Translate

mardi 14 juillet 2015

Startup - Le Royaume Uni mise sur les start-ups Tech du Liban

Soutenu par le gouvernement britannique et la Banque du Liban, le UK Lebanon Tech Hub a été lancée le 30 avril 2015 à Beyrouth. Il viendra au soutien de l'investissement dans le secteur Tech régional.

Résultat de recherche d'images pour "Britain Invests in Lebanon's Tech Startups"Cette collaboration vise à stimuler le développement des startups et la création de nouveaux business, en permettant à des talents libanais de venir à Londres dans le cadre d'un programme de mentorat.

Une série de conférences a également été organisée en novembre 2014 par l’Accélérateur de la Banque Du Liban. Elles ont accueilli 1600 entrepreneurs et 50 speakers du monde entier. Ces deux initiatives ont pu voir le jour grâce aux ressources découlant de la circulaire 331 de la Banque du Liban, plan de financement de 308 million d'euros spécifiquement établi pour soutenir des startups.

Dans le cadre d’un effort plus large, l’ambition de l’UK Lebanon Tech Hub est de renforcer les liens avec la communauté internationale. La forte culture d’affaires et le système éducatif du Liban pourraient être utiles pour faire de Beyrouth une base du Tech et ainsi freinier la fuite des cerveaux. La Diaspora libanaise est estimée à 20 million de personnes.

"Nous avons beaucoup souffert de la 'fuite des cerveaux', mais nous sommes aussi en train d’observer une tendance croissante au 'retour des cerveaux' grâce à cet écosystème Tech" a dit David Munir Nabti, créateur deAlt City, pôle d’entreprenariat situé à Beyrouth.

Parmi ceux qui sont revenus, Habib Haddad est le fondateur de Wamda, une initiative de soutien à l’environnement des startups dans la région. Monsieur Haddad est rentré au Liban pour installer Wamda après une décennie vivant et travaillant en Amérique.

"Je pense que le Liban dispose d'un avantage concurrentiel avec sa diaspora. Il ne s'agit pas seulement de s'appuyer sur les individus issus de la diaspora, mais aussi d'utiliser les institutions qu’ils ont construites ailleurs comme plateformes d’accès aux marchés internationaux" a ajouté Monsieur Nabti.

Le gouvernement du Liban sait que l’économie digitale constitue un grand espoir pour le futur du pays. Comme le dit Nicolas Sehnaoui, ministre libanais des télécommunications: "c’est un des secteurs qui a la capacité de rendre l’économie libanaise productive et de maintenir les jeunes libanais au Liban".

Pour plus d'information : Big News Network

Source de l'article Animaweb

Aucun commentaire: