Translate

dimanche 24 janvier 2016

Redistribution des cartes de l'activité cimentière en Méditerranée

La consommation de ciment est un bon indicateur de la santé d’un pays et de son niveau de développement car, liée à l’évolution du marché de la construction, elle est fortement corrélée à la croissance des populations et de leur richesse. 

Redistribution des cartes de l'activité cimentière en MéditerranéeLa production de ciment est difficile à ajuster à la demande en temps réel. Ainsi, un surplus de production entrainera une augmentation des exportations pour conserver le tissu industriel d’un pays. Cette situation a été vécue par les pays d’Europe du Sud (Grèce, Espagne, Portugal, Italie) depuis 2008. A l’inverse, un déficit de production face au fort besoin d’un marché sera couvert, à court terme, par l’importation, avant la mise en route de nouvelles usines. C’est le cas notamment en Algérie, marché en croissance fortement importateur car de nouvelles cimenteries tardent à voir le jour. 

De ces déséquilibres naissent les échanges internationaux de ciment. La Méditerranée y occupe un rôle clé. La situation économique des pays riverains a donc des répercussions importantes sur le trading du ciment, au niveau mondial. Panorama rapide des changements observés en 2015.

Reprise timide des marchés d’Europe du Sud

Plus touchés par la crise économique que les autres pays de l’UE-28, les pays d’Europe du Sud, tels la Grèce, l’Espagne ou le Portugal ont fortement diminué leur consommation de ciment depuis 2008. La demande espagnole, par exemple, a chuté de 75% passant de 42,7 millions de tonnes (Mt) en 2008 à 10,78 Mt fin 2014. Au cours de la même période, sa capacité de production a atteint 51,5 Mt par an, soit un surplus considérable, avec pour conséquence la mise en sommeil ou fermeture de plusieurs usines. L’exportation s’est alors imposée comme la solution pour limiter la casse. Entre 2012 et 2014, les cimentiers espagnols ont accru leurs ventes à l’étranger de 40%, passant de 6 à 8,5 Mt exportées à fin 2014. Une situation similaire a été enregistrée par la Grèce et le Portugal et, dans une moindre mesure, l’Italie. 

Depuis 2014, on note une légère reprise dans la majorité des pays de l’UE-28 avec un taux de croissance moyen qui devrait s’établir à 1.8% en 2015 et 2% pour les deux prochaines années. Cela s’est traduit dans les pays d’Europe du Sud par une légère hausse de la demande intérieure de ciment et un ralentissement des exportations. A fin juin 2015, la Grèce, l’Espagne et le Portugal affichaient respectivement des baisses de 14%, 9%, et 6% de leurs exportations. 

La situation reste toutefois fragile et conditionnée au maintien des cours du pétrole bas et d’un euro faible, facteurs favorables aux économies européennes. Le ralentissement de la croissance dans les pays émergents (notamment en Chine) pourrait toutefois précariser cette timide reprise.

Méditerranée orientale affectée par les conflits régionaux

En Turquie, principal pays exportateur de Méditerranée, les exportations de ciment chutent depuis 2012, passant de 12,5 Mt à 9,9 Mt en 2014. Ceci s’explique par la bonne tenue du marché domestique mais surtout la diminution des échanges vers ses partenaires commerciaux régionaux habituels, en conflit (Syrie, Irak, Libye), en crise (Europe du Sud) ou sous le coup de mesures protectionnistes (Russie). 

En 2015, .... Lire la suite Econostruminfo

Par Sylvie Doutres, cogérante de DSG Consultants - Source de l'article Econostruminfo

Aucun commentaire: