Translate

dimanche 2 octobre 2016

La FAO au chevet des oasis maghrébines

En Afrique du Nord, la superficie des oasis est estimée à environ 350.000 ha. Elles représentent un creuset de vie pour les populations locales qui y puisent leurs ressources. 

Oasis Tunisie L'Economiste Maghrébin

Consciente de leur valeur économique et sociale ainsi que de leur contribution à la sécurité alimentaire des communautés oasiennes et la conservation des ressources génétiques, la FAO accorde une importance primordiale aux écosystèmes oasiens.

C’est dans ce cadre que le Bureau Sous Régional de la FAO pour l’Afrique du Nord a lancé un nouveau projet régional sur la « Gestion adaptative et surveillance des systèmes oasiens au Maghreb : Maroc, Mauritanie et Tunisie ».

Six sites de référence ont été identifiés pour le développement durable des oasis en Afrique du Nord.

Ce projet cofinancé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) a démarré en présence des partenaires institutionnels gouvernementaux, des partenaires du projets dont le Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis (RADDO) , le Centre d’Actions et de Réalisations Internationales (CARI) ainsi que les différents partenaires chargés de l’exécution du projet à savoir Centre Régional de Recherche Agricole Oasiens (CRRAO) en Tunisie, l’ANDZOA au Maroc, le Ministère de l’Agriculture en Mauritanie.

Lamourdia Thiombiano, Coordinateur du Bureau Sous Régional de la FAO pour l’Afrique du Nord a souligné « l’aspect innovant de ce projet qui sera le premier du genre à adopter une approche intégrée pour harmoniser et normaliser les paramètres et les méthodes de suivi et de gestion des ressources naturelles des écosystèmes oasiens du Maghreb et la création d’une base de données géo référencées régionale. Il sera également le premier à tenter de développer des outils pratiques d’aide à la décision pour les utilisateurs oasiens. Concrètement, ce projet se chargera de renforcer les capacités des parties prenantes locales, à identifier, partager et utiliser les connaissances pertinentes en matière de gestion et de suivi des oasis pour mieux les adapter au contexte et aux besoins des populations oasiennes.

Les travaux de l’atelier se focalisent sur les grandes lignes porteuses afin de développer des approches et méthodologies renforçant les synergies en matière de classification, de cartographies numérisées des oasis dans les pays de l’Afrique du Nord. Les critères de classifications identifiés permettent de distinguer les valeurs patrimoniales, civilisationnelles voire culturelles des écosystèmes oasiens. Il a été par ailleurs souligné d’aller au-delà de certains leitmotivs et réfléchir à la valeur ajoutée économique de ces systèmes d’exploitations et de leur apport au niveau du PIB des pays.

A cet effet, la FAO à travers son Bureau sous-régional pour l’Afrique du Nord ambitionne de se positionner en Centre d’Excellence. Pour ce faire, l’Organisation appuiera les pays à travers les trois Initiatives Régionales qui se rapportent à la pénurie de l’Eau, la petite agriculture et le renforcement de la résilience. La FAO renforcera et développera les partenariats et les collaborations nécessaires aux plans nationaux, sous-régionaux pour une meilleure synergie au profit de la gestion durable des écosystèmes oasiens.

Tenant avantage de ce projet, M. Lamourdia Thiombiano a souligné la perspective sous-régionale du potentiel et de l’état des oasis au niveau du Maghreb et confirmé l’appui de la FAO pour le développement d’une base de données qui facilitera les échanges de savoirs, savoir-faire et tout type d’informations entre les pays dans le cadre du Système Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondiale (SIPAM).

Source de l'article l’Économiste maghrébin

Aucun commentaire: