Translate

dimanche 24 janvier 2016

Toutes les lumières de la Méditerranée, dans un parcours en cinq étapes

Depuis hier et jusqu'au 10 février, Photomed Liban présente les œuvres de photographes internationaux et libanais qui racontent la Méditerranée, avec l'Espagne à l'honneur.

Au cours de la conférence de presse de Photomed 2016.
Photo Michel Sayegh
La photographie s'impose, d'année en année, comme un art majeur sur la scène artistique libanaise. 

Parmi les événements qui ont contribué à lui (re)dorer son blason, figure sans aucun doute le festival Photomed Liban. Un festival qui s'affirme, cette année encore plus, et qui dresse un pont artistique entre les pays de la mare nostrum, à travers les œuvres typiques de passeurs d'images au talent confirmé ou d'autres en devenir.

Le la de sa 3e édition, qui met l'Espagne à l'honneur, a été donné hier lors d'une conférence de presse tenue hier à l'hôtel Le Gray par l'équipe organisatrice : Philippe Heullant, président ; Serge Akl, vice-président et directeur de l'Office du tourisme du Liban à Paris ; Tony el-Hage, trésorier, et Guillaume de Sardes, directeur artistique, en présence du ministre de la Culture Raymond Araiji, de la directrice générale du ministère du Tourisme Nada Sardouk, représentant le ministre Michel Pharaon ; de Manuel Durán, chargé de mission à l'ambassade d'Espagne; de Marcello Mori, ministre conseiller auprès de la Délégation de l'Union européenne; de Denis Louche, directeur de l'Institut français du Liban ; d'Eduardo Crisafulli, attaché culturel de l'ambassade d'Italie ; de Nada Tawil, directrice du département de Communication du groupe Byblos Bank, et de Mounir Douaidy, directeur général de Solidere.
À signaler que l'événement, placé sous le patronage du ministre du Tourisme Michel Pharaon, est coorganisé par l'Office du tourisme du Liban à Paris en partenariat avec la Byblos Bank.

Itinéraire des expos

– La photographe libanaise Elsie Haddad, prix UE Photomed 2015, présente Bogota à l'hôtel Le Gray. Des prises de vue d'un hôtel mythique, le Bogota, avant qu'il ne soit racheté pour être transformé en un immeuble de bureaux.
– Au Beirut Exhibition Center (BEC), sont présentés les photographes espagnols, italiens et français de renommée internationale : Toni Catany et Le Cabinet des ombres ; Alvaro Sanchez-Montanes et Unprepared and unsorted ; Luis Vioque et Un voyage imaginaire ; Alessandro Puccinelli avec J'ai traversé les sept mers ; Angelo Antolino et Les Femmes de la Camorra ; Antoine D'Agata avec Home Town, et la collection du célèbre acteur Gabino Diego, Les Femmes et les enfants d'abord.
L'objectif de Photomed étant de promouvoir la photographie méditerranéenne et par là, la mise en avant de la photographie libanaise, cette édition met à l'honneur les galeries locales, qui ont « depuis longtemps entrepris un travail soutenu et de longue haleine pour la sensibilisation et la promotion de la photographie », notent les organisateurs. Les galeries présentent donc les photographes libanais qu'elles défendent. Parmi elles : la Galerie Tanit, avec Gilbert Hage et Lamia Maria Abillama ; la Galerie Janine Rubeiz, avec Lara Tabet et Myriam Boulos ; la Galerie Art Factum, avec Caroline Tabet et Tanya Traboulsi ; la Galerie Agial, avec Waddah Faris et Hady Sy, et la Galerie Alice Mogabgab avec Tony Hage.
– Au siège central de la Byblos Bank, un hommage est dédié au grand photographe français Édouard Boubat dans l'exposition Mediterraneo.
- À l'Institut français de Beyrouth, Emma Grosbois présente Ceux qui nous regardent et Arno Brignon Free doors to Spain: Gibraltar.
– À Station, Randa Mirza présente Beirutopia et Karim Sakr, 1er prix Photomed 2015, son Beirut Street Photography.
L'art vidéo n'est pas en reste. Ainsi, Expressions méditerranéennes. De la poésie à l'engagement présente le travail vidéo d'artistes méditerranéens dont Ange Leccia (Orage), Béatrice Pediconi (Sans titre), Louidgi Beltrame (Brasilia/Chandigarh), et Danielle Arbid (This smell of sex).

Ce qu'ils ont dit...

– Le ministre de la Culture Raymond Araiji : « La photographie est l'impression instantanée de la vie, la vie qui déambule dans nos rues, visite nos maisons, s'arrête dans nos regards et s'épanouit dans nos cœurs. » Et d'insister sur le fait que « le ministère de la Culture, éternel soutien de tout ce qui vise à promouvoir la valorisation culturelle, de tous ceux qui encouragent à l'expression d'une citoyenneté partagée ainsi que d'un dialogue avec l'art renouvelé, sera toujours le partenaire de Photomed Liban. » Il a tenu également à féliciter les différentes galeries libanaises, « mises à l'honneur à travers cet événement d'échanges et de dialogue interculturel, invitées à jouer pleinement leur rôle dans la promotion de cet art et de faire ainsi acte de résistance culturelle face aux forces obscures qui sévissent et qui craignent plus que tout le regard et la beauté ».
– Philippe Heullant, président de Photomed : « Je souhaite que le festival contribue à construire un discours positif dans la région méditerranéenne. Le dialogue interculturel, à travers la photographie, peut certainement permettre de garder des valeurs communes contre l'intolérance. »
– Serge Akl, vice-président de Photomed et directeur de l'Office du tourisme du Liban à Paris : « Le festival a aussi pris ses marques et a bâti son identité d'année en année. L'enthousiasme des partenaires d'un côté et celui des photographes de l'autre grandit au fur et à mesure, et en devenant de plus en plus exigeants dans la qualité, ils contribuent à refléter une image positive du Liban dans son visage culturel et artistique.
Avec aussi un intérêt croissant du public à l'égard de la photographie, notre hommage au travail des galeries libanaises cette année contribuera, nous l'espérons, à aiguiser cet intérêt ! »
– Nada Tawil, directrice du département de communication du groupe Byblos Bank : « La Byblos Bank a l'honneur d'accueillir la première exposition du photographe humaniste français, Édouard Boubat, au Liban. Les travaux de Boubat ont été exposés à travers le monde ; il est considéré comme l'un des photographes artistiques les plus influents de son temps. Nous sommes fiers d'accorder aux amateurs et aux professionnels de la photographie au Liban la chance de voir et d'apprécier ses photographies qui seront exposées au siège central de la banque. Nous espérons que cette expérience va inspirer et aider les photographes libanais à enrichir leurs compétences. »
– Marcello Mori, ministre conseiller et chef de la section développement durable auprès de la Délégation de l'Union européenne : « Le Liban offre à ses créateurs un espace de liberté remarquable, où toutes les sensibilités peuvent s'exprimer dans le respect des autres... À l'heure des incertitudes, des courants migratoires sans précédent venant de cette région vers l'Europe, il est important de contribuer au rapprochement des peuples à travers la culture et le dialogue.
C'est la raison pour laquelle la Délégation de l'Union européenne a décidé de s'associer au festival Photomed. Et de parrainer un prix, créé l'année dernière et attribué à des artistes qui ont su capter ce dialogue interméditerranéen. Elsie Haddad, la lauréate de 2015, expose donc ses œuvres cette année »

---

Hommage à Leila Alaoui

Un vibrant hommage a été rendu à la photographe Leila Alaoui, décédée suite à l'attentat perpétré au Burkina Faso où elle était en mission pour Amnesty International. Leila Alaoui, d'origine Franco-Marocaine avait choisi de vivre au Liban pour contribuer positivement à cette effervescence artistique et culturelle que connait le pays. Elle faisait partie de la famille de Photomed. A travers ses œuvres, elle cherchait à montrer la beauté des peuples, et à les rapprocher, ainsi qu'à perpétuer les traditions, mais surtout montrer l'humain. « Elle est tombée sous les coups de la barbarie, a indiqué le ministre Arayji, cependant son talent et sa passion survivront éternellement dans son travail et nargueront ses assassins qui eux disparaitront misérablement dans la poussière de l'Histoire ».
Une minute de silence a été observée.
---

Les Libanaises coup de cœur

1- Randa Mirza
« Beirut is back and it is beautiful », série Beirutopia.

2- Myriam Boulos
« C'est dimanche à Monnot », 2015 (Galerie Janine Rubeiz)

3- Lamia Maria Abillama
« Diane » (Galerie Tanit).

Le top 3 – à ne pas manquer – de la rédaction

1- Édouard Boubat
« Louxor », 1955.

2- Antoine D'Agata
La série « Home Town ».

3- Alvaro Sanchez-Montanes.
« Salta ».

Lecture de portfolios

Au programme de cette 3e édition, des lectures de portfolios, ouverts aux amateurs de photographie, auront lieu le vendredi 22 et le samedi 23 janvier de 10h30 à 12h30 au siège central de la Byblos Bank.
Les candidats qui souhaitent avoir leur portfolio évalué par un jury d'experts et bénéficier de conseils doivent visiter le site web : http://www.photomedliban.com pour remplir les informations nécessaires et prendre rendez-vous.
Le jury d'experts est constitué de Philippe Heullant, Philippe Sérénon, directeur de l'agence de photo Vu et cofondateur de Photomed, Guillaume de Sardes, et Teixido Braulio, galeriste.
Le prix de l'Union européenne sera décerné au gagnant du meilleur portfolio qui bénéficiera de la publication d'un livre de photos et d'une exposition à l'hôtel Le Gray.

Ateliers de photographie

Au programme de Photomed 2016, des ateliers de photographie organisés par les artistes participant à cette édition, en collaboration avec Canon.
• Portrait, avec Pierre Anthony Allard, le lundi 25 janvier de 10h à 12h et de 14h à 17h, à l'Alba.
• Mémoire urbaine, avec Caroline Tabet, le lundi 1er février de 14h à 16h, à Station.
• Architecture de la ville, avec Serge Najjar, le samedi 6 février de 14h à 17h, à l'Alba.
Toutes les expositions sont ouvertes au public jusqu'au mercredi 10 février 2016. Les jours et horaires d'ouverture sont disponibles surwww.photomedliban.com

Source de l'article l'Orient le Jour

Aucun commentaire: