Translate

mardi 15 juillet 2014

Bruxelles s'inquiète de la surpêche en Méditerranée

Les merlus, rougets ou anchois risquent de disparaître de Méditerranée si un effort supplémentaire n'y est pas livré contre la surpêche, a mis en garde jeudi la Commission européenne.

Bruxelles s'inquiète de la surpêche en MéditerranéeLa Méditerranée et la mer Noire sont deux zones à risque: toutes les espèces profondes et un tiers des poissons de surface y sont menacés de disparition.

Présentant l'évaluation de Bruxelles sur l'état des stocks de poisson dans l'UE, en préalable à la fixation des quotas, la commissaire à la Pêche, la Grecque Maria Damanaki, a exprimé sa «vive inquiétude de voir la situation se détériorer à ce point en Méditerranée», qui est «largement surexploitée».

Elle a appelé les Etats à se mobiliser dans un «combat de longue haleine» et à livrer «des efforts considérables» pour sauvegarder «pour les générations futures» les ressources halieutiques méditerranéennes.

Etats défaillants

La tâche s'annonce difficile, au vu des défaillances traditionnelles des Etats de la région à réguler les activités de pêche, alors que la plupart des poissons et crustacés se concentrent dans la bande côtière.

Au moins 96% des stocks de fond, notamment rougets, merlus, ou crevettes sur lesquelles les scientifiques disposent de données sont du coup surexploités, tandis que la surpêche frappe plus de 70% des stocks pélagiques, comme ceux de sardines ou anchois, selon la Commission.

Seule consolation, la connaissance a progressé pour cette mer, avec désormais des données sur une centaine de stocks, contre moins de trente en 2007.

Avancées sur l'Atlantique du Nord-Est

La Commission s'est par contre prévalue d'avancées contre la surpêche en Atlantique du Nord-Est, y compris les mers Baltique et du Nord. Elle a relevé qu'alors que 30 stocks sur 35 évalués y étaient surexploités en 2009, ils n'étaient plus que 19 sur 46 évalués en 2014.

Mais entre 2013 et 2014, alors même que l'UE adoptait une nouvelle politique commune de la pêche centrée sur la sauvegarde des poissons, la proportion des stocks surpêchés est passée de 39% à 41%, a pointé la Fondation de protection de l'environnement Pew.

«Les Etats membres sont en train d'essayer de détricoter» la nouvelle politique, et notamment l'une de ses mesures phares, l'interdiction des rejets en mer, qui doit commencer à entrer en vigueur en 2015, a mis en garde un de ses responsables, Stephan Beaucher. Il a appelé l'exécutif bruxellois à ne pas baisser la garde.

Source de l'article La Tribune de Genève 

Aucun commentaire: