Translate

dimanche 22 juillet 2018

Le Fonds européen pour la démocratie soutient les derniers reporters d’Alep : ils risquent leur vie pour la vérité

Journalist Kareem Abeed, Aleppo, Syria

Kareem Abeed est passé du statut d’ingénieur diplômé à celui de journaliste citoyen, documentant les atrocités de la guerre et le travail des organisations humanitaires locales pendant le siège d’Alep avec une équipe de collègues partageant la même vision. 

L’histoire exceptionnelle de Kareem Abeed et du Centre des médias d’Alep a commencé lorsque la guerre en Syrie a éclaté.

« Je n’avais rien à voir avec les médias », explique Kareem. « Mais au fond de moi, j’ai toujours été amoureux du journalisme. Quand la révolution a commencé, je me suis retrouvé là. »

Lorsqu’en 2013, Alep a échappé au contrôle du régime, Kareem a cofondé le Centre des médias d’Alep (Aleppo Media Centre – AMC) avec des journalistes citoyens partageant les mêmes idées. À partir de là, l’AMC est devenu un média primé qui coopère régulièrement avec les principaux médias internationaux tels que l’AFP, Reuters et la BBC. L’AMC a été l’un des rares fournisseurs d’informations à opérer dans la ville d’Alep jusqu’à la chute d’Alep-Est en décembre 2016.

Pendant trois ans de reportage dans la ville bombardée d’Alep, Kareem et ses collègues ont vécu des moments de grand désespoir, témoins de la mort d’amis, de la surdité de la communauté internationale face à leurs images fortes, et le sentiment d’être déchiré entre le sens de la mission et l’émotion très humaine de la peur.

« Chaque nuit que vous passez à Alep, vous vous demandez si vous allez vous réveiller le lendemain matin. Il y a des bombardements partout. Dès que vous ouvrez les yeux en réalisant que vous êtes encore en vie, vous allez travailler pour la Syrie. Pour la vérité ».

En mai 2016, alors que le siège d’Alep-Est par les forces du régime syrien était imminent, le FEDEM a fourni à l’AMC un soutien d’urgence pour l’aider à rester sur le terrain. Comme le média dépendait d’un approvisionnement en énergie qui serait coupé en cas de siège, le collectif a utilisé la subvention du FEDEM pour obtenir de l’équipement solaire afin de leur permettre de poursuivre leur travail. 

« Cela nous a beaucoup aidés lorsque tous les autres bureaux de presse étaient fermés, endommagés ou n’avaient pas la capacité de travailler. Mais l’AMC a continué jusqu’au dernier souffle. Nous avons réalisé la plupart du tournage de ’Last Men of Aleppo’ en utilisant les panneaux solaires achetés avec la subvention du FEDEM. »

« Last Men of Aleppo » est un film qui a attiré l’attention du monde entier avec une nomination aux Oscars pour le meilleur documentaire de 2017. Le film est un témoignage historique qui suit la lutte quotidienne des Casques blancs, un groupe de volontaires de la défense civile qui secourent les victimes des bombardements d’Alep.

Pour en savoir plus
Fonds européen pour la démocratie – Site internet

Également disponible en

Aucun commentaire: