Translate

vendredi 11 juillet 2014

Université Euromed: La fabrique à élites lancée en 2015

  • Contenus spécialisés, formation transversale, INSA… le détail de la formation 
  • Une initiative estampillée par 43 Etats membres de l’UpM 
  • Les profils de l’Université rompus à la R&D et R&T
Énorme projet que celui de l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF), labellisée par l’Union pour la Méditerranée (Up M) avec le soutien unanime des 43 Etats membres de l’UpM.

Installée dans un premier temps dans le parc Fès Shore, sur une superficie de 1.200 m2, l’université sera construite sur un terrain de 30 ha, situé à l’entrée de la ville, du côté de la route de Meknès. En attendant les résultats du concours d’architecte qui seront rendus publics vers fin juin, l’UEMF multiplie ses partenariats avec des prestigieuses universités comme Oxford ou encore des groupes internationaux à l’instar de Safran dont la convention a été signée le 13 juin dernier. «Notre vision est basée sur l’union par la coopération et le partage du savoir et du patrimoine.

Notre ambition est l’excellence par l’innovation», résume Mustapha Bousmina, président de l’université qui ouvrira ses portes en 2015. Celle-ci est constituée de deux pôles: Sciences humaines et sociales (SHS), Génie, et d’un centre de recherche Euromed multi et interdisciplinaire. Le Pôle SHS est constitué d’une faculté SHS, d’un Institut d’études en sciences juridiques, politiques et relations internationales, et d’un institut d’études en sciences économiques et management. Le Pôle Génie est constitué d’un centre de classes préparatoires, d’une École d’ingénieur, et d’une École d’architecture. Les Pôles Génie (70%) et Sciences humaines et sociales (30%) de l’UEMF offriront des formations diplômantes (Bachelor, Master, Ingénieur, et Ph.D.) accréditées par l’Etat marocain et des doubles diplômes des universités et institutions partenaires.

En plus de la filière de choix, l’université dote ses lauréats d’un profil basé sur cinq piliers à savoir : la maîtrise de deux langues étrangères en plus de la langue maternelle, sachant que les premières langues de l’Université sont l’anglais, le français, l’arabe et l’espagnol. Elle offre aussi des cours pour toutes les formations et à tous les cycles de l’histoire, civilisations et patrimoine euro-méditerranéens, une forte utilisation des technologies de l’information et de communication et l’utilisation des MOOC (Massive Open On-line Courses), des cours à tous les cycles de l’entrepreneuriat offerts par des professeurs de l’UEMF et des experts des milieux socio-économiques, et enfin une mobilité régionale avec des séjours de 12 à 16 mois dans les universités étrangères partenaires. 
Selon Bousmina, «l’UEMF offrira des bourses d’études aux meilleurs étudiants issus de milieux modestes (20% des étudiants en régime de croisière) ainsi que des bourses attrayantes et compétitives pour des doctorants et des chercheurs postdoctoraux». Elle disposera, par ailleurs, d’un Centre de valorisation, de transfert et d’insertion professionnelle (CVTIP), qui a pour rôle d’accompagner les étudiants et les enseignants-chercheurs dans leurs activités d’entrepreneuriat, d’innovation et de valorisation.

S’agissant du cursus, les premières formations en Pôle Génie seront en Master en énergies renouvelables et Efficacité énergétique et Master en Génie environnemental. Démarrera ensuite l’institut Euro-méditerranéen de Technologie: INSA euromed. Il s’agit d’une composante dérogatoire de l’UEMF créée en collaboration avec le Groupe INSA de France avec l’implication d’un consortium italien, espagnol et portugais et délivrant des formations d’ingénieur. Les diplômes d’ingénieur délivrés seront accrédités à la fois par la commission des titres d’ingénieurs en France et par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Formation des cadres. Concrètement, les deux Pôles de l’UEMF «SHS» et «Génie» ouvriront officiellement leurs portes aux bacheliers en septembre 2015. L’évolution des effectifs d’étudiants dans les deux pôles devra atteindre en régime de croisière un total de 6.000 étudiants.

D’autre part, la première plateforme technologique de l’Université euro-méditerranéenne de Fès est opérationnelle depuis le mois de mars 2014. Destinée prioritairement aux travaux de recherche engagés par l’université, dans le cadre de ses conventions de coopération académiques ou industrielles, elle est équipée notamment des moyens d’analyse très pointus. La plateforme est parfaitement adaptée à la vocation de recherche de l’UEMF, se situant à l’interface de la chimie, de la biologie, de la physique et de la science et l’ingénierie des matériaux, avec comme objectif prioritaire le développement de projets de R&D et R&T d’intérêt pour le Maroc et la région euro-méditerranéenne. Ses étudiants vont acquérir des connaissances et des techniques d’analyse avancées dans les domaines enseignés. En plus des contenus spécialisés, des modules de formation transversale en relation avec l’entrepreneuriat, les TIC, les langues et le patrimoine et civilisations euro-méditerranéennes, constituent un complément essentiel définissant le profil UEMF.

INSA euro-méditerranéen

Un premier partenariat entre l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF) et le Groupe INSA France avec l’implication d’un consortium italien, espagnol et portugais a permis de créer et de développer conjointement un nouvel établissement intitulé «INSA euro-méditerranéen» dédié à la formation d’ingénieurs, à la recherche et à sa valorisation et à l’innovation.
Ce partenariat entre dans le cadre de la convention signée le 3 avril 2013, entre les deux ministres de l’Enseignement supérieur de la France et du Maroc. Cette grande école comprendra à son démarrage, un cycle préparatoire intégré (1re et 2e années) et trois filières de formation d’ingénieur (3e, 4e et 5e années): Génie mécanique, énergétique et industriel, Génie électrique, électrotechnique, et systèmes embarqués, et Génie informatique, Réseaux, Mathématiques et Modélisation. Les étudiants de l’INSA euro-méditerranéen seront en mobilité (notamment pendant toute la 3e année dans les établissements membres du consortium). Le total estimé des diplômés de l’école atteindra, en régime de croisière, 600 lauréats par an dont 400 ingénieurs, 150 diplômés du cycle de masters et 50 docteurs.

Carte de visite

Mostapha Bousmina vient d’être élu membre de la prestigieuse World Academy of Art and Science (WAAS). Pr. Bousmina est aussi membre de la TWAS (The World Academy of Sciences for the Advancement of Science in Developing Countries), de l’AAS (The African Academy of Sciences), président du NASAC (The Network of African Science Academies qui regroupe 21 académies des sciences du continent africain), chancelier de l’Académie Hassan II des sciences et techniques et président de l’université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF). Il agit aussi comme éditeur en Chef de World Research Chemistry Journal et éditeur associé de Recent Patents in Nanotechnology et de International Polymer Processing Journal.

Source de l'article l'Economiste

Aucun commentaire: