Translate

dimanche 19 juillet 2015

MedCOp21 - Prise de conscience méditerranéenne sur le climat ?

MedCOp21, le Forum préparatoire pour la Méditerranée de la COP21(1), ouvert avec fermeté par le président François Hollande lui-même, s’est terminé le 5 juin à Marseille sur une note d’optimisme. 

Résultat de recherche d'images pour "MedCOp21"Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a alors passé le relais au Maroc à Hakima El Haïti, ministre chargée de l’Environnement. L’optimisme vient d’un «Agenda positif méditerranéen» qui promeut l’intensification des échanges d’expériences, de la formation et de la coopération pour relever la lutte contre le changement climatique en Méditerranée. 
La délégation marocaine a joué un rôle déterminant et Tanger accueillera en 2016 la deuxième édition MEDCOP22. D’ici là une dynamique de mise en partage des expériences devrait se développer.Hakima El Haïti a demandé que l’an prochain à Tanger, lors de MEDCOP22, soit lancée des actions concrètes et datées en matière d’efficacité et de rénovation énergétique vers le renouvelable, et surtout l’amélioration de la gestion durable des ressources hydriques. 
MEDCOP21 a permis de préparer pour la Méditerranée la vingt-et-unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée «Paris 2015» du 30 novembre au 11 décembre 2015(2). «C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2 °C. 
La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus des Nations unies et au sein de l’Union européenne». C’est dans ce cadre que la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a accueilli, les 4 et 5 juin 2015, une rencontre de 500 représentants des acteurs des deux rives de la Méditerranée, société civile, entreprises et collectivités territoriales, universitaires et chercheurs, ONG… sur le thème «Ensemble défendons la Méditerranée et notre climat». MEDCOP21 a donné un avant-goût des thèmes qui seront abordés à Paris en décembre.
Ce ne fut pas un espace de négociation, mais de prise de conscience, d’entraînement et de changement de paradigme des Méditerranéens: un espace d’expérience et d’implémentation de projets. 
 Les travaux de MEDCOP21 ont été synthétisés dans un Agenda positif méditerranéen dont l’objectif principal est l’intensification des échanges d’expériences, de la formation et de la coopération multi-acteurs et multiculturel pour relever les défis du changement climatique. Le suivi sera assuré par le Maroc à Tanger en 2016: «Nous proposons, en tant qu’acteurs de terrain porteurs de bonnes pratiques et de solutions indispensables pour nos territoires, d’enrichir nos engagements d’actions concrètes, datées et programmées et dont la mise en œuvre pourra être suivie». 
Ces actions concrètes constituent l’Agenda positif des solutions comprenant 9 grands enjeux, 27 propositions de solutions concrètes et 133 bonnes pratiques.
Il s’agit d’abord d’affirmer la dimension Méditerranée comme pertinente pour la lutte contre le changement climatique. C’est l’une des régions du monde les plus touchées par les dérèglements climatiques. 


Il faudra donc renforcer les solidarités financières en accroissant l’utilisation des mécanismes déjà existant comme en créant des mécanismes innovants, produire et consommer autrement l’énergie et mobiliser les entreprises. Les risques viendront du partage de l’eau entre les usagers et les territoires et de la pollution de la mer et des milieux naturels. 
Globalement, il faudra surtout faire évoluer les comportements individuels et collectifs (comme par la généralisation des journées sans voitures ou «journées apaisées») et renforcer la solidarité entre villes et territoires. Enfin il y a l’enjeu majeur de l’éducation et de la formation.
Quant aux 27 propositions de solutions concrètes, les principales sont la création d’une plateforme de projets, la mise en place de partenariats agriculteurs/consommateurs, la création d’un méta-cluster sur le bâtiment en appuyant les normes HQE (Haute Qualité Environnementale), la création d’un pôle de formation sur les métiers de la gestion de l’eau et la montée en puissance du fonds fiduciaire pour les aires marines protégées. Finalement 133 bonnes pratiques ont été présentées par les acteurs de la société civile méditerranéenne: elles sont autant d’exemples ou d’opportunités de coopération. 
La Méditerranée a donc un rôle à jouer dans le contrôle climatique. Madame El Haïti estime que cet espace d’entraînement et de changement de paradigme où tous les Méditerranéens se concertent, sera un groupe de pression qui peut imposer demain à la Chine et aux Etats-Unis d’aller vers un accord contraignant pour réduire les effets néfastes des gaz de serre et du changement climatique.

Construire une vision commune de la Méditerranée

Une des premières solutions à engager dans le cadre de MEDCOP serait la création d’un groupe d’experts sur les changements globaux en Méditerranée. Son premier objectif est de construire la vision d’un futur commun pour mettre en synergie les efforts des deux rives. Le deuxième serait d’éclairer les décisions économiques de nos gouvernants par un processus collaboratif et participatif. L’étape de démarrage serait la publication d’un rapport de prospective régionale à l’horizon 2050 dans le prolongement de la Stratégie méditerranéenne pour le développement durable (SMDD- PNUE- Plan d’action pour la Méditerranée) dont les travaux se terminent cette année. Ce groupe serait le correspondant méditerranéen du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat créé en 1988) et de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques). Une dynamique d’identification de ces experts devrait être impulsée d’ici MEDCOP22 et une première réunion se ferait à Tanger en 2016.

Par Robert Lanquar - Source de l'article l’Économiste
---------------------------------------

(1) Conference of Parties– COP21
(2) http://www.cop21.gouv.fr/fr/cop21-cmp11/quest-ce-quune-cop

Aucun commentaire: