues algériens ont évalué le coût de cette fuite sur l’économie algérienne à plus de 100 milliards de dollars. Un chiffre loin d’être exhaustif, étant donné que l’exode massif des cadres ne s’est pas arrêté.

Le rapport classe la France en tête des pays où les Algériens, notamment, les investisseurs se sont implantés et contribuent au développement économique de l’Hexagone et d’autres pays européens. De plus l’institut français a recensé au minimum 3000 chercheurs et scientifiques algériens spécialisés dans le domaine des nouvelles technologies établis au Etats-Unis. Ces dernières années, les compétences algériennes se sont orientées vers de nouvelles destinations, à savoir, le Canada, l’Australie, le Japon, la Chine et les pays du Golf, en quête de nouvelles opportunités de travail et de réussite.

Cette fuite est expliquée par certains experts par le manque de considération envers ces cadres, l’absence de moyens et de conditions adéquates leur permettant d’évoluer dans les différents domaines, notamment, scientifiques. D’ailleurs, selon ce rapport, plusieurs chefs d’entreprises algériens établis à l’étrangers sont prêts à revenir investir dans leur pays, mais à des conditions précises. 

Depuis quelques années, plusieurs chefs d’entreprises algériens établis à l’étranger tentent de revenir sur le marché algérien en vue d’investir et nouer des partenariats avec des entreprises nationales. Les temps sont difficiles à l’étranger, ce qui les incite à chercher d’autres opportunités en retournant au bercail où plusieurs avantages fiscaux et économiques leur sont concédés. Un début pour les encourager à revenir et participer à la relance du pays.

Source de l'article Leconews

Aucun commentaire: